AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 #___Baiser d'un soir... Espoir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité


MessageSujet: #___Baiser d'un soir... Espoir !   Dim 29 Mai - 22:59



Original - Eiri
Nom ▬ DOLCERI
Prénoms ▬ Camille ; Maxime
Surnom ▬ Camimi ; Maxouille - pour ceux qui ont l'habitude de Maxime - ; La Danseuse aux Alouettes.
Age ▬ 21 ans.
Nationalité ▬ Il s'agit d'Amenthalys, ou Opale, ou Alzien.
Rang Social ▬ Petite Bourgeoisie.
Sexualité ▬ Pansexuelle.
Métier ▬ Chanteuse munie d'un tambourin ; Danseuse.
Habitation ▬ Karnevale Avenue, thank you ; Toute petite maison sur deux étages comportant six pièces : deux chambres, des toilettes, une salle de bain assez grande, la cuisine et un salon.


i got the power...
Puissance, armes et pouvoirs.

Karnevale ▬ Changement de pigmentation. Oui, n'importe quoi, n'importe où, de n'importe quelle couleur. Et sur un temps indéfini, hihi ♥ Eeeh oui. C'est idiot, n'est-ce pas ? Totalement inutile de surcroit, mais tellement amusant. Mes cheveux peuvent prendre une teinte rosée, les votre un bleu cobalt, votre peau peut devenir noire... Et plein de trucs comme ça ! Haha !
Armes ▬ Mon... tambourin ?
Équipements ▬ Mon tambourin ! Et mes chaussons noirs.


Try to rule the word with...
C'est avec ce genre de truc qu'on dirige le monde. Putain, sérieux ?!

Qualités ▬ Attentive ; Assidue ; Soigneuse ; Précise ; Réfléchie ; Cohérente ; Amicale - ou pas -

Eh oui. Malgrès ses défauts, elle peut se montrer amicale, cette abrutie. Munie d'un sens de l'orientation d'une huître, elle doit bien demander son chemin, m'enfin. Elle sait bien faire les choses, bien les terminer et bien les agencer. Bien sur, elle fait attention à tout les détails. Je me demande d'ailleurs si c'est pas plutôt être maniaque que soigneuse ou précise... Mais passons ! Attentive à tout vos problèmes, elle vous conseillera et éventuellement essayera de vous rafler un peu de vos sous, elle perd pas le nord, Maxime. Cohérente dans ce qu'elle dit, elle pourra vous faire avaler les pires mensonges. C'est une bonne menteuse, oui.

Défauts ▬ Amère ; Lâche ; Grognon ; Volage ; Espiègle ; Vulgaire ; Insouciante

Elle passe son temps à débiter des âneries sur les uns et sur les autres avec un langage affreux, qui dépasse joyeusement l'entendement. Une habitude prise avec Maxwell qui passait son temps à faire la commère. Même quand la personne se trouve à moins de 10 mètres, qu'elle est très sensible, qu'elle est capable de vous casser la gueule, elle critique. Et bim, une remarque cinglante dans votre face.. Chieuse, Camille aime bien faire des farces et s'enfuir. Elle est tout simplement, fichtrement, odieusement, méchamment... Lâche. Aussi, quand elle n'essaye pas d'attirer des clients et dans la vie de tout les jours, elle est extrêmement grognon. Elle grogne, elle se plaint, harcèle les autres jusqu'à avoir ce que j'ai. Une sale emmerdeuse. Et complètement infidèle. Incapable de tenir une relation sérieuse.
Phobies ▬ La peur de la peur. C'est con, mais c'est comme ça.


You look like...
Tâche de ne pas nous faire peur.

Allure générale
Cheveux noirs qui volent sous la contraction des muscles, les pas de danse. Une allure espiègle, frivole, un peu futile. Elle danse au milieu de la rue, faisant retentir sa douce voix qui en a séduit plus d'un et nombreux sont ceux qui le seront encore. Son corps se contorsionne d'un côté, un mouvement de ses bras longs l'accompagnant et l'inutilité feinte d'un détour de son être vous fait découvrir une poitrine ni grosse, ni petite. Elle tourne trop vite pour que vous puissiez découvrir la forme de son visage, d'un ovale parfait. Et dans toute cette harmonie, il y a un défaut; sa maigreur maladive, même si elle reste assez grande.
Visage
Un teint livide, des cernes qui s'approchent dangereusement du violet sous ses yeux clairs. Ses yeux trop clairs qui s'approchent plus du blanc que du gris, à ce stade là. Et son regard qui accroche, et son visage qui semble si heureux. Elle semble souffrante, les joues un peu creusées, ses lèvres gersées, son air fatigué. Mais elle reste belle, elle et ses traits fins. Elle respire la beauté et la pureté.
Cheveux ▬ Cheveux lâchés, d'un noir profond. Ou bien attachés. Ou couleur « artificielle » qu'elle aurait changé. Et mèche blanche parmi ses cheveux noirs, à la base de sa nuque.
Style vestimentaire ▬ Une simple robe avec un corset. Ou bien une jupe et un pull. Voir même un pantalon et un t-shirt.
Bijou ou Tatouage ▬ Quatres étoiles dans le dos, en forme de losange.
Signes particuliers ▬ La mèche blanche parmi ses cheveux noirs.


boite à questions
Pour mieux déterminer qui tu es vraiment ...

Ce qui te rend unique
Ma voix.
Tes valeurs
Gentillesse, beauté, sensibilité, sourire.
Toujours dans ta poche
Une partie de nous.
Ton rêve le plus fou
Retrouver le vide tant aimé ; Plaire.
Ta fierté/Ta honte
Ma voix ; Mon insouciance.
Tic/manie
Enrouler une mèche de cheveux autour de mes doigts et jouer avec quand je suis gênée.


who are you ?
Dis-nous quel geek tu es vraiment *w*

Ton prénom/pseudo ▬ Likeaprince ; Strangerisalie
Ton âge ▬ JOKER
Moyenne de connexion ▬ ?/10.
Ton niveau de RP ▬ Moyen/Bon
Comment as tu connu le forum ▬ JOKER
As-tu bien lu le règlement ?OkZiazan
Suggestions d'amélioration ou autres ▬ Enlevez le " Edité le ... 10 fois... " C'est humiliant.


Dernière édition par Camille Dolcari le Lun 30 Mai - 4:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: #___Baiser d'un soir... Espoir !   Lun 30 Mai - 1:20

# A LONG TIME AGO, WE USED TO BE FRIENDS;

Et dans la continuité octogonale, je perçois à demi le chatoiement de tes mains grandes ouvertes sur le néant. Et dans la perversité de nos échanges seules les plus importantes indifférences nous soutiennent, point. Et dans l'immaturité des uns se berce la figuration de certains plus malmenés que de coutume. Et non, ce ne sont pas des mots mis bouts-à-bouts. Et dans la perception langoureuse de ton image se cogne l'appréhension d'un être complètement frappé. Et dans la lenteur des discordes, s'abreuvent parfaitement les piétinements impatients. Parce que tant qu'on ne comprendra rien, on ne comprendra rien. Et dans l'incompréhension, la pression exige de respecter les paliers. Et de tels nombres d' « enfin » qui frôlent ton propre corps, tu nous retournes. Et non, ce ne sont pas des mots mis bouts-à-bouts. Et dans l'éloignement constant, s'assouvissent sagement les pulsions. Et dans la naïveté grossière, s'émerveille la pureté des êtres plus fragiles. Et tant qu'on ne pourra plus le dire autrement, on ne le dira plus, Autrement.
- Autrement ?
- Quoi ?
- On ne le dira plus, Autrement.

Blabla - Le Prince Miiaou







Tes pas précipités résonnaient sur les dalles des rues. L'odeur de peur se cramponnait à ton être et s'insinuait à l'intérieur, t'enlaçant, manquant de te paralyser. Cours, jeune fille, cours. Ton corps de gamine supporte mal la douleur qui se propage dans tes jambes. Et plus tu fuis l'étrangeté de ce qui t'entoure, plus tu as l'impression de t'engager dans un labyrinthe sans fin ni sortie. Tu ne cries pas, tu ne pleures pas. Tu te contentes de fuir. Et d'un coup, ta vue se trouble. Tu vacilles. Puis tu t'écroules. La peur t'as eu, elle t'embrasse et te frappe. Bonne nuit.

Silence, tu fixes. Silence, tu tombes. Silence, tu buttes. Silence, tu. Silence. Putain, c'est tout ce que tu as envie de dire. Adopter une attitude désinvolte, saupoudrée de violence, de vulgarité. Le sommeil, autant que les autres, te fuit. Une réaction, tu attends une réaction. Quelque chose, un brin d'évolution; regarde moi, REGARDE MOI ; quelque chose, une sensation. Oui, une réaction. Et dans l'incompréhension de l'un, tu cherches le réconfort de l'autre; et dans le réconfort de l'autre, tu cherches le regard de l'un. Tirée d'un côté, tirée par son opposé, tu te cherches; tais toi, TAIS TOI ; tu te cherches, comme si tu étais accusée.

Ta vie. Ton histoire. Ton livre. Ce que tu as refusé d'écrire dans ce manuscrit, c'est moi qui vais le dévoiler. C'est moi qui vais t'humilier. C'est moi qui vais te défigurer. C'est moi qui vais t'inhaler. C'est moi qui vais te brûler. C'est moi. Moi. M. Maxwell. Ce nom résonne dans ta tête. Il semble doux aux premiers abords, mais dès qu'il est connu de tous, il creuse son trou et fait vaciller la terre sous vos pieds à cause de ses galeries. Tu le sais; tu le savais. Et pourtant, tu ne fais rien pour arrêter. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Souffre, IGNARE.

# AND I THINK HUMANS ARE SO MEANINGLESS;



Première minute de ta vie, tu naît avec un jumeau mort à Karnevale. Pauvre conne, poids plume. Ta mère y passe avec son deuxième gosse. Fragile petite chose, sangsue. Ton père est fou, ton père crève dans une folle douleur au lieu de t'élever. Lâche, c'est de lui que tu tiens. On t'embarque chez la vieille du coin là où tu apprends à vivre. Idiotie pure et simple. Tu développes un certain attrait pour le chant et la danse; la gamine rêvée pour toute maman bisounours. Sauf quand on est pas un bisounours. Eh ouais, ils t'ont refilée à la première ivrogne du coin, qui pensait faire de toi la petite catin de service quand tu serais assez grande. Foutue connerie.

Tu te rends compte que c'est mal. Tu te rends compte qu'elle essaye de se faire de l'argent sur ton dos. Tu fuis. Lâche, tu aurais dû la tuer, imbécile. Tu réussis donc à t'enfuir avant de perdre ta pureté. Tu ne sais rien de ton passé; tu ne veux rien savoir. Tu t'appelles Camille. Tu t'appelles Maxime. Ton nom de famille est Dolcari. Tu as 15, 16, 18, 30, 12 ? Tu ne le sais pas. Tu ne veux pas le savoir. Tu oublies. Oui, contentes toi d'oublier, petite sotte. Parce que c'est là que j'entre en scène. Et parce que c'est là que tu bascules. Et parce que c'est là que tu tombes amoureuse de moi. Et parce que c'est là que tu décides de crever pour moi. Et parce que c'est là que. Parce que tu. Et moi je.

Réveille toi, réveille toi. Je te secoue. Ton pauvre corps est couvert de bleus, tu saignes. Est-ce que tu aurais mal, par hasard ? Pauvre petite fille. Moi, c'est Maxwell. Toi, tu seras Camille. Toi, tu seras Maxime. Toi, tu auras 14 ans à ce moment là. Toi, tu seras; ou tu ne seras pas parce que je ne le veux pas. Ta vie m'appartient, idiote; ta vie est entre mes mains. Je te nourris, je te loge, je te blanchis. Je t'éduque, de surcroît. Je t'apprend tout ce qu'il faut que tu saches, contrairement à ton ancienne « mère ». Et moi je. Parce que tu. La ferme. LA FERME. FERME TA GUEULE, PUTAIN.

# I LOVE THE BITTER TASTE OF YOU;



Tes lèvres sont amères. Je pensais que tu m'aimais. Je pensais que tu. Je pensais aussi que. La fin est proche, la fin est là. On sent déjà qu'elle t'aime et qu'elle te désire. Amer est ton regard. Amers sont tes mots. Tu deviens acide. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Je ne comprend pas. Je ne comprend plus; je veux moi aussi ne plus jamais comprendre. Tu ferais mieux, connard. Qu'ai-je fais de mal ? Reviens, reviens là. Je suis ton maître, tu n'as pas le droit de vivre sans moi. Reste près de moi; tu ne te souviens pas du marché ? Un bout de ton corps contre mon amour sincère et profond. Tu parles.

Volé, il m'a tout volé. Mon coeur, mon âme, ma raison de vivre. Et maintenant, il voudrait que je sois reconnaissante ? Fake. Tu déconnes j'espère là. Maxwell, la pire erreur de ma vie; Maxwell, le seul mec qui aura réussi à remplir ma vie. Celui qui aura réussi à me la détruire. Et maintenant, il est mort. Je l'ai poussé, du haut de son balcon chéri. Balcon de merde, là où il se tapait des délires merdiques et mégalomanes en se foutant de ma gueule parce que j'étais sois-disant trop conne. J'ai vécu pour lui. Je suis morte pour lui.

Et en y repensant, j'ai l'impression que tout ça n'était qu'un foutu rêve, quand j'ouvre les yeux, après seulement les quelques minutes de sommeil qui emplissent mes nuits d'insomnie. Depuis ce fameux jour, où il est tombé et s'est écrasé comme une merde, j'ai tout refait. J'ai abandonné la maison pour en racheter une autre. J'ai fui. C'est un de mes traits de caractère. Je devais réellement tenir de mon père. Juste besoin d'oublier. Juste besoin d'exterminer le peu de sentiments qu'il me reste. Juste besoin d'appuyer sur RESET. Et bientôt, je chanterais tellement bien et devant tellement de gens que je pourrais faire un doigt d'honneur au ciel en pensant très fort à cet enfoiré.

Aujourd'hui, j'ai 21 ans. Aujourd'hui, je suis Camille Maxime Dolceri. Aujourd'hui, je t'aime encore.
Demain, je te cracherais à la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


MessageSujet: Re: #___Baiser d'un soir... Espoir !   Lun 30 Mai - 4:41

Validée!
Un admin te donnera ton rang, mais pour le reste, va faire ta fiche de relation et ta fiche de demande de rps! Allez, plus vite que ça!

frr

Allez, j'aime <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #___Baiser d'un soir... Espoir !   

Revenir en haut Aller en bas
 

#___Baiser d'un soir... Espoir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: ♥ let's go together  :: fiches refusées ou en attente-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit