AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 EVENT 2: La fête de Cupidon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité


MessageSujet: EVENT 2: La fête de Cupidon   Sam 12 Fév - 15:11

EVENT 2


Himmel posa la lanterne enfin terminée sur une branche d'arbre qui ne semblait attendre que ça, et l'alluma avec un vieux briquet, faisant naître une flamme à l'intérieur, des reflets rougeoyants s'échappant aussitôt pour se projeter sur l'eau tiède. Puis elle regarda derrière elle pour jeter un coup d'oeil à son travail qui lui avait pris une éternité. On pouvait dire que la décoration était fin prête. La jeune fille poussa un soupir. Pourquoi, de tous les lieux, de toutes les personnes, avait-il fallu que le destin la choisisse, elle? Elle ne le savait pas, et préférait ne pas y penser davantage. L'ambiance allait être plutôt spéciale pour ceux qui s'attendaient à une fête conventionnelle. On pouvait résumer celle-ci à un mot: naturelle. Tous les éléments ou presque étaient en bois, avec quelques rares touches de fer forgé et de papier. Sa cabane sur pilotis, le coeur, avait été nettoyée pour l'occasion, et de nombreuses petites bougies avaient été disposées, éclairant, en compagnie des lanternes de papier, les alentours d'une douce lueur rouge-orangée. La cabane était entourée de la mangrove qui semblait la protéger comme un cocon, les arbres et leurs feuilles vertes l'abritant tout en laissant une ouverture sur le ciel étoilé.

La jeune fille s'assit à son emplacement favori: au bord de la cabane, les pieds dans l'eau tiède. Il y avait plusieurs petites barques qui flottaient sur l'eau sur un rayon d'une dizaine de mètres , deux coussins ornés de lierre étaient alignés de part et d'autre de chacune d'entre elles. Il n'y avait aucun bruit autre que celui de la nature nocturne, mais elle avait le souvenir qu'un piano venu d'on ne sait ou et assez usagé, même si en état de marche, s'était échoué à une trentaine de mètres de là. Il ne faisait pas très chaud non plus, juste ce qu'il fallait, l'air ambiant un peu frisquet étant réchauffé par les flammes. Elle avait donc mis la même tenue que lorsqu'elle avait rencontré Miya: une de ses longues robes couleur corail et un gilet blanc. Seule différence, ses longs cheveux d'un blond platine étaient maintenant séparés en deux tresses qui lui descendaient jusqu'au creux des reins.

Elle attendait, calmement, silencieusement, la venue de ces personnes. Elle ne savait qu'approximativement combien elles étaient et ce nombre risquait de descendre si certaines étaient tuées en cours de route. Eh oui, même pour la Saint Valentin, Almancar ne devenait pas plus tendre... De plus, il fallait déjà trouver le moyen de venir, et pour ceux qui ne connaissaient pas le coin comme leur poche, ce serait en quémandant les services de l'un des nombreux bateliers du coin. Encore fallait-il distinguer les arnaqueurs qui vous emmèneraient vous faire détrousser des honnêtes gens (ces derniers étaient rares). Mais elle ne fit plus aucun bruit. Quelqu'un venait, on entendait des clapotis dans l'eau...



C'est parti pour du romantisme (ou pas)!
Ne vous attendez pas à ce que tout aille pour le mieux dans cette fête, vous êtes prévenus et non remboursés en cas de dégâts :D
Le système adopté pour l'event d'avant sera le même pour celui-ci, à savoir 15 jours pour répondre.
Et voici le tant attendu Ordre de passage:
  • Yimae
  • Osmanthe
  • Terek
  • Carol
  • Kuikui
  • Lawy
  • Emilian
  • Andy
  • Kastchei
  • Luka
  • Siam
  • Czes
  • Judy
  • Ziazan
  • Nath'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hermine - Amenthalys
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 30/01/2011
♦ Mes messages : 6
♦ Etoiles ★ : 38
♠ Emploi(s) : Aucun / En cours de formation

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Dim 13 Fév - 22:51

Une de ces méchantes créatures aurait pu confondre les cheveux d'Hermine avec des lianes, ce soir-là. Armée d'élastiques et de patience, la jeune fille s'était coiffée de longues et nombreuses tresses, rompant ainsi la monotonie de leur sombre raideur. Bien qu'elle eut aimé se séparer de ses grandes lunettes rondes et rouges, qui permettaient aisément de l'identifier, elle se révéla antipathique des lentilles qui lui conféraient des iris vitreux et larmoyants. Vêtue d'une simple toilette jaune pâle et d'un pull de laine turquoise, elle avait quitté Amenthalys il y avait maintenant bien deux heures. Elle savait qu'elle aurait, de toute manière, la lourde tâche de se débrouiller seule, comme elle l'avait toujours fait ; autant pouvoir se mouvoir avec facilité.

Mais Hermine avait plus d'un tour dans son sac.

Un simple carrosse l'avait conduite jusqu'au désert de sable qui séparait les deux villes. Auprès d'une dune, dressée comme une perruche sur un chameau frileux, l'attendait son amie Camille. La jeune Chasseuse n'avait pas quitté ses spartiates, ni même sa fine lame, mais pris la courtoisie de revêtir une robe bleue nuit fendue aux flancs. Elle semblait ainsi se fondre dans l'obscurité. Seul ses yeux brillants saillaient comme deux diamants contre la robe marine du firmament.

Ainsi escortée, la jeune fille parvint aux Marécages sans encombres. Parvenu à Almancar, le chameau dut faire demi-tour avec Camille, qui avait oublié quelque chose à Opale. Lui promettant un retour rapide, elle se détourna et disparu dans le souffle doré des dunes mouvementées.
Ne souhaitant pas attendre, au risque de se faire attaquer par quelque brigand, Hermine s'enfonça dans l'obscurité des marécages.

Clap, clap, clap.

La jeune fille avait enlevé ses sandales, et, la robe relevée, s'avançait vers la maison sur pilotis. La lueur de plusieurs dizaines de bougies attira son regard curieux. De la lumière, enfin !

- Il...y a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 14 Fév - 20:10

Le voyage jusqu’à Almancar avait été long et fastidieux. Bien que, prévoyante, elle ait emporté une tenue adéquate pour traverser le désert, puis les marécages, elle n’avait pas imaginé que le désert était si brûlant… et les marécages si humides. A l’entrée d’Almancar, Yimae, couverte de sable et de poussière, aurait bien apprécié de se nettoyer un peu, même dans l’eau opaque qui l’entourait. Mais elle ne tenait pas à avoir du retard, ou pire, à arriver la dernière.

Après avoir renoncer à se refaire une beauté, elle contempla le paysage sombre qui s’étalait devant elle. Et commença à se demander comment atteindre le lieu où la fête se déroulait. L’eau avait l’air boueuse et plutôt profonde. Bien sûr, Yimae aurait pu nager. Mais il y avait deux problèmes : elle ne pouvait pas nager tout en gardant son cadeau hors de l’eau. Et la deuxième raison, et non des moindres, était qu’elle ne savait pas nager. Et qu’elle avait une peur panique de l’eau. A cet instant, la jeune Alzienne avait presque failli faire demi-tour, retraverser le désert malgré la nuit qui pointait, et rentrer chez elle. Mais elle avait passé du temps pour préparer un cadeau, elle ne voulait pas avoir fait tout ça pour rien.

Heureusement, une barque avait accosté juste devant elle, et l’étrange homme qui la guidait, sûrement le Passeur, avait fait un signe pour que Yimae embarque. D’un pas léger, elle avait donc enjambé le rebord en bois en faisait bien attention à ne pas tomber dans les eaux maudites. D’une voix hésitante, elle avait confié au Passeur qu’elle se rendait chez une certaine Himmel Clare, mais l’homme avait hoché la tête comme s’il le savait déjà. Himmel… Elle ne la connaissait absolument pas, mais Yimae avait été convié chez elle avec l’ordre d’y emmener un cadeau. Elle avait peu hésité, prête à relever le défi.

C’est ainsi qu’elle s’était trouvé sur la barque, observant une petite maison au loin, illuminée par des bougies de toutes parts. Sans prononcer un mot, le Passeur conduisait le fragile canot flottant sur l’eau et la jeune albinos, contrainte d’accorder sa confiance au batelier, regardait les eaux du marécage avec méfiance. Quand ils furent enfin arrivés au niveau de la maison en bois, elle sauta de la barque avec ses affaires, désirant regagner la terre ferme le plus rapidement possible. Sans un bruit, sans un mot, le Passeur reparti.

Incapable de rejoindre une fête, ou même de croiser quelqu’un dans cet état lamentable, Yimae se déshabilla en vitesse, fourra ses affaires dans son sac et en sortit à la place une robe. Nue, mais impudique, elle se lava à grand renfort d’eau, plus claire à cet endroit. Enfin propre et débarrassée de toute la poussière et du sable du désert, un vieil habit lui permit de se sécher. Elle put finalement enfiler sa robe. Elle était rouge, mettant en valeur ses yeux d’albinos, et vaporeuse. Elle flottait autour d’elle comme un mirage, contrastant étonnamment avec sa peau blafarde. Elle releva ses cheveux pâles, laissant ses cicatrices sur son dos et ses épaules visibles. Bien malgré elle, le collier qu’Osmanthe le Traqueur lui avait imposé resplendissait sur sa poitrine.

Une fois prête, elle dissimula son sac et le cadeau dans un buisson et gagna la maison, qui était d’ailleurs plus une cabane en bois. Il y avait autant de bougie à l’intérieur qu’en dehors, inondant tout l’habitacle d’une lueur chaleureuse. Il ne semblait y avoir personne dans la maison. A part cette jeune fille qui était assise près de l’eau, et cette autre qui avait l’air un peu perdu et qui arrivait près de la maison. Ne sachant que faire, Yimae resta figée au milieu de la cabane.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Osmanthe Cathair
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 15/12/2010
♦ Mes messages : 89
♦ Etoiles ★ : 351
♠ Emploi(s) : Traqueur
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : None
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuel - célibataire
♠ Mon rêve : Trouver Karnevale Avenue

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mer 16 Fév - 16:48



Osmanthe observait pensivement la sombre masse formée par la forêt tandis que le dirigeable dans lequel il se trouvait amorçait son atterrissage. Le voyage depuis Alzen avait duré quelques heures pendant lesquelles il avait eu tout le temps d’envisager des milliers de scénarios possibles pour la fête à laquelle il se rendait, sans réussir au final à déterminer quelle tournure elle allait bien pouvoir prendre. Rien que le fait que cet évènement censé être romantique se déroule dans l’un des endroits les plus glauques de Sphera était quelque peu déconcertant. Ne pas pouvoir prévoir avec certitude le déroulement d’une mission gênait beaucoup le Traqueur. Oui, parce que Osmanthe ne se présenterait jamais à une fête tournant autour d’un sujet qu’il trouvait tout à fait ridicule sans une idée derrière la tête.
Lorsqu’il avait entendu parler du jeu de la cacahuète quelques jours auparavant, il avait tout de suite deviné que c’était le genre d’évènement dont les Karnevaliens raffolaient, et qu’il aurait de bonnes chances de recueillir des informations intéressantes là-bas. Se faire inviter n’avait pas été très difficile, grâce au réseau de relation et d’informations des Traqueurs.
En revanche, il avait préféré agir en solo, et ne possédait pas de filet de rattrapage au cas où cela tournerait mal. Mais il n’y avait aucune raison pour que cela arrive. Après tout, il ne s’agissait que d’une inoffensive fête, et lui n’avait pas pour l’instant d’autres objectif que celui d’observer silencieusement et d’en apprendre le plus possible. Il n’avait nullement l’intention de se faire remarquer, raison pour laquelle il avait laissé tomber son uniforme de Traqueur pour revêtir des vêtements sobres, passe-partout. Être habillé en civil le rendait toujours un peu nerveux, mais le poids de ses pistolets cachés au fond de sa sacoche était rassurant.

Une fois descendu du dirigeable, le Traqueur s’engagea sans hésitations dans la forêt.
Il dut marcher pendant quelques temps avant que l’atmosphère devienne de plus en plus humide, signe qu’il approchait du cœur des marécages.
Le passeur qu’il engagea ensuite n’avait pas franchement l’air très honnête, mais un canon sur la nuque étant toujours très motivant, il atteint la cabane où se déroulait la fête en un temps record et repartit encore plus rapidement.
Osmanthe le regarda s’éloigner en ramant frénétiquement, un sourire aux lèvres, avant de ranger son arme et de pénétrer à l’intérieur de l’habitation.
Dire qu’il y avait peu de monde aurait été un euphémisme.
Seules trois personne étaient présentes. Une jeune fille assise au bord de l’eau, un autre qui venait manifestement tout juste d’arriver, et une dernière plantée au milieu de la pièce.
S’il ne jeta qu’un regard rapide aux deux premières, il s’attarda sur l’adolescente debout à quelques mètres devant lui. Une peau presque trop pâle, des cheveux couleur neige et de nombreuses cicatrices barrant son dos et remontant jusqu’à ses épaules. Comme elle lui tournait le dos, et qu’elle portait une robe originale qui différait de la tenue dans la quelle il l’avait vue lors de leur dernière rencontre, le Traqueur n’avait pas reconnu tout de suite Yimae, mais il s’agissait sans aucun doute d’elle.
Etrange coïncidence, le monde était vraiment petit. Elle allait croire qu’il la poursuivait, enfin, cela importait peu. Ce qui était plus gênant, c’était qu’il avait prévu d’être incognito, chose désormais impossible. Il avait le choix entre essayer de ne pas se faire voir d’elle, ce qui allait être difficile vu la taille de la cabane, ou aller directement la voir, prenant le risque qu’elle crie au loup, ou plutôt, au Traqueur. Mais elle ne serait pas aussi bête, n’est-ce pas ?
Avec un petit soupir, il se dirigea d’un pas assuré vers la jeune albinos et lui attrapa le poignet afin qu’elle se retourne vers lui.

- Yimae, je suis absolument ravi de te rencontrer ici ! commença-t-il tout haut sur un ton guilleret, tout sourire, avant de se pencher légèrement pour lui murmurer à l’oreille :
- Et je te prierais de ne pas révéler mon identité, histoire que je n’aie pas abandonné mon uniforme pour rien.

Ceci dit, il se redressa, comme si rien ne s’était passé, toujours un léger sourire aux lèvres.

- Alors, qu’est ce qui t’amène ici ?

Question bateau et automatique, qui n’avait d’autre but que celui de l’occuper un peu en attendant que la cabane se remplisse. Il n’était même pas sûr qu’elle lui répondrait, et s’en moquait un peu. Ce n’était pas pour elle qu’il était là ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mer 16 Fév - 21:56

Les aéronefs c'est comme les meufs, une fois que t'as appris comment faire avec... bah non, au fait ça se perd très facilement. Surtout les aéronefs de course dont ils sortent des nouveaux modèles presque tous les ans, tu sors du circuit quinze ans à peine et t'es même plus foutu de déchiffrer un tableau de bord. C'est en quelque sorte la raison pour laquelle Terek volait vers Almancar dans un modèle complètement obsolète : la bête avait l'air d'un croisement entre une DeLorean et un avion de chasse de la préhistoire. Mais ça ne le dérangeait pas tant que ça, d'une part la machine était en parfait état de marche, et d'autre part, il ne se rendait pas dans la région la plus craignos de Sphera pour frimer avec. Celui-là n'était même pas le sien, il faut croire que son appareil à lui était mort depuis quinze ans presque... ce pourquoi il avait en quelque sorte dû user de ses atouts féminins auprès d'un ancien collègue de pilotage qui avait miraculeusement gardé son modèle de l'ancienne génération. Sérieusement, il n'aimait pas faire ça. Mais il le fallait bien vu qu'une machine du genre lui aurait coûté deux ans de salaire, que la ligne de transports en commun avait la sale habitude de croiser la route de vols d'oiseaux migrateurs et qu'il ne pouvait en aucun cas se défiler. Pas moyen de se rappeler pourquoi, où quand et comment il en était arrivé là, mais il fallait bien assumer ce qu'il faisait les jours où il décidait de se flinguer le cerveau à coup d'absinthe, d'autant plus que vu l'identité de sa cible il n'avait pas vraiment le choix. Cela dit il ne serait pas étonné que tout ça ne soit qu'une grosse blague, sûr qu'il y aurait du Karnevalien même. Enfin, en attendant ça aurait pu être pire vu que la date était tombée pendant ses congés de mi-saison... qu'il loupe un jour de travail pour une connerie du genre, il ne manquerait plus que ça. Il volait depuis environ trois heures, et le système antigravifique avait encore largement assez de jus pour effectuer le retour. Encore heureux, pas question de se taper le trajet par la voie terrestre. Les marécages étaient enfin en vue, pas trop tôt, la nuit commençait à tomber et le radar déconnait sérieusement... à moins qu'il y ait effectivement eu quatre dirigeables invisibles à très exactement vingt centimètres derrière son aéronef, ce dont l'alzenien doutait sincèrement.

Terek accéléra vers la forêt qui ne serait bientôt plus à l'horizon de l'autre côté de son pare-brise. La baisse de luminosité lui permettait même d'y voir son reflet... du moins celui du masque à oxygène et des lunettes de protection anti-ultraviolets, et ça ne l'aidait pas à voir ce qui se passait devant lui. Le radar lui indiquait à présent mille-cinq-cent mètres d'altitude, ben voyons, il avait déjà entamé sa descente et s'il était bien certain d'une chose c'était d'être passé sous la couche nuageuse depuis dix minutes au moins. Il faudrait qu'il atterrisse à vue dans les marécages, super, génial, youpi. Il le ferait au pire, mais le propriétaire de la machine n'irait pas se plaindre de la retrouver avec une carrosserie rayée. Au moins l'emplacement était rendu assez visible par... l'éclairage de l'endroit. Merde, c'était vraiment inondé par ici. Soit, les habitants ne vivaient pas dans l'eau non plus, il y avait bien quelques endroits où on pouvait faire atterrir des aéronefs, d'autant plus que le sien n'était pas plus grand qu'une bagnole à vrai dire. Justement il y avait une place avec pas trop d'arbres et où on voyait le sol, juste assez à l'écart du lieu de rendez-vous, amen. Il entra à ce moment-là sur le clavier la commande correspondant au passage en pilotage manuel afin d'éviter le pire et fit passer l'appareil silencieux entre les branches pour l'arrêter à environ un mètre du sol. Pour ça il n'avait pas perdu l'habitude : ce genre d'aéronefs n'aimait pas l'humidité une fois que le moteur ne tournait plus, il fallait que le système antigravifique reste en marche dans de pareilles conditions ou bien tout ça mettrait dix ans à redémarrer. Bien entendu Terek n'était pas assez con pour laisser la machine seule dans cet endroit plus que louche, aussi il verrouilla sa portière blindée après s'être dégagé de l'étroite cabine de pilotage sans oublier de prendre sa mallette qui, pour le coup, contenait tout ce dont il aurait besoin.

Lorsqu'il sauta de l'aéronef qui tournait au ralenti en attendant son retour il craignit un instant d'atterrir dans la vase, mais il eut de la chance et arriva sur du sec. Une fois la machine arrimée à un arbre qui n'avait pas trop l'air de tomber en ruine, il se dirigea vers les lumières qui indiquaient la présence humaine, et par conséquent l'endroit où il devait se rendre. Ils appelaient ça une fête, mais cela lui avait plutôt l'air d'une réunion pour la grande secte des vénérateurs de mites lépreuses. Mais pour le coup, il n'avait rien à dire vu son apparence à lui, limite il était venu en tenue de travail, alors bon. Non, pas celle d'ouvrier, celle qui le faisait ressembler à la péripatéticienne de base, à l'exception de son écharpe qui dissimulait la moitié inférieure de son visage. Fallait quand même pas déconner. Il était encore trop préoccupé par ce qu'il aurait à faire pour s'inquiéter de tout ce que ne masquait pas sa minijupe en latex sur ses hanches de mec.

Il fut sur place quelques minutes plus tard, il n'y avait pas encore beaucoup de monde, et pratiquement que des gosses : un jeune homme ainsi que trois filles, dont une albinos qui n'était pas celle qu'il cherchait ce soir. Tant pis, il attendrait. Terek baissa son écharpe, il n'y avait encore personne qui serait en mesure de le reconnaître pour l'instant et il pouvait bien s'en griller une en attendant. Son visage n'exprimait rien le temps qu'il allume sa cigarette, mais en réalité il était juste mort de trouille. Sans déconner... pourquoi avait-il fallu que ça tombe sur lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Jeu 17 Fév - 22:24

    Pour ma part, je n'étais pas du genre à m'aventurer à piloter une machine volante ou à crapahuter à pieds dans les marais cages. J'avais préféré prendre un vaisseau civil depuis Amenthalys jusqu'à l'Almencar, où je devais bien l'admettre, je n'aurai jamais eu l'idée d'aller. Il fallait dire que je ne fréquentais pas les endroits vaseux, avec des moustiques, qui sentaient la charogne, etc. Pour un peu, lorsque je j'avais reçu la lettre qui indiquait le lieu j'avais été tenté "d'oublier" l'évènement. La simple annonce de cette soirée en terres répugnantes avait fait rire mon frère aux éclats. Moi, le précieux Carol au milieu des eaux troubles et des araignées tentaculaires? ... Mais oui, je m'y rendais bien. Officiellement, c'était un vague sentiment enthousiasme, officieusement, et même si je refusais de me l'avouer, c'était pour revoir Himmel.

    Depuis une semaine, je commençais à manger normalement. Et même si je n'avais pas retrouver un poids normal, je tenais sur mes jambes, mes traits étaient moins tirés, je souriais de nouveau. Sur un coup de tête, j'avais été me racheter des vêtements, plus adaptés à ma nouvelle silhouette. Le costume que je portais aujourd'hui d'ailleurs faisait partie de ces fameux achats. Très chic, très bourgeois, bien taillé et en beau tissu, le pantalon noir se mariait avec la chemise ivoire que je portais. Le noeux papillon rouge, défait, ajoutait une touche de couleur qui me perturbait encore un peu. Mais Lewis avait insisté en me disant que sinon je ressemblais à un croque-mort. A cet argument, j'avais cédé. Inutile que rajouter du glauque à un endroit qui l'était déjà suffisamment.

    Assis en face d'une jeune fille occupée à lire, je regardais par la fenêtre le paysage défile. Mes doigts gantés caressaient rêveusement le velours rouge de l'accoudoir. Et si je voyais Himmel... qu'allais-je faire ? Comment allais-je réagir ? J'allais bégayer, bafouiller et lui parlant de choses idiotes ? J'allais adopter l'image d'un grand frère, d'un ami, ou d'un homme transi ? Oh pitié, il fallait absolument que mes sentiments disparaissent.... peut-être qu'à sa vue je ne sentirai plus le malaise, l'angoisse malsaine qui m'enserrait le coeur. Oui... si possible.

    Arrivé au abords du marais cage, je sortis du semblant de gare pour gagner les quais, prenant soin de marcher sur les lattes de bois en évitant les trous creusés par l'humidité dans les potons. Mes chaussures brillaient de propreté, mais j'avais peur qu'à peine arrivé à la fête, je retrouverai mes semelles dans un état lamentable. Malencontreusement, j'administrais un violent coups de pied à ce qui semblait être un amas de mousse végétale. Une petite créature, semblable à un crabe se dressa sur ses pattes et commença à claquer furieusement de ses pinces. Assez peu disposé à me faire un insulté par un crustacé mutant, je balançai discrètement le petit monstre dans le lagon, d'un vigoureux coup de talon. Ni vu ni connu!

    "Monsieur ?"


    Je frémis. Un petit vieux me faisait des signes. Avais-je expédié en orbite son animal de compagnie?

    "Vous venez pour la fête ?"

    Surpris, je fis quelques pas vers son ponton. Sa silhouette tanguait au gré de vaguelettes qui ridaient la surface de l'eau, debout sur une barque.

    "Je vous emmène pour la somme modique de...
    -Vous savez où se trouve cette fête ?
    -Bien sur.
    -Et laquelle est-ce ?
    -Celle chez Mademoiselle Clare.
    -Très bien, emmenez moi."

    Je me laissais tomber dans la barque avec autant de légèrement qu'une enclume. Je détestais l'eau, cela me rendait malade. Surtout de savoir que sous cette masse trouble pouvaient habiter des créatures gigantesques et monstrueuses.... bon, probablement pas si grandes que ça puisque la barque avançait à l'aide d'une perche assez courte... mais ils avaient certainement pleins de dents! Ah! Si j'avais su nager, j'aurai pu mourir d'une façon un peu moins lamentable que la noyade.

    "Y'a plein de touristes! C'est rare ça!"

    Lui lança le bonhomme, apparemment ravi d'avoir un jeune homme de bonne famille et probablement riche comme client.

    "Oui je suppose..."

    Répondis-je poliment. Enfin quoi! Je n'allais quand même pas lui dire que des trous à rats comme ça attiraient le gratin de la capitale! En parlant de cela, une boule de poils de vingts centimètres passa en brasse devant l'embarcation. Je ne pus réprimer le mouvement de dégoût. Oh mon dieu! Où avais-je atterris ?

    Voilà monsieur, c'est juste là.
    Vers les bougies ?
    Oui.

    Génial! Je n'entendais ni musique ni conversation seulement une flopée de bougies allumée en vue de la journée déclinante. Je remerciais mon guide, sauta sur la berge et lui donna probablement de quoi s'acheter un navire de guerre. Mon sac rempli de cadeaux, je montais jusqu'à la cabane sur pilotis. Lorsque j'entrais, je vis un couple en train de discuter dont la femme semblait fort jeune dans sa robe rouge. Deux petites filles bavardaient, l'une portait des lunettes, l'autre de belles sandales. Mais c'étaient les dernières personnes qui restaient les plus intéressantes. Et pour cause!

    La première n'était autre que le travesti que j'avais rencontré quelques semaines plutôt à Amenthalys en compagnie de la jeune femme aux cheveux verts. Absolument antipathique et aussi savamment maquillé comme vaisseau volé, il trainait un aura alcoolisé autour de sa jupe en latex de très bon goût. Travaillant pour le gouvernement et pochtron notoire, je me méfiais purement et simplement de sa personne. D'un geste poli, je lui adressai tout de même un signe de tête, même si j'avais été nettement moins mesuré pendant notre première rencontre.

    La deuxième n'était autre que Himmel. A sa vue, j'avais cru que mon coeur allait s'arrêter. J'étais pétrifié devant ces yeux verts, devant sa chevelure doré et sa tenue ravissante. Je me mordis la joue et m'avançai vers elle. Je lui souris simplement, tentant de paraitre le plus calme possible, le plus décontracté, le plus naturel.

    "Bonsoir Mademoiselle Himmel."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kiukirilya Whitehill
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 29/04/2010
♦ Mes messages : 424
♦ Etoiles ★ : 311
♠ Humeur : Neutre
♠ Emploi(s) : Travail à mi-temps chez Holystone électroménager
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Contrôle du papier
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle & célibataire
♠ Mon rêve : faire quelque chose de bien...
♪ Fiche : I hate book
♪ Relationships : Kiu's link

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mer 23 Fév - 0:11

    Et voilà, Kiukirilya se retrouvait encore embarquée dans une situation étrange. Tout cela, une fois de plus, par la faute de son amie aux cheveux verts alias Lawena Harvent. En effet, cette dernière avait décidé d'inscrire Kiu, Czeslaw et elle-même à un stupide jeu de cacahuète pour la Saint Valentin. Kiukiu trouvait la chose plus louche qu'autre chose... De plus l'évènement se déroulait à Almancar, c'est pour dire. Lawena avait de la chance que Kiukirilya l'aime beaucoup et qu'elle soit un peu trop gentille, sinon jamais la jeune albinos n'aurait mis les pieds dans cet endroit. Kiu n'aimait pas l'eau et les marécages d'Almancar étaient surement le lieu le plus humide de Sphéra. Et encore c'était le moins rebutant de toutes les raisons qu'ils pouvaient y avoir de ne pas s'aventurer dans ce lieu. On disait que l'endroit était peuplé par un tas de créatures malveillantes, il y avait pleins de moustiques, les gens vous arnaquaient à chaque détour de flaques, bref merci Lawy. Fort heureusement, la jeune Almenthalysienne avait l'habitude du caractère désinvolte et suicidaire de son amie et elle l'aimait beaucoup comme elle était. Elle avait néanmoins négocié un cageot de pommes remplit à ras bord pour accepter de l'accompagner dans cette aventure amoureuse.

    Le voyage s'annonça très difficile, en effet Kiu détestait la vitesse et Czeslaw tous les engins capablent de voler et le comble c'était que Lawena voulait absolument y aller en tapis volant. Oui vous avez bien lu, tapis volant. C'était surement sa nouvelle lubie. Elle y tenait tellement qu'elle supplia si ce n'est pas obligea, Czes et Kiu à en faire un. Finalement ils acceptèrent et bricolèrent un tapis volant pour faire plaisir à Lawy. Heureusement, le tapis ne fit pas cent mètres (avec seulement Lawena à bords) qu'il tomba en panne et il fut impossible de le redémarrer. Czeslaw et Kiukiu étaient évidemment tout à fait étrangers à ce malheureux dysfonctionnement. Oui monsieur le juge pures et innocents. Ayant perdu beaucoup de temps dans la fabrication de ce tapis volant, le trios dû se rendre à Almancar en prenant l'option: ''navette, lente, sécurisée, avec l'option sac à vomis... ''

    Ils arrivèrent alors enfin sain, sauf et en entier devant les marais d'Almancar. A la vu de l'endroit, Kiu ne regretta pas d'avoir réfléchi deux secondes avant de s'habiller pour se rendre à cette stupide fête. En effet, devinant qu'elle devrait faire face à des conditions climatiques inhabituelles, Kiu avait bien pensé à son accoutrement... Enfin un peu... pas beaucoup... plus que d'habitude. Elle portait un short en jean qui descendait jusqu'aux genoux, un haut à manche courte blanc et un gilet noir très simple. Elle avait enfilé une paire de botte noire, qu'elle espérait, résisterait aux marais. On peut d'ailleurs remarquer sur ces bottes le motif d'une tête de grenouille en haut. Kiu était pourtant loin d'aimer ces batraciens comme son patron, mais vous savez lorsque l'on voit dans la rue tout le monde avec le même portable, le même sac, cela incite à consommer la même chose. Eh bien voir tous les jours quelqu'un avec un énorme chapeau de grenouille sur la tête oriente notre petite Kiukiu à penser à ces amphibiens plus qu'elle ne le voudrait. Mais passons ce détail. Une fois arrivé dans les marais ils leur fallaient encore trouver un moyen de se rendre chez leur hôte. Or les habitants de ce lieu avaient tous des têtes plus louches les uns que les autres. C'est là que Lawena se montra fort utile, pour une fois, et grâce à elle, ils réussirent à trouver quelqu'un de suffisamment honnête pour les emmener à destination à un prix raisonnable et sans risquer de finir au fond de la vase. Cependant, leur guide était peut-être assez honnête pour ne pas les arnaquer, mais son sens de l'humour laissait à désirer. Faire tanguer le bateau pour les effrayer n'était pas une bonne idée... Kiukiu se maudissait de ne pas avoir un dictionnaire sur elle.

    Finalement Kiu aperçut enfin de petites lumières, puis quelques coups de rames plus tard une jolie petite maison sur pilotis. Ils débarquèrent puis après avoir payé le passeur le prix convenu, Kiu s'autorisa une bref observation des invités, le visage impassible comme d'habitude. Elle ne connaissait personne. Il y avait un? Une? Énergumène aux cheveux verts, une jeune fille aux longs cheveux blonds dont les pieds barbotaient dans l'eau, Kiu devina qu'elle devait être la propriétaire de l'endroit. Drôle de lieu de vie. A côté d'elle se trouvait un jeune homme dont les ascendances bourgeoises voire aristocrates se devinait facilement. Il y avait aussi une jeune fille aux cheveux noirs qui n'avait pas l'air très à l'aise, un jeune homme à la même chevelure et ce dernier parlait à une jeune fille qui était albinos comme Kiukirliya. Cette dernière fut étonnée de voir quelqu'un à l'apparence si similaire à la sienne. Elle observa la jeune fille plus longuement encore surprise par ce hasard incroyable. L'albinisme n'était pas une maladie très répandu, la seule personne qu'elle savait albinos comme elle était l'une des princesses. Mais elle ne l'avait jamais vue. Il y avait aussi un piano pas très loin, rien que pour ces deux raisons, Kiu n'assommera pas Lawena tout de suite. Fidèle à elle-même, elle resta silencieuse, accordant un simple hochement de tête à la cantonade en guise de bonsoir. De toute façon son amie sera d'une grande discrétion dans pas moins de deux secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Dim 27 Fév - 19:17

Almancar… Tout un monde de différence avec Alzen, n'est-il pas ? Lune est composée de gratte-ciels, l'autre s'embourbe dans des marécages. Là où l'une a développé la technologie la plus à la pointe de tout Sphera, l'autre s'éclaire encore à la bougie. On se doute donc bien quel effet de dépaysement peut produire une visite dans la forêt sur une alzénienne pure souche, le genre à ne se séparer de son téléphone dernier cri sous aucun prétexte et à sortir un gadget high-tech pour n'importe quelle situation de la vie quotidienne.

C'était pour ça que Lawena avait voulu un tapis volant. Parce que ç'aurait été un pur bijou de technologie, et puis… Et puis c'était la classe, un tapis volant, ça fait une super impression à l'arrivée. Mais elle ne l'avait pas eu. La tentative de Czes et Kiukiu d'en construire un n'avait pas fonctionnée, et c'était genre pas drôle du tout. Ça l'était d'autant moins qu'étrangement, elle avait perçu comme un écho dans leurs voix quand ils lui avaient assuré n'y être pour absolument rien… C'est étrange comme vos amis peuvent parfois oublier votre karnevale. Du coup, elle avait boudé pendant une partie affreusement longue du voyage en navette, c'est-à-dire qu'elle ne leur avait pas adressé la parole durant une des nombreuses heures du trajet, se plongeant dans un bouquin sorti des profondeurs abyssales de son sac. Sac qui contenait d'ailleurs, entre autres, le cadeau pour la personne tirée au sort, un ou deux pavés pour pouvoir lancer sa super attaque spéciale du sac-tourbillonnant-qui-assomme-tout-le-monde en cas d'attaque de pirates, et de quoi se changer si jamais sa tenue s'abimait dans les marécages. Sa tenue, parlons-en d'ailleurs. Si elle était plus prévoyante que Kiu et avait pensé à prendre de quoi s'armer, elle avait tout de même un sens pratique moins développé, puisqu'elle avait ressorti la petite robe dont elle s'était retrouvée affublée lors de la soirée au midnight et qu'elle avait gardée, puisque qu'elle n'était jamais redevenue le jean et la chemise qu'elle était à la base. Associée à des talons relativement hauts achetés spécialement pour l'occasion, elle n'était pas vraiment habillée de manière à crapahuter dans les marais. C'est pourquoi elle écouta avec soin les bateleurs qui lui proposaient leurs services, écartant un à un tous les "vous ne trouverez pas de prix plus bas", "avec moi vous êtes sûrs d'arriver à bon port" et autres "je ne suis pas comme les arnaqueurs qui me servent de confrères" un peu trop résonnants pour en trouver un, un peu âgé peut-être, mais honnête. Ou du moins, ce qui s'en approchait le plus dans cet endroit. Cependant, en plus d'être plus ou moins honnête, l'homme se révéla être d'humeur bavarde, et leur révéla que la fête promettait d'être splendide, étant donné le nombre de brigands qui s'étaient rassemblés dans les parages.

Les trois amis arrivèrent donc sans encombre à l'endroit où se déroulait la soirée, et c'est une Lawena aux anges que l'on trouva une fois qu'elle eut embrassé du regard le décor.

    - Czeeees ! Kiukiuuuuu ! Vous avez vu ça ? C'est trop beau, trop romantique, toutes ces bougies ! Ooooh, ça va être trop bien !


Bon, on va faire comme si elle ne leur disait pas ça à chaque fois qu'elle les traînait en soirée, ou presque. Le deuxième regard lui fit embrasser les personnes déjà présentes plutôt que le décor. Apparemment, ils arrivaient dans les premiers, puisque seules quelques personnes étaient déjà présentes. Quelques inconnus, comme c'était le cas dans toutes les fêtes, mais aussi l'homme qui avait pris sa défense dans les rues d'Amenthalys, en grande conversation avec celle qui semblait être l'organisatrice de la fête puisque la seule qui soit parfaitement intégrée au décor, ainsi que la femme qui avait constitué le dernier morceau de cet étrange trio conversant dans la capitale. Ou l'homme, Lawena ne s'était pas encore décidée. Seulement, homme ou femme, l'alzénienne ne put réprimer une grimace en l'apercevant. La soirée risquait fort de se transformer en migraine…

Un troisième regard plus précis lui permit de comprendre que la personne à qui elle devait offrir un cadeau n'était pas encore là, puisqu'elle ne voyait pas le visage de la photo qui avait accompagné le nom. Il lui faudrait donc patienter un peu avant l'échange. En attendant, elle attrapa Kiukiu par un bras tandis que l'autre récupérait Czes et les entraîna vers Carol.
    - Venez, je connais le monsieur blond là-bas, je vais vous le présenter, vous verrez, il est super gentil !


Non, personne ne lui avait jamais appris qu'interrompre les conversations des gens, c'était Mal.




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sandra V. Lutwidge
♥

♦ Inscription le : 17/07/2010
♦ Mes messages : 350
♦ Etoiles ★ : 397
♠ Humeur : Gruml.
♠ Emploi(s) : Traqueur
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Création et maîtrise de la météo.
♠ Sexualité & Statut : Aime les garçons & le célibat.
♪ Fiche : « Pride ans Prejudices. »
♪ RP(s) en cours : 1 ; 2 ; 3 ; 4.

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Jeu 3 Mar - 1:28

Une flemme intense avait parcouru son corps le matin même où il devait se rendre à Almancar. En bon garçon élevé à la noble, il se devait de venir à cette soirée et évènement prévue depuis... Si longtemps ? Le sort s'acharnait sur lui pour qu'un de ses amis l'inscrive à ce genre de jeu dont il n'était pas du tout fan. Si on pouvait dire ça comme ça. Ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait. Juste la force. Limite en train de ramper sur son lit pour enlever son pyjama si cela pouvait donner une idée. Dans un élan de flemmardise et de paralysie, il réussit à se lever, à s'habiller et à sortir de sa chambre, non sans avoir ouvert à demi ses petits yeux, fatigué de la nuit de la vieille. Qui avait dit qu'un aristocrate ne pouvait pas fêter l'anniversaire d'un ami dignement comme un simple poivrot ? Pas d'alcool pour lui, non. Mais c'était quand même les jus non alcoolisés qui l'avait mis KO. Qui était l'idiot qui avait rajouté du vin dans le jus de raisin ?!

Cependant, quand il su où se déroulerait cela, il ne pu s'empêcher de penser quelque chose du genre holy crap ou un mot grossier qui ne serait jamais sortit de sa bouche mais qui viendrait du fond du coeur (et du cerveau). Car oui, môssieur n'aimait pas les endroits gluants. Môssieur n'aimait pas les araignées. Môssieur n'aimait tout simplement pas Almancar ! Humide, chaud, parfait pour faire pousser un gazon verdoyant et en pleine santé ! Si l'humidité et la chaleur étaient au même endroit. Entre les marais sales, verts et gluants et les désert où on ne voyait que du sable à 63 kilomètres à la ronde, c'était dur.... Et il y avait des personnes assez courageuses qui pouvaient y vivre. Elles avaient tout le respect d' Emilian, c'était sûr ça. Donc pour moyen de transport, comme un idiot de riche, il avait penser à une navette privée. Si seulement son père ne lui avait pas dit qu'il était contre ce genre de choses... Alors ce sera la navette tout court. Habillé certes, d'une manière chic et classique, le chanteur se demandait réellement s'il n'aurait pas dû s'habiller de façon plus décontracté. Il avait avec lui et lors de l'embarquement, le paquet qu'il devra donner à une certaine personne, plus tard dans la soirée.
Le problème avec Emy, c'est qu'on ne sait pas s'il est content ou non. Avec son air toujours et encore stoïque, comme pour dire "je m'en fiche", impossible de décrypter ses sentiments. Et le pire dans tout ça, c'était qu'il y aurait plein de monde. Et qu'il espérait bien que ce ne soit pas des filles qui lui sauterai dessus comme durant les fins de concerts. Oh non, pitié pas ça. Il était assez écrasé lors de ses représentation, alors si ce n'était pas pour le travail, il dirait non et retournerait sur ses pas. Le cadeau, il le laisserait juste à l'entrée avec un mot. Ou comme se comporter en froussard, by Emilian Saurel. Mais en plus, la personne à qui il devait offrir le paquet, il ne la connaissait même pas ! Non, lui, en bon dépensier qui ne sait pas comment dépenser son argent, il préfère faire une enquête sur ladite personne et ensuite voir quoi lui acheter/faire. Ahah, très drôle.

Enfin arrivé. Durant tout le trajet, la seule chose de bien qu'il eut fait c'était de lire un livre. Une sorte de roman parlant de l'art de la peinture et de la musique. Livre que son imprésario lui a conseillé (et forcé à lire). On croirait voir un prof avec son élève. Et là, vision d'horreur. Ou pas, tout était relatif. Le marais était bel et bien comme on le lui avait décrit. Très sale. Son beau costume risquait de finir en pièce détaché avant même que le bout d'homme ne puisse atteindre le quai. Il évitait tout ce qui ne ressemblait pas à du bois solide et qui lui permettrait de garder sa dignité. Toujours avec son air indifférent. On aurait dit un acrobate novice essayant de rester sur le bout de fil avec son gros bâton pour le maintenir en équilibre. Et par miracle, il était arrivé à bon port. Un nouveau problème commençait à montrer le bout de son nez. Il faisait comme du coup, Emilian, pour se rendre à la fête ? A pied ? Pas fou le garçon ! Jusqu'à ce qu'on lui touche l'épaule. Il sursauta légèrement.

« Monsieur, c'est pour la fête ?
- Cela va dépendre de quel fête vous parlez, monsieur. »

Ce qu'on lui avait surtout recommander, c'était de ne pas faire confiance aux habitants. Mais cette personne là, elle avait ce sourire qui prouvait une grande maturité et une sagesse qui allait au delà de la confiance. Il pointa du doigt une barque. Là, Emy recommença à se poser des questions.

« Je peux vous emmener chez mademoiselle Clare si vous le désirez.
- Combien cela va-t-il me coûter ? »

En réalité, il s'en fichait bien, de l'argent. Il en gagnait plus qu'il n'en dépensait. Alors pour ça.... Le petit homme -oui, il faisait une tête et demi de moins que lui- lui proposa une somme raisonnnable. Ne pas oublier que le raisonnable était une notion extrêmement limite chez Emy. Enfin, il se posa dans le petit bateau en bois. Essayant de faire tout son possible pour ne pas être éclaboussé, il se fit tout petit. Dur dur... L'homme avait toujours son sourire afficher sur son visage ridé, appréciant surement qu'on ne lui parle pas comme un bourrin. Et, ô bonheur. Arrivé à destination. Sans la moindre tâche. Alors il sauta sur la berge, donna son dût et monta dans la cabane. Déjà beaucoup de monde. Dont celle qui recevrait son cadeau. Mais Emy restera Emy et, voulant se faire extrêmement discret, se mit dans un coin en regardant tout ce beau monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Dim 6 Mar - 21:56

ANDY EST ABSENT.
SON TOUR EST SAUTE.

LE TOUR DE JEU EST A KASTCHEI.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 7 Mar - 8:04

Le son d'un moteur vibrait à travers le désert. De loin, on pouvait appercevoir tel une flèche fendant l'océan de sable, un engin à moteur monté par un homme encapé équipé de lunettes de pilote. Kastchei roulait à une vitesse qui dépassait son imagination depuis quelques heures, dans ces dix années d'errance qu'il avait vécu dans le désert, jamais il n'avait voyagé à une vitesse aussi rapide. Le bruit du moteur et le vent hurlaient dans ses oreilles, un sourire canin ornait son visage. Ses yeux, cachés par les épaisse lunettes étaient plissés et ses cheveux flottaient dans le vent. Cet engin lui procurait un sentiment de liberté qu'il avait tant recherché toute sa vie. Et pourtant, ce véhicule était complètement nouveau aux yeux du maître de guilde; Il avait appris à le conduire la veille par un membre de sa guilde.

_______________

Un jour plus tôt...

La guilde était plutôt calme aujourd'hui. Dans la salle principale (composée d'un comptoir, une demi-douzaine de tables et un panneau truffé d'annonces) ne se trouvait que trois membres de la guilde qui buvaient à la même table une choppe de bière chacun. Le premier était affalé sur la table, regardant la chope qu'il tenait en main sans raison. Le deuxième, se balançait sur sa chaîse et jouait avec une dague qui semblait ne pas avoir été aiguisée depuis des mois. Enfin, le troisième jouait à un jeu de cartes typique d'Opale tout en fumant une pipe et chantonnant une chanson. Après un petit moment le premier se releva et frappant la table de sa chope s'exclama:

-Pffff...c'est mort ici, on s'ennuie et 'y a personne!

Le deuxième, tout en observant son reflet dans la dague lui répondit.

-Tu n'as qu'à faire comme les autres, trouves toi un job, il y a beaucoup d'offres sur le panneau d'annonces, et certaines annonces payent généreusement.

- La ferme! Je serais déjà en train de travailler si j'en avait envie! Et puis tu me fais la morale, mais toi non plus tu travailles pas!!!

- Il fait trop chaud à cette heure si, mais ce soir j'escorte des nobles d'Amenthalys au Red Dragon, je vais probablement me faire un bon pourboire.

- Oooh ? Tu crois que tu vas pouvoir protéger ces types avec ton couteau à beurre émoussé ? c'toi qui va te faire planter j'te dis.

- Tu veux en tâter un peu de ma lame émoussée ?

- Tu veux essayer pour voir ??

Les deux bélligérants s'étaient levés, l'homme à la dague s'était mis en garde et tenant la lame à revers, le poing en avant menaçait l'autre qui sortit un couteau de chasse de sa ceinture. Le troisième homme qui jouait au cartes, leva la tête et dit d'une voix monotone:

"Il arrive..."

C'est à ce moment précis que la porte de la guilde s'ouvrit à la volée et que Kastchei apparut dans l'embrasure de la porte, le soleil intense aveuglant les trois hommes. La porte se referma laissant à nouveau place à l'ombre qui offrait un peu plus de fraîcheur qu'à l'extérieur et Kastchei avança vers les trois hommes. Son regard dûr comme la pierre, sa cape noire flottant allègrement, son épée massive dans le dos et une jarre d'alcool dans la main. Les deux hommes béliqueux succombèrent au regard inhabituellement menaçant de Kastchei qui d'habitude aurait prit part aux festivités, rangèrents leurs armes et s'assirent raide sur leur chaise. D'un geste rapide Kastchei posa son épée à deux mains à coté de la porte et jeta sa cape sur une des chaises. Il portait un débardeur noir qui révélait ses bras musclés dont le droit était entouré de chaînes. Buvant une gorgée dans sa jarre, il se posa violemment sur une chaise et dit d'une voix monocorde:

"Hmmmm, vous ne travaillez pas ? On est en pleine mi-journée..."

Le premier homme, fit un sourire timide et demanda:

"Patron...Vous en faîtes une tête, y....'ya quec' chose qui va pas ?"

Kastchei sortit une lettre de dont le sceau cacheté avait été brisé et la posa sur la table.

"Je dois me rendre à une fête à Almancar...A ce qu'il paraît je pourrai faire des rencontres interessantes, peut être même recruter des membres pour la guilde, et une rumeur dit que des Karnevaliens y seront."

-B....Ben alors patron, c'est pas une bonne nouvelle ?

Kastchei frappa la table de ses deux mains et fit part de son mécontentement:

" Je ne sais absolument pas comment me conduire proprement parmi les autres ! J'ai pas d'habits et je sais pas comment je vais faire pour atteindre Almancar en deux jours!"

Les trois membres de la guilde échangèrent des regards consternés. Ils voyaient rarement leur boss se plaindre comme un enfant, mais ils comprennaient que la fête était quelque chose d'important pour Kastchei, ainsi les trois s'avancèrent vers le pleurnichard et lui dirent:

-Si ce n'est que ça on va t'aider !!

C'est ainsi que Kastchei était en possession d'un véhicule motorisé; Le cousin du deuxième homme vivait à Alzen et lui avait donné ce vélomoteur archaïque quand il était venu le visiter à Opale. Le maître de guilde allait bientôt atteindre la forêt qui lui ménerait à Alzen elle même pour qu'il puisse prendre l'aéronef qui lui, lui mênerait à destination finale.
____________________________
Retour au présent:

Kastchei quittait à présent Alzen par aéronef pour sa destination finale. Il regardait avec fascination le ciel, il n'avait jamais volé dans un véhicule, et surtout aussi haut! Par chance il n'avait pas le vertige, mais plutôt une sensation de liberté encore plus grande. Les autres voyageurs fixaient Kastchei d'un oeil bizarre à cause de ses vêtements du désert et de son visage fasciné. Quand il attérit, il sût exactement où il devait se rendre. Marchant à travers la forêt qui le menait aux marécages, Kastchei trouva le passeur qui le guida à travers les marécages qui donnaient la chair de poule au dragon du désert. Il arriva enfin quand la nuit tomba, vers une maison éclairée par les bougies qui donnaient une ambiance romantique. Des voix provenaient de la maison, Kastchei n'était certainement pas le premier. Il paya le passeur et se hissa sur le plancher sur pilotis de la maison. Prenant une grande inspiration, il entra dans la maison. Il devait y avoir sept ou huit personnes à présent, et Kastchei ne connaissait personne...Il n'avait aucune idée de ce qu'il faisait à cette fête et une grande angoisse le saisit, mais à l'extérieur il deumeura calme et composé. Otant sa cape de voyage, il révéla son costume noir, sa chemise blanche et sa cravatte noir assortie, ce complet-veston lui avai été prêté par le troisième homme de la guilde qui avait fait deux trois escortes jusqu'à Amenthalys.

*Bien bien, à présent je dois m'intégrer et ne pas avoir l'air tout à fait idiot. Bon sang, mais à qui parler ??*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 21 Mar - 9:43

C'EST AU TOUR DE SIAM. :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Dim 27 Mar - 20:45

Ce pauvre Kastchei n'avait pas pris le temps d'adresser la parole à quiconque et déjà, un éclair violet l'aveugla. Un choc fulgurant frappa sa poitrine, et il tomba à la renverse, comme une masse. La porte se referma dans un grincement. Quelques éclats de rires feutrés tranchèrent le silence surpris avant que les conversations ne reprennent, comme si rien ne les eût perturbés. Le cœur battant, Siam Pain se redressa, étouffant encore sous le choc. Il dévora les quelques secondes interminables qui suivirent en se relevant, prenant appui sur la poignée de la porte. Enfin, il daigna reprendre sa respiration et épousseta ses habits blancs. Il avait en effet conservé sa tenue de Chasseur, observant cependant la décence de revêtir quelque tissu afin de cacher son torse. Il avait néanmoins tenu à rester pieds nus, même si les plonger dans cette vase nauséabonde ne l'avait guère enchanté.

Il se mouva dans ses amples vêtements – trio classique pantalon/chemise/cape – afin de se pencher en direction de l'inconnu qu'il avait bousculé avec indécence. Lui lui tendit gracieusement la main afin de l'aider à se relever. Siam Pain, ou comment se faire remarquer alors qu'on entre dans une soirée constituée d'inconnus.


-Veuillez m'excuser, très cher. J'ignorais que ces algues seraient si glissantes...

Une menotte se glissa dans ses longs cheveux qu'il avait noués sur sa nuque avec un soin qui lui était impropre et spectaculaire. Il détailla discrètement l'inconnu. Ce dernier portait une carrure svelte et agile, une peau légèrement plus mate que l'Amenthalysien, un cheveu charbon et un costume dans lequel il semblait se sentir particulièrement mal à l'aise. Son regard et la forme de son visage attestait d'un âge bien supérieur au sien.
Ne tenant pas à déclencher le moindre conflit alors que tout Amenthalys se trouvait à ses trousses, il embraya subtilement.

-Oh, vous êtes d'Opale ? Enfin, je me sens moins seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Czeslaw A. Holystone
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 21/04/2010
♦ Mes messages : 699
♦ Etoiles ★ : 303
♠ Humeur : ...8D
♠ Emploi(s) : Vendeur d'électroménager.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Czeslaw ? Et bien... Il passe à travers les murs... À travers n'importe quelle matière en fait... Très pratique, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que, vivant à Alzen, son pire cauchemar est de passer à travers le plancher de la ville et de faire un jolis tartare à la surface de Sphéra. Bon appétit.
♠ Sexualité & Statut : Pansexuel et... Possédé ?
♠ Mon rêve : Déposer le brevet d'un super-aspirateur et empocher des millions.
♪ Fiche : Les grenouilles règnent sur le monde.
♪ RP(s) en cours : Alzen ~ Owen
♪ Relationships : Here

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Sam 2 Avr - 20:24

    Note pour plus tard : penser à retrouver le cerveau de Lawena. Tel était l’aide-mémoire que Czeslaw réactualisait une fois de plus. Dernier hobby de la demoiselle ? Les tapis volants, allons bon. Le jeune homme haïssait sincèrement tout objet volant, s’éloignant de plus de dix centimètres du sol. Ainsi, il avait bien sujet à se plaindre, vivant dans les hauteurs de la cité d’Alzen.
    Un tapis volant…. Et puis quoi encore… Mademoiselle avait cependant mit son professionnalisme à l’épreuve en insinuant qu’il n’était pas capable d’en fabriquer un. La réputation du magasin en dépendant, Czeslaw s’était lancé, aidé de son assistante, dans la réalisation d’un prototype. Prototype qui avait décollé, prototype qui avait bien vite regagné le sol. Non, ce n’était absolument pas fait exprès, vous vous trompez… Sublime diversion, fine tactique utilisée par l’homme grenouille : en mentant à son amie sur sa responsabilité, il lui fait comprendre que le dysfonctionnement venait de lui et ainsi sous entendait que s’il l’avait voulu il aurait créé un sublime tapis volant. Comment sauver son orgueil et sa peau. Pas sûr par contre que la demoiselle Lawy ai poussé la réflexion assez loin pour le glorifier, sans doute trop occupée à bouder.
    Hélas, il avait pourtant fallu partir pour Almancar, un voyage qui, s’il ne se faisait pas à dos de tapis, n’en était pas plus plaisant. Car il fallut prendre la navette reliant la ville du ciel à la terre ferme, un grand moment, comme d’habitude. Czeslaw se demandait sérieusement pour quand était prévu le grand projet d’ascenseur reliant les deux points. Quoique, il n’appréciait pas non plus ces boites là. Mais ce serait déjà mieux qu’une navette qu’il insulta mentalement pendant toute la durée du trajet, le cœur au bord des lèvres.
    Arrivé au marais, il se fia tout de même au karnevale de la demoiselle verte pour choisir un batelier honnête. Contrairement à Kiukirilya dont il enviait secrètement les bottes, il n’avait absolument pas prévu de quoi crapahuter dans la boue, laissant sa salopette de réparateur d’aspirateur au placard, il avait sorti son costume, celui qu’il mettait pour divers événements en société : mariages, enterrements, entretiens… Un costume noir, une chemise blanche dont il cercla le col d’une cravate verte. Pour ne pas se sentir dépassé par son employée albinos, il avait épinglé au revers de sa veste un pin’s représentant une grenouille au visage jovial, une expression qui contrastait avec celle du propriétaire. Pour des raisons pratiques et par peur de l’abîmer dans les branches crochues du marécage, Czeslaw avait laissé à la maison, non sans regret, son chapeau grenouille, ou du moins la fidèle reproduction qu’il en avait fait, trop effrayé à l’idée d’aller le chercher là où il l’avait laissé auparavant. Un manoir trop peu engageant pour lui. C’est donc la tête nue, les cheveux attachés en queue-de-cheval sur la nuque, qu’il se rendait à cet événement qui ne l’attirait pas plus que cela.
    À la main du jeune monsieur, un sac vert, contenant son cadeau, cadeau qu’il avait eu bien du mal à choisir. En effet, le nom qu’il avait reçu comme indication de cible avait été incapable de l’éclairer. Malgré ses multiples recherches, il n’avait pas trouvé la moindre info sur la personne. Internet avait pu lui donner quelques infos sur un apparent homonyme mort quelques temps plus tôt. Ce ne devait donc pas être le même être… Ou bien c’était une histoire bien glauque que celle de se voir obligé d’offrir un présent à un cadavre…
    Enfin, après une traversée mouvementée et bien peu agréable (Czeslaw appréciait les bateaux autant que les ascenseurs, c’est-à-dire plus que les aéronef, mais bien moins que sa fidèle vespa verte restée au garage.) il avait cru plusieurs fois passer par dessus bord et craignait que des éclaboussures nauséabondes ne salissent son costume… Ha, dur est le retour à la nature pour un pauvre citoyen… Bref, Czeslaw aurait défailli de joie en posant le pied sur la terre ferme. Timiede, pourtant, il se contenta de s’asseoir sur la première chaise qu’il trouva pour se remettre de ses émotions. Il observa quelques instants les autres convives… Convives dont il ignorait les noms, les seules personnes qu’il connaissait étant Kiu et Lawy. Baissant la tête, il soupira, encore une soirée qu’il allait probablement passer le cul sur une chaise à grignoter des petits-fours… Non, il était bien trop réservé pour aborder des inconnus… Non, en fait, il aurait préféré passer des heures sur cette chaise bancale, plutôt que le sort qui lui était réservé. Voilà que Lawy le tirait vers deux inconnus. Un type blond à l’air soigné, un ty… Une fe… Un truc aux cheveux verts. Tout comme Czes et Lawena, là s’arrêtait la comparaison. La madame virile et le monsieur blond furent gratifiés d’un timide hochement de tête en guise de salutation… Ainsi que d’un regard désolé. Lawena Harvent et son habitude à s’incruster soudainement dans les conversations des gens.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 4 Avr - 21:53

Une invitation étrange était parvenue au château il y a quelque semaines déjà. Un certain carton apporté par un des rares qui était de mon coté, ou plutôt qui me craignait, enfin peu importe. Quelques mots, un nom, un lieu, un cadeau à amené et un étrange expéditeur dont je n'avais jamais entendu le nom : Himmel Clare. Au moment où je reçu la lettre je n'avais jamais réussi à fuir du château, j'avais ainsi mis de suite cette invitation stupide de coté sans espérer pouvoir y aller. Mais mon frère en avait décider autrement et lui, voulait absolument que je m'y rende. Je ne voyais vraiment aucun intérêt de me fourrer dans ce genre de fête pour rencontrer des personnes que j'étais sur de ne pas apprécier et qui ne verrais surement pas à quel point j'étais supérieure à eux. Personne à torturer et en plus il fallait amener un stupide cadeau à une personne que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam. Bref, aucun intérêt. Mais tout le monde, enfin non personne, connait ma faiblesse face aux supplications à mon frère jumeau et après maintes demandes j'acceptai de m'y rendre, avec son aide bien sur. Franchement je ne sais vraiment pas ce qui me prit ce jour là, rien que pour trouver le cadeau, que j'avoue avoir choisi totalement au hasard, le pire n'était pourtant pas passé. Almanacar, malgré le fait que je soit enfermée depuis bien longtemps j'ai déjà entendu parler de cet étrange lieu, et même si il m'a toujours attiré, peut-être pas autant que Karnevale Avenue, je ne me voyais pas réellement m'y rendre, et encore moins pour une fête.

Toutes ces considérations passées le grand jour était arrivé il fut quelque peu difficile pour mon frère de m'emmener en dehors d'Amenthalys pour que je fuis ainsi dans une sorte de calèche jusque dans les terres lointaines d'Alamancar mais nous y parvînmes. J'avoue que cela pouvait paraître féérique à première vue, mais c'était bien loin de l'être et le voyage fut si long que j'ai cru mourir. Même avec si la calèche fut remplacée par un de ces engins volants d'Alzen, que je n'avais jamais emprunté, et que je n'aurais pas du, mal des transports … le voyage dura tout de même un certain temps, simplement pour rejoindre Almancar, lieu plus mystérieux encore que je ne l'avais imaginé.

Ca puait tout ce qui pouvait puer et j'avoue que les marais, même avec un certain effet hypnotisant n'étaient pas très ragoutants. Quel manque de classe que d'inviter une princesse dans un tel lieu. Aucune classe. J'avoue que le silence qui régnait me fascinait quelque peu, mais j'étais bien trop fière pour l'avouer et je ne manquerais pas de plaindre à cette Himmel, dont le nom était complètement déluré, et me rappelait étrangement une ancienne langue que j'avais pu lire et apprendre dans un de ces livres qu'il est interdit de consulter, vraiment il y a des illuminés ici. Même si je n'étais pas la mieux placer pour dire ce genre de choses.
J'étais vêtue d'une jolie robe blanche, comme à mon habitude, qui ne finirait pas si immaculée à mon retour à mon avis. Après quelques pas sur des pontons tout sauf solide je rencontrai un étrange passeur, que je voulu tout d'abord égorger du couteau que j'avais sur moi, avant qu'il ne me propose de m'emmener à cette stupide fête, ce à quoi je répondit oui. Il m'avait surpris cet idiot, enfin cela aurait pu être drôle de le tuer après coup, juste pour embêter un peu tout le monde, le problème c'est que ça m'aurait bien plus énervé que les autres, donc je m'abstins. Pas de tuerie ce soir cher princesse. Mon frère m'aurait dit de me délecter de cette soit-disant fête. Soit-disant car elle ne semblait pas être très animée. Après avoir pris tout ce temps j'avais du arriver une des dernières, car un bon nombre de personnes étaient déjà présent, mais personne ne semblait se connaître, à l'exception peut-être de deux trois individus. Ce qui était sur c'est que moi je ne connaissais, à première vue, personne. Les personnes qui étaient ici, à peine éclairés par les quelques bougies étaient toutes plus étranges les unes que les autres, et je ne pouvais faire exception. Je remarquai au milieu des invités deux jeunes filles dont la peau était aussi blanche que la mienne, des albinos. Je n'avais jamais vu de personnes qui me ressemblent et j'avoue que cela me dérouta quelque peu. La vie était pleine de surprise. Je ne savais par contre ni qui était la personne à qui je devais offrir mon présent ni qui était cette certaine Himmel. Résumé, j'étais perdue et ce n'était pas près de s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mar 5 Avr - 0:21

Elle avait tellement eu hâte d'arriver: non pas qu'elle n'aimait pas la vie un peu solitaire qu'elle menait avec son compagnon blond, mais la vie en société et tout le flafla inutile que ça comportait, c'était ce qu'elle aimait par dessus tout, malgré son apparente simplicité morale. Et pour arriver, elle était arrivée: pas en carriole, non, pas sur un tapis volant -qui aurait eu une idée aussi saugrenue?- et pas même dans une des soucoupes volantes originaires de sa ville natale: non, elle avait été escortée par Digger jusqu'au bord du marais -bon, après, on l'avait lâchement abandonné pour patauger dans la gadoue, mais rien ne pouvait amoindrir sa bonne humeur aujourd'hui.Ses grands bottes brunes, heureusement, lui permettait de se promener dans les environs sans trop de dommage -et pourquoi quérir les services d'un passeur lorsque vous êtes beaucoup trop en avance, dites? Elle avait retroussée le bas de sa longue cape à capuche rouge et, sûr d'elle, avait cherchée son chemin dans ce labyrinthe foisonnant.

Elle n'avait amené pour seul bagage que sa lettre d'invitation, toute froissée (et sur laquelle quelqu'un avait dessiné un plan douteux), et un sac brun qui avait connu des meilleurs jours mais qui, pour le moment, contenait le plus grand trésor de l'univers: comme les autres, elle avait amené un cadeau, et comme les autres, elle ne connaissait même pas la personne à qui elle devait le donner. Un, deux trois, est-ce que c'est toi, lui, elle? Par un miracle inattendu, et ce malgré son intérêt spontané pour les fleurs qui trainaient ici et là -non non, pas de grand méchant loup aujourd'hui, du moins pour le moment-, elle était arrivée à la petite cabane de bois qui, pour l'occasion, se fondait encore dans le paysage: c'est ce qui arrive lorsque l'on arrive quelques heures avant la date de rendez-vous, mais on ne se refait pas, et ce n'est pas non plus comme si elle avait eu autre chose à faire de sa journée.
Elle avait cognée à la porte -un, deux, trois fois. Faute de quiconque à l'intérieur pour lui ouvrir -Himmel devait être partie, mine de rien, faire des courses, qu'elle s'était dit, mais vraiment, qui fait des courses dans ce genre de coin reculé?- elle s'était tout bonnement dirigée vers l'arrière de la cabane, s'asseyant juste à côté d'un machin de bois non-identifié. Et même pas une seconde plus tard, éreintée qu'elle était de sa petite escapade dans la boue des marais, elle s'était endormie du sommeil du juste.

Et lorsqu'elle s'était réveillée, comme par magie, comme pour exaucer son souhait le plus fou, des petites lumières flottaient dans l'eau devant elle, pour son plus grand émerveillement. Derrière elle, quelques voix se faisaient entendre, toutes basses encore: son seul regret aurait été de ne pas avoir vu les gens arriver, mais on fait ce que l'on peut avec ce que l'on a. Elle se redressa prestement, jetant un coup d'œil aux alentours: leur hôte de ce soir avait mis le paquet, et c'était loin de lui déplaire. Second constat: elle avait dormi dans une étrange position et maintenant, elle avait l'impression que ses muscles avait été mis dans la machine à laver. Elle se pencha une seconde vers l'eau, faisant mine de regarder les lanternes de plus près et inspecta son propre reflet, résidu de narcissisme honteusement caché.

Parfait; sa capuche tombait doucement sur ses cheveux bleus, qu'elle n'avait malheureusement pas eu le courage de teindre -c'était soit le cadeau, soit la teinture, et elle préférait largement offrir quelque chose à son mystérieux inconnu- et les plumes accrochés à ses oreilles étaient toujours intact. Vraiment, le noir et le rouge, ça a un de ces cachets! Et tant pis si elle portait un chandail à manches longues et un pantalon et pas une robe, elle s'en moquait bien; elle se serait vraiment, mais vraiment mal vue traverser le marais avec des souliers à talons haut.Satisfaite de son air -enfin, pas comme si elle aurait pu faire grand chose dans le cas inverse- elle quitta sa cachette le plus naturellement du monde, c'est-à-dire, en se dirigeant vers le petit monde qui était arrivé.

C'était elle, où les Alzéniens faisaient dans le tape-l'œil cette année?
C'était tout simplement géant -elle voulait absolument savoir s'ils étaient tous frères et sœurs, parce que franchement, c'est quoi les chances de tomber sur trois, pas un, pas deux, mais trois personnes qui se baladaient avec les cheveux verts? Enfin, elle se trompait peut-être sur leurs origines, vu comment elle était mauvais juge de caractère, mais ça n'empêchait pas que la situation était merveilleuse. Du coup, elle ne regretta pas sa vieille teinture -c'est pire que d'avoir la même robe que quelqu'un, ça. Dans son monde à elle, du moins.Et aussi, fallait ajouter à ça les deux albinos, et du coup, c'était à se demander si la couleur des cheveux n'était pas un pré-requis lorsque l'on avait envoyé les invitations. Elle repéra la personne avec qui elle devait échanger son petit paquet, l'observant un instant à couvert avant de se dire que ce n'était pas très poli que de se tenir là sans bouger alors que tout le monde (enfin, de ce qu'elle s'imaginait) faisait un effort pour socialiser.

Le trop plein de choix la laissa un moment sans voix: par qui commencer? Tout le monde avait l'air seul, tout le monde avait l'air occupé, et ça la dérangeait, vraiment, d'avoir l'impression d'être la dernière arrivée. Elle se glissa parmi les gens présents, cherchant une victime personne susceptible de ne pas lui mettre un vent. Et c'était honteux, vraiment, cette histoire: elle qui prenait une grande fierté dans le fait de connaître beaucoup de gens, là, elle n'en reconnaissait franchement pas un seul.Se disant qu'il n'y avait aucune raison de ne pas s'attaquer au plus grand groupe en premier, elle se dirigea vers les jumeaux et l'albinos, malgré le fait que la motivation du groupe ne semblait pas être équitablement partagée, et sans se soucier du fait qu'une d'eux pointait très discrètement un monsieur blond. Se joignant au groupe comme si sortie de nul part (et considérant le fait qu'elle était sortie d'à côté d'un bloc de bois, c'était pas tout à fait faux), elle les accosta d'une petite voix.

-Hey~ Un de vous trois veut que je lise son destin amoureux, peut-être? fit-elle en proposant la première chose qui lui venait en tête, tombant presque dans le détournement de mineur vu leur âge.

Mais elle ne leur avait même pas encore proposés de bonbons, donc faut pas se plaindre, et puis, c'est une activité comme une autre, et contrairement aux autres activités qui étaient disponibles dans ce marais, ça avait un lien avec cette fête, mine de rien. Oui oui, c'était tout pensé et pas du tout parce qu'elle voulait entendre des ragots, c'est vraiment honteux comme proposition.

[Désolée, j'ai tapé sur BlocNote donc les fautes sont nombreuses (je supose) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mer 6 Avr - 17:27

Au début, ce n’était qu’un jeu fait sur un coup de tête. Une signature de rien de tout, et il s’était engagé à participer à ce stupide tirage au sort. Nathanaël regrettait amèrement d’avoir inscrit son nom en bas de la liste : cela signifiait quitter Karnevale Avenue pour une soirée, sortir de la « bulle » qui l’avait toujours protégé jusqu’à alors. Il s’était retrouvé face au mur et au « dehors » qui l’effrayait bien plus qu’il ne l’avait imaginé. Un à un, portés par ses craintes, ses souvenirs se réveillaient et Nathanaël n’était plus tout à fait certain de pouvoir leur faire face. C’était contre lui-même qu’il se battait… Il était trop tard pour faire demi-tour, trop tard pour refaire son enfance, trop tard pour tout effacer et recommencer de zéro.

Nathanaël connaissait bien les marécages d’Almancar. Trop bien. Malgré tout ce temps – cela faisait cinq ans maintenant, presque jours pour jours –, il n’avait jamais oublié et il savait au fond de lui que cette partie de cette vie ne disparaitrait jamais totalement. Il entendait encore les battements affolés de son cœur tous ces soirs où il devait dormir dehors, dans le brouillard oppressant d’Almancar. Il avait cru être libre durant toutes ces années mais il avait mis bien longtemps avant de comprendre que la liberté n’existait pas. On croit trop souvent la tenir entre ses mains mais elle est plus abstraite encore que le vent, aussi insaisissable que la perfection. On n’est réellement libre que le jour où l’on ne la désire plus à tout prix ; la liberté ne se gagne pas, elle se vit.

Rentrer à Almancar avait déverrouillé en lui les portes qu’il croyait fermées depuis longtemps. Il avait ressenti un profond soulagement de retrouver l’anonymat et le couvert des arbres. Il n’avait plus de nom à Almancar, il était comme redevenu le gamin solitaire et fugitif qu’il était autrefois quand il avait commencé à renier son identité. Il n’était plus Nathanaël Cunningan, simplement personne. Il s’était d’abord senti en sécurité, bien loin des rumeurs bruyantes des villes de Sphera, loin de la capitale et de l’Empeureur, loin des sombres souvenirs de son enfance à Alzen. Il avait soigneusement contourné les villes principales pour n’avoir à croiser le moins de personnes possible. Nathanaël ne voulait pas se l’avouer mais il avait peur, une peur d’enfance qui rongeait une partie de son existence, une peur qui le dominait constamment, qui l’enfermait dans sa bulle et l’y cloîtrait sans aucune issue possible. Mais ce soir-là, il n’avait plus aucune chance ; il était pris au piège.

Nathanaël avait su retrouver l’entrée des marécages et la barque du Passeur. Les chemins, les raccourcis, les cachettes où passer une nuit, toutes les informations lui revenaient comme s’il avait quitté les marécages la veille. C’était si loin et si proche à la fois. Le temps éloigne mais les souvenirs subsistent. Il était assis dans la barque du Passeur, sa capuche rabattue sur son visage et serrait très fort sa main sur son genou pour s’empêcher de trembler. Il fixait le fond de la barque avec insistance ; son seul souhait était de ne pas voir en dehors. Il aurait voulu se boucher les oreilles, hurler, sauter de son bateau de fortune et se noyer, mais une force plus puissante encore que sa peur lui retirait toute sa volonté. Les odeurs d’alcool, les milliers de senteurs des marécages, le brouillard torpide, chaque bruissement des feuilles, le sourd murmure de l’eau vaseuse déclenchait en lui une tornade. Il avait envie de vomir toute sa rancœur, tout son passé, toute sa vie si c’était possible. Vomir jusqu’à en mourir pour apaiser cette torture mentale qu’il s’infligeait tout seul.

« - C’est ici. »

Nathanaël releva la tête. Le Passeur était debout au bout de sa barque, appuyé sur son bâton, légèrement courbé sous sa cape noire. Depuis combien de temps était-il ici, condamné à guider les voyageurs entre la réalité et le rêve – ou devrait-on plutôt dire le cauchemar. Il tendit le bras vers le ponton brisé qui courait au-dessus de l’eau. Il était éclairé tout le long par la lumière vacillante de lanternes. Le garçon se leva, aussi incertain que les flammes des lampes.

« - Merci. » souffla-t-il.

Sans oser jeter un regard derrière lui, Nathanaël s’engagea sur le pont. Il avait l’impression d’entrer tout droit dans la bouche de l’enfer. Alors peut-être allait-il mourir pour de bon, cette fois-ci ? Comme une réponse à cette pensée, les flacons cachés dans sa poche s’entrechoquèrent dans un tintement cristallin. Il eut un sourire amer.

Plus il s’approchait de la maisonnette, plus les éclats de voix de firent clairs. Il poussa la porte d’entrée et la lumière soudainement forte l’aveugla. Il cligna des yeux, comme jeté dans un rêve. Déjà, plusieurs personnes étaient arrivées et quelques unes tournèrent la tête à son entrée. De quoi avait-il l’air ? Sûrement de pas grand-chose. Il hocha la tête en réponse à quelques signes de bienvenu et se glissa jusqu’à la fenêtre. Il s’appuya contre le rebord, guettant tantôt l’arrivée des autres invités, tantôt les gens déjà présent dans la cabane. Nathanaël se prêta tout de suite à son occupation favorite qu’était l’observation, cherchant à deviner qui était chacune des personnes présentes. Un léger sourire apparut sur son visage. Depuis le début, c’était un jeu, n’est-ce pas ? Et il avait curieusement envie de jouer jusqu’au bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Camille - Opale
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 27/06/2010
♦ Mes messages : 6
♦ Etoiles ★ : 52
♠ Humeur : Maussade
♠ Emploi(s) : Assassin
♠ Nationalité : Opalien

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mer 6 Avr - 20:49

La jeune fille était perchée sur un arbre, le ventre noué, les mains tremblantes. Ni froid, ni peur ! Non, plutôt de l'excitation. Elle serrait entre ses mains un petit boîtier rouge dans lequel elle avait pris soin d'emporter son petit cadeau pour la soirée ; elle espérait d'ailleurs avec une force douce que les invités allaient l'apprécier. Ce serait le plus beau de tous les cadeaux, personne n'en offrirait un aussi spectaculaire ni aussi flamboyant ! Enveloppée dans une robe bleu nuit dont le tissu fendu laissait échapper l'une de ses cuisses bronzées, elle rajustait de temps à autre ses colliers de perles orientales qu'elle avait prit grand soin à choisir. Ses longs cheveux colorés pour l'occasion avaient accueilli une rose à plumes qu'elle avait achetée sur le marché du Palais du Conseil. Elle l'avait modifiée de ses petites mains habiles et l'exhibait avec une fierté non dissimulée.

La chaleur humide des marécages eut raison de sa tolérance ; elle se débarrassa de sa cape sertie d'obsidiennes qu'elle entreprit d'accrocher nonchalamment à une robe proche, sachant qu'elle allait la récupérer d'ici peu, lorsqu'elle ferait son entrée spectaculaire. Croisant ses jambes nues, elle coinça ses sandales de cuir tressé dans le feuillage fourni de son habitat éphémère. Penchée, dans l'obscurité de la nuit noire, entourée de toutes les bestioles les plus affreuses – qu'elle préférait ne pas imaginer – elle observait le déroulement de la soirée à travers un vasistas qu'Himmel Clare, l'hôte d'après elle, avait ouvert. En voyant l'accoutrement de certains visiteurs, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver à la fois pitié et compassion. Certains avaient décidément des goûts de chiottes et elle plaignait le calvaire que devaient endurer les autres sous le tissu qu'elle devinait trop lourd.
Peut-être était-ce l'accoutumance au climat d'Opale qui la rendait si nerveuse.

Un pauvre jeune homme dont elle humait le Karnevale à plein nez se dirigeait en direction de la petite cabane. Etant donné le nombre de personnes qui s'y agitaient déjà, elle supposa que c'était le dernier invité. Un sourire fendit ses lèvres violettes : le jeu allait pouvoir commencer.



- - -

Le premier tour de jeu est terminé.
Désormais, vous pouvez commencer à tenter une légère approche envers votre cible.
Les PNJ vont bientôt faire leur entrée,
et ils vous réservent quelques surprises...

- - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Jeu 14 Avr - 23:08

Un clignement d'oeil, un mouvement, et les personnes commençaient déjà à arriver. Certaines plus extravagantes que d'autres, notamment au niveau des couleurs de cheveux. On avait ici un joli attroupement de gens à la chevelure arc-en-ciel. Himmel leva les yeux au ciel. Un tel rassemblement de gens laissait présumer un grand vacarme, et un grand vacarme amenait inévitablement des invités indésirables. Restait juste à savoir quel genre de personnes allaient s'auto-inviter... Elle ferma les yeux, bougeant légèrement ses pieds dans l'eau tiède. Elle écoutait les voix alentour, celles des vivants bien évidemment, mais aussi celles des esprits farceurs qui avaient décidé de mettre leur grain de sel et qui discutaient avec ardeur de la coupe de cheveux de Terek.

Une voix la réveilla de son sommeil si doux (puisqu'elle avait sans doute du s'endormir), et elle ouvrit lentement ses yeux d'émeraude qu'elle tourna vers l'origine de cette voix plutôt familière. Il n'y avait qu'une personne qui l'appelait comme ça, et elle ne fut pas réellement étonnée de se retrouver face à Carol. Il avait l'air joyeux de la revoir, elle sans doute aussi. Et, comme on ne peut enrayer un mécanisme déjà bien rodé, ses yeux se plongèrent à nouveau dans les siens.


-Oh, c'est vous. Bonsoir. J'ai reçu votre lettre.

La réception de ce courrier n'avait pas été de tout repos, d'ailleurs... La longue cicatrice qui ornait à présent son dos, recouvert de dizaines de bandages, lui laissait un souvenir indélébile de ce moment. Elle avait un peu de mal à se mouvoir, c'était pourquoi elle était restée assise la majorité du temps. A présent que la majorité des invités étaient arrivés, Himmel décida de se lever, laissant son ample robe corail bouger avec grâce au fil de ses mouvements. Elle se dirigea vers le fond de la cabane, saisit une tasse ancienne et éméchée en porcelaine et versa d'une carafe un liquide brunâtre plutôt chaud qui ressemblait plus ou moins à du thé, tasse qu'elle tendit au blondinet lorsqu'elle revint vers lui, prenant bien garde à ne toucher aucune partie de son corps lorsqu'elle l'approcha. Mais quelqu'un d'autre approchait déjà, et, magie du hasard, c'était une de ses connaissances, Lawena.

Elle venait à grands pas, tenant dans ses bras une autre damoiselle aux cheveux blancs et un compatriote aux cheveux de la même couleur qu'elle. Elle n'était pas vraiment du type sociable, mais elle fit tout de même un signe amical (même si celui-ci était accompagné d'un visage parfaitement neutre) à l'encontre de sa bibliothécaire aux livres gonflables.


-Cela faisait longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hermine - Amenthalys
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 30/01/2011
♦ Mes messages : 6
♦ Etoiles ★ : 38
♠ Emploi(s) : Aucun / En cours de formation

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Sam 23 Avr - 6:09

Elle n'avait pas eu de réponse directe à sa question, mais peu à peu les alentours avaient étés envahis par des inconnus à l'air tous plus sympathique les uns que les autres -du moins, ils en avait l'air lorsqu'on les comparait ils en avaient l'air, comparés aux passeurs qui les avaient menés jusqu'ici. Si elle ne regrettait pas sa toilette simple, il fallait quand même dire que tout le monde ici n'avait pas fait de même, l'anonymat semblant pour certain être chose secondaire. Attendant le retour de Camille avec toute la patience dont elle pouvait faire preuve, elle était restée un moment à scruter les allées et venus des nouveaux arrivants, espérant y trouver le visage de son inconnu à elle. Sauf que plus le temps passait, et moins elle voyait.

Il y avait cette histoire de verre de contact aussi: elle aurait jurée qu'un d'eux était tombé quelque part, parce que lorsqu'elle fermait l'oeil droit, elle voyait tout à fait bien, mais si c'était son oeil gauche qu'elle fermait, elle voyait tout embrouillé, comme avec une télévision cathodique mal ajustée. Lorsqu'elle remarqua que même Camille était arrivée, il fallut bien qu'elle se rende à l'évidence: elle ne se rappelait même plus à qui elle devait offrir son paquet. Était-ce un garçon, une fille? Inquiète, elle avait plongée la main dans son sac pour trouver le papier contenant toutes les informations entourant la soirée, mais rien. Elle ne trouvait pas de papier dans son sac, pas même la facture de ses verres de contact neufs. Avait-elle jetée l'invitation en faisant le ménage de son sac avant la soirée?

Préférant en voir le cœur net, elle remit ses sandales malgré le fait que ses pieds soient encore un peu humide et se trouva un coin de plancher pour éventrer son sac sur le sol, réduisant en fait à bien peu: ses lunettes qu'elle avait apportées au cas où, son porte-monnaie et le paquet. C'est ça, le problème, lorsque vous êtes trop organisés, il ne reste même pas assez de place pour une gomme à mâchée en trop. Peut-être que c'était la déception ou le verre de contact mystérieusement disparu, mais en tout cas ses yeux déjà naturellement humides prenaient une teinte mouillée des plus alarmantes.

Une idée lui vint en tête: dans le pire des cas, si elle attendait tout à la fin pour donner son cadeau, ce ne serait pas un problème, n'est-ce pas -puisqu'il finirait bien par ne rester qu'une personne sans cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 2 Mai - 16:36

Mais la jeune fille ne resta pas longtemps plantée seule au milieu de la cabane en bois. Avant qu’elle n’ait le temps de se demander quoi dire aux deux personnes étant déjà arrivées, dont l’une d’elle devait être l’hôte, une main froide lui attrapa le poignet. Elle se retourna, intriguée et légèrement agacée par cette méthode triviale d’approche… Et sursauta, avant de se reprendre, affichant un air froid et détaché. Impossible de se montrer faible devant cet homme. L’homme même qui lui avait passé une laisse dont l’apparence dorée cachait bien son rôle de prison mouvante. Le collier était à l’image de son maître. Une façade angélique pour un cœur froid et manipulateur.

- Yimae, je suis absolument ravi de te rencontrer ici !

Le Traqueur souriait de toutes ses dents, comme s’il venait de retrouver une vieille amie, avant de se pencher vers elle, l’air de lui confier un secret.

- Et je te prierais de ne pas révéler mon identité, histoire que je n’aie pas abandonné mon uniforme pour rien.

Le souffle à l’oreille de Yimae faillit la faire frissonner, mais elle se contrôla parfaitement. La salle qui commençait à se remplir lui donnait une impression de sécurité, mais elle savait pertinemment qu’un seul mot de travers de sa part et Osmanthe la punirait sévèrement. Ou peut-être qu’il éliminerait tous ceux présent à la fête. D’ailleurs, les Karnevaliens devait être nombreux.

- Oh, Osmanthe, que fais-tu ici ? Je ne t’y attendais pas !

Yimae afficha à son tour son plus beau sourire. Elle se rapprocha du Traquer et se mit sur la pointe des pieds afin de l’étreindre avec une affection feinte. Elle murmura des mots rageurs.

- Tant que tu ne fais de mal à personne dans cette salle, je ne dirai rien.

Elle s’éloigna de quelques pas et ignora la question d’Osmanthe. Elle lui jeta un dernier regard et disparut entre les nouveaux arrivants. Elle ne voulait en aucun cas lui parler plus que nécessaire, ni même être en sa présence, mais elle se fit la promesse de garder un œil sur lui pendant la soirée.

La cabane d’Himmel s’était bien remplie en quelques instants. Toutes sortes de gens s’y côtoyaient à présent. Yimae aperçut une femme au cheveux verts dont les formes étaient plutôt masculines, deux albinos, plusieurs nobles, des couleurs de cheveux du vert au bleu et d’autres personnes plus ou moins normales. C’était la première fois qu’elle voyait de ses yeux des albinos, bien qu’elle connaisse désormais leur origine, non démoniaque, mais génétique. La première arrivée avait été entraînée vers un groupe de personne conversant, mais la seconde était seule. Yimae n’avait toujours pas trouvé le destinataire de son cadeau et décida donc de passer le temps en engageant la conversation avec l’albinos vêtue d’une robe blanche, qui ne paraissait pas beaucoup plus âgée qu’elle.

- Bonjour. C’est la première fois que je rencontre quelqu’un comme moi. Je veux dire albinos. J’suis Yimae, d’Amenthalys. Enfin, d’Alzen à la base, mais je suis à la capitale maintenant.

Elle l’aborda avec son énergie habituelle, presque agressive de vitalité et tendit une main blanche au poignet tatoué.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Osmanthe Cathair
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 15/12/2010
♦ Mes messages : 89
♦ Etoiles ★ : 351
♠ Emploi(s) : Traqueur
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : None
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuel - célibataire
♠ Mon rêve : Trouver Karnevale Avenue

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Lun 2 Mai - 19:35

Pas de hurlement, pas de mouvement de recul, ni même de regard haineux auquel il s'était attendu. Juste un joli sourire et une phrase faussement enjouée : une façade parfaite. Où était donc passé la gamine naïve et spontanée qui lui avait innocemment révélé tout ce dont il avait eu besoin pour en faire sa marionnette?

- Tant que tu ne fais de mal à personne dans cette salle, je ne dirai rien.

La voilà, la haine. Dans ces quelques mots chuchotés. Le sourire d'Osmanthe se fana quelque peu.
Une bonne dizaine de réplique lui vinrent à l'esprit, toutes destinées à lui démontrer à quel point sa petite tentative de pseudo-chantage était risible et inutile. D'abord parce s'il "faisait du mal " à qui que ce soit dans cette maisonnette, ce serait on ne peut plus indiscret et crier au Traqueur ne serait plus d'aucun usage. Ensuite parce que s'attaquer sans crier gare à un invité, dans une salle infestée de Karnevaliens, qui, en unissant leurs dons, pourraient sans problème l'atomiser avant même qu'il n'ait pu terminer sa tâche serait à la fois débile, suicidaire et vain, et étant donné qu'Osmanthe était tout sauf débile et suicidaire, l'idée ne lui avait même pas effleuré. Et enfin, parce que si il avait vraiment eu l'intention d'agir pendant cette soirée, il aurait préparé une stratégie sans faille, absolument imparable, et la fillette inoffensive qu'était Yimae n'aurait absolument rien pu faire pour l'en empêcher.
Cependant, il s'abstint de répondre à la futile menace. Qu'elle garde ses illusions et son sentiment de servir à autre chose que ses plans. Elle n'en serait que plus facilement manipulable.
Il la regarda s'éloigner et disparaître dans la foule après lui avoir adressé un ultime regard. Ses pensées s'égarèrent un moment autour de la raison qui avait bien pu pousser la jeune albinos à venir se perdre au beau milieu de marécages peu accueillants, pour participer à une fête ridicule animée par un jeu deux fois plus ridicule. Sûrement s'agissait-il du genre d'évènement qu'affectionnait les gamines friandes d'aventures comme elle. Au fond, peu importe ce qu'elle faisait ici, tant qu'elle restait discrète à son sujet et n'allait pas se faire bêtement égorger par un passeur peu honnête, le privant ainsi d'une marionnette fort utile.
Puis, voyant que la cabane s'était bien remplie, il écarta Yimae de ses préoccupations, pour se consacrer à la recherche de la personne à qui il était censé offrir son "cadeau".
Lorsqu'il avait obtenu le nom de sa cible, Osmanthe s'était immédiatement informé à son sujet. Et ce qu'il avait trouvé avait été des plus intéressant. Un Karnevale aussi fascinant que dangereux et insolite, un passé sombre qui lui avait valu d'être fiché, sûrement à son insu, dans la base d'information des Traqueurs. En somme, la personne idéale pour le divertir ce soir.
Il avait eu accès à des photographies et avait instantanément mémorisé ses traits. Bien que les images datent de quelques années auparavant, il était certain de pouvoir la reconnaître.
Ses yeux fouillaient donc la foule, à la recherche du visage imprimé dans sa mémoire. La maisonnette étant désormais pleine à craquer, il supposait que tous les invités devaient être présents. Dans le cas contraire... eh bien ils pourraient expérimenter en live l'expression "serrés comme des sardines".
Enfin, Osmanthe l'aperçut, dans un coin de la salle, près de la fenêtre. Un léger sourire déformait ses lèvres.
La même expression apparut sur le visage du Traqueur. La personne avait l'air de bonne humeur. Tant mieux pour elle. Parce que ça n'allait sûrement pas durer.
Osmanthe s'approcha tranquillement du destinataire de son cadeau -qui ne méritait pas, en réalité, ce qualificatif- avec le pressentiment qu'il serait bientôt le seul des deux à sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mar 3 Mai - 20:32

Bon. D'accord, pour la discrétion c'était foutu : non seulement il avait fallu que deux personnes (oui, deux de trop) qui l'avaient déjà vu se pointent aussi chez la blondasse qui faisait l'hôte ce soir, mais en plus ces deux-là devaient avoir tilté qu'une employée de l'Empire dans une fête plutôt Karnevalienne bien glauque, c'était plutôt bizarre pas vrai ?! Il se contenta de répondre au signe poli de l'Amenthalysien d'un regard plus froid que l'hiver en Sibérie et d'un imperceptible coup de Karnevale à la gonzesse aux cheveux verts et sa bande afin de lui faire comprendre que c'était même pas la peine de revenir l'emmerder avec ses questions. Alors maintenant qu'il l'avait bien profond de s'être fait griller dès les premières minutes, il avait plus qu'à se masquer à nouveau le visage dans son écharpe en croisant les doigts pour passer pour un Taliban ou n'importe quoi d'autre, mais qu'on ne le reconnaisse pas, au cas où un de ses supérieurs hiérarchiques s'amènerait lui aussi tant qu'à faire puisque c'était déjà une belle partouze de nobles cette fête mine de rien. Pour les autres il avait l'habitude, dur d'être habillé court et de passer inaperçu avec non seulement une carrure qui n'avait pas grand chose de féminin mais aussi des tifs verts, enfin ça c'était pas comme s'il y pouvait quoi que ce soit.

Il avait donc attendu l'arrivée de celle pour qui il s'était tapé le propriétaire de l'aéronef et toutes ces heures de vol. Sans se faire remarquer (en tout cas le moins possible, hein), à savoir en gardant son Karnevale inactif pour le moment : c'est que ça chaufferait vite vu le nombre d'Alzeniens qu'il sentait dans cette pièce, donc s'il voulait rentrer comme il était venu il aurait préféré le faire si possible sans la vue brouillée et la migraine du siècle. Enfin, ça c'est ce qu'il s'était dit mais il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas le désactiver toute la soirée, question d'habitude. D'autant plus qu'il avait la vague mais néanmoins très forte impression que quasiment tous les gens ici étaient mineurs, ainsi que l'absolue certitude qu'il était le plus vieux d'entre tous : ça promettait d'être chiant à mourir. Remarque, il n'était pas venu pour la fête donc en un sens il s'en contrefichait et se contentait de surveiller qui arrivait, vu qu'il avait plutôt intérêt à la trouver sa putain de cible, parce qu'il ne pourrait pas se permettre de se casser avant. C'est qu'il était bien tenté d'aller faire chier le blond d'Amenthalys avec son histoire d'enfoirés de collabos, mais au fait non il était trop tendu pour avoir envie de se faire taper ce soir. Pourtant elle en mettait du temps à arriver, à croire que ça l'amusait de se faire attendre. Certes ils avaient le pouvoir, mais quelle bande de cons...

Lorsqu'elle se pointa enfin Terek ne réagit pas immédiatement bien qu'il avait à l'instant l'envie irrésistible de la choper tout de suite. Fallait pas non plus avoir l'air de la molester déjà que certains des invités avaient déjà de quoi le prendre pour un détraqué sexuel, donc non il réagit plutôt en activant son Karnevale, parce que c'eut été trop bête qu'un type décide de foutre la merde avec le sien juste avant qu'il ne puisse enfin se casser d'ici. Note : il avait tenu quoi, un quart d'heure sans Karnevale ? Il faisait pas ça tous les jours, mais il se passa tout de même de compenser ça en le poussant tout de suite au maximum, après tout les Alzeniens n'avaient rien demandé et même si son instinct d'emmerdeur de première lui ordonnait d'y aller à fond pour que le premier qui bouge ait le cerveau grillé, il s'était promis de ne pas faire de conneries au moins pour ce soir. Cela dit à présent que son écharpe plaquée sur sa bouche l'empêchait de fumer il n'allait pas rester là sans rien faire et se décida à aller la voir cette gonzesse, conscient que son mépris pour la gente féminine ne l'aiderait pas à se montrer poli envers elle ni envers l'autre jeune albinos et robe rouge qui discutait avec elle. Il ne ferait donc pas dans la finesse et la subtilité, pour changer...

- Hé toi là, la meuf avec les yeux rouges- Il se tut une fraction de seconde en remarquant que les deux gamines avaient les yeux rouges en fait. D'où c'est qu'on lui avait dit que les albinos avaient les yeux clairs déjà ? Pas important, le fait est que la fille de l'empereur les avait, les yeux rouges et que, bizarrement, l'autre les avait aussi. Mais impossible de les confondre pour quelqu'un qui travaille pour l'empire dans un département où l'image importe plus que tout. Si c'était fait exprès pour qu'il se plante c'était raté. Aussi il reprit immédiatement en s'adressant bien à celle des deux qui faisait plus de treize ans d'âge physique et qui était sapée aux couleurs du drapeau communiste, tout en forçant sur son Karnevale par intermittences pour taquiner le pouvoir Alzenien inactif dont disposait apparemment la demoiselle. Sûr que les gens s'en allaient plus facilement lorsqu'ils étaient pris par un mal de crâne. … haha ouais, mais nan au fait c'est à toi que je parle. T'as pas comme une vieille migraine là ? Non ? Si ? Alors va plutôt voir ailleurs si j'y suis du côté où y a pas d'interférences, vous vous raconterez vos vies plus tard moi j'ai à faire avec cette gamine. Il dit puis regarda l'autre en faisant tout pour ne pas prêter attention à leurs réaction respectives, encore une fois c'était pas le moment.

- Hinhin... suis-moi toi. Je sais qui t'es Judy... mais fais pas chier, je suis pas d'humeur. Sur quoi il la prit par le bras sans forcer pour l'entrainer dehors, comme quoi quand une personne importante était loin de ses gardes du corps, même une fille comme lui pouvait se permettre de lui manquer de respect. Même si lui faisait plutôt ça parce qu'il n'avait qu'une envie : en finir vite. En un sens il avait eu une chance monstrueuse de n'être confronté qu'à la dernière fille de l'empereur, soit la sous-merde de la famille impériale, vu que l'autorité de cette dernière était nulle là-bas et qu'elle ne pourrait rien faire, pas même contre un ouvrier dont elle ne connaîtrait que la couleur des cheveux.
------------------------------------------------------------
HRP : LOLTEREK, PUTE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Dim 15 Mai - 21:35

[hj : désolée pour le retard^^]

    J'étais effrayé devant le monde qui se pressait là. Des jeunes gens pour la plupart dont l'âge oscillait entre 16 et 25 ans, autour desquels gravitaient des adultes qui faisaient office de petits vieux ou des adolescents aux regards enfantins. Le regard courtois que j'avais adressé à ce cher travesti me fut renvoyé sous la forme d'une vague glaciale de ressentiment et de mépris. Agacé, je pris le parti de l'ignorer totalement. Pas la peine d'insister. D'ailleurs, il avait trouver de quoi s'occuper en allant harceler une fille aux cheveux blancs. Je n'en fis pas cas, ne la reconnaissant pas tant j'étais perdu, déjà dans les yeux verts d'Himmel.

    Elle leva son beau visage vers moi, j'en fus de nouveau pétrifié, comme lorsque je l'avais rencontré. Sa petite voix, comme un tintement de cristal m'apprit qu'elle avait reçu la lettre que j'avais tenté de lui envoyé par le biais d'une fille rencontré à Karnevale dont le nom, aujourd'hui, m'échappait. Comme beaucoup de chose qui m'étaient arrivé ce jour là. En vérité, les quelques brides et autres réminiscences éparses ne m'apportaient qu'un trouble manifeste et des sentiments confus que je m'efforçais de refouler. Quant à mon épaule disloquée, elle allait beaucoup mieux. A l'hôpital d'Amenthalys, on m'avait soigné efficacement. Cela faisait presque deux mois que je ne portais plus d'atèle. Et mon pouvoir marchait parfaitement avec. Du moins quand cette affreuse Alazeïa n'était pas là. La pensée me frappa. Si en ce moment je serai bien incapable de sauver Himmel si elle tombait encore une fois du haut d'une tour quelconque, mais en contre partie, elle ne serait pas troublée par les fantômes et les spectres qui vagabondaient ces lieux. Sa malédiction de médium était annulée par le simple présence de l'infâme Alzeniene... En parlant d'Alzéniens...

    Alors que je m'apprêtais à répondre à Himmel, une voix derrière moi me fit sursauter. Je me retournai vivement pour apercevoir une bande de jeunes gens, aux chevelures chatoyantes se précipiter vers moi. En tête, une jolie demoiselle aux mèches vertes et au regard doré me salua. Himmel semblait la connaître. J'en fus ravi – je n'avais jamais été très doué pour les présentation. Je me contentait d'un bref :

    [color=chocolate] « Bonjour Mademoiselle. Vous allez bien ? »

    Demandai-je à Lawena en m'inclinant poliment. J'embrassais une seconde le regard de mon Himmel avant de me concentrer sur les deux autres créatures qui manifestement accompagnaient la bibliophile. L'une portait un chapeau pour le moins étrange en forme de tête de grenouille, quant à l'autre et ses cheveux blancs, il ne m'inspirait qu'une confiance relative. Autour de nous, des groupes d'invités se formaient. J'en venais à souhaiter d'en rejoindre un autre quand soudain un visage me perturba. Je me mis à prêter une oreille distraite à ma conversation et aux diverses salutations et me présentais d'une manière un peu confuse

    « Enchanté, je suis Carol Waldorf. »

    Pour ce qui était de ma nationalité, de mon âge ou encore de mon activité, je les oubliais complètement. Le visage, connu de loin d'un des collèges d'Electre venait de se placer à la lumière d'une bougie. Ainsi, dans cette fête se côtoierait Traqueurs, Rebelles, Karnevaliens et Impériaux. Même si je n'étais absolument pas connu comme un sympathisant de la cité clandestine, j'aurai préféré me tenir éloigné d'une situation dans le genre. Je commençais sérieusement à regretter mon zèle. Je n'aurai pas dut venir. J'aurai dut rester au fond de mon lit à bouquiner ou à dessiner.... Je me ressaisis ; il ne fallait pas que je panique. Je devais reste calme pour analyser la situation.

    Pour le moment, il n'y avait autour de moi que des enfants qui n'avaient sans doute qu'une idée très vague de la politique. Peut-être était-ce pour le mieux. Si la discussion risquait d'être mortelle, au moins ne me surprendrait-t-on pas. C'était parfait, je ne commettrai pas de faux pas. Il ne fallait pas que je parle avec des Karnevaliens, surtout pas. Quant à mon Valentin désigné, je me risquerai à lui offrir un présent que lorsque cela s'imposera.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   Mar 31 Mai - 15:27

Mais c’est que les lieux commençaient à se remplir, mine de rien et mine de crayon. Aux rares personnes présentes lorsque le trio était arrivé s’étaient petit à petit ajoutés de nouveaux arrivants, de plus en plus nombreux à mesure que le temps passait, bien que le flot semble maintenant endigué. D’ailleurs, parmi ces personnes s’en trouvait une dont Lawena se serait bien passée, mais que voulez-vous, la vie ne peut pas être toujours rose partout. Elle adressa donc un léger signe de tête à Siam, espérant de tout cœur qu’il aurait la même envie qu’elle concernant leurs relations ce soir-là. A savoir, prier pour qu’elles soient inexistantes. A ce mouvement de translation du haut vers le bas du menton s’associa un regard agacé en direction de la dame d’Amenthalys, qui semblait décidée à lui filer, puisque les mauvaises habitudes ont la vie dure, une nouvelle migraine. Cependant, après l’avoir observée pendant quelque secondes en train de discuter avec l’une des invitées, Lawena comprit que la légère pique qu’elle avait senti quelques minutes auparavant devait avoir pour but de signifier sa présence. Hum, décidément, des deux rencontres qu’elle avait faites ce jour-là dans les rues d’Amenthalys, l’une était tout de même nettement plus agréable que l’autre. D’ailleurs, cela se sentait dans l’attitude de Lawena, qui se dirigeait vers le jeune homme blond, beaucoup plus attractif. Enfin, elle était bien partie pour le rejoindre, mais elle avait été arrêtée en cours de route par une jeune femme aux cheveux… Arc-en-ciel ? Il n’y avait pas d’autre mot pour décrire ça, c’était… Wow. Mais ce qui était encore plus trop wow, c’était la proposition de la madame. Attendez. Mais lire son destin amoureux quoi ! En plus, à tous les coups, elle allait révéler à la bibliovore que le destin amoureux en question, c’était de se marier avec Electre, d’avoir beaucoup d’enfants avec lui, de réussir à lui faire changer d’avis sur les Karnevale et en particulier leurs possesseurs, et… Moui, arrête de rêver ma petite, ça ne sert à rien. Réponds plutôt à la dame.

    - Ouaaaaah ! Moi, je suis juste carrément trop d’accord ! Mais attendez, je reviens, je vais aller dire bonjour à ce jeune homme là-bas… Et à celle avec qui il parle au passage, je la connais aussi.


Oui, elle venait à peine de reconnaître Himmel. Comme quoi, quand on croise toujours une personne au même endroit, en l’occurrence la librairie, c’est difficile de le replacer quand on le rencontre ailleurs. Peut-être que ça venait aussi du fait que le cerveau de la jeune alzénienne était un peu saturé, entre l’atmosphère romantique et les rêves de bisounours avec son traqueur préféré qui venaient de lui traverser la boîte crânienne. Peut-être. Toujours est-il qu’elle reprit sa marche, entraînant de nouveau dans son sillage ses deux amis. Pauvres eux.

    - Himmel ! Tu vas bien ? La décoration est vraiment superbe ici, j’avais pas tilté en voyant ton nom sur l’invitation !


Et hop, on place une bise sonore sur chacune des joues de la pauvre enfant, avant de se tourner vers Carol, puisque tel était son nom.

    - Moi ça va très bien, et vous ? Vous avez meilleure mine que la dernière fois, je trouve ! (elle baissa la voix) Et au fait, le monde est petit, la dame est là aussi… J’espère qu’elle ne fera pas du grabuge comme l’autre fois…


Lawena sourit, puis reprit, à l’intention de tout le monde cette fois. Enfin, tout le monde, le petit groupe qu’ils commençaient à former, quoi.

    - Bon, je vous laisse un instant, on m’a proposé de lire mon destin amoureux, ça m’a l’air fort intéressant. Et puis… Je crois que la personne à qui je dois offrir mon cadeau est arrivé, enfin il me semble que c’est lui, donc bon…


Ah, le flot de paroles que l’alzénienne était capable de débiter à la minute était épuisé. Pour les soixante secondes en cours, du moins. Jusqu’à ce qu’elle arrive jusqu’à la voyante improvisée, en fait.




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: EVENT 2: La fête de Cupidon   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT 2: La fête de Cupidon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: happy end for my memories... * :: évènements clos-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Musique et Radio | Rock