AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 Would you love a monsterman ? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Ven 30 Déc - 20:41

-Tu es sûr de toi ?

-Certain, jeune maître. Maintenant, dépêchez-vous, je n'ai pas que ça à faire !

Siam obéit sur le champ et descendit de la barque fragile qui l'avait guidé jusqu'au palais du vaudou. L'obscurité ne lui permettait pas de voir très loin, ce qui l'incommoda fortement lorsque le pirate exécuta un demi tour, le plongeant dans le noir le plus profond, habité par de très étranges bruits qui n'avaient rien de rassurant.

Ses vêtements hérissèrent de poils. Sa colonne vertébrale se prolongea en une longue queue soyeuse. Ses oreilles grimpèrent sur le haut de son crâne. Il tomba sur quatre pattes pourvues de griffes. Son visage s'allongea.
Aussitôt, sa vision fut plus claire. Le guépard poussa un grognement de satisfaction et, ainsi dépourvu de sa fragilité humaine, s'enfonça dans les marais.

Personne ne venait jamais dans ce coin aussi reculé d'Almancar et si jamais quelqu'un était venu, le chemin qu'il avait tracé s'était effacé depuis longtemps. Les hautes herbes poisseuses le recouvraient, lui permettant d'attaquer à tout moment. Les arbres noueux lui offraient un toit chaud qui le coupait du monde. De longues lianes – ou peut-être étaient-ce des serpents ? - lui barraient le passage, si bien qu'il devait les croquer ou sauter par dessus pour continuer son chemin. Le sol boueux le ralentissait parfois mais il préférait ne pas regarder où il marchait.

La cabane du vaudou ne devait plus être très loin mais le temps lui semblait suspendu. Lorsqu'il eut atteint une certaine marge d'Almancar, le silence se fit. Peut-être que l'humidité, l'obscurité, la puanteur étaient telles que plus aucun animal ne pouvait vivre ici ?
Un frisson parcourut le dos du guépard : décidément, il fallait vraiment avoir un but précis en tête pour vouloir se faufiler ici...

Si seulement la végétation pouvait diminuer...Si seulement il pouvait y voir quelques chose...Après tout ses sens demeuraient ceux d'un humain et il ne pouvait pas forcément prévoir le danger à l'avance. Surtout que toute son intelligence semblait concentrer dans la capacité de marcher ainsi que de celle de voir la nuit.
Il espérait que la magicienne allait trouver une solution pour son bras qui, ces temps-ci, commençait à vraiment le faire souffrir. Aucun calmant ne permettait d'atténuer la douleur causée par l'opération ; car on avait du remplacer son bras de chair par un bras mécanique. Les scientifiques d'Alzen ne pouvaient pas non plus tout faire.

Une branche craqua.
Il cessa aussitôt sa marche. Cessa de respirer. Il ne pouvait rien voir mais il était certain de ne pas être l'auteur de ce bruit.
Il se répéta. Encore. Encore. Le guépard s'arqua, prêt à bondir s'il était agressé. Tout à coup, une lueur se dessina, à quelques mètres de lui, au dessus du sol.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligeia D. Hawthorne
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 30/10/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 132
♠ Humeur : Insouciante ♫
♠ Emploi(s) : Fabricante de poupées sur Karneval Avenue
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Maîtrise Marionnette
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle célibataire
♠ Mon rêve : Trouver un ami
♪ Fiche : Fiche de présentation.
♪ RP(s) en cours : Rps en cours (complet)
♪ Relationships : Contacts de Ligeia

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Mer 4 Jan - 6:38

Ligeia porta sa main à ses lèvres, réprimant un violent haut-le-coeur. Elle ne savait pas bien ce qu'il y avait de pire: cette puanteur omniprésente, cette flore inquiétante et brunâtre ou encore le contact suintant et poreux des plantes qui s'accrochaient désespérément à elle à chacun de ses pas, et se prenaient dans ses cheveux, comme pour l'empêcher d'avancer.

Il fallait avouer qu'elle n'avait pas choisi la tenue la plus adéquate pour une telle expédition: elle portait l'une de ses robes blanches, longue, en lin, simple. La plus simple de sa garde-robe. Car la vérité était que Ligeia n'avait tout simplement rien d'autre à sa disposition. Comme l'une de ses nombreuses poupées, elle aimait se vêtir de robes à dentelles et à rubans colorés, elle aimait les vêtements délicats et féminins. Alors trouver quelque chose d'adapté à un tel voyage n'avait pas été aisé. Une robe fine qui aurait dû servir de base à un modèle inachevé et une cape beige avait donc fait l'affaire. Elle ne regrettait pas ce choix, car la robe avait été bien malmenée, lacérée par les branches, tâchée par la boue, tant et si bien qu'elle était déjà en loques. Même ses escarpins avaient été abandonnés à mi-chemin, devenus inutiles. Elle progressait donc pieds nus, et l'environnement marécageux ne lui facilitait pas la tâche. Sa peau de porcelaine était lacérée à plusieurs endroits, et ses longs cheveux sombres ne cessaient de s'emmêlaient dans les branches malgré sa capuche rabattue, même si grâce à sa silhouette svelte et ses mouvements gracieux, elle parvenait à se frayer un chemin tant bien que mal dans cette jungle hostile et épineuse. Sa façon d'avancer en évitant les griffes tendues des arbres effeuillés et en esquivant les zones les plus boueuses ressemblait presque à une danse, hypnotique.

Elle soupira. Pourquoi, parmi tous les endroits possibles de Sphera, avait-il fallu que ce soit ici?
Elle se plaignait rarement, mais Ligeia détestait plus que tout ce genre d'endroits. Elle détestait se salir, détestait les lieux inquiétants et désolés, et détestait par-dessus tout s'aventurer en des lieux inconnus.

Une lierre s'enroula lascivement autour de sa cheville au moment où Ligeia s'avançait. Elle n'eut que le temps de placer ses paumes en avant pour amortir le choc. Elle sentit une douleur fulgurante traverser son poignet lorsque sa main entra en contact avec le sol, et laissa s'échapper un gémissement plaintif. Elle en avait plus qu'assez. Les larmes lui montèrent aux yeux. Que faisait-elle là? Elle, si casanière, si effrayée par le monde, et à présent si loin de sa rassurante chambre aux couleurs chaleureuses. Et s'il lui arrivait quelque chose? Et si elle se perdait? Elle ne connaissait pas cet endroit. Et personne ne la chercherait. Ligeia se sentit soudainement paralysée par la peur. Elle ne voulait pas mourir. Pas avant d'avoir vécu, pas avant d'avoir connu toutes ces émotions dont les livres lui parlaient, dont tout le monde parlait... pas avant d'avoir pu se faire un Ami - quel qu'il soit, elle n'était pas exigeante. Elle voulait simplement quelqu'un à qui parler, se confier. Quelqu'un qui s'inquiéterait pour elle en de tels moments.

Elle resta quelques secondes à terre, immobile, refoulant les larmes et la nervosité qui la gagnaient progressivement. Ses bras se mirent à trembler, fatigués de soutenir le poids de son buste, à quelques centimètres du sol. Tête baissée, yeux fermés, elle inspira profondément. Ses longs cheveux en bataille cachaient son visage crispé. Elle expira lentement, et ses mains se refermèrent sur quelques brins d'herbe. Elle sentit la terre entrer sous ses ongles. Puis, lentement, très lentement, elle se redressa, d'abord sur ses genoux, puis elle se releva complètement. Avec précaution mais fermeté. Elle retira d'un geste sec la plante enroulée autour de sa cheville. Son poignet la lançait. Probable que le choc avait créé une foulure. Ses jambes n'étaient pas dans un état merveilleux non plus, ça et là quelques blessures avaient commencé à saigner. Rien de méchant, mais le picotement n'était pas agréable. La fragile Ligeia n'était pas habituée à la douleur. Sa maladie, ses maigres forces et son corps l'ayant souvent contrainte à une prison de velours et de soie où rien de dangereux n'était à sa portée... rien, excepté ses aiguilles de couture, qui étaient devenues comme le prolongement de sa main. Tant et si bien que la douleur de ces égratignures était relativement nouvelle, elle aussi. Qu'importe. C'était son souhait, après tout. Vivre. Elle était là pour ça.

Tout avait commencé quand quelqu'un d'étrange était entré dans sa boutique. Elle n'avait pas aimé son aura, il dégageait quelque chose de malsain, et il avait ce sourire, dérangeant, ce sourire qui lui disait qu'ils ne venaient pas du même monde. Il avait demandé si elle faisait des poupées vaudou, et elle avait répondu que non. Il avait alors marmonné quelque chose, elle ne se souvenait plus bien, mais il avait mentionné une sorcière à Almancar, une enchanteresse capable de toutes sortes de choses. Elle n'avait pas pu s'en empêcher. Elle voulait qu'il parte au plus vite, car il la mettait mal à l'aise, mais elle avait quand même posé la question. Celle qui lui brûlait les lèvres. Il avait ri.

"Peut-être", avait-il dit. Et puis il était parti.

Peut-être. C'était déjà plus qu'elle n'en demandait. Elle était partie sans attendre. Elle ne s'était pas vraiment préparée à ça. Elle avait juste vérifié que le soleil ne serait pas de la partie, mais de toute façon, le lieu n'était pas propice à une météo favorable, c'était toujours ça de gagné. Et elle était à présent là, perdue depuis plusieurs heures, salie, blessée, fatiguée. Pourtant, à chaque pas semblait s'ouvrir une nouvelle possibilité, une mer infinie d'attentes folles. Un Espoir.

Que pourrait-elle bien lui demander? Etre guérie? Ou peut-être pouvoir donner une âme à ses poupées? Oui, ainsi elle pourrait s'en faire des amies. Car elle pouvait leur donner la vie, mais une vie artificielle, conditionnée par la marionnettiste qu'elle était. Elles n'étaient que le reflet d'elle-même, ne pouvaient mener qu'à une discussion schizophrénique où elle devait de plus y laisser à chaque minute qui passaient, soixante secondes de sa propre vie. Elle l'aurait fait sans hésiter si ces poupées avaient pu devenir des compagnes, mais elle ne pouvait se résoudre à se mentir plus longtemps. Elles n'avaient pas leur libre-arbitre. Elles ne faisaient que se comporter de la façon dont Ligeia aurait voulu qu'elles le fassent. Elle voulait qu'on lui tienne tête, qu'on s'oppose à elle. Elle voulait qu'on la fasse rire, pleurer, aimer ou haïr indépendamment de sa volonté. Elle voulait connaître ces choses.

Rien que cette pensée lui rendit la force dont elle avait besoin pour reprendre sa route incertaine. Elle touchait peut-être du bout des doigts son rêve.

Peut-être.

Pas très loin d'elle, il lui sembla entendre ce qui ressemblait à un feulement. Elle s'immobilisa quelques secondes, puis, n'entendant plus rien, reprit sa pénible route.
La végétation se faisait plus sombre et plus dense; et l'horizon plus brumeux, et elle eut l'impression d'avancer à l'aveuglette, mais habituée à l'obscurité, elle s'en aperçut à peine. Elle-même, en revanche, était très perceptible malgré la visibilité réduite, à cause de ses vêtements clairs et de sa peau lunaire - elle semblait presque émettre un halo dans les ténèbres avoisinantes. Son pied marcha sur une branche morte qui craqua sinistrement. L'endroit était si silencieux qu'elle cru en percevoir l'écho. Elle frissonna, et pressée d'en finir, reprit sa marche de plus belle, ignorant tout son corps qui la lançait, accélérant son rythme.

Ce fut là qu'elle rencontra... un guépard. Surprise, elle s'arrêta aussitôt, si brusquement qu'elle manqua perdre l'équilibre. L'animal qui lui faisait face était sublime, tendu comme une flèche sur un arc... visiblement prêt à attaquer. Elle en oublia de respirer quelques secondes. Elle n'était pas certaine de connaître le comportement à adopter dans sa situation. Elle était simplement subjuguée par la vue de l'animal. Elle n'en avait jamais vu d'aussi beau... Ce fut à ce moment qu'elle réalisa qu'il n'était pas vraiment dans son environnement habituel. Elle tiqua. Était-ce une hallucination? Il n'était pas à exclure qu'elle fut provoquée par un quelconque Karnevale. Figée, elle n'osait faire un geste. De peur de le faire fuir autant que de crainte qu'il n'attaque. Elle avait une envie folle de plonger sa main dans sa fourrure, de le caresser. Le temps semblait s'être suspendu tandis qu'ils se jaugeaient l'un l'autre. Elle reprit son souffle.

Et l'imprudente fit un pas en avant.

[HRP: bon bah... je m'incruste, c'était trop tentant! ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Sam 7 Jan - 20:17

Si la transformation animale avait été entière, il aurait certainement dévoré la Karnevalienne jusqu'à la dernière viscère. Son Karnevale, plus chargé que celui des autres, indiquait clairement qu'elle habitait à Karnevale Avenue et qu'elle le maîtrisait davantage. Elle n'avait pas l'air offensive ; il ne lisait dans ses yeux que l'admiration. Si c'était celle de sa propre personne, il s'en voyait flatté. Le guépard se détendit voyant qu'elle n'allait pas attaquer.
Qu'elle soit dans son camp ou pas, elle ne pourrait de toute façon pas s'échapper assez vite d'Almancar s'il venait à l'attaquer. Il était donc en sécurité.


-Qu'est-ce que tu fais là, toi ? Personne n'a rien à faire ici si ce n'est pas sa maison. Tu t'es perdue j'imagine ? A moins que tu ne prépares un mauvais coup ?

Il préférait prendre la parole, comme sa semi transformation le lui permettait, avant de s'avancer ; elle pouvait fuir, se sentant en danger. Puisque lui, il était perdu, autant laisser son égo de côté et demander son chemin. Pour venir jusqu'à des contrées si sombres, il fallait vraiment le vouloir.

-Bon, tant qu'à faire, est-ce que tu sais où habite la soigneuse des marécages ? On a des trucs à se dire elle et moi et je ne sais pas où c'est...Ca fait une heure que je tourne en rond comme un con et je commence à avoir la dalle ; tu pourrais m'éclairer ?

La question était ironique ; il faisait ici si sombre qu'aucune chandelle, même un Karnevale puissant et maîtrisé, ne semblait pouvoir venir à bout de cette obscurité étouffante. La claustrophobie de Siam commençait à se faire vraiment sentir et il n'avait qu'une hâte, sortir d'ici.
Malheureusement, la douleur de son membre d'acier se faisait ressentir davantage au fil du temps et il préférait trouver une solution avant que cela ne devienne insupportable et déclenche des crises de folie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligeia D. Hawthorne
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 30/10/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 132
♠ Humeur : Insouciante ♫
♠ Emploi(s) : Fabricante de poupées sur Karneval Avenue
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Maîtrise Marionnette
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle célibataire
♠ Mon rêve : Trouver un ami
♪ Fiche : Fiche de présentation.
♪ RP(s) en cours : Rps en cours (complet)
♪ Relationships : Contacts de Ligeia

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Mer 11 Jan - 2:59

Pendant plusieurs secondes, Ligeia resta figée, incapable d'énoncer un seul mot ou d'amorcer un semblant de mouvement. Son cerveau fonctionnait pourtant à la même vitesse qu'un autre et la jeune femme n'était pas idiote - à vrai dire elle était dotée d'une forte curiosité et avait eu un enseignement très strict, ce qui faisait d'elle quelqu'un de probablement plus intelligent que la moyenne. Mais comme toujours, la théorie et la pratique étaient deux choses différentes, et lorsqu'il s'agissait d'expérience, Ligeia était aussi dépouillée qu'un escargot sans sa coquille. Tant et si bien qu'elle pouvait se montrer particulièrement lente dans des moments qui n'exigeaient pourtant pas une grande vivacité d'esprit.

Elle n'aurait su dire ce qui la troublait le plus: le fait qu'il parlait, ce qui somme toute n'était pas plus bizarre que de trouver un guépard dans un marécage, et certainement pas dans un monde où l'on pouvait trouver les Karnevales les plus improbables, l'avalanche de questions dont il l'avait assaillie, ou encore la manière très peu formelle, voire familière, dont il s'était adressé à elle...

Et puis, un... "mauvais coup"? Sans s'en rendre compte, elle avait machinalement répété les mots à haute voix, abasourdie. Il ne lui était même pas venu à l'esprit que l'animal puisse la voir comme représentant un quelconque danger. Après tout, elle avait l'impression d'être plus exposée que lui en cet instant. Réalisant que son absence de réponse pouvait semer le doute, elle s'empressa de répondre:
    « Non, non, je n'ai pas de mauvaises intentions!... Je, heu... »
Elle s'interrompit, rougissante. C'était embarrassant. Il lui avait demandé ce qu'elle venait faire ici, et Ligeia ne savait pas être autre chose qu'honnête, mais elle n'était pas certaine d'avoir envie d'énoncer tout haut ce genre de choses, surtout devant un parfait inconnu. Le regard fuyant, avec l'envie irrépressible de se dérober, elle balbutia maladroitement :
    « En fait, c'est... je... Je... Oh, peu importe, ce n'est pas important... », acheva-t-elle misérablement, les yeux baissés, maudissant une fois de plus sa timidité. Mais elle se surprit par sa propre audace lorsqu'elle ajouta: « Vous n'avez pas besoin de savoir, je cherche la magicienne, le reste ne regarde que moi! »
C'était bien la première fois qu'elle osait ainsi s'exprimer: malgré ses joues enflammées et ses poings serrés, une sorte de lueur de défi régnait dans ses yeux. Elle ne put s'empêcher d'en ressentir un élan de fierté puérile: oui, c'était décidé, il fallait en priorité qu'elle trouve un remède à ça. Si elle se montrait plus sociable et moins timide, elle pourrait probablement s'ouvrir aux autres et expérimenter une vie remplie, nouvelle.

Mais il avait raison. Elle n'avait rien à faire ici, et elle s'en rendait bien compte. Elle soupira, l'air soudainement abattu, mais se ressaisit une fois de plus, réfléchissant à la demande qu'il lui avait faite.
Il cherchait la soigneuse des marécages? Se pouvait-il qu'il s'agisse de la même personne que son ensorceleuse, ou bien étaient-ce deux personnes bien distinctes? Elle-même n'était pas sûre de la personne qu'elle devait chercher. En vérité, elle n'avait aucune preuve même de son existence.
Mais, dans les deux cas, ça ne faisait pas une grande différence: Ligeia ne savait ni où elle était, ni où elle allait et n'avait aucun moyen de le savoir. Elle se sentit parfaitement inutile et en ressentit un profond agacement mêlé de tristesse. A moins que...
    « Je ne peux pas vous aider pour la direction à prendre, je suis également perdue... en revanche... »
Elle fouilla dans sa petite sacoche sous sa cape, qui comprenait en tout et pour tout son inséparable poupée, son kit de couture, et les restes d'un gâteau nature tout simple qu'elle avait fait la veille. Elle le sortit et le tendit maladroitement au guépard après l'avoir déballé :
    « ...Je peux peut-être faire quelque chose pour votre faim. Ce n'est rien de très sophistiqué, mais ça devrait suffire... Et, peut-être... peut-être que... nous pourrions faire chemin ensemble? Je suis sûre qu'à deux nous avons plus de chances de nous en sortir... »
Espérant que les ténèbres environnantes et que sa capuche toujours rabaissée cacheraient un peu sa gêne, elle se mordit les lèvres aussitôt, se réprimant pour cet élan d'audace parfaitement inutile. Elle n'avait aucun doute sur la façon dont tout cela allait finir. Le regard soudainement ombrageux, elle ajouta aussitôt, d'un ton presque sec:
    « Oubliez ce que je viens de dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Dim 15 Jan - 19:06

Le guépard ne reprit pas sa forme humaine, si bien que le gâteau que lui donna la jeune fille ne le rassasia pas. Il aurait bien dégusté un bon cerf mais il n'y en avait pas dans les marais. Ce n'était pas assez haut et il faisait bien trop sombre pour un être vivant normalement constitué. Ce n'est pas de meilleure humeur – et cette attitude devait avoir contaminé sa vis-à-vis – qu'il la dépassa sans plus de cérémonie.

-Oh, arrête un peu. Tu l'as dit, tu le fais ; on pas rester ici à attendre le père noël. Personne ne viendra nous chercher. Si on ne se bouge pas le cul, on va crever ici.


Elle ne l'avait pour ainsi dire pas franchement aidé mais elle lui proposait une compagnie humaine, ce qui, malgré sa froideur, était déjà bien.
Il reprit sa lente marche féline, sans vraiment savoir où il allait, se guidant aux odeurs et à son instinct. Malheureusement, avec de tels remugles et une obscurité pareille, il était certain de s'être perdu. Peu à peu, il commençait même à regretter d'être venu ici.

Tout à coup, une lumière apparut. Le halo était faible mais sa présence tamisée donnait l'impression qu'il avait toujours été là. Se redressant, le cœur battant soudain plus vite, le guépard accéléra son allure afin d'atteindre la lumière.
Celle-ci semblait au départ immobile mais elle reculait au fur et à mesure que Siam avançait, inaccessible. Le guépard trottina dans sa direction sans parvenir à l'atteindre. Etait-ce un mirage ? Le charme d'une sorcière pour leur faire peur et les décourager ?

Fou de rage, le guépard s'arrêta et la lumière aussi. Elle semblait même se rire de lui en silence. Le félin posa son arrière train dans la boue avant de grogner sauvagement.


-Mais c'est pas vrai, ça ! On est dans la mauvaise direction, je suis certain que nous sommes perdus !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ligeia D. Hawthorne
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 30/10/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 132
♠ Humeur : Insouciante ♫
♠ Emploi(s) : Fabricante de poupées sur Karneval Avenue
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Maîtrise Marionnette
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle célibataire
♠ Mon rêve : Trouver un ami
♪ Fiche : Fiche de présentation.
♪ RP(s) en cours : Rps en cours (complet)
♪ Relationships : Contacts de Ligeia

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Dim 22 Jan - 17:04

La jeune femme fronça les sourcils. Elle n'avait pas vraiment l'habitude qu'on lui parle ainsi. Correction: elle n'avait pas vraiment l'habitude qu'on lui parle tout court. Probable que si elle n'avait pas tenu un commerce au coeur de Karnevale Avenue, son seul contact se serait résumé à celui de ses poupées. Si le félin la brusquait et ne semblait pas vouloir la ménager, il ne l'avait néanmoins pas laissée tomber en la plantant au beau milieu de cette jungle marécageuse et elle finit par se dire que c'était peut-être simplement sa façon de se montrer amical. L'idée lui fit chaud au coeur, et elle approuva du chef lorsqu'il l'invita à continuer en prenant la tête. Après tout, il avait raison. Personne ne viendrait les aider ici, ils ne pouvaient compter que sur eux. Dans tous les cas, avancer semblait être une meilleure idée que rester sur place à se lamenter.

L'environnement hostile les forçant à marcher lentement, elle put le suivre sans le perdre de vue. Ils avaient beau avancer, elle avait l'impression de tourner en rond tant le décor se répétait inlassablement. Tout était identique; ce n'était qu'un fatras boueux de branches emmêlées et de de vase nauséabonde qui sembler puiser leur énergie et saper leur moral peu à peu.

Elle suivait le guépard qui sembla soudain apercevoir quelque chose qu'elle-même ne voyait pas et accéléra son rythme. Elle força le pas à son tour, mais ne possédait pas la même agilité que le félin, ni sa vigueur. Leur petite course dura ainsi plusieurs minutes jusqu'à ce que l'animal stoppe soudainement, dépité et pestant.

Pas mécontente de s'arrêter (Ligeia n'avait jamais été très sportive), elle s'appuya à son tour contre un tronc d'arbre décrépi pour reprendre son souffle et réfléchir. Cet endroit était labyrinthique. Il leur fallait une méthode pour procéder méticuleusement, ils ne s'en sortiraient jamais autrement. Malheureusement, ils n'avaient pas grand chose pour les y aider: son compagnon à quatre pattes ne risquait probablement pas de cacher une boussole dans sa fourrure et elle-même n'avait plus que sa poupée et... son kit de couture.
Elle resta plusieurs minutes silencieuse, songeuse, puis s'exclama soudain:
    « J'ai une idée! »
Alors qu'elle fouillait énergétiquement dans son sac, elle en sortit le dit kit et le montra à l'animal:
    « Avec ça, nous devrions nous en sortir. »
Comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt? Il y avait cette histoire qu'elle avait entendue petite. Quelque chose avec une bête féroce et un labyrinthe. Et le fil d'une dénommée Ariane.

Elle prit le premier rouleau de ficelle - de couleur rouge, qui se remarquerait sûrement plus dans l'obscurité et en déroula méthodiquement le bout en expliquant son projet à haute voix, presque plus pour elle-même que pour le guépard:
    « Nous allons tracer notre chemin avec ce fil. Cela nous permettra de savoir où nous sommes déjà passés, mais surtout de vérifier que nous avançons droit. Si nous continuons toujours dans la même direction, nous finirons bien par déboucher sur quelque chose! »
Tout en parlant, elle avait fermement accroché de ses doigts habiles une extrémité du fil au tronc arbre sur lequel elle s'était appuyée, à peu près à hauteur du félin. Testant sa résistance, elle continua à dérouler la bobine avant d'ajouter:
    « Allons-y. »
Elle ne savait pas vraiment si elle disposait de suffisamment de fil pour couvrir leur trajet; mais comme il s'agissait d'un kit de secours qu'elle avait toujours sur elle, elle ne s'en servait pas fréquemment et les rouleaux étaient donc pour la plupart intacts - sans oublier qu'elle en avait une vingtaine; en somme largement de quoi tenter. Ce n'était pas vraiment non plus comme s'ils avaient beaucoup d'autres solutions, après tout. Et s'il le fallait, elle pourrait toujours se servir du fil de sa robe... L'espoir retrouvé par la nouvelle perspective qu'offrait sa solution, elle reprit la marche, confiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   Dim 29 Jan - 0:32

Le regard du guépard se fit méfiant lorsque sa compagne de route se saisit d'un fil de couture rouge avec l'air illuminé. Oui, d'accord, et après ?
La suite devint plus claire ; mais oui, bien sûr, nous avions tous une pelote de laine ou du fil sur nous ! A bien y réfléchir, il devrait peut-être y songer pour ses prochaines excursions à Almancar...s'il y avait des prochaines.

La douleur de sa patte droite le ramena brutalement à la réalité. Ligeia avait solidement attaché le fil qu'elle tenait dans les mains au tronc de l'arbre le plus proche avant de le tendre sèchement. Puis elle commença à le dérouler afin d'avancer dans une direction hasardeuse.
N'ayant rien d'autre à ajouter (parce qu'il préférait économiser ses forces), Siam reprit sa petite trotte aux côtés de la demoiselle.

La lumière qu'il suivait autrefois avait disparu. Ils avancèrent donc dans le silence et l'obscurité, guidés et rassurés l'un par l'autre. Siam ne savait déjà plus pourquoi il était en compagnie de la demoiselle mais désormais, la seule chose importante était sa présence. Son souffle. Sa chaleur.

BAM !
Le guépard recula d'un sursaut, contentant la douleur qui lui vrillait le museau. Le choc fut si violent que son Karnevale se rétracta tout autant. Siam se retrouva assis par terre, le cul dans la boue, vêtu de sa tenue de chasseur c'est à dire l'accoutrement Opalien le plus rudimentaire qui se composait d'un pantalon de toile et d'une cape. Le froid des marécages le gagna bientôt si bien qu'ol fut secoué d'un violent frisson.

L'oubliant du mieux qu'il pouvait, il se redressa. Son acuité visuelle était constamment réduite, si bien qu'il ne distinguait plus tellement la jeune femme.
Ses paroles furent ainsi lancées au hasard.


-Ouaip...Ben moi c'est Siam Pain ; enchanté !


Il tendit la main au hasard, tenant de l'autre la fourche de chasseur qui faisait les crocs de sa forme animale. Sa main rencontra bientôt un mur de bois humide, peut-être même pourri. Des bestioles sans nom courraient sous ses doigts, dans l'obscurité.

-On a heurté un mur...


La petite lumière qu'il poursuivait quelques instants auparavant apparut soudain devant ses yeux et l'aveugla si bien qu'il recula.
Au dessus de sa tête, une lanterne était accrochée au toit d'une petite cabane dont elle éclairait le mur en très mauvais état. Elle devait réagir au mouvement.

-Eh bien je crois qu'on est arrivés...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Would you love a monsterman ? [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Would you love a monsterman ? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: palais du vaudou-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit