AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité


MessageSujet: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Mar 15 Mar - 23:46

Il y avait dans l'air quelque chose de frénétique, sans faire de jeu de mots par rapport à la tempête de sable qui faisait rage depuis la veille à l'extérieur des murs de la ville, et ce quelque chose se traduisait en ce moment par une agitation toute particulière dans le pub pourtant bien caché des rafales de vent. Lui, il y était venu pour ne pas avoir l'impression que ses parents observaient ses faits et gestes, pas pour entendre les récits saugrenus d'une pré-pubère à l'imagination foisonnante. Il fallait dire qu'en ce moment, il y avait tellement de personnes dans l'établissement qu'il n'était pas étonnant de se rendre compte qu'ils laissaient entrer n'importe qui, fait qui d'ailleurs était supporté par le nombre de types aussi mal rasés que lui qui n'avaient clairement pas de tunes, mais qui commandaient quand même à boire. Il se serait bien laissé tenté par un peu d'alcool, mais vu son humeur grinçante et l'état avancé de sa fatigue, il avait judicieusement décidé de laisser la bouteille de côté; son état de lucidité un chouin plus avancé que celui des autres ne faisait qu'attiser sa mauvaise humeur, toutefois, l'empêchant d'embarquer dans le semblant de gaieté générale.

En plus, sa fesse gauche le piquait.

Il arrêta la discussion qu'il essayait tant bien que mal d'entretenir avec son voisin de comptoir d'un coup sec, passablement outré par le fait qu'il venait de s'affaler dans une assiette plus ou moins suspecte sans crier gare; il fallait dire, le pauvre, que la chaleur avait eu raison de sa patience et des derniers restants de son énergie, bien qu'il fallait aussi ajouter à cela le fait qu'il ne devait pas, contrairement à Owen, vraiment être intéressé par la condition des grenouilles face aux changements subits de pression dans l'air. Ces pauvres petites bêtes, elles n'auraient pas à souffrir autant si les gens à la capitale n'utilisaient pas toutes ces... machines. Oui, comme tout bon inconscient, il fallait bien qu'il soit plein de préjugés, hein -et le fait que les grenouilles explosent lorsqu'il y a trop de fumée lui était depuis peu connu. N'ayant plus rien à faire et ne voulant pas tout de suite refermer ses lèvres qui étaient restées en suspend, il se retourna pour jeter un coup d'œil vers l'attroupement qui s'était formé autour de la jeune fille. Cette dernière était illuminé de par le côté, donnant à son visage un air à la fois jeune et sérieux -il fallait dire qu'elle avait bien l'air d'être prise dans son monologue, comme happée par le cours des choses. Il ne l'entendait malheureusement pas assez pour faire ue remarque cinglante de là où il était, et comme tout bon réprobateur, il se décida donc de se lever.

La quête qu'il commençait pour se trouver un nouveau banc fut plus qu'infructueuse; à peine avait-il levé ses fesses que quelqu'un s'était glissé derrière lui et, il en était certain, avait finit son verre -il se consola en se disant que ce dernier avait du être déçu de n'y trouver d'alcool-, et e n'était certainement pas autour de la jeune fille qu'il allait en trouver, vu comment elle attirait les badauds. Faut dire, elle avait quand même l'air de bonne humeur. Ce qui, au final, ne le renait pas plus heureux, et pendant un moment, il resta cloué sur place, oscillant entre aller vers le coin éclairé du pub ou se diriger vers la sortie pour rentrer chez lui. Comme de rentrer chez lui impliquait également d'affronter la température impétueuse, il perdit tout courage et préféra remettre sa sortie à plus tard, lorsqu'il serait trop fatigué pour se rendre compte que le vent sifflait dans ses oreilles.

Il contourna la foule comme l'on contourne des chiens affamés, en faisant comme s'il ne les voyait pas; ce n'était pas comme si eux portaient plus attention à lui, en fait, alors c'était tout aussi bien; il se rendit bien compte que l'espace manquait au sol et, imitant un des plus jeunes, grimpant sur le rebord de ce qui faisait office de fenêtre et dont les volets étaient fermés pour le moment. Seul quelques stries de lumières passaient auparavant, maintenant pour la plupart coupées par son ombre; il fallait dire, toutefois, que si cela donnait un air énigmatique à la jeune fille, tel un masque qu'elle porterait, sur lui, ça donnait plutôt l'impression qu'il s'était récemment échappé de prison, avec ses grandes jambes qui pendaient sur le bord du mur et d'où dépassaient des lambeaux seulement quelques timides orteils. Il plongea la main dans son col et frotta son cou, essayant de reporter son attention vers la fille qui, il fallait le dire, lui semblait avoir beaucoup de souffle. D'ici, elle ne lui faisait face que de trois quarts, et même si quelques mètres les séparaient, il savait qu'il saurait se faire entendre.

-Hey, gamine, fit-il en éraflant sa voix grave, tu peux dire à quoi tu joues là? À t'entendre jacasser depuis tout à l'heure, on pourrait croire que t'as fait le tour du monde en faisant du pouce, que t'es championne de l'arène et que tu ne fais même plus pipi au lit. C'est pas parce que t'as plus le couvre-feu imposé par tes parents qu'automatiquement, t'es la reine du monde, hein. Faut comprendre, ouais, le désert, c'est chouette, mais c'est peut-être pas une bonne idée d'y aller à toute heure de la journée; y'a vraiment que les inconscients pour faire ça. Alors petite -vraiment, qu'est-ce qui te fait penser que tu peux vraiment flouer tout le monde ici avec tes bobards? Ce genre d'histoire, c'est bon pour les ruelles, pas pour le grand public.

Il lança un regard aux spectateurs de la jeune fille, ne pouvant malgré lui réprimer une moue située entre l'amusement et la perplexité. Depuis un moment, il ne pouvait s'empêcher de se racler la gorge et il clignait beaucoup trop des yeux, ce qui ne pouvait que lui donner un air un peu hagard quoique, un peu moins que ceux des quelques personnes qui avaient tournées leurs têtes vers lui.

-Quoique, vu l'état des messieurs, je doute qu'ils puissent faire la différence, ajouta-t-il en laissant trainer sa langue, un peu moins fort mais tout de même de manière audible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Mer 16 Mar - 4:13

-... créature étrange tentais de me dévorer un bras! J'aurais pu tout simplement m'enfuir la laissant seule au désert, mais il était beaucoup plus amusant d'éviter ses aggressions. De quoi la rendre folle à être incapable de m'atteindre! ...

Jade adorait la situation dans laquelle elle se trouvait. Regardée de tous, elle adoptait cet air de fierté et de gloire qu'elle s'accordait. Elle rancontait ses histoires les unes après les autres, enchaînant récit de course et combats diverses. Le temps de merde duquel les gens s'étaient habritées jouait en sa faveur... En quelque sorte. Malgré ces vents, la jeune coureuse aurait pu ne pas négliger son entrainement de la journée, mais elle préféra tirer profit de cette tempête. L'amât d'Opaliens et de voyageurs pris de court par la tempête lui offrirait toute l'attention du monde pour écouter ses récits.

N'était-ce pas l'occasion en rêve d'étendre le réseau de gens qui la connaissait? Quelque bouche-à-oreille saurait la rendre un peu plus connue. Bon, peut-être son auditoire, à moitié constitué de clochards ou paumés, ne lui procurera qu'une popularité au sein d'une population presque infréquentable, au moins c'était un pas de plus vers son objectif ultime. D'ailleurs, elle pouvait ici exercer son talent oratoire et devenir meilleure pour quand le moment sera venu pour elle d'être célèbre. Beaucoup de chemin restait à faire, beaucoup de kilomètes à franchir, cela ne savait pas la décourager.

Cependant, Jade aurait beau prétendre tout ceci, restait tout de même que la principale raison de sa présence en ces lieux ne sagissait de rien de moins que son surplus d'énergie de la journée. Il lui fallait bien se défouler d'une façon ou ( et ) d'une autre du fait qu'elle n'avait pas couru de la journée... Se mettant à l'avantage sur une chaise à l'endroit ou quelques courageux rayons lumineux s'écrasaiensur elle, la jeune fille se laissait emporter par son propre discours, ne faisant que très peu attention à son environnement. Elle n'aurait que souffert de cet environnement de toute façon. L'odeur d'une masse entassée et condensée, renfermée en un lieu pas assez aéré pour la situation dégoûtait Jade, qui préférait de loin le délicat parfum du désert.

L'athlète poursuivait son discours racontant comment elle avait su devancer la tempête de plusieurs heures, alors qu'elle l'avait croisé la veille lors de sa course. Il lui fallu quelque instant, parcontre, avant de se rendre compte qu'on lui parlait.

- ...tendre jacasser depuis tout à l'heure, on pourrait croire que t'as fait le tour du monde en faisant du pouce, que t'es championne de l'arène et que tu ne fais même plus pipi au lit. C'est pas parce que t'as plus le couvre-feu imposé par tes parents qu'automatiquement, t'es la reine du monde, hein.

Alors qu'elle entendit ces premières phrases, elle se redressa tranquilement, tournant légèrement son corp vers l'origine de cette voix désagréablement laide. Elle maintenait un regard d'intérêt en ce que l'homme lui lançait comme remarque. Peut-être saurait-il lui procurer ce doux plaisir d'entrer dans son terrain de jeu, dans cet atmosphère compétitif.

-Faut comprendre, ouais, le désert, c'est chouette, mais c'est peut-être pas une bonne idée d'y aller à toute heure de la journée; y'a vraiment que les inconscients pour faire ça. Alors petite -vraiment, qu'est-ce qui te fait penser que tu peux vraiment flouer tout le monde ici avec tes bobards? Ce genre d'histoire, c'est bon pour les ruelles, pas pour le grand public.

Les regards étaient maintenant posés sur cet homme sans gêne. Les quelque personnes situées entre Jade et Owen s'étaient écartés, à leur propre insu, afin de pouvoir se mettre en angle de vue sur les deux centres d'attentions de la place. Il n'était pas évident de voir les traits précis d'Owen, mais on parvenait sans difficulté a discerner son apparence très peu recommendable.

Jade, sentant monter en elle cette énergie débordante, regardait en direction de son interlocuteur, le visage légèrement penché vers l'avant, l'observant avec une certaine arrogance. Lui, confiant comme un adulte remetant un enfant à sa juste place, regardait un peu autour avant de relancer à Jade de quoi arracher un sourire à cette dernière.

-Quoique, vu l'état des messieurs, je doutes qu'ils puissent faire la différence.

Jade marqua une légère pause, fermant les yeux l'espace d'un instant. Lorsqu'elle les réouvrit, souriant a toutes dents, elle ne fixait plus que la source d'un amusement certain. Se servant de l'espace créer un instant plus tôt, Jade fit un seul bond de sa chaise vers le sol, atterissant gracieusement et sans effort sur le sol, comme un félin ratrappant sa proie dans un cul-de-sac. Ayant ainsi sensiblement racourcis l'écart entre elle et Owen, elle se donna à coeur joie de lui retourner la faveur de pouvoir rire un peu.

-Alors peut-être "monsieur", dit-elle avec sarcasme, saurait faire mieux! Si Jade avait perdu toute l'éloquence d'auparavant, elle prenait toute fois soin de parler assez fort pour être bien entendu de tous. Où serait-ce une frustration de tes échecs personnels qu'tu tentes de mettre sur'l'dos d'une gamine?

La jeune fille prenait plaisir à tout ceci. Peut-importe quelle sera la réaction de ce pouilleux. Soit il saurait entretenir cette flame enragée, soit il donnerait à Jade un délicieux goût de victoire.

-Peut-être pourrais-tu enseigner aux gens ici comment discerner les menteurs des talentueux! Ou parles-moi plutôt de cette inconscience dont j'fais preuve. J'adore m'faire dicter tous ces dangers qu'une pauvre p'tite fille devrait éviter dans ce cher désert. Tu trouves pas que ça donne un air... comment dire... héroïque à mes petites balades? Heh...

Elle avait prononcé ces derniers mots avec tant d'amusement qu'elle ne put réprimander ce petit rire étoufé. Jade ne le quitta pas du regard.

* Aller... donne moi c'que t'as!* (<- la pensée de Jade )

Il serait regretable qu'une telle soirée termine si tôt.



Dernière édition par Jade Sinnah le Jeu 17 Mar - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Mer 16 Mar - 5:51

Owen remonta une de ses jambes vers lui, affichant un air ennuyé qui l'était véritablement; pas parce qu'il trouvait cette conversation tout à fait inutile, mais plutôt parce qu'il ne s'attendait pas à voir une telle réaction se dessiner sur le visage de la jeune fille; on aurait dit un chaton, mais du genre qui veut jouer et qui, lorsque vous lui grattez le ventre, vous mord les doigts. Ses yeux pétillaient comme si elle avait attendue ce moment toute la journée -et vraiment, qui pouvait le lui reprocher, lorsqu'il faisait un tel temps à l'extérieur? Un instant, sa mâchoire s'était desserrée alors qu'il imaginait la jeune fille courir dehors, simplement pour le plaisir de se dépenser, innocemment -et son idylle, aussitôt, disparus lorsque son regard se posa sur les dents droites, directes, comme si leur caractéristique voulait lui faire comprendre qu'il ne s'en sortirait pas si facilement. C'était épatant, certes, d'assister à la petite gymnastique de la jeune femme, mais par convention, se retint de faire tout commentaire puisqu'elle avait l'air de vouloir parler: on ne pourra pas venir dire qu'il ne laissait pas les plus jeunes faire entendre leur voix. Surtout que celle-ci en avait toute une, qui jouait dans des aiguës qu'il n'avait pas entendus depuis longtemps, probablement parce qu'il n'avait pas l'habitude de vraiment parler aux dames.

-Content de voir qu'ils vous apprennent encore les bonnes manières et le respect des aînés, gronda Owen en plissant ses lèvres sèches. Après, on s'étonne de voir des rebelles qui viennent nous enlever notre jeunesse pour les emmener dans leur pays imaginaire...

Il claqua sa langue, sentant que son dernier rafraichissement remontait à trop longtemps déjà. Dans le désert, plus on boit, plus on peut boire, en règle générale. Ou peut-être avait-il la bouche pâteuse parce qu'il avait perdu l'art des remontrances en public; fallait dire qu'il y avait un moment qu'il n'était pas passé à Opale, non plus. Il attendit un moment, la fixant parfois et remontant le reste du temps son regard vers l'autre bout de la salle, là où il n'y avait presque pas de lumière. Elle faisait exprès de se mettre dans les rayons de soleil, c'était certain, sinon comment aurait-elle pu se lever de son siège pour bondir dans un autre rayon de lumière, le seul qui fut entre elle et lui? Il passa sa main sur son visage, essayant d'y enlever des traces de fatigue. Il sentait que cette conversation allait être longue et ardue. Comment parler avec quelqu'un qui croit qu'il a raison?

Enfin, pas comme s'il pouvait parler; lui aussi, il pensait avoir raison, et c'était justement pour ça que le sourire victorieux qui s'affichait sur les lèvres de la jeune fille ne lui plaisait pas, tout comme son air si peu féminin; oui, il était vieux jeux, mais à son âge, il commençait à avoir le droit. Et puis, il ne serait pas le premier à penser ainsi.

-Je ne saurais pas faire mieux qu'toi, c'est clair, lança-t-il abruptement en relevant un peu le menton, parce que moi, je fais pas perdre leur temps aux honnêtes gens. T'as l'air d'avoir de la pratique, ça c'est clair... ou peut-être que c'est un talent que tu as obtenu en lisant des livres à tes frères et sœurs? Heureusement pour toi, le mensonge n'est pas puni par la loi... habituellement. Non, vraiment, je saurais pas dire c'est quoi le pire, toi qui dit n'importe quoi ou ces fous qui tentent pas de t'arrêter -un jour, ça va te conduire à des ennuis, de raconter n'importe quoi. Une fille qui attire l'attention sur elle comme ça, ça finit souvent dans une ruelle sombre près du Red Stadium, et quand même, c'est pas quelque chose que je souhaites à qui que ce soit. Alors prend-le comme un cadeau; ah, mais je suppose que t'es assez grande pour décider pour toi-même, hein...

Ses lèvres se retroussèrent en un sourire pas du tout convaincu, qui s'étira toutefois lorsqu'il se laissa glisser le long du mur pour se mettre, comme elle, debout au niveau du sol; il n'aimait pas avoir l'impression de d'imposer à elle, et encore moins celle de prendre refuge en hauteur. Il savait qu'il se fatiguerait avant elle et irait prendre place quelque part -mais en attendant, là maintenant tout de suite, ce n'était pas vraiment important. Enfin, bon, côté grandeur, on repassera, parce que quand il prenait la peine de se déplier, il dépassait quand même beaucoup de gens, et elle, elle avait l'air toute jeunotte en comparaison. Comme quoi, finalement, il n'y avait pas grand différence entre le fait d'être assit sur le rebord d'une fenêtre et d'être debout; il voyait quand même la séparation de ses cheveux dans un cas comme dans l'autre. Encore heureux qu'elle n'avait pas de décolté plongeant, ça aurait été le must pour le dégouter, quoi.

-Faut pas le prendre comme si je me voyais en toi, non plus, petite mademoiselle. La frustration, je laisse ça à ceux qui ont des rêves, mais tu vois, dans ma vie, j'ai vu des pâtissiers faire des pâtisseries et des connards faire des conneries. Et vite comme ça, t'as pas l'air d'un pâtissier, parce que eux ils sentent la vanille et non pas la sueur des autres. Ça fait combien de temps que t'es dans le coin, donc? Une personne de ta carrure, pourtant, pourquoi ne pas plutôt aller au Wyvern's Wing? C'est là que les gens forts vont -ou peut-être que tu y es déjà allée, en fait, et qu'ils t'ont montrés la porte parce qu'eux n'en avait rien à faire de tes monstres de pacotille, ou bien parce qu'ils les ont eux-même combattus.

Il renifla sans classe aucune, sentait son bras droit le piquer; c'était probablement dans sa tête, parce qu'il y avait trop de gens ici, mais il n'arrivait pas à se sentir complètement à l'aise, même s'il se perdait un peu dans sa tirade. C'est ça, la rhétorique; qu'on approuve ou pas, ça reste un des plus grands divertissements de ce jour, et c'est pas cher payé non plus. Il ne regarda pas les gens qui étaient autour deux, presque aveuglé par les rayons de lumière qui dansaient sur la peau mate de la jeune fille, ceux-là même qui rendaient le contraste avec le reste de la salle beaucoup plus apparent qu'il ne l'était en réalité.

-Mais évidement, ajouta-t-il avec une révérence irrévérencieuse, il me fera plaisir d'éduquer les masses ignorantes dont je fais moi-même partit. Quelqu'un m'a fait remarquer, un jour, que la différence entre les talentueux et les autres, c'est que les talentueux n'ont pas besoin de dire qu'ils le sont pour que les gens soient au courant -et il en va de même pour les vertueux, quoique dans ce cas ils devraient l'être d'une telle manière qu'il soit impossible de savoir quels sont leurs actes nobles. C'est-à-dire, petite dame, que j'te crois pas justement parce que je n'ai pas entendu parler de tes exploits auparavant, et que malgré ça ce dont tu parles ferait trembler des montagnes. Mais je suppose, évidemment, que les gens du désert sont effectivement faits de la trempe nécessaire pour l'affronter.

Là, il n'avait même pas besoin de se retourner pour savoir que plusieurs hochaient la tête, mais c'était plus que prévisible; rien ne touchait plus la fierté des gens du désert que le fait d'être capable d'y survivre, en fait, et lui-même y puisait une force considérable lors de ses voyages. Son dos, depuis quelques moments déjà, s'était penché vers l'avant, non pas pour intimider la jeune fille, mais bien parce que cela lui semblait être une position plus habituelle; ses bras glissaient le long de son corps, et une de ses mains était plongée dans une grande poche de son par-dessus beige. Il ne se rappelait même plus pourquoi il avait commencé cette conversation, mais quand même.

-Quant à l'inconscience, on pourrait écrire un livre au complet dessus; elle est en chacun de nous, mais la différence, c'est que les meilleurs d'entre nous arrivent à ne pas l'écouter. D'ailleurs, tu vois, si j'avais écouté la mienne, je n'aurais pas commencé cette discussion, mais puisqu'elle est commencée, autant assumer mes actions. Et toi, tu serais prête à assumer tes actions sans rien demander s'il t'arrivait quelque chose dans le désert, alors que tu te bats contre truc-machin avec des dents de sabre grosses comme ça et l'œil malin? À voir ton ton, ça laisse croire que des problèmes, tu en as jamais eu de ta vie. C'est quoi, quand tu te seras perdu dans l'immensité du désert et que le soleil sera tombé pour laisser place au froid glacial, tu vas appeler tes parents avec les nouvelles technologies Alzéniennes et tout va être réglé, tu crois?

Il grogna, baissant les yeux sur le sol par habitude et regarda ses propre pieds; c'était malin ça, quelqu'un avait laissé tomber sa choppe un peu plus tôt et maintenant, il avait le bas des pantalons complètement à la flotte. Il ne s'était pas une seule fois sentit mal de déverser si tranquillement sa bile morale vers la jeune fille, qui au moins semblait être capable d'en prendre.

-Alors, dis-moi, cette héroïne que l'on devrait tous admirer, elle a un nom, au moins? Lança-t-il, déguisant sa politesse en pique par habitude. Et aussi, j'te prirais de partager avec nous ce qui te fait tant rire -il y a un moment seulement, tu semblais laisser croire qu'il était de ton devoir de faire s'écrouler tes spectateurs sur leurs tables; vraiment, je ne voudrais pas que tu t'empêches de continuer pour ma simple personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Jeu 17 Mar - 2:41

Spoiler:
 

-Content de voir qu'ils vous apprennent encore les bonnes manières et le respect des aînés. Après, on s'étonne de voir des rebelles qui viennent nous enlever notre jeunesse pour les emmener dans leur pays imaginaire...

Mais il se prenait pour qui ce pouilleux? Déjà qu'il n'avait pas l'air en forme, le voilà qui entre dans le jeu de Jade. Oui! Il avait la prétention de croire mériter le respect dans ses conditions, de pouvoir se l'imposer aux autres sans même savoir à qui il s'addressait. Ce petit con, elle allait s'en régaler à fond. La jeune fille attrapa de sa main droite une de ses longues mèches et la fit jouer entre ses doigts. Gardant ainsi sa main occupée, elle s'assurait de ne pas trop s'enflâmer d'un coup. Il faut bien se réserver un peu pour entretenir le plaisir.

- Hey yo papy! Tu y va pas un peu fort là? Tu sors de nulle part et t'en prends à quelqu'un pour à la suite chialer. Faut pas croire que le respect est acquit aussi simplement par ici!

-Je ne saurais pas faire mieux qu'toi, c'est clair, parce que moi, je fais pas perdre leur temps aux honnêtes gens. T'as l'air d'avoir de la pratique, ça c'est clair... ou peut-être que c'est un talent que tu as obtenu en lisant des livres à tes frères et sœurs?

Et le voilà qui se prend encore un air de supériorité. C'est quoi le problème qu'ils ont ces adultes à toujours croire que tout leur est dû et qu'on ne devrait faire qu'à leurs convenances? C'est à croire que dès qu'ils leurs est arrivé deux trois trucs pas trop cool, ils pensent avoir tout vécu tout connu. Dès qu'une seconde génération arrive, c'est comme s'il était inconcevable pour ces vieilles peau même pas si vieilles de s'imaginer que quelqu'un d'autre dans ce monde fait preuve d'un minimum de passé, d'expérience. Ils baratinent sans cesse ce "savoir" ô si grand et merveilleux. Bon, ce n'était pas non plus comme si Jade était totalement vertueuse non plus, sauf qu'au moins, elle, elle savait que le respect n'est pas chose donnée. Oh et puis peu importe, elle n'allait pas changer parce qu'un mec mal vêtus qui pense connaître tout se prenait la tête contre elle. Jade le laissa donc poursuivre un peu sont discour sans trop y porter attention.

-Heureusement pour toi, le mensonge n'est pas puni par la loi... habituellement. Non, vraiment, je saurais pas dire c'est quoi le pire, toi qui dit n'importe quoi ou ces fous qui tentent pas de t'arrêter -un jour, ça va te conduire à des ennuis, de raconter n'importe quoi. Une fille qui attire l'attention sur elle comme ça, ça finit souvent dans une ruelle sombre près du Red Stadium, et quand même, c'est pas quelque chose que je souhaites à qui que ce soit. Alors prend-le comme un cadeau; ah, mais je suppose que t'es assez grande pour décider pour toi-même, hein... Faut pas le prendre comme si je me voyais en toi, non plus, petite mademoiselle. La frustration, je laisse ça à ceux qui ont des rêves, mais tu vois, dans ma vie, j'ai vu des pâtissiers faire des pâtisseries et des connards faire des conneries. Et vite comme ça, t'as pas l'air d'un pâtissier, parce que eux ils sentent la vanille et non pas la sueur des autres. Ça fait combien de temps que t'es dans le coin, donc? Une personne de ta carrure, pourtant, pourquoi ne pas plutôt aller au Wyvern's Wing? C'est là que les gens forts vont -ou peut-être que tu y es déjà allée, en fait, et qu'ils t'ont montrés la porte parce qu'eux n'en avait rien à faire de tes monstres de pacotille, ou bien parce qu'ils les ont eux-même combattus.

-Ouai! Au Wyvern's Wing ils peuvent bien se passer de moi! Avec leurs compétitions de masse musculaire dégoutante, j'me passerais bien d'eux! Ils n'arrivent même pas a mettre une seule touche sur moi dans n'importequel art de combat!

Jade réprimait fortement l'envie de rire alors qu'elle prononcait ces mots. D'ailleurs, ce clodo avait plutôt l'air d'une vadrouille oubliée dans une pièce sombre. Il semblait être quelque peu inconfortable ce qui enlaidissait la scène. Oh, ce n'est pas que la coureuse en avait quoi que ce soit contre les sans-abrits, ni même contre lui. Au contraire, elle aimait bien certaines de ses gens, à condition qu'elles n'essaient pas le regarder sous sa jupe. Ils étaient en effet malodorants mais possédaient un certain charme. Ils sont générablement très solidaire entre eux, formant des groupe et très sociable, n'ayant besoin que d'un endroit où poser leurs fesses et d'une langue pour s'occuper toute une journée. Il ne suffisait à la jeune fille que de leur racompter quelques histoires quasi poétiques de ses randonnées loins de la ville pour voir leurs visages s'émerveiller. La plupart n'était jamais allé bien loin, et donc tout élément peu commun à leur quotidien faisait briller leurs yeux d'imagination. Cette imagination qui les amenait à espérer même. L'espoir de voir un meilleur jour... Non, même si ça n'avait été que mensonge, il aurait été triste de priver ces pauvres gens de cette petite lueur. De pourvoir les voir ainsi faisait chaud au coeur de Jade. Autant qu'elle faisait parfois l'object de leurs conversations quotidiennes...

-Mais évidement, il me fera plaisir d'éduquer les masses ignorantes dont je fais moi-même partit. Quelqu'un m'a fait remarquer, un jour, que la différence entre les talentueux et les autres, c'est que les talentueux n'ont pas besoin de dire qu'ils le sont pour que les gens soient au courant -et il en va de même pour les vertueux, quoique dans ce cas ils devraient l'être d'une telle manière qu'il soit impossible de savoir quels sont leurs actes nobles. C'est-à-dire, petite dame, que j'te crois pas justement parce que je n'ai pas entendu parler de tes exploits auparavant, et que malgré ça ce dont tu parles ferait trembler des montagnes. Mais je suppose, évidemment, que les gens du désert sont effectivement faits de la trempe nécessaire pour l'affronter.

- Peut-être que si tu sortais un peu plus souvent d'ton grenier tu serais moins inculte aussi. Faut croire que tous ceux qui étaient spectateurs pendant mon temps à l'école des Gladiateurs ne sauraient m'oublier si vite. Et puis sinon, c'est pas comme si y'avait beaucoup de gens en plein milieu du désert pour voir un flash passer à des centaines de kilomètres heure...

Sur cette phrase, avec d'autant plus d'arrogance, elle avait arcqué légèrement ses sourcils, donnant clairement son intention de provocation. Deplus, tout ce qu'elle disait était totalement vrai... Elle n'était pas spécialement forte, ni même par rapport aux filles de sont âge, sauf qu'elle savait tiere profit à fond de sa vitesse. Il était donc très dur pour qui que ce soit de combattre contre elle et de réussir à juste l'approcher...

-Pour ce qui est de mes raisons, du pourquoi je fait mon show comme ça, elles sont loins de te concerner... C'est pas comme si je m'attendais à ce qu'un mec comme toi puisse y comprendre quoi que ce soit.

Ils étaient déjà face à face depuis déjà un moment. Il semblait à la foule présente qu'aucun d'eux n'aillait céder aussi simplement. C'était d'ailleurs totalement vrai. Deux têtes fortes comme Jade et Owen avait presque droit à leur version d'un dicton. S'il y a de la fumé, il y a du feu? S'il y a un de ces gamins immatures, il y a de quoi faire tomber votre quotien intellectuel à entendre du n'importe quoi tout à fait inutile. Quoi que pour certain, ce peut être un divertissement de jeudi après midi... De quoi donner le courage de supporter un autre jour de dur labeur en plein désert...

-Quant à l'inconscience, poursuivit Owen, on pourrait écrire un livre au complet dessus; elle est en chacun de nous, mais la différence, c'est que les meilleurs d'entre nous arrivent à ne pas l'écouter. D'ailleurs, tu vois, si j'avais écouté la mienne, je n'aurais pas commencé cette discussion, mais puisqu'elle est commencée, autant assumer mes actions. Et toi, tu serais prête à assumer tes actions sans rien demander s'il t'arrivait quelque chose dans le désert, alors que tu te bats contre truc-machin avec des dents de sabre grosses comme ça et l'œil malin? À voir ton ton, ça laisse croire que des problèmes, tu en as jamais eu de ta vie. C'est quoi, quand tu te seras perdu dans l'immensité du désert et que le soleil sera tombé pour laisser place au froid glacial, tu vas appeler tes parents avec les nouvelles technologies Alzéniennes et tout va être réglé, tu crois?

- C'que t'as toujours pas l'air d'avoir pigé Papy, c'est que ces "trucs-machins", il en faudrait 10 d'entre eux avec des supers pouvoirs mutants pour réussir à avoir juste une possibilité de me vaincre! C'est pas comme si je craignais vraiment quoi que ce soit dans le désert... Et encore moins comme si j'allais m'résoudre à demander à l'aide non plus! Le désert, c'est ma cours de récré!

*Et encore, "cours de récré" c'est bien peu dire! *

L'athlète, qui sentait son sang bouillir de plus en plus, ne s'attendait toute fois pas à ce minimum de civisme dont Owen fit preuve en lui demandant son nom. Peut-être possédait-il un certain respect de convention... Contrairement à Jade... Celle-ci le dévisagea suite à sa demande... Pour ce que ça lui donne de savoir son nom...

- Je suis Jade. Jade Sinnah, La Sprinteuse! Fait tâche de pas l'oublier! Un jour tu vas voir! Il va être célèbre ce nom!

Probablement n'importe qui aurait pu voir un petit éclair de fierté ou d'espoir dans les yeux de Jade. C'était ainsi à chaque fois qu'elle pensait à ses rêves.

-Et aussi, j'te prirais de partager avec nous ce qui te fait tant rire -il y a un moment seulement, tu semblais laisser croire qu'il était de ton devoir de faire s'écrouler tes spectateurs sur leurs tables; vraiment, je ne voudrais pas que tu t'empêches de continuer pour ma simple personne.

-Euh.. quoi? J'te suis pas là Papy...

Soit elle ne comprenait pas ce qu'il disait, soit qu'elle ne l'avait même pas écouté... Ou encore elle ne faisait que jouer... Peut-être toutes ces réponses, qui sait?

- Faut pas croire que j'me prive de quoi que ce soit en ce moment t'sais? Pour ce qui me fait marrer, c'est rien d'autre que toi, dit-elle, relâchant sa mèche, la laissant se redéposer doucement sur son corps. J'vais être honnête puisque tu y tiens tant; j'aime pas mal me prendre la tête avec des gens comme toi qui se prennent la tête contre moi. Tu te pointes un jour et tu te retrouves dans une cage sans même le savoir... La cage, c'est mon terrain de jeu, et j'y suis maître. Alors ouais, je ris à cette idée.

Cette fois, elle en avait assez de se retenir. Elle laissa aller toute sa rage, rage non de violence, mais plutôt d'énervement. Jade allait s'offrir un petit divertissement de fin de soiré. Ces soirées qui ne finissent jamais, les mauvais jours qui contraignent les gens... Elle allait entrer de plein fouet dans l'atmosphère que cet homme lui avait donner l'oppotunité d'entrer.

- Sinon, qu'en est-il de toi? Tu t'es dit que forcément, étant gamine, je mentais et que tu allais te procurer le plaisir de me prouver tord? Tu parles comme si j'étais mal éduquée, mais t'as pas pris deux secondes pour te regarder! Tu viens comme ça et pense tout savoir de tout, avoir tout compris de la vie et pouvoir dire aux autres c'qu'ils ont de pas correct. Mais dis-moi, ta mère t'as jamais dit que c'n'est pas bien de parler sans savoir?

Jade fit quelque pas vers le clodo d'en face. Plus la discussion avançait, moins elle s'attardait à adopter une bonne posture. Elle remarqua alors que Owen se tenait debout, ou plutôt assez avachi, au dessus d'une flaque liquide. Le bas de ses pantalons étaient également imbibé de ce liquide.

- Plutôt malin d'ailleurs, dit-elle en pointant la flaque, de ne pas avoir porté ta couche pour venir ici ce soir.

Il y avait là de quoi la faire rire en masse... ainsi que pour tout les gens qui assistaient à la scène.

Spoiler:
 
Re-Spoiler encore pour Owen
Spoiler:
 
Encore Re-spoiler
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Sam 19 Mar - 19:46

Il avait remarqué que la jeune fille se tortillait les cheveux -difficile de ne pas remarquer, vu la longueur de ces derniers-, une toute petite mèche de cheveux brins fins et lisses qui s'emmêlaient un peu au bout parce qu'elle bougeait beaucoup depuis tout à l'heure. Il ne pouvait s'empêcher de se demander si elle n'était pas en fait un peu nerveuse de s'adresser comme ça, aussi ouvertement, au public. Au vu du reste de son attitude corporelle, toutefois, il ne pouvait que douter de ce dernier fait, l'écartant d'un geste flou et inconsistant; non, vraiment, gêne pas gêne, elle n'avait quand même que ce qu'elle méritait, pour venir comme ça embêter les honnêtes travailleurs. Pourquoi est-ce qu'elle n'allait pas plutôt dans les endroits où les touristes affluaient le plus? Si c'était de l'argent ou de la réputation qu'elle voulait se faire, c,était le meilleur endroit pour commencer. De un, parce que les touristes sont beaucoup plus crédules et ne connaissent pas les coutumes de la région, et de deux, parce qu'ils ont plus de tunes, en général, ou tout du moins ont la possibilité d'étendre votre reconnue aux trois coins du globe, si tel est plutôt votre soucis. Non, ce n'était vraiment pas en restant ici à raconter ses histoires qu'elle allait se faire un nom; il avait envie de soupirer, un de ces bons gros soupirs accompagnés d'un sourire, comme ceux que poussent les mères en regardant leurs enfants faire des bêtises. Presque -parce que quand même, il ne fallait pas insinuer qu'il s'attachait à n'importe quel gamin un peu foireux. Enfin quoi, le cousin un peu idiot, on le laisse prendre le bus, on ne le fait pas conduire. À voir son expression et ce qu'elle débitait, par contre, il lui semblait évident qu'ils n'allaient pas s'entendre; c'est le choc des générations peut-être. Il se serait bien vu, lui, avoir ce genre de discussion avec un étranger plus vieux que lui alors qu'il virevoltait encore dans les jupes de sa mère; les temps avaient bien changés depuis. Là, il ne se sentait pas vraiment de la tirer dehors par ce qui lui servait de vêtements; vraiment, la mini-jupe, en plein désert? Hum hum, des plans pour avoir du sable là ou il faut pas et être irrité... mais au moins, es filles d'ici ne portaient pas encore la nouvelle invention Amenthalystienne -il savait que cela avait en fait plus de probabilités de venir d'Alzen, en fait, mais comme tout bon Opalien, dès qu'il reprochait quelque chose à quelqu'un, ce quelqu'un devait être Amenthalystien-: lui ne comprenait pas comment elles pouvaient toutes vouloir porter moins et payer plus cher...


- Hey yo papy! Tu y va pas un peu fort là? Tu sors de nulle part et t'en prends à quelqu'un pour à la suite chialer. Faut pas croire que le respect est acquit aussi simplement par ici!

-Hey yo... papy? s'étouffa-t-il sans classe aucune. Et c'est moi qui y va un peu fort? Je suis ton aîné, pas ton pote et pas non plus ton vendeur d'élastiques à cheveux, alors reste polie même si t'es jolie. Tu vois, dans la vie, il faut faire attention à où l'on marche des pieds, et tu sais quoi? T'aurais beau être la princesse O'connor trentième du nom et vivre à Amenthalys, reste que j'ai vécut ici plus longtemps que toi et que ça me permet d'avoir droit à la parole du prédécesseur; là encore, j'te dis pas d'écouter les aïeuls d'autre part, mais bien ceux d'ici; eh! On vient tous du même trou, comme l'adage le dit, et les enfants des uns sont les enfants des autres. Et chez moi on appelle pas ça chialer, on appelle ça une rectification de l'ordre public. Tu pourrais au moins baisser le volume.

Ce disant, il avait plisser des yeux; c'est vrai quoi, on aurait dit que le bouton de volume de la jeune fille avait été écrasé dans le tapis et était incapable de redescendre; c'était un peu désagréable pour les oreilles. Lui-même devait se forcer pour arriver à la moitié du volume qu'elle atteignait -mais c'était plutôt par prédisposition naturelle qu'il avait une voix basse, et non pas par réel effort pour conserver un niveau sonore ambiant acceptable -il n'avait pas de mérite, quoi. En plus, il parlait, et il était totalement conscient du fait qu'elle ne l'écoutait pas -les adolescents avaient toujours cette tendance à ne pas regarder les gens vraiment directement dans les yeux, et à laisser ces derniers glisser sur une trame imaginaire lorsqu'ils se perdent dans leurs pensées. Tant pis- de toute manière, il ne ferait que rajouter plus de mots pour être certain qu'un ou deux trucs importants rentrent dans son crâne. Dire qu'apprendre à parler est si simple pour les enfants, mais retenir, ça, par contre, c'est une autre paire de manche. Il était impressionné, quand même, par le manque d'instinct de survie de la jeune fille qui, surprenament*, surpassait le sien. Alors comme ça, madame se croit assez forte -enfin, ça tombait peut-être dans le domaine de l'agilité et de l'esquive, plutôt- pour ne pas se faire terrasser par un des membres du Wyvern's wing, pas plus qu'elle ne croit qu'ils ont une chance contre elle.

-C'est vrai qu'avec ta taille de mouche, tu dois leur arriver aux genoux, alors à moins d'essayer de t'écraser, ils doivent effectivement pas avoir beaucoup de chances de t'attraper, remarqua l'homme en hochant de la tête, un vilain sourire s'étirant sur ses lèvres. Sauf que vraiment, est-ce que tu devrais vraiment te venter d'être capable de fuir les assauts? Je crois que tout le monde ici serait prêt à dire qu'il y a un monde de différence entre éviter un direct du droit et être capable de vaincre 'ces gars' comme tu le dis avec autant de classe. Est-ce que tu serais en train d'insinuer que tu pourrais les mettre à terre? Franchement, j'aimerais voir ça -et puis tu vois, ça, fit-en en mettant un accent sur ce dernier mot, c'est le genre de chose à ne pas dire si l'on ne veut pas se faire des ennemis. Même s'ils ne peuvent pas t'atteindre, ça reste qu'ils dominent la partie de l'échelle sociale où tu te tiens, et avant de te rendre là, ce qu'il te fait, c'est des preuves et de la sueur de coude, pas des jupes bien coupés et des belles paroles.


Le pire, dans cette histoire, c'est qu'elle n'avait ni l'air de le prendre au sérieux ni l'air de s'intéresser à la conversation plus qu'il ne le fallait. Lui, cette simple notion lui faisait bouillir les veines, comme s'il lui était impossible de comprendre qu'une fois que l'on partait quelque chose, on pouvait s'en délaisser -oui, ça lui arrivait, mais sans en avoir conscience, comme cette discussion avec l'homme qui s'était endormit un peu plus tôt- et penser à quelque chose de, pour commencer, plus important. Comme de boire; il avait soif, d'ailleurs, mais ça pourrait attendre. En plus, lorsqu'elle ouvrait la bouche, c'était simplement pour détourner ses propos (parce que non, lui il ne faisait pas ça) et s'épandre en sophismes (un concept qui lui est tout autant étranger) sans trop se soucier des valeurs sociales.

-Entre rester dans mon grenier, comme tu dis, ou laisser le soleil me taper sur la tête, je vois vraiment en quoi c'est mon cas le pire -au moins j'ai gardé toute ma tête plutôt que de croire en des illusions de grandeur. Ouais -être un grand combattant du désert, ça se fait, mais pas du jour au lendemain, et talent ou pas, tu vas te ramasser un mur un jour si tu ne fait qu'avancer sans regarder où tu vas.

Il resta silencieux un moment; il ne comprenait pas trop cette histoire de flash dans le désert, tout comme il ne comprenait pas en quoi cela pouvait vraiment être un tel motif de fierté pour la jeune femme; plutôt que de relever ce fait d'une remarque cinglante, il se contenta de laisser tomber ce détail qu'il jugeait inopportun -mais qui expliquait tellement de choses! Et qui était peut-être même la source de son énervement- et la laisser patiemment parler lui laissant le temps de reprendre ce qu'elle disait, l'air de sous-entendre qu'il attendait avec ferveur le moment où elle apporterait enfin quelque chose d'intéressant à la conversation.

-C'est quoi, laissa-t-il tomber, presque abasourdit par la réaction de la jeune fille. T'es pas capable de te rabaisser à mon niveau pour me faire comprendre ton point?

Là, c'est clair, il avait touché une corde sensible; elle ne l'avait pas remarqué, mais silencieusement, presque avec chaleur, comme sentant sa profonde détresse face à cette flagrante injustice, quelques-uns des membres du publique acquiescèrent pour lui donner raison, alors que les autres chuchotaient entre eux. C'est bien beau en savoir plus que sur les autres, mais il y a un monde de différence entre en imposer et décréter sans explication; ça faisait très bourgeois, il est vrai, dans ce simpliste esprit populaire, et tout ce qui fait bourgeois, automatiquement, est irrémédiablement Amenthalystien. Il n'avait pas prévu cette réaction des gens ou de lui-même, toutefois -il s'était laissé surprendre d'une manière des plus désagréables, comme si on venait de lui piler sur les pieds et de s'excuser avec un sourire qui sonnait faux. Il s'empressa de reprendre la parole, comme pour effacer ce moment désagréable et permettre aux gens d'oublier ce qui venait de ce passer; ce serait regrettable, en effet, parce qu'ils auraient une opinion toute faite plutôt que de vraiment réfléchir à la question. Mais depuis quand était-il philosophe, de toute manière? Ils faisaient bien ce qu'ils voulaient.

-Ta cours de récré? Souleva-t-il après un moment, souriant gauchement. C'est triste quand même, devoir que les jeunes filles de nos jours chassent dans le désert plutôt que d'aller à l'école; peut-être que deux trois coups de règles sur les doigts t'auraient aidée à calmer ton caractère, m'enfin, si en plus tu t'avérais être la plus talentueuse, la plus intelligente et la plus éduquée d'entre nous,vraiment, nous serions dans l'obligation de te couronner reine du pub -mais peut-être, après réflexion...

Il se fraya un chemin vers le comptoir, ce qui n'était pas très difficile puisque les gens évitaient d'entre trop en contact avec lui -peut-être aurait-il dû prendre d'autres vêtements que ceux avec lesquels il était allé dans la capitale récemment; là-bas, il pleuvait rien de moins que des torrents et malgré le lavage effectué par les douces mains calleuses de sa mère, il n'arrivait toujours pas à faire partir cette désagréable odeur d'humidité; rien de mieux pour ne pas passer inaperçu dans une ville désertique, franchement. Il laissa glisser la partie supérieure de son corps par-dessus le comptoir, étendant un de ses longs bras craquants vers un point que lui seul semblait voir: le distributeur de serviettes en papier. Il prit un morceau et resta un moment à demi affalé sur le comptoir, grognant sans s'en rende compte et se tenant la mâchoire crispée; ses doigts bougeaient sans assurance, gourds parce qu'un peu enflés pour une raison qui lui échappait, et pliaient le papier pas très rigide en carrés et en triangles qu'il inspectait régulièrement dans tous les sens. Après un moment, comme satisfait du résultat, il se releva avec un faible sourire, sa concentration apparente ayant laissé quelques traces sur son visage étiré par la fatigue et la chaleur. De son pas trainant, il tira sa carcasse jusqu'à la jeune demoiselle qui se tenait toujours dans son rayon de soleil si éblouissant -pour une raison quelconque, ça l'énervait- et s'arrêtant un moment, tripotant entre ses doigts ce qui semblait être un petit bateau de marin. Il étira ses bras au-dessus de la tête de la jeune fille, lentement pour s'assurer qu'elle n'allait pas se dérober à la dernière minute, et déposa l'œuvre au sommet de ses cheveux; plutôt que d'une couronne, on aurait dit un chapeau d'âne, mais passons.

-Jade Sinnah, vous êtes maintenant déclarée reine et impératrice de ce petit pub paumé que nous chérissons tous.

C'était court, mais au moins c'était clair; une de ces phrases comme il n'en prononcera plus jamais. Sauf que plus il l'entendait, et plus ça l'énervait; aucune humilité, aucune modestie. Le jeu du chat et de la souris, ça se joue à deux, et dans ses souvenir, lorsque le chat attrape la souris, la souris devient le chat. Pourquoi devait-elle venir souiller cet échange en se l'appropriant, sans être capable de voir qu'ils étaient deux dans cette discussion? C'était bien une réaction de môme, ça; s'il restait, il ne faisait automatiquement que suivre le bon vouloir de l'autre, comme si son avis avait si peu d'importance qu'il en perdait tout droit sur sa propre personne. La dignité, elle la jetait à la poubelle; comment pouvait-on traiter un être humain de cette manière? C'était puéril, oui, puéril, rien de moins, et beaucoup plus égocentrique que ce qu'il aurait pu imaginer. Pendant un instant, il se vit bien tourner les talons et la laisser là, en plan. Et c'aurait été une grosse perte, parce que s'il avait été capable de se prouver son indépendance d'esprit, elle aurait eu ce sentiment qui vient avec la victoire; quelqu'un qui pense comme ça sans voir le bout de son nez, évidemment, ça ne pourrait pas comprendre la signification d'un tel geste, et ce serait là sa plus grosse perte: il n'aurait, au final, pas été capable de la faire réfléchir à son entourage. Autre chose qu'elle-même. Plus loin que le bout de son nez? Et lui, là, il se demandait à quoi tout cela rimait, et un grave déception se dessinait lentement mais surement sur son visage, alors qu'il était toujours un peu plus penché et que ses cheveux tombaient devant son visage pour le rendre invisible au reste du monde. Ce n'était pas la désillusion qui l'habitant, mais quelque chose de plus aigre, comme un excès de bile qu'il avait cru au départ pouvoir supprimer mais qui, au final, n'avait fait que grossir à son insu. Ou peut-être était-ce simplement un signe indiquant qu'il aurait du être chez lui, ne train de dormir ou de manger, mais il n'avait pas eu envie d'être auprès de ces gens qu'il aime, comme à chaque fois qu'il passait trop de temps à l'extérieur.

-Que j'aie raison ou pas, c'est pas important, fit-il en faisant claquer sa langue sèche, mais avant de me contredire, faudrait au moins que t'apporte une argumentation conséquente. Alors ouais, t'es une gamin, qu'une gamine, une parmi tant d'autres, et tu n'as pas l'air de vouloir y croire, et ça, ça c'est mauvais; personne peut être narcissique pour toi, mais personne peut être modeste pour toi non plus. De prouver que les gens ont tord, c'est un style de vie, c'est de prendre le risque de découvrir que l'autre a raison et d'avancer; sauf qu'entre toi et moi, ça stagne, ça stagne et l'eau croupie. Et ma mère est une merveilleuse femme du désert qui a toujours sut s'occuper de sa famille, et c'est tout simplement la chose la plus noble que l'on puisse faire en ce bas-monde, que d'aimer autant les siens, alors je te prierais de la laisser en dehors de ça.

Lorsque la jeune fille c'était approchée, il avait tout d'abord eu comme réflexe de reculer, mais comme il ne voulait pas plus encore s'étendre dans la flaque de substance douteuse, il était resté comme figé sur place, alors que cette dernière ne pouvait de toute manière faire autre chose que remarquer ce désagrément; à sa pique plus que clair sur le thème de l'incontinence, il était prêt à rétorquer en grommelant. Franchement, bravo pour l'imagination. Sauf qu'alors qu'il se penchait pour mettre son visage au niveau de celui de la jeune fille, alors qu'il sentait ses cheveux venir frôler son épaule, un quelque chose d'étrange vint lui chatouiller le nez.

Et de là vint la naissance d'un éternuement légendaire. Légendaire mes amis, rien de moins, au niveau production de son et de surprise; le choc avait été si intense que lui-même en avait été plié en deux, comme si l'expulsion d'air avait été si forte qu'il s'en était claqué un muscle pulmonaire.






*WTF ça existe pas comme mot. I'M MAKING IT OFFICIAL NOW è_é
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Dim 20 Mar - 3:56

Spoiler:
 

Jade retenais en elle un profond soupir, d'ennuie ou de déception, elle ne savait trop quoi exactement. L'adrénaline, qui avait si bon goût, avait aussi l'habitude de la laisser parfois totalement désintéressée de la situation. L'envie folle de compétition, d'argumentationet de rivalisation dont elle fait preuve lorsqu'une situation quelque peu tendue menait généralement l'interlocuteur à deux possibilités. Bien souvent, les jeunes ou les hommes dont le coeur brûlait au même air qu'elle en finissait aux poings. Quelques petits coups bien placés - ou pas - et puis chacun retourne à sa besogne, comme si rien ne c'était passé. On riait même parfois, puisque ce n'est généralement rien de personnel, ou du moins on ne gardait aucune rancune. Il y avait ces autres conversations qui s'éternisaient en une vaste accumulation des insultes les plus ridicules, parfois même insencées qui descendaient une à une de plus en plus bas dans l'échelle de sophistication. C'était généralement plus avec les ados ou les jeunes adultes que ça tournait ainsi. C'était bel et bien un jeu et non des débats intellectuels ayant la moindre répercussion sur la vie ou la pensée du peuple.

Il y avait, cependant, cet homme, très bavard, ayant lui même allumé la mèche. Il avait posé une flâme sur un fil très inflâmable, et tentait à présent de se faire sérieux. Comme si la "raison" et les petits discours allait faire quoi que ce soit à de la dynamite. Faut pas rêver non plus. Si les feux à l'huile forment le club de l'adoration et vénération de l'eau, Jade elle peut bien se passer de philosophie... C'est pas les beaux parlés qui allaient combler quoi que ce soit en elle ce soir. Même si c'est arguments étaient autant mal en point que lui même, ce n'était plus du moindre intérêt pour la jeune fille. Elle n'en avait plus envie. D'ailleurs, il avait partiellement raison. Continuer dans la direction dans laquelle elle s'était lancée ne pourrait que tâcher son image. Soit il lui faudrait changer les règles du jeu, soit elle devra en finir d'une façon ou d'une autre...

Jade avait donc laissé l'homme sans trop lui donner d'importance. Ça n'en valait plus trop la peine. Ce avec quoi il enchaîna ne fit que la convaincre d'avantage. Ce n'était plus qu'une petite engueulade de "rue" mais bien un dédain de l'un comme pour l'autre, auquel se joignait des insultes de mauvaise foi. Encore une fois, après cette tentative de provocation de l'homme, la jeune filla opta pour le silence. Elle laissait quelque instant couler un peu. Celui-ci, parcontre, adopta une attitude qui semblait un peu étrange pour la situation.

L'athlète, ainsi que le publique, regarda l'homme se rendre jusqu'au comptoire. Il va s'en dire que son usage du comptoire était très... désagréable à observer. Sans classe ni aucune grâce, ce mouvement avait déplu aux quelques personnes qui, ne prêtant aucune oreille à la petite histoire précédente, étaient encore assises à siroter un breuvage quelconque. Sans même s'excuser le moins du monde, Owen poursuivit sa petite parade et revint avec ce petit "oeuvre" d'origami. Lorsque ce dernier déposa le papier sur la tête ce Jade la rebaptisant, elle ne sut qu'elle attitude lui donner en retour. C'était à la fois très arrogant, très enrageant, mais aussi totalement ridicule. Jade fut consumée par une énorme envie d'offrire une belle visite au visage de l'homme via un beau coup de poing. Juste un petit coup, bien rapide, de quoi étamper ses jointures dans la mâchoire qui semble déjà très peu sécure pour un os. Entendre et sentir le contact rugueux entre sa peau délicate et la sienne, rugueuse en raison de la repousse de barbe. Juste un petit coup tellement rapide que personne ne saurait dire qu'il venait d'elle.

Elle prit une profonde inspiration, fermant les yeux.
* Mais non... je ne suis pas si violente tout de même...*

Jade fit donc chacun de ses gestes avec très grande minutie et attention... Un coup de point à quelque centaines de kilomètre/heure, ça part hors de contrôle assez vite. Cependant, elle n'avait aucune intention réelle pour l'instant. Rester calme était amplement suffisant. D'une main, elle alla délicatement chercher le petit chapeaux, le déposant sur l'appui le plus proche, peu importe s'il sagissait d'un comptoire, d'une table ou même du dos d'une personne recroquevillée. La jeune fille resta bouchebée suite au propos d'Owen, n'ayant pas la moindre capacité de concentration pour articuler ses cordes vocales, sa langue et sa machoire inférieur. Garder le tout crispé valait pour le mieux en ce moment.

Mais pour une grande gueule, il en avait toute une ce mec. Un instant plus tôt, elle était sur le point de faire une crise, elle n'avait envie que d'exploser de rire à présent. Quoi qu'il n'y avait rien de surprenant dans les propos de son interlocuteur. Il est évident qu'il n'aurait pas amorcer quoi que ce soit si ce n'était pas du fait qu'il croyait fermement que Jade mentais. C'était trop drôle pour elle maintenant, de se faire dire exactement ce que quelqu'un aurait dû lui dire bien plus tôt ce soir. Elle hésitait à présent, entre le désir de rire de lui un peu plus longtemps, ou de lui prouver tord. Pourquoi pas les deux! Quoi qu'elle ne se sentait déjà plus la moindre malice en elle. Plutôt une forme de pitié pour lui, qui allait probablement réalisé sa grave erreur.

-Non mais vraiment, ça, c'est trop drôle, dit-elle entre deux rires quasi-innocent. J'sais que tu crois pas en tout ce que je racontais, mais t'as jamais même considéré la possibilité que peut-être j'aie un k-...

Sur ces mots elle dut se taire, suprise - et à la fois pas vraiment étonnée vu sa condition... - par l'énorme, disgracieux, puissant et salissant éternument qui explosa hors du corps de l'homme. Corps qui d'ailleurs semblait incapable de résister à une telle puissance. On aurait cru un cri hybride entre l'expression aggressive d'un homme face à une grande douleur et le rugissement d'un lion affamé. De quoi faire peur ou inquièter... Jade ne savait pas comment réagir... pas plus qu'elle ne savait si l'homme allait bien. Incertaine, elle fit quelque pas de plus pour ce rapprocher de l'homme lui demandant s'il était correct. On ne voudrait tout de même pas voir quelqu'un agoniser sur le plancher de la place.

Jade attendit donc patiement la réaction de l'homme avant de poursuivre quoi que ce soit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   Mer 23 Mar - 2:49

Il passa son bras gauche sous ses côtes, comme si elles n'étaient plus capable de se supporter elles-mêmes; il y avait longtemps qu'il n'avait pas éternué ainsi, et pour lui, cela ne signifiait qu'une chose, et cette dernière lui semblait si horrible qu'il n'était même pas capable de la prononcer, comme si ses cordes vocales dédaignaient de prononcer une telle abération. Son visage, invisible dans l'ombre de sa propre silhouette, s'était peu à peu défiguré en une grimace haineuse. Il s'était tranquillement redressé, presque solennellement , ses yeux plissés semblant scruter les environs à la recherche d'un couple, du couple, et une peur indescriptible avait envahie le moindre de ses membres. Revenant un instant vers la jeune fille pour déposer ses iris froids dans le feu de ses yeux, il renifla bruyamment, sans aucun charme et sans aucune gêne. Sans oser la quitter du regard -est-ce que c'est toi? semblaient même demander ses pupilles plus grandes que nature, effrayées- il avança vers l'ancienne petite couronne et l'attrapa dans un geste plus sec qu'il ne l'aurait cru, se mouchant dedans comme si ça vie en dépendait. Faute de mieux, il glissa le mouchoir dans une de ses grandes poches et, clignant pour ce qui semblait être la première fois des yeux, entrouvrit ses lèvres.

-Pfiou! Lâcha-t-il fielleusement, mettant toute son animosité dans cette simple réplique de cracha. Saletés. Vous êtes partout, partout hein, pas moyen de s'en débarrasser! Et le premier qui aura ma peau, le premier qui l'aura, ce sera lequel? On ne peut même plus être en paix chez soit, non -ils sont là, là, tous, en train de regarder tous vos mouvements, et la supériorité -la supériorité vient avec, oui, mais l'humanité, elle? On ne donne pas de crocs aux chiens galeux, non, mais ici les chiens soumis ont les dents toutes gâtées, ne voient rien, plus rien, parce qu'on leur a crevé les yeux.

Il ne voulait pas baisser son regard, non, mais il ne comprenait pas. Il n'osait pas bouger, ne voulait pas s'approcher de la jeune fille, mais avait tout aussi peur des autres. Et si c'était lui? Lui, là, avec qui je parlais tout à l'heure... ou elle, avec les deux tresses? Plus il pensait, et plus il sentait son corps comme tiraillé entre deux envies, celle de ne plus bouger tant la peur le tétanisait et celle, plus forte, qui le poussait à se jeter dans la tempête sans regarder en arrière, comme le fou qu'il était. Et ce serait tout: il n'aurait pas prouvé qu'il avait raison, il n'aurait pas prouvé que l'on devait respecter ses aînés et, au contraire, n'aurait fait que montrer que son espèce à lui, celle des gens qui veulent toujours tout remettre en question, n'était qu'une sous-espèce incontrôlable. La peur rendait la peau de ses mains moites, et il aurait été difficile de dire si ses difficultés respiratoires venaient vraiment de ses allergies ou étaient simplement causées par de l'hyperventilation. Peu importait.

Sans demander son reste, sans dire au revoir, il partit, laissant derrière lui ce qui semblait être un froid mordant, d'autant plus considérant la chaleur ambiante. Et sur son chemin, tout ce que l'on entendait, c'était les quelques murmures et vociférations qu'il dirigeait au monde entier, incapable de nommer correctement sa peur comme il l'était. Karnevale, Karnevale -ce mot ne ferait que toujours le poursuivre, et si l'un et l'autre ne pouvaient vive ensemble, il se doutait bien que celui qui était de trop, c'était lui, et cette réalisation -tout comme l'existence de cette petite fille qui le trouvait totalement dépassé- lui donnait la nausée. Il se perdit dans la tempête, souhaitant ne jamais recroiser le chemin de la jeune femme. Certaines questions ne valent parfois pas la peine d'être posées.
Est-ce que c'est toi?

Lorsqu'il arriva enfin chez lui, il était en sueur d'avoir tant couru et d'avoir tant lutté contre le vent; toute cette inquiétude simplement pour un éternuement, que l'on dira. Tant pis. Il s'affala contre le cadre de la porte, ne sachant même pas d'où lui venait toute cette folie, mais sachant que ce n'était pas quelque chose qu'il était prêt à montrer à ses proches. Une chose était certaine; il allait éviter les rassemblements publiques à l'avenir. Hum! C'était ce qu'il disait toujours, mais il ne pouvait jamais s'en empêcher. Il voulait vivre, vivre, vivre. Et ceux qui arriveraient à lui trouver faute pour cela -celui-là n'aurait pas d'âme, serait cruel. Était-il cruel, n'avait-il pas d'âme? Il se consolait en se disant qu'il était fou et que les fous ne sont pas responsables de leurs actions, et cette folie passagère qui durait parfois des mois pour ensuite le quitter le rassurait.

[C'est court, mais j'avais pas trop de temps et d'inspiration vraiment pertinente, comme tu peux le voir, donc bon faudra s'en contenter pour le moment]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est qui qui parle le plus fort? [Pv] Jade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: le palais du conseil-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit