AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 Le Discours d'un Roi [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Raziel O'Connor
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 21/02/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 279

MessageSujet: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   Ven 30 Déc - 20:57

[Ces évènements se déroulent avant l'Event]

T'es convoqué par l'Empereur et tu ignores pourquoi. C'est tombé, comme ça, devant ta porte. Il a dit qu'il voulait te voir. Toi, précisément. Pourquoi ? Pourquoi ? Tu ne sais pas et ça te fait peur de ne pas savoir. Mais, t'y vas, quand même, parce que tu n'as pas très envie de finir au cachot. Ou en internat. Parce que l'internat, à Amenthalys, c'est pas une partie de plaisir.

Le garde te dit qu'un domestique te conduira à l'Empereur si t'es pas foutu de te souvenir par où on passe. Et t'as plutôt intérêt à te dépêcher parce que Pépé Raziel il est pas content du tout, vraiment pas content. Bizarrement, depuis quelques jours, quand Pépé Raziel y se met en colère, ben ça fout vachement les chocottes, sisi.

C'est un p'tit vieux, domestique au Palais Royal, qui raconte ça à une p'tite vieille qui est en train de préparer le thé du sieur Raziel. La petite vielle n'avait pas compris pourquoi son seigneur adoré lui avait parlé avant autant de vigueur que s'il avait eu vingt ans, comme à cette époque où il était ordonné, foncièrement méchant, sexy et qu'il faisait mouiller la moindre pucelle lorsqu'il passait à côté d'elle.

Le p'tit vieux lui racontait qu'une personne avait été tout d'un coup convoquée, comme ça, à huit heures du matin. Raziel était sorti de son lit, soudain illuminé, et il avait voulu le voir. Ou la voir. On ne savait pas vraiment qui c'était mais ce qu'on savait, c'est que Pépé Raziel était en train de redevenir Papa Raziel. Le beau Papa Raziel qu'on aimait avant et qu'on aimait bien avoir en photo dans son salon.

La p'tite vieille avait rajusté son tablier à fleurs parce qu'en ce moment, Raziel devenait vachement chiant au sujet des habitudes vestimentaires de ses domestiques. Même qu'il promettait d'en renvoyer un ou deux s'il s'achetait pas des guenilles plus flashy. Si, si.
Le médecin, un pote de la p'tite vieille, avait rencontré le sieur Raziel quelques jours auparavant, pour voir si tout allait bien parce que les inférieurs commençaient à avoir les boules pour leur carrière...et tout allait bien. Tout n'avait jamais été aussi bien, même le cœur du seigneur.

La p'tite vieille et le p'tit vieux déambulèrent dans le Palais parce que depuis quelques jours, il fallait se bouger le cul quand le sieur Raziel demandait quelque chose. Les tasses tremblaient encore d'excitation lorsque les deux domestiques atteignirent la porte du boudoir. Le portier inclina la tête et ouvrit la porte avant d'annoncer l'arrivée des domestiques du thé.

Quelques secondes plus tard, la p'tite vieille faillit lâcher son thé parce le bon vieux Raz' qui se tenait devant elle semblait avoir rajeuni de vingt ans. Ses longs cheveux brillaient sur son crâne, fraîchement noués en catogan. De blanc, ils étaient passé à une belle couleur obsidienne. Un costume bleu roi, orné de fleurs de lys, reposait sur ses épaules et se terminait par une queue de pie flambante et provocante au niveau de ses genoux. Lorsqu'il se retourna, la p'tite vieille put voir son regard émeraude et ses mains gantées de noir qui l'appelaient à déposer son plateau.

Quelques secondes plus tard, le portier ouvrit de nouveau la porte pour annoncer l'invité matinal de l'Empereur. Les deux p'tits vieux s'empressèrent de sortir. Ils croisèrent l'invité à qui ils firent une révérence avant de disparaître au coin du couloir.
Ou l'attendait un valet qui leur coupa la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mewalck Margin
★ Le monde de la beauté interdite...

♦ Inscription le : 04/12/2011
♦ Mes messages : 18
♦ Etoiles ★ : 71
♠ Humeur : Sadique et déprimée /o/
♠ Emploi(s) : Lanceuse de couteaux/Créatrice et vendeuse de masques et de poupées
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Capacités intellectuelles décuplées, mais fortes migraines et altération du caractère, et de la sainteté d'esprit
♠ Sexualité & Statut : Bisexuelle
♠ Mon rêve : Pas grand chose...
♪ Fiche : En cours
♪ RP(s) en cours : Elementaire Ma chère Lily > Lily J. Conchran

Le discours d'un Roi > Raziel O'Connor

MessageSujet: Re: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   Jeu 26 Jan - 0:13

Mewalck était stressée. Pas anxieuse, ni apeurée, juste stressée. L'empereur Raziel voulait la voir, une fille du peuple comme elle, pas une grande aristocrate ou une noble, juste Mewalck, la fabriquante de poupées qui lance des couteaux. Dès que l'ordre lui avait été donné, Mewalck avait fait une crise. Une crise de stress, d'angoisse mélangée a un peu de folie, après tout, cette dernière la suit depuis son plus jeune âge.
Bien sûr dans ce genre de circonstance, une certaine tenue était exigée. Hors de question d'y aller en tablier de travail, encore moins en combinaison de cuir. La robe s'imposait donc. Mewalck en avait des centaines des longues, des courtes, des volantes, des droites, des bouffantes... Bref, ne nous étendons pas sur ce sujet. Mewalck avait opté pour une grande robe noire, décolletée derrière laissant apparent son tatouage. Le décolleté se fermait sur la pointe de la dague qui orne son dos. Pour le cheveux, elle les avaient relevé et chignon haut, ainsi on pouvait discerner le commencement de la chaîne qui s'étendait le long de sa colonne vertébrale. Elle avait orné son chignon d'une fleur rouge en soie, pour mettre un peu de couleur. Ses lèvres avaient été colorées d'un rouge sanglant, contrastant avec la pâleur de son visage.
Mewalck savait parfaitement les risques qu'elle encourait si elle refusait; soit le cachot, soit l'internement. L'internement ne la gênait pas, elle avait passé son adolescence dans une cellule capitonnée, retenue par des chaînes et des brides, qu'on essaie de dissimuler sous une blancheur pure. Cette expérience ne l'avait rendue que pus méfiante, et surtout plus enclin a sombrer d'un moment à l'autre dans sa folie. Soudain un coup résonna à l'intérieur de son crâne. Mewalck s'adossa au mur de sa chambre en se tenant la tête, ses ongles vernis de noir se plantaient dans son crane au niveau du cuir chevelu. Un filet de sang coulait sur sa tempe, juste le temps de l'essuyer, qu'il était déjà 8 heures et demi. Elle allait être en retard si elle ne partait pas dans les 5 minutes suivantes. Elle arrangea sa blessure et se mit en route.

La rue était déjà bien agitée à 8 heures trente-cinq du matin; les marchands de tissus étaient déjà dehors en train d'installer leurs stands, et plein d'autres marchand commençaient à crier leurs produits et leurs bienfaits, prix, etc. Mewalck traversa cette rue sans prêter attention à rien. Sa démarche gracieuse et fière en arrêta plus d'un, personne ne se doutait qu'elle était une simple citadine désargentée, même si elle avait du sang d'aristocrate.

A 9 heures tapantes, Mewalck était devant la porte qui menait a la salle où l'empereur Raziel l'attendait. Son coeur battait de plus en plus fort, comme si un évènement peu commun allait arriver. La jeune femme pris quelques inspirations pour se calmer et se redressa, le dos bien droit, la tête haute, le regard confiant, comme d'habitude.

Quand on lui ouvrit la porte, un vieil homme et une vielle femme sortirent rapidement. Mewalck discerna depuis le pas de la porte, un homme plutôt jeune . Étrange, elle avait toujours entendu parler de l'empereur comme un vieux monsieur. Cet homme se retourna, pour se retrouver face a la jeune femme.
Le regard argenté de la jeune femme croisa celui d'émeraude de l'empereur. Comment a t'elle reconnu l'empereur allez vous me demander, c'est simple; ce costume bleu orné de fleurs de lys, cette attitude royale, cette tenue... Tout laissait a penser que ce fut l'empereur. Mais revenons à nos moutons. Dès lors qu'elle eu posé les yeux sur ce visage, ses pommettes se tintèrent d'un rouge, pareil aux plumes d'un rouge gorge, mais aucune expression de gène ne transparaissait sur son visage. Elle se contenta de s'approcher, pour faire une révérence distinguée et gracieuse et dis d'un ton calme et confiant:
"Bonjour Altesse, vous m'avez demandée, et je n'irai par quatre chemins...Quelle est la raison de cette entrevue?"



--------------------------------------------------------------------------------------------Hors RP ------------------
J'ai vu que le sujet était libre, et étant donné que je n'ai pas de RP et que personne ne me semble répondre a mes demandes, j'ai pris la liberté de répondre à celui ci. Néanmoins, si le poste ne conviens pas, n'hésitez pas a me le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Raziel O'Connor
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 21/02/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 279

MessageSujet: Re: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   Sam 28 Jan - 20:21

[Y'a pas de soucis, ça fait plaisir que quelqu'un réponde ~ Je vais mettre l'accent sur le topic de demandes de RP, je crois que les gens ne se rendent pas bien compte qu'il existe, ce petit bonhomme.]

-Pourquoi cette question si hâtive, vous avez peur ?

Il inclina la tête, lentement, en direction de la table qui portait désormais le plateau de thé et son nécessaire prêt à l'emploi. Ayant remarqué son signe, un domestique posté à côté de la fenêtre, qui tenait auparavant un télégramme, se précipita en direction du plateau avant de saisir la théière avec une angoisse apparente ; Raziel incarnait désormais le Caligula des temps modernes.

Un sourire sarcastique et satisfait se dessina sur les fines lèvres du seigneur, que l'on avait rehaussées d'un maquillage kitch comme il semblait désormais l'aimer. On l'eut dit équipé d'un masque aristocrate alors qu'il n'avait en vérité jamais été aussi sincère qu'à ce jour.

Il s'approcha de la table en prenant naturellement son temps, contrastant étrangement avec le climat d'adrénaline qui régnait dans le palais et dont la jeune invitée semblait être imprégnée avec excès. La dernière fois que Raziel avait reçu un invité, c'était l'année précédente. Il s'agissait d'Andy Jacobsen, alors son plus proche serviteur et désormais à ses yeux un traître réputé.

Son postérieur royal se posa sur la chaise matelassée et il écarta l'extravagant pot de fleurs qui trônait au centre de la petite table afin de distinguer le visage de la jeune femme qui se trouvait en face de lui.
Il apparut qu'elle ne correspondait pas du tout à la description terrifiante qu'on lui avait donné d'elle, ce qui lui retira sans doute quelques points de charisme. Mais qu'importait. Elle était convoquée, ça avait fait un bordel pas possible dans tout Amenthalys étant donné son rang médiocre ; il n'allait pas la jeter maintenant. La seule convocation du seigneur constituerait pour elle une montée insoupçonnée dans la hiérarchie sociale.


-J'espère ne pas vous faire perdre trop de temps dans votre travail et ne pas vous avoir interrompu trop brutalement dans celui-ci. Si c'est le cas, je m'en excuse, je ne pouvais plus attendre : j'ai récemment eu vent de votre métier dans les rues de ma charmante contrée. Certaines de mes domestiques vendent allègrement votre travail qu'ils disent de bonne qualité.

Il prit la tasse que lui tendait le domestique, souffla sur le liquide qu'il contenait, en huma les vapeurs avant de poursuivre.

-Il serait un honneur pour moi de vous avoir à mon service et cela ne serait pour vous que plus bénéfique...Cependant je suis très professionnel et je ne fais rentrer dans le cercle royal que des membres aux antécédents privilégiés. C'est pourquoi je me suis permis de m'informer sur votre passé, vous études...J'ai découvert des choses très surprenantes qui n'ont pas manqué de m'intéresser...

Alors qu'il s'apprêtait justement à parler de choses intéressantes – Raziel tournait toujours un peu autour du pot – il s'arrêta brusquement et balaya d'un regard noir le petit boudoir baroque avant de chasser d'un geste brusque les domestiques qui s'y trouvaient.

-Qu'est-ce que vous faites encore là ? Partez ! Nous avons des affaires très intimes à traiter !

Lorsque les dernières portes et passages secrets se furent refermées, le calme de la solitude intime se déposa en un voile lourd sur leurs épaules. Comme pour accentuer le climat de confidence qu'il voulait mettre en place, Raziel se pencha en direction de son invitée en baissant la voix.
-Je crois que votre intelligence particulièrement développée a occasionné un rejet très vif de la part de votre famille ainsi qu'un internement d'une très longue durée. Je vois à votre visage que votre caractère a du en être considérablement renforcé...ainsi que votre...imagination.

Il accentua le dernière mot avant de prendre une première gorgée de thé. Il ne savait que trop bien comment se déroulait le séjour d'un interné puisqu'il avait lui même écrit les règles de l'Internat Psychiatrique qui annihilait le Karnevale de ses victimes.


-Si vous créez des marionnettes c'est que vous savez manipuler le monde selon votre imagination et votre intelligence. Car cette dernière ne peut réellement s'exprimer que par des pulsions créatrices. Je vois dans vos yeux que vous semblez triste, comme si...vous étiez vous-même devenue une marionnettes...

Il haussa un sourcil.


-A moins que ce ne soit qu'un masque ? Ah ! Parfait, j'adore ces jeux-là !

Il se redressa, soudain plus joyeux, avant de la regarder très sérieusement.

-Je vous propose une promotion très chère ; vous pouvez devenir conseillère de l'Empereur. La méticulosité de vos mains, la franchise de votre voix et de votre pensée, ainsi que votre intelligence, vous rendent bien plus riche que les aristocrates les plus connus. Je vous logerais ici même et vous pourrez conserver votre boutique modeste si vous le souhaitez.

Son sourire s'élargit.


-Etes-vous tentée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mewalck Margin
★ Le monde de la beauté interdite...

♦ Inscription le : 04/12/2011
♦ Mes messages : 18
♦ Etoiles ★ : 71
♠ Humeur : Sadique et déprimée /o/
♠ Emploi(s) : Lanceuse de couteaux/Créatrice et vendeuse de masques et de poupées
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Capacités intellectuelles décuplées, mais fortes migraines et altération du caractère, et de la sainteté d'esprit
♠ Sexualité & Statut : Bisexuelle
♠ Mon rêve : Pas grand chose...
♪ Fiche : En cours
♪ RP(s) en cours : Elementaire Ma chère Lily > Lily J. Conchran

Le discours d'un Roi > Raziel O'Connor

MessageSujet: Re: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   Dim 29 Jan - 14:56

Dubitative. Ce mot résume succinctement l'état d'esprit de Mewalck pendant que l'empereur lui tenait son discours.
La jeune femme n'avait jamais apprécié l'empereur vu que les règles de l'internat qu'il avait lui même édité l'avaient totalement dégénérée. Mewalck l'écoutait raconter sa vie, sa vie à elle, une chose qu'elle seule est sensée savoir. Ce "déballage" l'énervait légèrement, même beaucoup mais elle ne dis rien et garda son air impassible.
L'empereur en arriva à une conclusion sur son travail:
"-Si vous créez des marionnettes c'est que vous savez manipuler le monde selon votre imagination et votre intelligence. Car cette dernière ne peut réellement s'exprimer que par des pulsions créatrices. Je vois dans vos yeux que vous semblez triste, comme si...vous étiez vous-même devenue une marionnette..."

Il y avait beaucoup de vrai là dedans, Mewalck se sentait manipulée, surtout par l'empereur, mais néanmoins elle continua de l'écouter tranquillement, voir ce qu'il avait à lui proposer en contemplant en silence ses traits harmonieux.

"-Je vous propose une promotion très chère ; vous pouvez devenir conseillère de l'Empereur. La méticulosité de vos mains, la franchise de votre voix et de votre pensée, ainsi que votre intelligence, vous rendent bien plus riche que les aristocrates les plus connus. Je vous logerais ici même et vous pourrez conserver votre boutique modeste si vous le souhaitez."

La proposition était délicieuse, que de belles flatteries pour attirer cette jeune femme dans ses fils. Mais, Mewalck préparait déjà un plan qui se ficelait seconde après seconde. La jeune femme pris une grande inspiration.

"Votre Proposition est intéressante, néanmoins, je pense que vous comprendrez qu'après quelques années d'internat, je tiens à garder ma liberté. Mettons nous d'accord sur un compromis; J'accepte de vous aider et d'être toujours présente en cas de besoin, si en revanche, vous me laissez vivre dans mon appartement. Vous devez être au courant que cet appartement à une importance pour moi, vous savez tout de ma vie n'est ce pas?"

Elle affichait un sourire quelque peu narquois et son regard était confiant. Qu'allait il répondre à cela?


[Désolée c'est un peu court mais je n'avais plus d'idées x_x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Raziel O'Connor
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 21/02/2011
♦ Mes messages : 38
♦ Etoiles ★ : 279

MessageSujet: Re: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   Dim 29 Jan - 17:26

Le regard de la jeune femme lui assura qu'il ne pourrait pas tirer grand chose d'elle. Son sourire s'effaça quelque peu et il haussa les épaules lorsqu'elle avança une hypothèse qu'elle croyait elle-même irréfutable.
Il fit tinter sa tasse dans la soucoupe et poussa la tasse de Mewalck vers elle afin de l'inviter à se détendre ; il n'aimait pas négocier dans la tension. Pour une fois, le temps ne pressait pas. Et s'il pressait, Raziel, lui, continuerait de prendre son temps.

Ses bras se croisèrent légèrement contre sa poitrine tandis qu'il semblait réfléchir ; son regard se dénuda de toute vie, comme si ses yeux se révulsaient dans une introspection particulièrement compliquée. Après tout, son cerveau et son esprit ne s'étaient réveillés que depuis peu.
Enfin, il reporta son attention sur Mewalck après un temps qui aurait pu sembler interminable.

-Non, je ne sais pas tout. La vie serait ennuyeuse, sinon. Si je savais tout, je ne vous aurais même pas conviée ici ; une simple lettre et quelques gardes auraient suffi.

Le ton naturel avec lequel il conclut cette vérité tranchante attestait de la confiance qu'il reprenait peu à peu en sa personne.

-Je connais les faits mais je ne sais pas ce que vous pensez. Ce que je viens de vous dire est une conclusion logique établie à partir d'éléments visiblement réalisés. J'ignore et par conséquent je déduis. Après, c'est vrai, ou non. Mais votre regard ainsi que votre réponse semblent me donner raison.


Il se leva lentement avant de poser ses mains sur la table pour la dominer de sa hauteur. Le soleil qui brillait au dehors jeta une ombre squelettique mais imposante sur la petite table fleurie.

-Votre vie dans son entièreté est une thèse qu'il vous appartient de me raconter. Le marché que vous me proposez prouve tout simplement que ce que je dis est vrai : vous êtes une personne très intelligente et vous savez tourner la situation à votre avantage. C'est pourquoi je vous proposer de collaborer. On est toujours plus fort à deux que seuls, surtout en ce moment, n'est-ce pas ?

Question rhétorique à laquelle il répondit lui-même par un hochement de tête. Le ton de sa voix, délibérément plat et blanc, ne pouvait qu'énerver son invitée d'honneur. Il s'empressa d'en venir aux faits avant qu'elle ne lui file entre les doigts.


-Pourquoi cet appartement vous tient-il tant à cœur, alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Discours d'un Roi [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Discours d'un Roi [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: palais royal de sphera-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit