AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Clarice Jensen
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 01/01/2012
♦ Mes messages : 130
♦ Etoiles ★ : 302
♠ Humeur : neutre
♠ Emploi(s) : messagère itinérante
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : lire dans les pensées
♠ Sexualité & Statut : Inconnue et célibataire
♪ Fiche : Ci par là ~
♪ RP(s) en cours : † Douleur
❤️ Première amitié ♫
♬ Event ★
♦️ Rencontre
♠️ Chagrin
♪ Le désert

MessageSujet: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Ven 6 Jan - 22:37

« Vous remettrez ce pli à Warren X. Zähringen ».

« Bien Monsieur ».

Clarice se saisit du pli cacheté que l'homme lui tendait, et fit volte face, sortant à pas tranquilles du bar où le rendez vous avait été fixé.

* Warren Zähringen, rien que ça... * Un fin sourire s'étira sur ses lèvres, et elle se hâta de sortir d'Alzen, fendant aisément la foule, se contorsionnant pour éviter les gens si le besoin se faisait sentir.
Passant par les quartiers de la science afin de rejoindre l'aéroport des Abimes, la jeune femme jeta un œil vaguement intéressé aux différents gadgets futuristes.
Le nombre de boutiques contenant ces différentes babioles ne cessait de croître, et la rebelle se demanda si cette expansion allait perdurer encore longtemps.

Évitant habilement un type qui avançait sur une planche à moteur, Clarice parvint, après quelques rues, au dit aéroport, et s'empressa d'embarquer dans un aéronef à destination d'Opale, afin de mener à bien sa mission de transmission.

Une fois installée, elle jeta un œil scrutateur aux alentours et, constatant que personne ne s'intéressait à elle, elle examina longuement la missive cachetée puis poussa un juron mentalement. Impossible pour elle d'ouvrir le papier, sous peine de briser le complexe sceau de cire qui scellait la lettre.
Ce n'était pas un sceau basique que l'on aurait pu aisément répliquer, mais une figure composée d'entrelacements et figures géométriques. Et si jamais Zähringen connaissait le type qui l'envoyait et le sceau, l'avoir remplacé par un plus simple signerait tout juste des emmerdes incroyables...

Pas moyen de lire donc...

Prendre connaissance du contenu des messages qu'on lui confiait n'était certes pas très professionnel, mais instructif, et lui permettait d'agir et de tirer parti de certaines situations lorsqu'il s'agissait d'ordres de l'Empire.

Qui plus est, le message à transmettre était pour un Traqueur. Cela n'augurait rien de bon...

Le visage sombre, Clarice Jensen se mit à réfléchir quant au possible contenu... peut-être était ce un simple pli informatif, mais peut-être était ce une mission de capture d'un rebelle... Ou même un ordre d'exécution.

* Quel beau merdier... Cocotte, il va falloir ruser et rester suffisamment longtemps dans les limites de perception afin de connaître le contenu du papier... Et bien sûr, le type dont j'ai eu la mission ne pouvait pas penser à autre chose que ce à quoi je ressemblais sans ma cape, et en tenue légère. Pauvre con va. *

Soit, elle se débrouillerait donc avec les moyens du bord et improviserait.

Se composant à nouveau une mine tout à faire neutre, elle contempla le ciel puis le paysage qui défilait sous elle et s'autorisa même une courte sieste.

Rouvrant les yeux au bout de cinq minutes, Clarice constata que l'aéronef arrivait à destination : Opale.

Attendant sagement que l'engin se pose, puis que la sortie soit libérée du flot de gens pressés, la jeune femme détailla la ville.

On était bien loin d'Alzen et ses gratte ciel. La ville d'Opale paraissait vraiment rustique à côté, mais son côté oriental n'était pas déplaisant visuellement.

Se décidant enfin à sortir de l'aéronef, Clarice fut écrasée par la chaleur étouffante et les rayons brûlants du soleil.

* Seigneur, j'vais crever ici... *
Pestant une nouvelle fois contre le commanditaire qui l'envoyait dans cette fournaise, la jeune femme se dirigea vers un commerçant et lui demanda où elle pourrait trouver le ranch Zähringen.

« C'est dans le désert des sables ma p'tite dame, à dos de chameau vous devriez y arriver en une bonne heure, faut aller aux portes de la ville pour en louer un ».

« Je vous remercie ».

* Le désert... de mieux en mieux... *
Se faufilant vers l'entrée de la ville, elle ne put que constater qu'elle étouffait sous sa cape. Il était cependant hors de question qu'elle s'en sépare.

Mais il faisait si chaud...

Elle fit volte face, avisa un étal de vêtements après avoir jeté un regard circulaire à son environnement, et fit l'acquisition d'une cape de couleur plus claire mais tout autant opaque que la noire, qu'elle roula en boule et rangea dans son baluchon.

Injuriant à nouveau copieusement et mentalement le type qui lui avait donné cette mission, elle se jura mentalement d'éviter désormais toute mission qui pourrait l'amener à Opale et chercha un loueur de chameaux, qui lui expliqua brièvement comment on les montait, puis la direction à suivre pour rejoindre le ranch Zähringen.

Le remerciant poliment, Clarice grimpa sur l'animal et partit à travers le désert, pestant définitivement contre cette fichue chaleur, le soleil, et le sable.

Au bout d'une bonne heure à avancer sur le sable, elle distingua un grand bâtiment, ainsi qu'une annexe et un enclos. Le ranch Zähringen se dressait au loin devant elle.

Soupirant de soulagement, Clarice se redressa sur sa monture et continua sa route, cherchant des yeux une présence humaine.
Elle distingua au bout d'un moment une jeune femme juchée sur un cheval à la robe blanche et dirigea sa monture vers cette dernière.

« Bonjour, je cherche Warren Zähringen, j'ai un message à lui remettre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Franziska A. Zähringen
❝ Le monde des fins stratèges...

♦ Inscription le : 05/11/2011
♦ Mes messages : 5
♦ Etoiles ★ : 14
♠ Humeur : Sauvage ♪~
♠ Emploi(s) : Cowgirl.
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Transformation (totale ou partielle) en lionne.
♠ Sexualité & Statut : Bisexuelle, célibataire et souhaitant le rester.
♠ Mon rêve : Aucun en particulier.

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Dim 8 Jan - 20:41

[Sujet qui se déroule un peu avant les événements de l'Event.]

Sous le soleil particulièrement fort de cette journée, Franziska revissa son chapeau sur sa tête et ses larges lunettes de soleil sur son nez. Son père était absent aujourd'hui, du coup elle devait gérer toutes les affaires du ranch seule. Bon, elle en avait l'habitude, mais l'effort était aujourd'hui particulièrement insupportable. Le Soleil n'avait jamais trop été une menace pour elle, plutôt un doux compagnon. Mais il semblait cette fois d'humeur bien rebelle. Épongeant son front d'un revers de la manche de sa veste, elle jeta un regard sur les vastes étendues qui appartenaient à elle et son père et où se reposaient plusieurs centaines de chevaux... Qui avaient déjà eu plus fière allure. Eux aussi habitués à la chaleur pesante du désert opalien, la température d'aujourd'hui ne leur donnait toutefois pas vraiment envie de galoper partout. D'un côté, ça faisait un peu moins de boulot.

Laissant tomber la fourche qu'elle manipulait depuis de bonnes heures, elle alla retrouver son cheval Edelweiss, le chevauchant en un éclair. Prenant ses rênes, elle entreprit de faire rapidement un tour de la propriété, pour voir si toutes les bêtes se tenaient tranquilles. En somme, le Soleil blagueur à part, c'était encore une journée bien ordinaire. Même si, dans le reste du Monde, le vent du changement commençait à souffler. Levant les yeux au ciel, les plissant face aux rayons du Soleil, elle se perdit un instant sur quelques réflexions d'avenir. Avant que, le regard attiré par une ombre sur l'horizon ne la ramène à la réalité.

Juchée sur sa monture elle fit alors demi-tour pour se diriger vers l'entrée de la propriété. Les visiteurs étaient rares et généralement assez moyennement bien accueillis. Mais bon. À mesure qu'elle s'approchait, Franziska pouvait de mieux en mieux distinguer à qui elle allait avoir à faire. Apparemment, il ne s'agissait pas de quelqu'un habitué à Opale. Tout le monde savait ici que les chameaux, c'était plus un piège à touristes qu'autre chose. Enfin, ça dépannait quand on avait pas une réserve quasi-infinie de chevaux.

Edelweiss s'arrêta lorsqu'elle le lui ordonna, lorsqu'elle acheva d'avaler la distance qui les séparait encore de l'entrée du vaste enclos. Puis elle laissa leur visiteur s'approcher jusqu’à ce que celle-ci -puisqu'il s'agissait d'une jeune femme- se trouve face à elle. Alors qu'elle prononçait ses premiers mots, Franziska posa un pied au sol, une main posée sur le flanc de son cheval alors qu'elle plongeait son regard voilé par le noir de ses lunettes dans celui de son interlocutrice.


«Il n'est pas là aujourd'hui. Mais je suis sa fille, alors j'imagine que ça fera l'affaire.»

Franziska jeta un bref coup d’œil derrière-elle, en direction des chevaux, avant de reporter son attention sur celle qui lui faisait face.

«Par contre faites vite, j'ai à faire.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Clarice Jensen
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 01/01/2012
♦ Mes messages : 130
♦ Etoiles ★ : 302
♠ Humeur : neutre
♠ Emploi(s) : messagère itinérante
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : lire dans les pensées
♠ Sexualité & Statut : Inconnue et célibataire
♪ Fiche : Ci par là ~
♪ RP(s) en cours : † Douleur
❤️ Première amitié ♫
♬ Event ★
♦️ Rencontre
♠️ Chagrin
♪ Le désert

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Dim 8 Jan - 21:45


Clarice regarda la jeune femme mettre pied à terre alors qu'elle posait sa question. Son interlocutrice était vêtue de la parfaite panoplie de la cow girl. Elle ne put donc s'empêcher de sourire fugacement, moqueuse, puis, reprit un visage neutre en entendant la réponse mentale à sa question, poussant un léger juron mental.

«Il n'est pas là aujourd'hui. Mais je suis sa fille, alors j'imagine que ça fera l'affaire.»

La fille de Zähringen jeta ensuite un regard en arrière, vers les chevaux avant d'ajouter :

«Par contre faites vite, j'ai à faire.»

Ricanant intérieurement de la seconde réponse de la cow girl, Clarice se dit qu'elle n'allait au contraire, pas faire vite. Après avoir fait un voyage comme celui là, sous ce fichu soleil qui avait décidé de la brûler, elle méritait bien de se divertir un peu.

Elle regarda vaguement les chevaux, puis la jeune femme, et à nouveau les chevaux, puis le désert, prenant les différents éléments en considération et continua d'échafauder le début de plan qu'elle avait débuté en entendant les réponses mentales puis orales de mademoiselle Zähringen.

Prenant un ton légèrement embêté, elle se mordit la lèvre inférieure et lança :

« Ah il n'est pas là... C'est bien dommage... Et bien gênant...»

Prendre son temps pour s'expliquer, voilà qui, pour débuter, allait à coup sûr énerver l'Opalienne qui se tenait devant elle, ce qui ne manquerait pas d'amuser grandement la rebelle.

Sentant l'interrogation mentale et la contrariété de son interlocutrice, Clarice décida de s'expliquer, marquant parfois des pauses afin de bien choisir ses mots, et surtout d'entendre la jeune femme lui grogner mentalement de se bouger et de parler plus rapidement.

« Je crains de ne pas pouvoir vous remettre ce... message mademoiselle... L'émetteur m'a demandé de... de le donner en mains propres à votre père... Je... J'en suis navrée croyez le bien...».

Bien évidemment, Clarice n'était nullement navrée, et appréciait fortement d'entendre les pensées mécontentes de la fille de Zähringen.

Gardant sa mine embêtée, elle poursuivit :

«Cela n'a rien à voir avec vous... Juste que je me contente d'appliquer les ordres que l'ont m'a donnés... à savoir, lui remettre ceci en mains propres... »

C'était tout à fait faux bien sûr, mais elle avait envie de faire perdre du temps à la fille du Traqueur et aussi de demeurer un peu dans le coin pour glaner des informations bien que la chaleur du soleil lui donnait fortement envie de mettre les voiles.

Sentant la contrariété de la cow girl monter encore d'un cran, la femme à la cape ne put que ressentir une immense satisfaction et écouter avec délectation la future réponse de son interlocutrice, préparant déjà une contre attaque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Franziska A. Zähringen
❝ Le monde des fins stratèges...

♦ Inscription le : 05/11/2011
♦ Mes messages : 5
♦ Etoiles ★ : 14
♠ Humeur : Sauvage ♪~
♠ Emploi(s) : Cowgirl.
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Transformation (totale ou partielle) en lionne.
♠ Sexualité & Statut : Bisexuelle, célibataire et souhaitant le rester.
♠ Mon rêve : Aucun en particulier.

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Dim 8 Jan - 23:34

Ça allait mal finir.

Inconsciemment, faisant resurgir la lionne dormant en elle, Franziska laissa échapper un faible grognement félin entre ses fines lèvres, se demandant presque déjà à quelle sauce elle allait manger sa pénible interlocutrice. Fondamentalement, l'affaire aurait été vite réglée. La demoiselle passa un instant la langue sur ses canines aux allures de crocs. Puis finalement, se décida à résister à ses pulsions sanguines. Pas qu'elle aurait de quelconques problèmes si elle le faisait, elle doutait simplement que le repas que la jeune femme lui offrirait soit de très bon goût. Elle ricana intérieurement à cette pensée avant de se décider à reprendre la parole.


«Oh. Amusant.»

Cela ne faisait que confirmer sa première impression. Il s'agissait d'une demoiselle qui ne savait pas vraiment où elle se trouvait ni à qui elle avait à faire face. Et il était bien clair qu'elle se foutait allègrement de sa gueule, là. Il était simplement dommage qu'ici, les règles du jeu étaient un petit peu différentes de celles des autres endroits. D'autres auraient déjà détallé en laissant tomber le message, et ils auraient probablement eu bien raison. Mais après tout, si tout c'était passé trop facilement, cela n'aurait pas été bien drôle, n'est-il pas ?

«Je pense qu'on va vite pouvoir s'arranger.»

Le temps de terminer de prononcer ces mots, Franziska se trouvait à côté de la messagère dont elle saisit le col, le bras tendu, afin de la faire descendre avec force de sa monture. Le choc des cultures. La tenant fermement face à elle d'une main, elle tira de sa ceinture l'un de ses revolvers de la seconde, le plaquant sous son menton.

«Écoute, t'es bien mignonne mais tu vas pas faire chier longtemps. Donc au choix, tu me files ton message ou je me sers toute seule.»

Dans un dernier grognement, bien plus expressif que le premier, elle laissa un instant paraître ses crocs. Elle était pas franchement d'humeur et elle commençait à avoir faim, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Clarice Jensen
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 01/01/2012
♦ Mes messages : 130
♦ Etoiles ★ : 302
♠ Humeur : neutre
♠ Emploi(s) : messagère itinérante
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : lire dans les pensées
♠ Sexualité & Statut : Inconnue et célibataire
♪ Fiche : Ci par là ~
♪ RP(s) en cours : † Douleur
❤️ Première amitié ♫
♬ Event ★
♦️ Rencontre
♠️ Chagrin
♪ Le désert

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Dim 8 Jan - 23:59

Clarice n'était nullement effrayée par le comportement de l'Opalienne, toutes les pensées de cette dernière lui étant dévoilées.

*Ainsi donc tu as faim petite lionne... Tout ce que tu vas manger, c'est ton poney blanc si tu continues.*

Elle saisit la main qui la tenait et déclara platement en la regardant droit dans les yeux :

« Calmez vous. Ce n'est pas en tentant de m'impressionner que vous allez obtenir quelque chose de moi. Je ne suis pas du genre à faire dans mon pantalon pour un grognement. J'ai déjà eu affaire à bien pire. Alors remballez vos menaces et vos crocs. »

Puis elle serra le poignet de son interlocutrice, remonta doucement deux doigts sur un point sensible de sa main, sur lequel elle appuya, envoyant une onde de douleur pure à cette dernière, la faisant la lâcher.

« Si vous croyez être la seule capable de faire mal alors vous vous trompez royalement. »

Toute trace de bonhomie avait disparu des traits de la rebelle. Elle recula de quelques pas histoire d'avoir une petite marge de manœuvre pour le cas où. Intérieurement elle s'amusait. Flirter avec le danger, risquer sa vie. Il n'y avait rien de plus grisant. Mais demeurait une étincelle de méfiance et de raison. Il ne faudrait pas trop jouer avec le feu...

Il ne fallait pas jouer avec le feu... La limite était atteinte. Elle risquait de perdre un bout d'elle sous peu.
Il lui fallait prendre une décision.

« Alors maintenant, mademoiselle, deux choix se posent : soit je reste et j'attends le retour de votre père et on essaie de se tolérer pendant ce temps, soit je repars à Opale et je reviendrai à son retour pour lui donner ce que je dois. »

Le ton n'était pas à la plaisanterie, et les actions à venir non plus.

Au final, ce ne serait peut-être pas un de ces choix qui s'appliquerait...
Clarice était prête à parer à toutes les éventualités, et s'il fallait se battre, alors elle le ferait. Et s'il fallait fuir... Elle le ferait aussi. Mais elle ne serait certainement pas le repas de la fille de Zähringen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Franziska A. Zähringen
❝ Le monde des fins stratèges...

♦ Inscription le : 05/11/2011
♦ Mes messages : 5
♦ Etoiles ★ : 14
♠ Humeur : Sauvage ♪~
♠ Emploi(s) : Cowgirl.
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Transformation (totale ou partielle) en lionne.
♠ Sexualité & Statut : Bisexuelle, célibataire et souhaitant le rester.
♠ Mon rêve : Aucun en particulier.

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Lun 16 Jan - 18:52

«J'ai jamais parlé de menaces, chérie.»

Le revolver de Franziska cessa de viser le minois de son interlocutrice et dirigea plutôt sa gueule vers le ciel. Et elle tira. La détonation se répercuta en échos cinglants entre les dunes du vaste désert flamboyant qui s'étendait autour d'elles. Les chevaux, et plus particulièrement Edelweiss, passablement habitués à ce son, levèrent simplement la tête avant de retourner à leurs occupations animales, bien loin de celles de la jeune femme en ce moment. Par contre, il en était autrement du chameau sur lequel était venue la messagère, habitué aux ballades tranquilles dans un désert silencieux. L'animal, sans demander son reste et craignant probablement plus pour sa vie que pour son boulot détalla aussi rapidement qu'il le pouvait.

Non, elle menaçait pas Franzy. Elle avait pas que de la gueule. Promettre c'était pas son style, elle préférait agir. Simple subtilité. Revissant son chapeau sur sa tête, elle rangea son arme à sa ceinture avant de reprendre place sur le dos d'Edelweiss, comme pour inverser les rôles.


«Vas-y, retourne à Opale. Je viendrai me servir sur ton cadavre, si les tigres en laissent un peu.»

Elle avait assez perdu de temps à jouer et elle en avait marre de passer ses nerfs sur cette fille. Levant un instant les yeux au ciel, elle remarqua avec une profonde satisfaction que la température n'avait pas baissée, loin de là. Au moins, elle était certaine d'une chose : à moins d'être une grande aventurière ou juste suicidaire, se frayer un chemin à pieds jusqu'à Opale au milieu d'un désert brûlant probablement infesté de tigres qui ont la dalle à cette heure était passablement impossible. Du moins, quand on a pas l'habitude, quoi. Un sourire profondément supérieur lui barrant le visage, elle reporta son attention sur sa détestable interlocutrice. Dont elle doutait toujours autant de la comestibilité.

«Ou sinon on peut s'arranger quoi. Mais après tout, c'est plus franchement mon problème là.»

Le trajet jusqu'à Opale, elle faisait un nombre incalculable de fois par jours, par tous les temps, le tout en montrant à quelques bestioles qui était le patron. Mais évidemment, Franzy, elle était pas non plus du genre généreuse. Alors en attendant et jusqu'à nouvel ordre, y a des chances pour que l'autre demoiselle puisse aller se faire mettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Clarice Jensen
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 01/01/2012
♦ Mes messages : 130
♦ Etoiles ★ : 302
♠ Humeur : neutre
♠ Emploi(s) : messagère itinérante
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : lire dans les pensées
♠ Sexualité & Statut : Inconnue et célibataire
♪ Fiche : Ci par là ~
♪ RP(s) en cours : † Douleur
❤️ Première amitié ♫
♬ Event ★
♦️ Rencontre
♠️ Chagrin
♪ Le désert

MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   Mar 17 Jan - 0:26


Regardant son chameau partir à toute allure dans le désert, fonçant sur le sable comme si sa vie en dépendait, Clarice ne ressentit qu'une immense satisfaction. C'était pas plus mal, les canassons du coin avaient l'air plus valables.
Cependant, elle doutait que la jeune femme la laisse vivre assez longtemps pour en chevaucher un... Il lui faudrait donc se trouver un autre moyen de transport.
Se composant une mine neutre, elle fixa son interlocutrice en énonçant néanmoins d'une voix dépitée.

« C'est pas très cool de me priver de ma monture, vous savez. En plus, le pauvre animal ne méritait pas une terreur comme ça... J'suis bien surprise qu'il n'ait pas fait un arrêt cardiaque ce chameau... »


Fixant à nouveau tranquillement le désert, la jeune femme songea que oui, même dans cette situation, elle pourrait partir. Elle venait quand même d'Alzen, ville de la technologie. Stupide était cette Opalienne qui songeait que faire détaler sa monture lui causerait de grands tourments et la ferait devenir aussi douce qu'un petit agneau.

« Bon ben, comme vous l'avez dit, j'vais retourner à Opale. Et vous inquiétez pas, les gros matous j'adore ça ! »


Marquant un petit temps de pause, elle sourit à la jeune femme.

« Bien que je doute de votre inquiétude, au vu de votre comportement. Et puis, vous l'avez dit vous même, ce n'est plus votre problème.»

Examinant son corps, elle s'assura que sa cape et ses chaussures étaient bien ajustées, puis elle volte-face et commença à marcher tranquillement, en direction d'Opale.

« Bonne continuation Miss Zähringen. Attention où vous mettez vos crocs. »

Son ton était redevenu badin, mais Clarice restait sur ses gardes et ne tournait pas entièrement le dos à son interlocutrice, leçon de base de toute personne censée, qui était celle de ne pas tourner le dos à un ennemi. Le corps tendu dans ses mouvements, à la limite de la garde de combat, ses sens étaient aux abois, et elle savait que sa vie ne tenait qu'à un petit fil.

Elle ne devrait sa survie qu'à l'utilisation de ses capacités physiques et mentales, de son Karnevale... Et de son joujou technologique. Tout Alzenien digne de ce nom ne partait jamais sans un petit - ou plusieurs - gadget.

Clarice ne faisait pas exception à la règle, et elle était prête à utiliser ce qu'elle détenait afin que la fille Zähringen ne mette pas la main sur elle.

Pestant intérieurement contre ce soleil qu'elle haïssait définitivement, la jeune femme s'engagea de plus en plus dans le sable, déterminée à s'éloigner du ranch Zähringen, sous la chaleur torride.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un message pour Monsieur Zähringen [PV Franziska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: le désert des sables :: Le Ranch Zähringen-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit