AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 ♪ À l'aube d'un repas | PV Akiro Midori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité


MessageSujet: ♪ À l'aube d'un repas | PV Akiro Midori   Dim 2 Jan - 7:06


    Un souffle. Doux, simple et chaud. Un vent mesquin qui caresse lentement son cou. Lentement, les bras de Morphée se détache de son corps. Sur sa poitrine, l'adolescente ressent ce poids, bien que faible, mais présent. Le souffle se déplace vers son visage, s'arrêtant et disparaissant. Quelque chose d'humide s'approche et se frotte contre sa joue avant de devenir doux. Un bruit sourd se dissipe dans le silence de la demeure, un ronronnement. Ouvrant un œil, Charlie observe Léo qui se fait faiblement soulever au rythme de sa respiration. Le jeune chat, heureux d'avoir réveillé la jeune fille, se met à tourner en rond sur elle, ronronnement de plus belle. L'opalienne se relève, frottant d'une main ses yeux endormis et de l'autre, caressant le dos de son compagnon de lit.

      « Bon matin, Léo. »


    Délicatement, l'adolescente sort la jambe de sous les couvertures. Son pied se fait hésitant à toucher le sol, ne désirant point rencontrer la fraîcheur du matin. L'un se pose, accompagné du second et elle se lève complètement. Un grand chandail, beaucoup trop grand pour elle, lui sert de pyjama. Parfait lorsque les nuits sont chaudes à Opale ou si elles sont plus froides qu'à l'habitude. Son regard encore flou se tourne vers ses nombreux réveils matins et elle reste figée devant l'heure affichée. Si tôt? Et elle n'a pas l'envie de retourner dans son lit ? Sans se changer, Charlie sort de sa chambre et se dirige vers la cuisine. Léo la suit, comme tous les matins, désirant un petit repas. La jeune fille ouvre le réfrigérateur, attrapant une bouteille de lait pour la boire directement, l'idée de prendre un verre ne lui traversant pas l'esprit. Un miaulement se fait entendre à ses pieds et le chat errant se frotte contre elle. Sur la pointe de pieds, l'opalienne se dirige vers un bol déjà posé sur le sol, réservé à ce chat qu'elle considère comme le sien. Elle y verse le lait jusqu'à la moitié et retourne poser la bouteille là où elle l'avait prise.

    Toujours sur la pointe des pieds, la jeune enfant retourne dans sa chambre. Elle désirait surtout ne pas réveiller sa mère et encore moins la personne qui devait être avec elle, car il y avait bien quelqu'un puisqu'une nouvelle paire de chaussure régnait dans l'entrée. Fermant la porte de sa chambre, elle retira son chandail et enfila ces vêtements. Une chemise légère et bien blanche et une paire de jean. Charlie entendit une sorte de grattement à sa porte et allait pour l'ouvrir lorsque ses cinq cadrans se mirent à sonner, chacun plus bruyant l'un que l'autre. Comment faisait-elle pour ne pas entendre ce vacarme et le détester lorsqu'elle était bien réveillée? Accourant d'un sens pour tenter de tous les fermer, elle retourna à la porte pour l'ouvrir et voir le petit Léo, bien couché devant celle-ci, les babines dégoulinantes encore de lait frais. Passant sa main dans ces cheveux pour les démêler, attrapant sa casquette, elle retourna rapidement dans la cuisine, pris une simple pomme d'un rouge écarlate et tenta de se rendre subtilement vers la porte lorsqu'elle entendit des bruits de pas autre que les siens.

      « ..Charlie ? Tu. Tu pars déjà? Tu ne veux pas que .. »


    Jasmine n'eut point le temps de finir sa phrase que sa fille avait déjà ouvert la porte et était partie à la course, le chat blond derrière elle. Nue pied, elle se promenait dans la ville qui se réveillait lentement. Elle aurait certes préféré avoir ses souliers, mais si c'était pour ne pas voir sa mère, cela la comblait parfaitement. Le soleil était pourtant déjà levé et les marchants étaient levés depuis bien longtemps. Prenant des bouchées de sa pomme, elle en lançait de temps à autre au jeune chat qui les prenait, même s'il aurait préféré un bon poisson. Charlie était rendue au palais des conseils quand, comme toujours, Léo prenait un autre chemin. Elle savait qu'il allait revenir par la fenêtre de sa chambre pour dormir avec elle ce soir, mais la serveuse ignorait pourquoi il ne la suivait jamais plus loin que the bright town. Peut-être était-ce les cris des marchants qui ouvraient boutique qui l'effrayaient? L'adolescente prit son chemin habituel, saluant les restaurateurs et marchants qu'elle voyait tous les jours avant d'entrer dans son lieu de travail, qui était déjà ouvert. Quelques clients étaient déjà installés à des tables et les cuisiniers s'activaient à préparer de bons déjeuner.

    Saluant son patron, elle se retira dans la pièce réservée aux employés et enfila son uniforme. Sous son regard, elle semblait étrange avec une telle tenue, mais les autres serveuses disaient qu'il lui allait très bien et qu'elle n'avait pas le choix. Une robe noire qui arrêtait à la mi-cuisse, dont les manches étaient blanches et légèrement bouffantes. Autour du col, une boucle, qui pour sa part, était bleue. Chaque serveuse en avait une de couleur différente, ce qui était utile pour ne pas mélanger les uniformes. Elle remplaça sa casquette par une coiffe avant d'attacher son tablier autour de sa taille et quitta la pièce pour aller s'occuper de ses premiers clients. Ce métier ne la dérangeait pas, il était sympathique, avait un salaire tout de même respectable et ne lui demandait que de sourire et de poser des questions sans développement. Une heure passait et bientôt, cela aurait fait deux heures qu'elle était dans son lieu de travail. Le téléphone sonna et l'une des serveuses alla répondre. Une certaine inquiétude se lisait sur son visage et elle raccrocha avec crainte. Charlie n'ayant que deux clients à servir, sa partenaire de travail s'approcha d'elle et lui demanda coup de main. Son fils venait encore de se battre à l'école et elle devait y aller sur le champ. Elle n'avait qu'un client et lui demandait de s'en occuper. Pourquoi refuser? Cela lui ferait du pourboire et c'était son métier!

    La jeune fille s'approcha de la table du jeune homme, carnet et stylo en main puisque sa coéquipière ne lui avait que donné le menu avant de partir. Toujours nue pied, elle s'approcha de ce dernier, faisant apparaître un sourire sur son visage vide avant de lui poser la fameuse question..

      « Êtes-vous prêt à commander, Monsieur? »
Revenir en haut Aller en bas
 

♪ À l'aube d'un repas | PV Akiro Midori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: happy end for my memories... * :: rp abandonnés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Musique | Rock