AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 [Event] Smoke on the Water.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Traqueur
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 22/07/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 230

MessageSujet: [Event] Smoke on the Water.   Ven 22 Juil - 16:53




Karnevale: manipulation de la fumée
Joué par: Morgane E. Adams
❝Jack Travis – 37 ans


.

Un nuage de fumée noire se faufila entre ses lèvres, remplissant l'air de l'aéroport. Il laissa tomber sa cigarette au sol, l'écrasant d'un coup du talon de sa chaussure gauche. Il regarde l'heure sur sa petite montre au cadran égratigné. Bordel. Les minutes ne s'étaient jamais écoulées aussi lentement. Il ne se demanda pas réellement pourquoi. Sa défunte cigarette avait abandonné son goût de nicotine au profit d'une saveur d'excitation. La petite aiguille rattrapa la grande dans un petit «bip bip» presque inaudible. La multitude de choses dont il devait se rappeler défila en un instant devant ses yeux alors qu'il se leva du banc de fer sur lequel il était, presque mécaniquement. Personne ne l'avait remarqué dans cette foule immense qui grouillait. Et pourtant, c'était un émissaire de cette justice tyrannique, de cette justice aveugle dont personne n'ose croiser le regard. Ils avaient tous reçu des ordres. De nombreux ordres. De nombreux objectifs aussi. Ils se nommaient tous « karnevaliens ». C'était un peu un vaste concours, à celui qui allait en attraper le plus. Et à ce genre de jeux, il était bien loin d'être le dernier.

L'homme tira une nouvelle cigarette de la poche de son imperméable, l'alluma et en dégusta une nouvelle bouffée de fumée. Bon. C'était le moment. Il avait à faire, alors autant essayer de faire ça le plus vite possible. Il jeta sa cigarette dans les airs. Celle-ci tournoya un instant, portée par la gravité, avant d'exploser, installant le silence le plus complet au sein de la foule, en même temps qu'il tirait une nouvelle cigarette de sa poche.


"Je demanderai à tous les karnevaliens présents ici de bien vouloir se rendre sans faire d'histoires."

Évidemment, il ne s'attendait pas à ce qu'un groupe de karnevaliens vienne gentiment vers lui, la fleur au fusil. Aussi retira-t-il sa cigarette d'entre ses lèvres.

"Bon, comme je me fais pas d'illusions, on va faire ça comme ça. Les karnevaliens ont dix secondes pour se manifester, de quelque manière que ce soit. L'Empereur n'aime pas attendre, et moi non plus."

La fumée de sa cigarette noircissait un peu plus, au rythme des secondes.

"Dix..."

Oui. Il y a probablement des innocents ici. Et alors ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 24 Juil - 15:51

Pour Alzen l'atmosphère était lourde. Ça paraissait normal vu la densité de la foule, mais c'étaient surtout les perception de Terek qui n'était plus tout à fait fiables après la bouteille entière qu'il s'était descendue. Faire ça à domicile et en public c'était pas son genre, mais il faudrait bien qu'il se fasse à son nouveau statut de loser complet tout récemment viré pour des raisons qui lui échappaient et qui se retrouvait contraint de retourner vivre aux crochets de sa pétasse de mère pour ne pas avoir à finir à la rue et crever faute de pouvoir continuer de son traitement. Et le plus marrant dans tout ça c'est que personne n'était encore au courant qu'on avait commencé à purger les effectifs. Après s'être tapé le vol depuis Amenthalys il n'était pas vraiment impatient d'aller se vanter d'être au chômage, alors il attendait juste sur un banc, trop torché pour voir le temps passer.

La détonation qui fit taire à peu près tout le monde dans l'énorme salle le fit à peine relever la tête.

- Je demanderai à tous les karnevaliens présents ici de bien vouloir se rendre sans faire d'histoires. Les Karnevaliens étaient partout, alors pas étonnant qu'ils soient venus les chercher jusqu'ici en fin de compte. Mais même dans son état il réussit à comprendre que cet allumé n'avait pas la moindre chance de provoquer la reddition massive qu'il exigeait. Par contre il avait réussi à bien lui niquer les tympans avec son explosif.
- Mais ta gueule... Terek avait grogné ça pour lui-même, pensant que ce mec partirait comme il était arrivé une fois que personne ne serait venu se présenter lui comme étant un chacal de rebelle, mais forcément ce n'était pas fini.

- Bon, comme je me fais pas d'illusions, on va faire ça comme ça. Les karnevaliens ont dix secondes pour se manifester, de quelque manière que ce soit. L'Empereur n'aime pas attendre, et moi non plus. Il hésita à se frotter les yeux pour distinguer la silhouette qui avait cherché à attirer l'attention, ce à quoi il renonça assez vite en se rappelant que faire ça n'était pas compatible avec son maquillage. Pas fou le mec. Alors il se contenta de ciller en envoyant par terre la bouteille vide dont il avait oublié de se débarrasser plus tôt. Celui qui s'était plus ou moins présenté comme un traqueur avait l'air de plus en plus sérieux et commença à compter. Là Terek sentit que ça allait mal se finir : ce type allait faire une connerie avec ses explosifs et tout le monde prendrait. Remarque, il aurait pu y passer maintenant : ça n'aurait pas changé grand chose. Peut-être qu'au fond il s'était juste levé en laissant derrière lui sa mallette avec toutes ses armes à feu parce qu'il n'avait pas envie de finir entre les mains d'un traqueur alors qu'il n'avait rien fait.

Il rentra dans cinq ou six personne en traversant la foule pratiquement immobile jusqu'au centre d'attention générale. Au fur et à mesure qu'il avançait il distinguait un peu plus sa sale gueule de traqueur ainsi que la chose qu'il tenait à la main. Il les menaçait avec une clope. D'accord. Pourquoi pas. L'Alzenien n'était pas assez mort pour ne pas ressentir le Karnevale qui agissait dessus. S'il y avait un jeu auquel il ne perdait jamais c'était bien celui-là. Une fois arrivé à son niveau Terek ferma sa main sur le poignet de l'homme impatient.

- Tu penses sin-...ssss-... cèrm-... putain... tu crois qu'c'est comme ça qu'vous les aurez ? C'minable. Vous les traqueurs vous valez rien... Il leva un sourcil et eut un sourire à la fois débile et malsain lorsque son Karnevale entra en conflit avec celui du traqueur et le força à interrompre sa manipulation chimique de la fumée de la cigarette. Bah vas-y, fais nous sauter... enfin... haha... essaye.

------------------------------------------------------------
JE T'AVAIS DIT QUE JE FERAIS CHIER. JE TE L'AVAIS DIT.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Czeslaw A. Holystone
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 21/04/2010
♦ Mes messages : 699
♦ Etoiles ★ : 303
♠ Humeur : ...8D
♠ Emploi(s) : Vendeur d'électroménager.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Czeslaw ? Et bien... Il passe à travers les murs... À travers n'importe quelle matière en fait... Très pratique, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que, vivant à Alzen, son pire cauchemar est de passer à travers le plancher de la ville et de faire un jolis tartare à la surface de Sphéra. Bon appétit.
♠ Sexualité & Statut : Pansexuel et... Possédé ?
♠ Mon rêve : Déposer le brevet d'un super-aspirateur et empocher des millions.
♪ Fiche : Les grenouilles règnent sur le monde.
♪ RP(s) en cours : Alzen ~ Owen
♪ Relationships : Here

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 31 Juil - 15:33

    Tu détestais les aéroports. Tous les aéroports, car qui dit aéroport dit aéronef, avions, hôtesses de l’air, machins qui volent et Houstonnouzavonunproblème. Or, quand on a aussi peur de voir le vide sous ses pieds que de chances de passer à travers le plancher, on est tenté de faire de la propagande anti-véhicules volants. Oh, cette terreur s’applique bien évidemment à… À peu près tous les véhicules que compte Sphèra. Imaginez vous donc tomber brusquement sur la chaussée alors qu’autour de vous moult camions rasent le bitume à quelques centaines de kilomètres-heure.
    La question était : que fous-tu donc ici ? Tu travailles. Tu es assis sur un banc, un carton sur les genoux, tu regardes les gens badauder, courir, traîner leurs valises, les enfants hurler, les familles se déchirer, se retrouver. Mai tu travailles, tu attends avec inquiétude qu’arrive ta collaboratrice, cette chère Kiukirilya à laquelle tu as envoyé un message remplis de détresse. Car malgré l’amour inconditionnel que tu porte à son travail, tu restes malheureusement fort déconnecté des réalités de ce monde. Quand on ramène un mixer tout juste réparé, à la lame délicatement récurée, aux circuits tendrement protégés, briqué avec attention… Il ne faut pas oublier qu’un magasin possède quelques besoins administratifs. Quand on livre un mixer tout juste réparé, le client doit payer. Il reçoit une facture. Il doit signer quelques papiers, surtout quand le client habite à Almenthalys et que par conséquent tu dois livrer cet adorable mixer.
    Sauf que tu as oublié les papiers. Sauf que tu en as besoin de ces papiers. Car quand on est dans le monde du travail, il faut déclarer ses revenus faire des tas de calculs compliqués, pleins de chiffres et de pourcentages. Oui, l’art de la torture est administrative.
    C’était donc paniqué que tu avais envoyé un message à ta collègue, la priant de t’amener les précieux formulaires aussi vite qu’elle le pouvait. La prochaine navette partait dans une demi-heure, c’étais la dernière de la journée et le client était un type grognon qui avait bien insisté sur le fait qu’il ne pouvait attendre. Tu croisais les doigts en espérant qu’il n’y aurait pas trop de ralentissements dans les rues venteuses d’Alzen.

    Mais alors que tu attendais, le regard fixé sur les chiffres digitaux de ta petite montre, une détonation se fait entendre. Tu sursautes, cherche l’origine de l’horrible bruit avec effroi. Une attaque terroriste ? il ne manquait plus que ça.
    Quoique non. L’homme appelait les karnevaliens à bien vouloir se rendre au plus vite. Un temps. Tu réfléchis. Karnevaliens. Des gens dotés d’un karnevale. Attends un peu. Qui traverse les murs ? Tu prends soudain conscience que tu es compté comme étant un karnevalien. On t’englobe dans la masse. Karnevalien = Rebelle, ça, on l’a décidé plus haut, sans prendre en compte le pauvre petit vendeur d’électro-ménager que tu es. Ce karnevale, tu ne l’as jamais souhaité, tu n’aspires qu’à une vie tranquille, sans la terreur de passer à travers la plancher. Tu te sens mal à l’idée d’être catalogue comme rebelle tandis que tu n’as pas la moindre envie d’attenter à la stabilité de l’empire. Une révolution signifierais sans doutes une longue crise avant que le pays ne retrouve sa stabilité, or, la stabilité est synonyme de réussite en matière d’affaires. On ne vend pas d’aspirateurs quand la situation est instable.

    Tu hésites, tu voudrais bien rester là, sur ton banc, mais imaginons que ce monsieur puisse détecter les karnevale ? Tu serais bien vite repéré, considéré comme un traître, envoyé dans les geôles, aux travaux forcées, torturé jusqu’à ce que tu avoue des choses dont tu n’a pas la moindre idée. Un… Non, une, quoique, un… Disons, une type s’attaque soudain au traqueur présumé. À sentir les relents d’alcool qui en émanent… Cette type ne dois point être en très bon état. Malgré tout, tu te lèves, ton mixer bien emballé dans les bras, hésitant, tremblant. La madame virile possède, tout comme toi des cheveux verts. Inquiété par peu de chose, tu craint que cette ressemblance capillaire ne te fasse passer pour quelqu’un de sa famille, ne te mette dans le même sac.
    Pas après pas, tu t’approches du duo.

      « -Excusez moi, je ne voudrais pas vous déranger longtemps, mais je suis pressé, j’ai une livraison à faire ma navette part dans vingt minutes et je ne peux pas manquer ça. Heu. Et bien, je ne suis pas dangereux je n’ai rien contre l’empire… »


    Tu as l’air d’un pauvre petit bébé animal ridiculement sans défense à gigoter ainsi sans arrêt. Tes paroles se brouillent, de peu compréhensives, elles se muent en un dialecte étrange.

      « - En fait voilà j’ai un peu mais juste un tout petit peu un karnevale mais je ne l’ai jamais demandé j’aime bien l’empire je ne fait que mon travail vous savez et je je je je… Je ne suis pas de sa famille vous savez c’est rien ça mais j’ai ma navette dans vingt minutes si vous voulez je peux me libérer lundi prochain pour que l’on reparle de tout ça, je n’ai pas de client à quatorze heures, je serais là, je… »


    Respire petit, respire, tu vas finir asphyxié sinon. Voilà, tu vois tu tousses, il ne faudrait pas que tu perdes tes poumons dans un aéroport bondé, tu as une livraison à faire. Mais on va dire que ce n’est que la fumée qui envahit l’air. Tu n’as jamais beaucoup aimé les relents de tabac, ça t’irrite la gorge.



_______

JE SUIS DÉSOLÉ ÇA PUE. D':
POST ÉDITÉ


Dernière édition par Czeslaw A. Holystone le Dim 31 Juil - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kiukirilya Whitehill
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 29/04/2010
♦ Mes messages : 424
♦ Etoiles ★ : 311
♠ Humeur : Neutre
♠ Emploi(s) : Travail à mi-temps chez Holystone électroménager
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Contrôle du papier
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle & célibataire
♠ Mon rêve : faire quelque chose de bien...
♪ Fiche : I hate book
♪ Relationships : Kiu's link

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Lun 1 Aoû - 23:14

Les gens. Kiukiu ne pouvait pas les comprendre. Prenez cette bonne femme au magasin qui voulait absolument qu'on lui répare son grille-pain. Avait-elle vraiment besoin de raconter sa vie pour se faire? Ne pouvait-elle pas simplement lui donner ce fichu grille-pain, se taire et laisser la jeune fille travailler en silence. Non vraiment la pauvre Kiukirilya Whitehill était incapable de comprendre les êtres humains parfois, quel était l'intérêt de parler, parler et parler, quand on venait faire réparer un grille-pain. Elle se força cependant à faire un sourire commercial comme son patron savait si bien les faire, enfin les siens n'étaient pas très convainquant, et continua poliment d'écouter la propriétaire du grille-pain. A ce moment même elle reçut un message de son Patron qui la pressait de ramener les papiers pour sa livraison à Amenthalys. Eh bien ce n'était pas son jour, car apparemment la dame avait encore pleins de choses à dire et elle savait que Czeslaw lui en voudrait de la laisser en plan. Finalement au bout de cinq minutes interminables, Kiukiu réussit à saisir l'objet et l'examina en écoutant les explications de la femme sur son dysfonctionnement. Heureusement ce n'était pas grave ni très compliqué à régler. Elle avait toutes les pièces en magasin pour réparer ça rapidement et vite renvoyer cette femme trop bavarde et bruyante pour l'Albinos. Kiukiu remit donc en état de marche le grille-pain en un temps record et la dame s'en alla enfin après avoir réglé ce qu'elle devait et fait l'éloge de ses talents. Enfin! Kiu soupira, elle adorait les machines et les réparer, mais Czeslaw était plus doué pour le contact avec les autres. Ceci dit elle avait fait des progrès.

Bon et maintenant les papiers administratif pour le Patron. Kiukiu remercia le ciel, Czeslaw était quelqu'un de très organisé, elle trouva donc ce qu'elle cherchait rapidement dans une pochette soigneusement rangée à sa place. Elle glissa la pochette dans son sac, pris un jeu de clé et ferma rapidement la boutique, laissant seuls Ian Holystone et les aspirateurs... Elle ferait vite. Elle avait plutôt intérêt.

La boutique n'étant pas si loin de l'aéroport, Kiukiu décida d'y aller à pied, en courant néanmoins. Fort heureusement elle connaissait bien tous les petits raccourcis qui lui firent gagner un temps précieux. Alors qu'elle arrivait près de la place où son Patron lui avait indiqué de le rejoindre, elle entendit une explosion provenir de l'endroit. Kiukirlya s'arrêta sur le coup un moment se demandant s'il était très prudent de continuer d'avancer. C'était surement un coup de terroristes ou pire de Karnevaliens rebelles, il y allait avoir des Traquers à coup sûr. Mais son Employeur était là-bas, son job était très important, s'il lui arrivait quelque chose adieu la belle vie avec son formidable Patron... Et Lawy lui en voudrait. C'était pas son jour. Elle se fraya un chemin parmi la foule jusqu'à la source de l'explosion. Kiukiu était arrivé un peu en retard, elle n'avait pas entendu le discourt de l'homme à la cigarette, elle n'avait pas vu l'intervention de la/le chose aux cheveux verts ni la reddition de son Patron. Tout ce qu'elle voyait c'était un type louche avec une cigarette, un/une chose aux cheveux verts souls encore plus louche et au milieu son pauvre Patron qui avait l'air en danger proche de ces deux énergumènes. Il toussait en plus. Kiukirilya devait faire quelque chose n'est-ce pas? Tout cela allait dégénérer, si ces deux idiots continuaient des Traqueurs allaient rappliquer. C'était mauvais. Et oui hélas Kiukiu n'avait pas compris toute la scène qui se déroulait devant elle. Voici ce que la jeune albinos voyait: deux crétins se battaient pour régler leurs comptes, l'un ayant un peu trop bu, et son Patron s'était retrouvé embarqué dans l'histoire sans le vouloir. Elle devait le sortir de là, et peut-être arrêter les deux autres histoire d'éviter que des Traqueurs se mêlent à cela.

Par chance, Kiu vit qu'une des personne près d'elle tenait dans ses mains un livre, « Mémoires de Paix » de Jean de Francia. Parfait. Elle prit l'ouvrage, mais fut vite déstabilisée. Le livre ne lui obéissait pas. Son Karnevale ne marchait pas. Kiukiu garda néanmoins son calme, elle resserra son emprise sur le livre et le lança. Oui oui Kuikui lança le livre et comme Kuikui possédait une force de lavette dans les bras, le livre n'atteint pas sa cible, à savoir la tête du drogué. Non à la place le livre s'écrasa sur le pied de l'ivrogne. Oups. Kiukiu n'était pas vraiment douée. Elle s'avança voulant s'excuser et calmer le jeu maintenant qu'elle devait avoir attirée l'attention. Elle dit donc de sa voix neutre mais claire:

    «  Je suis navrée. J'ai mal visé. Ceci dit vous pourriez régler vos comptes ailleurs. Vous y impliquer mon Patron. Un tel remue-ménage va attirer les autorités alors s'il vous plait allez régler vos comptes ailleurs. Dans un endroit où vous n'impliquerez personne. Merci »


Oui elle n'avait vraiment pas compris ce qu'il se passait, mais au moins elle était très polie. Elle ignorait cependant dans quelle situation elle venait de se fourrer. Malheureusement.



Dernière édition par Kiukirilya Whitehill le Ven 26 Aoû - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Traqueur
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 22/07/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 230

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Mar 2 Aoû - 17:31




Karnevale: manipulation de la fumée
Joué par: Morgane E. Adams
❝Jack Travis – 37 ans


.

Il y a des jours où Jack se demandait vraiment ce qu'il foutait là. Naïvement, il s'était dit que, si karnevaliens il y avait, ceux-ci se seraient rendus gentiment pour éviter d'impliquer des innocents. S'ils suivaient leurs préceptes libérateurs et égalitaires, c'était logique. Mais au lieu de ça, il a fallu qu'il se retrouve gardien d'enfants et d'ivrognes. Décidément, il était temps que tout cela se finisse, qu'il touche sa prime pour avoir bien fait son boulot, et qu'il aille se payer un café à Amenthalys. Pas à Opale. Ni à Alzen en fait, vu qu'ils semblent tout aussi attardés qu'à Opale.

Dans un soupire qui en disait long, du genre «Mais quelle bande de cons.», Jack laissa tomber sa cigarette maintenant inutile, l'acheva d'un revers du talon et saisit le bras de l'espèce de loque qui ne semblait plus tellement humaine afin de ne plus avoir à supporter plus longtemps ce contact.

Son karnevale probablement rendu inutilisable par l'ivrogne verdâtre, il devenait tout de suite moins efficace, mais heureusement pour lui, il n'a pas pour habitude de se balader seulement avec sa vingtaine de paquets de cigarettes dans les poches. Ainsi,dans le réflexe du chasseur, il tira de sa ceinture un pistolet qu'il pointa vers l'inconnue bourrée, qu'il avait éloignée de lui de quelques mètres et qu'il avait désormais cataloguée comme une ennemie, ce qui était plutôt normal en fait.


«Ça va, je pense que j'ai d'autres trucs pour vous faire sauter.»

Son regard se posa tour à tour sur le jeune homme pressé qui semblait bien nerveux, puis sur sa jeune amie qui venait de le rejoindre. Au moment où ses yeux croisèrent ceux de la jeune femme, le traqueur se mit à rire.

«T'en fais pas petite, les autorités elles sont déjà là.»

De sa main libre, Jack dénicha dans l'une de ses poches une énième cigarette qu'il glissa entre ses lèvres et qu'il alluma. Bon, c'est pas le tout hein.

«Ok, je pense que je vais me contenter de ça, c'est déjà pas mal.»

Il reporta son attention sur la personne qui lui semblait la plus dangereuse pour l'instant, car passablement imprévisible, afin de la surveiller. Toutefois, ses paroles s'adressaient bien aux trois déviants qui l'entouraient.

«On va arrêter de déconner maintenant, hein. On va faire comme ça. Vous oubliez tout ce que vous comptiez faire, vous la fermez et vous me suivez tous bien gentiment, sinon ça risque de plutôt mal finir.»

Évidemment, c'était quasiment certain que ça allait foirer quelque part de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Jeu 4 Aoû - 17:27

Il avait vaguement aperçu un jeune homme s'approcher lui aussi. Il eût cependant fallu que ce dernier se soit imposé à coup de pieds dans sa gueule pour véritablement attirer son attention, alors il articula un truc que l'Alzenien ne chercha même pas à saisir. Ce à côté de quoi il ne put évidemment pas passer fut la prise que le traqueur exerça à son tour sur son bras pour le faire lâcher : c'est qu'il n'avait pas vraiment la force de mettre en application ses réflexes alors quasi-inexistants. En d'autres termes il se laissa faire comme un passif sous anesthésie lorsque l'envoyé de l'empire le força à reculer. Quand il heurta presque le mur sur lequel il s'arrêta, il se rendit compte d'à quel point il avait du mal à tenir debout. Après tous les efforts du monde pour ne pas lâcher le traqueur des yeux et ne surtout pas se mettre à rire bêtement il réalisa qu'il ne sentait plus son pied gauche. Bah, il réglerait ce détail plus tard, parce qu'en attendant il avait comme un flingue pointé sur lui. Comme quoi avec un peu de chance son sens des priorités n'était pas encore mort.

- Ça va, je pense que j'ai d'autres trucs pour vous faire sauter. Terek s'affaissa un peu plus contre le mur auquel il était à présent plus ou moins adossé. Il n'avait pas envie de mourir comme ça en fait. Devant tout le monde comme ça c'était pas décent. D'autant plus que ça lui rappelait qu'il lui avait un peu sauté dessus pour éviter de se faire achever par un traqueur... où est-ce qu'il en était déjà ? Une chose était sûre tout ne se passait pas comme ça aurait du. Il baissa les yeux avec une légère moue, pour montrer qu'il avait compris mais surtout parce que la bouteille vide qu'il avait laissée par terre l'instant d'avant avait encore une fois attiré son regard. Et bizarrement ça lui rappela qu'il ne fallait pas qu'il laisse sa mallette trainer ici avec toutes ses armes dedans sur le banc juste à côté. Profitant que le traqueur s'adressait à une jeune fille qui était intervenue en parlant du jeune homme comme de son patron, l'Alzenien étendit mécaniquement un bras en direction de la mallette en question et c'était bon, il l'avait. Et heureusement qu'il l'avait puisque le traqueur avait de nouveau toute son attention sur lui et parlait maintenant de l'emmener lui ainsi que les deux autres. Pour aller où, la question ne se posait même pas : s'ils étaient considérés comme Karnevaliens on les collerait à l'internat psychiatrique. Ce n'était pas forcément pire que le chômage pour Terek, mais il s'était un peu trop foutu de la gueule de ceux qu'on y enfermait pour que son égo accepte le coup de la fatalité. Il s'avança donc vers lui sans cacher sa résignation : entre son taux d'alcoolémie et la difficulté que représentait la quasi absence de réponse de son membre antérieur gauche, il n'allait pas en plus se forcer à faire semblant.

- Hinhin. T'as pas l'air de savoir c'que tu veux. Je suis pas Karnev... vvva... Karnevalien... lienne. J'suis pas une mutante, et j'ai r'en à voir avec eux tu vois. J'en ai tellement pas de leur K... truc, que les autres ça les pert- Puis il se rappela du flingue, prise de conscience qui se traduisit par un rapide mouvement de recul et un fou rire nerveux qui sonnait sans doute trop masculin pour être vrai, l'espace de trois à quatre secondes. N-non tire pas ! J'me tais. Comme il n'était pas mort, il rouvrit finalement les yeux et prit une inspiration aussi longue que l'état de ses poumons le lui permettait. Après un rapide coup d'œil il lui sembla maintenant que les personnes qui s'étaient arrêtées à l'intervention du traqueur commençaient à reprendre leur activité de départ à présent qu'ils n'étaient plus concernés. Du même coup il remarqua que la fille était albinos et que les cheveux de l'autre gamin étaient d'un vert un peu plus clair que les siens (en effet, sans relever qu'il avait un chapeau, il avait fait fort cette fois-ci), comme lui ils seraient donc trop facilement repérables s'ils tentaient de se faire la malle. En plus, il était lui-même venu se rendre cependant qu'elle affirmait bosser pour lui, donc pour eux c'était mort. Terek évalua le temps que tiendrait un gosse malade des bronches à l'internat psychiatrique, aussi la première connerie qui lui passa par la tête à ce moment-là fut donc à l'adresse de l'albinos.

- … bon toi tu veux pas carrément lui dire que t'es collabo histoire qu'il soit content et qu'il se casse ? Tu peux bien faire ça pour ton mac... lui il survivrait pas à la taule. Parfaitement, son maquereau. Forcément il avait dit ça de façon à ce que tout le monde l'entende, ça compensait l'air sérieux voire menaçant qu'il avait pris. C'était pas comme s'il espérait s'en sortir. C'était même pas comme s'il était capable de penser avec sa tête.
------------------------------------------------------------
Note : POUR MÂDÂME COLLABO CA VEUT DIRE KARNEVALIEN, je précise au cas où. Deal with it.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Czeslaw A. Holystone
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 21/04/2010
♦ Mes messages : 699
♦ Etoiles ★ : 303
♠ Humeur : ...8D
♠ Emploi(s) : Vendeur d'électroménager.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Czeslaw ? Et bien... Il passe à travers les murs... À travers n'importe quelle matière en fait... Très pratique, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que, vivant à Alzen, son pire cauchemar est de passer à travers le plancher de la ville et de faire un jolis tartare à la surface de Sphéra. Bon appétit.
♠ Sexualité & Statut : Pansexuel et... Possédé ?
♠ Mon rêve : Déposer le brevet d'un super-aspirateur et empocher des millions.
♪ Fiche : Les grenouilles règnent sur le monde.
♪ RP(s) en cours : Alzen ~ Owen
♪ Relationships : Here

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Jeu 25 Aoû - 20:49

    Tu devrais voir ta tête Czeslaw, ton expression déconfite tandis que tu comprends peu à peu que tu allais avoir un peu de mal à être à temps à ton rendez-vous à Almenthalys. Non, vraiment, mais comment allais-tu expliquer à ton client, un certain Monsieur Xavier Adler, intendant dans une maison bourgeoise, perfectionniste, à cheval sur la courtoisie et surtout attendant avec impatience son mixer. Le soir même devait se tenir chez ses maîtres une grande réception avec en entrée des verrines de crème d'avocat à la mousse de crevette. Or, sans mixer, on pouvait dire adieu à la crème d'avocat et aux crevettes en mousse. C'était ce que ce monsieur t'avait expliqué, deux jours plus tôt alors qu'il avait apporté en catastrophe le pauvre appareil à réparer. Oui, deux jours, deux jours pour réparer une panne importante, facile, sauf quand on a plein d'autres appareils à retaper dans le même temps et que monsieur l'intendant t'appelle plusieurs fois par jour en te pressant toujours plus. Il t'avait promis que tu aurais l'honneur d'être le réparateur attitré de la maison, il t'avait même confié que le fils de leur patron semblait rendre les appareils ménagers un peu fous… Un gros business en vue. Sauf si le marché te passait sous le nez à cause d'un malheureux retard dû à un fumeur en pleine dispute avec un travesti à tête d’algues. Nous passerons sur le fait que toi aussi possède des cheveux verts, disons que tu est trop apeuré de voir une si bonne affaire te passer sous le nez pour te rappeler ta propre couleur de cheveux.

    Mais la félicité vint quand ta collaboratrice albinos fit son apparition, tu avais étouffé un gémissement de douleur empathique quand elle avait laissé tomber un pavé sur le pied de Monsieur Madame. Mais en fait il ne le méritait pas, pas de ton point de vue en tout cas. Etre en ébriété dans un lieu public te semblait bien plus répréhensible que de pouvoir traverser les murs, tu aurais aimé que le type aux poumons pourris s’en rende compte, et, puisqu’il semblait dépêché par l’empereur, qu’il revoie ses priorités… Mais ça semblait franchement mal barré, jusqu’à ce que ton esprit s’éclaire soudain d’une idée de génie.

      « -Kiukirilya, merci pour les formulaires, sans ça la livraison se serait un peu mal passée, Monsieur Adler semble être à cheval sur les procédures… »


    Avec un sourire qui se voulait rassurant mais qui était bien malheureusement un peu trop crispé pour être convaincant, tu prenais les papiers que tu rangeais dans une pochette. Le plan pouvait commencer, mode commerçant activé. Voilà que le mec taciturne qui attendait dans l’aéroport se mue en un être de lumière, sourire colgate, maintient droit. La genre de type qui parvient à vendre trois paires de baskets en solde à un unijambiste. Ou presque, ça marchait mieux avec les articles de cuisine et les petites vieilles… Mais allons, imaginons des étoiles, des fleurs et autres clichés dignes de bande dessinées pour jeunes filles en fleur, qui émaneraient de ta personne, servies par une mimique faisant remonter les bords de tes lèvres en un rictus qui faisaient en général se pâmer les petites vielles.
    Pas sûr que cette tactique fonctionnerait sur Monsieur Clope et son hommasse d’adversaire, mais on obtenait en général de meilleurs résultats quand on était courtois et souriant.

      « -Je pense que nous pouvons trouver un arrangement, je suis tout disposé à parler, mais alors pourriez-vous me déposer à Almenthalys avant dix-huit heures ? »


    … Czeslaw et la lecture de l’atmosphère. Ton interlocuteur, lui, ne semblait pas réellement disposé à palabrer, ni à faire le taxi. Mais tu pouvais bien essayer, la traqueur allait peut-être se révéler serviable ? Peut-être s’était-il juste levé du mauvais pied ? Oh, comme tu étais disposé à trouver des excuses à tout le monde.
    Toujours affublé de ton masque commercial fait de paillettes de miel et de sourires tu te tournes vers l’hommasse.

      « -Excusez-moi, mais qu’entendez-vous par "mac" ? »


    Que de candeur, que de candeur. Tu étais bien évidement au courant du nom de poisson que l’on donnait aux proxénètes, mais ne semblait pas faire le lien entre toi, Kiukirilya et cet étrange "mac". Vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kiukirilya Whitehill
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 29/04/2010
♦ Mes messages : 424
♦ Etoiles ★ : 311
♠ Humeur : Neutre
♠ Emploi(s) : Travail à mi-temps chez Holystone électroménager
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Contrôle du papier
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle & célibataire
♠ Mon rêve : faire quelque chose de bien...
♪ Fiche : I hate book
♪ Relationships : Kiu's link

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Ven 26 Aoû - 13:52

Pendant trois petites secondes, un air étonné se dessina sur le visage naturellement pâle de Kiukiu. Elle n'avait absolument pas envisagé la possibilité que ce drogué puisse être un Traqueur. Mais alors pas du tout. Elle qui pensait simplement secourir son Patron entrainé dans un quelconque règlement de compte. La voilà qui se retrouvait face à un Traqueur! Génial. La suite s'annonçait surement merveilleuse... Elle retrouva cependant rapidement son expression habituelle. Neutre et calme. A travers laquelle on ne pouvait deviner ce qu'il se passait dans sa tête. Et je peux vous assurer qu'elle était loin d'être neutre et posée en réalité. Mais alors pas du tout. Elle avait devant elle un Traqueur et elle savait qu'elle n'était pas vraiment dans les règles avec son Karnevale, son Patron non plus d'ailleurs. Alors oui actuellement elle avait peur, elle avait peur qu'on la soupçonne d'être une rebelle et qu'on la torture dans d'atroce souffrance pour le lui faire avouer. Ce n'est que grâce à son calme inébranlable qu'elle réussit à rester de marbre face à cette situation pourtant pas si rassurante. Elle avait pensé à fuir, mais le geste était stupide puisque fuir montrait déjà une certaine culpabilité. Elle ne put néanmoins réprimer un pas en arrière lorsqu'elle entendit le Traqueur leur ordonner de le suivre. C'est vrai quoi, il y avait tellement de rumeurs peu rassurantes sur les Traqueurs et leurs traitements que Kiu n'avait pas vraiment envie d'en vérifier les fondements. Et s'ils se retrouvaient tous les trois enfermés dans une pièce, torturés pour obtenir la moindre information sur les rebelles? Ah non pas question! Kiukiu ne voulait pas passer cinq minutes de plus avec Mondame l'ivrogne! Fichu rebelle! Ils allaient détruire sa jolie petite vie tranquille...

Alors que Kiukirilya se remettait de sa stupéfaction, elle s'aperçut avec effrois que son Patron était en train de passer en « mode Vendeur ». Elle redoutait les paroles de son cher Boss, il était encore plus long à la détente qu'elle et il n'avait pas du tout l'air angoissé par ce qui se produisait alors qu'il le devrait. Il allait surement demander qu'on le dépose à Amenthalys, si on y allait, pour son rendez-vous et qu'il serait alors tout disposé à parler et...Gagné. Kiukiu éprouva un rapide sentiment de pitié pour ce pauvre Traqueur qui n'était pas vraiment tombé sur les meilleurs habitants d'Alzen. Elle le plaignit d'autant plus une fois que Mondame ouvrit la bouche une fois de plus. Elle le plaignit parce que la cohabitation entre les quatre personnes allaient être difficile. Kiukiu commençait à trouver cet être aux cheveux verts fort horripilant et regrettait amèrement que son lancé n'ait pas atteint la tête de l'Ivrogne. Et Kiukiu souhaitait rarement le malheur des autres. Ceci dit ce type le méritait, elle le pensait vraiment, il lui était insupportable. De quel droit osait-il dire de tels propos sur sa personne?! Mais une fois de plus, Kiukiu resta calme. Elle ramassa néanmoins le livre de ce cher Jean de Francia en prévention d'une prochaine envie d'assommer ce truc vert, avant d'appuyer les propos de Czeslaw d'un ton glacial.

    « Oui pourriez-vous être plus précis? Je ne suis pas certaine que nous ayons bien compris? De plus porter de telles accusations est absolument malvenue et grotesque de votre part. »


Il fallait espérer que le Traqueur n'avait pas pour projet de les emmener trop loin, le voyage allait être mouvementé, mais il était hors de question que Kiukirilya se laisse faire. Comment pouvait-il encore parler, lui en état d'ébriété dans un lieu public! Une chance que Kiukiu soit d'une patience immense, il fallait bien plus que quelques paroles pour énerver la jeune albinos. De plus elle savait qu'il fallait qu'elle reste calme, la situation était dangereuse mais risquait de l'être encore plus s'ils commençaient à se taper les uns sur les autres. Par ailleurs cela impliquerait des innocents, Kiukirilya ne pouvait pas tolérer que le moindre mal soit fait à quelqu'un par sa faute.

    « On va vous suivre. Mais vous ne vous adressez pas aux bonnes personnes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Traqueur
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 22/07/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 230

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Ven 26 Aoû - 15:00




Karnevale: manipulation de la fumée
Joué par: Morgane E. Adams
❝Jack Travis – 37 ans


.


«Sérieux mais... VOUS ÊTES CONS ?»

Ça y est, Jack pétait son câble. Et ça, ce n'était pas la meilleure des situations. Il pensait déjà avoir touché le fond, mais là, c'était quelque chose qu'il n'avait jamais ne serait-ce qu'imaginé. Ils sortaient d'où ? Il avait l'impression d'être entouré de gosses qui ne savaient absolument pas ce qu'ils foutaient là, ni dans quel monde ils vivaient. EYH LES GARS, c'est pas Bonbon-Land là. Faudrait vous rendre compte de la situation, BORDEL.

Jack eu presque envie de prendre la gamine albinos dans ses bras tellement elle lui paraissait cent fois plus lucide que les autres. Il se contenta toutefois de prendre une grande inspiration et d'enfouir son visage dans la paume de sa main pour éviter de leur gueuler sa haine.

Finalement, il posa son regard sombre sur le représentant en aspirateur dont il avait envie de flinguer le sourire Colgate.


«Oh oui, t'en fais pas, on va y aller à Amenthalys, mais ce sera pas franchement là où tu penses, demeuré.»

C'était cinglant, mais ça avait le mérite d'être clair: Jack perdait patience et ils commençaient tous à profondément le gaver. Et, fondamentalement, ça allait mal finir, d'une façon ou d'une autre. Et pour ça, il lui fallait régler une chose.

Il reporta son attention sur l'algue humaine bourrée qu'il menaçait toujours avec son pistolet.


«Eyh toi, le déchet, tu vas me faire le plaisir de faire en sorte que je puisse réutiliser mon pouvoir, sinon je fais sauter ta putain de cervelle et je repeins les murs de ce foutu aéroport avec, ok ?»

Il se trouvait l'air con avec un flingue ridicule, surtout. Ce serait bien plus simple de les maintenir un minimum tranquilles avec la menace de se faire exploser la gueule à coup de cigarette. Il jeta un rapide coup d'œil à sa montre, se disant qu'il avait assez perdu de temps avec ces débiles.

Son arme menaçant toujours Terek -dont il attendait l'entière coopération-, Jack recula de quelques pas, attrapant de sa main libre Czeslaw et Kiukirilya par le bras et les poussant vers leur grande amie.


«Alors le représentant à la con, on va suivre sa gentille copine et coopérer sagement, ok ? On va direction le Palais et, c'est à ce moment qu'on verra bien si je m'adresse aux bonnes personnes ou pas, hein gamine ?»

Jack expira de la cigarette qu'il avait allumée il y a peu de temps une bouffée de fumée noire en direction de ses interlocuteurs.

«Rebelles ou pas, que vous ayez un Karnevale suffira bien à vous faire croupir en prison pour le reste de votre vie. Surtout vu à quel point vous m'emmerdez.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Sam 27 Aoû - 20:59

Terek avait déjà oublié ce qu'il avait bien pu leur dire quand l'autre mec aux cheveux verts, qu'il trouvait de plus en plus louche, et l'albinos tenant une espèce de parpaing sorti de nulle part lui adressèrent respectivement une réponse qui ne voulait rien dire et une autre qu'il ne comprit pas. De quoi est-ce qu'il l'avait accusée ? Va savoir, il avait été jeune aussi, et très susceptible. Alors il ne les regarda même pas, reportant son attention sur la putain d'arme que le traqueur ne se déciderait donc jamais à baisser.

- Ahahah... quoi ? Laissez tomber en fait. Sa main se crispa sur la poignée de sa mallette le temps que le traqueur pète son câble. Il aurait bien aimé en rajouter une couche histoire de voir jusqu'où pourrait tenir un type qui avait passé les examens pour avoir l'autorisation de faire profiter tout le monde de son Karnevale et d'en arrêter d'autres sous prétexte qu'ils en ont un eux aussi, simple curiosité. Cependant après réflexion, il était déjà fixé et ne tenait pas à l'être plus avec quatre balles dans la figure. Terek avait presque oublié qu'il avait la même chose que possédait le traqueur en vingt exemplaires sur lui : seul son propre Karnevale lui semblait encore assez proche pour lui servir à quelque chose. Alors que l'envoyé de l'empire remettait le businessman amateur à sa place en en profitant pour bien leur rappeler à tous à quel points ils étaient niqués l'impatience commença à s'installer chez l'Alzenien, du moins jusqu'à ce qu'on lui hurle à nouveau dessus.

- Eyh toi, le déchet, tu vas me faire le plaisir de faire en sorte que je puisse réutiliser mon pouvoir, sinon je fais sauter ta putain de cervelle et je repeins les murs de ce foutu aéroport avec, ok ? Terek sursauta, trois secondes plus tard et manqua de se viander en cherchant à prendre appui sur son pied gauche, le traitre qui l'avait laissé tomber pour une raison qu'il ignorait encore. Mais il ne perdit pasa de vue que le traqueur allait vraiment le faire s'il ne coopérait pas, en tout cas c'était l'impression qu'il donnait. Terek devait se décider, et son Karnevale le fit pour lui en arrêtant tout. L'Alzenien ayant relâché toute cette pression trop vite plaqua sa main libre sur sa tempe et cilla frénétiquement afin de retrouver le peu de vision qu'il pouvait encore avoir avec un pareil taux d'alcoolémie. Terek releva difficilement les yeux vers ceux du traqueur et c'est d'une voix plus lasse qu'il répliqua :

- Ça va... faut pas t'énerver. J'arrête. Tu vas pas le faire hein ? Non tu vas pas le faire, sinon j'recommence hinhin, normal quoi. Il s'arrêta et leva les yeux. Est-ce que c'était physiquement possible qu'il réactive son Karnevale avec le cerveau étalé sur les murs de l'aéroport ? Mouais, c'est bien ce qu'il se disait. Il rirait de sa propre connerie plus tard. Là il était plutôt préoccupé par le fait que le traqueur avait rassemblé les trois présumés Karnevaliens qu'ils étaient, parce que maintenant il était largement capable de tous les faire sauter d'un coup avec sa clope. Heureusement que le mec leur parla seulement d'aller « direction le Palais », sinon Terek aurait pris le risque de lui sauter dessus... encore une fois.

Ce qui ne passait pas en revanche c'était cette histoire de Karnevale, toujours la même. Mais puisqu'il lui avait dit qu'il n'avait pas de Karnevale... enfin non, s'ils avaient des tests ADN là-bas à l'internat psychiatrique ils le grilleraient tout de suite. Pire : ils grilleraient aussi qu'il n'avait pas toujours été une femme, et ils le mettraient peut-être en cellule avec des mecs, et il se ferait prendre par des salopards de Karnevaliens en manque dans les douches. C'était complètement délirant mais Terek dans ses grands moments il raisonnait comme ça ; et cette idée suffit à lui faire fermer sa gueule, au moins pour la question de son Karnevale dont tout le monde se fichait de toute façon. Il avait suivi assez distraitement les réflexions du traqueur, mais l'impression générale qu'il en tirait était bien claire et elle ne lui plaisait pas. S'il ne mettait pas les choses au clair dès à présent il se ferait baiser, avant même qu'on ne lui fasse ramasser le savon.

- M'en fait je t'aide là. J'vois pas pourquoi j't'aiderais si c'est pour finir en taule, sérieux j'vois pas. Allez, j'ai fait un effort... tu peux bien pointer c'truc ailleurs qu'entre mes yeux, merde ! Sa difficulté à se maintenir debout en position statique lui donnait encore moins envie d'attendre plus longtemps au bout du canon. Mais si ces deux-là font des conneries, je suis pas reps-... respns -... repsnonsable. Terek chercha des yeux le cadran qui affichait la liste des prochains vols pour Amenthalys... des fois qu'il y avait le leur, on sait jamais.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Czeslaw A. Holystone
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 21/04/2010
♦ Mes messages : 699
♦ Etoiles ★ : 303
♠ Humeur : ...8D
♠ Emploi(s) : Vendeur d'électroménager.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Czeslaw ? Et bien... Il passe à travers les murs... À travers n'importe quelle matière en fait... Très pratique, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que, vivant à Alzen, son pire cauchemar est de passer à travers le plancher de la ville et de faire un jolis tartare à la surface de Sphéra. Bon appétit.
♠ Sexualité & Statut : Pansexuel et... Possédé ?
♠ Mon rêve : Déposer le brevet d'un super-aspirateur et empocher des millions.
♪ Fiche : Les grenouilles règnent sur le monde.
♪ RP(s) en cours : Alzen ~ Owen
♪ Relationships : Here

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 28 Aoû - 23:05

    Ton sourire figé s’effaça plus vite que celui d’un lapin privé de carottes. Quoique les lapins ne sourient habituellement pas, la question mériterais d’être étudiée d’un point de vue scientifique, mais ce n’étais sans doute pas le moment de se faire de telles réflexions. Le fait était que le coup du « J’ai l’air d’être le gendre idéal » fonctionnait très mal face aux traqueurs. Très, très mal en fait. Comme un enfant prit en faute, tu rentrais ta pauvre tête dans tes épaules à chaque syllabe prononcée par Poumons-Flingués, on ne percevait presque plus ton visage entre ton trop gros chapeau et le reste de ton corps.

    Mais avant que tu ne puisses relever les yeux, on t’avait choppé, histoire d’éviter que tu ne t’enfuies en courant… Un acte qui aurait été bien vain en fait, même toi, pourtant loin d’être un expert en matière de stratégie militaire, tu savais que courir dans le hall d’un aéroport menacé d’une arme à feu, ce n’étais pas le pied. Il aurait fallu pouvoir passer à travers les balles, ou le sol, histoire d’arriver à l’étage en dessous. Oh, pardon, tu étais capable d’une telle prouesse, En un autre temps, un temps où l’on connaissait Marcel Aymé, on t’aurait surnommé Passe Muraille ou Dutilleuil. Mais c’étais il y a bien longtemps et il fallait avouer que tu ne t’étais jamais dit « Oh, si ça se trouve, il y a quelques centaines d’années, il y avait un écrivain qui a écrit une nouvelle mettant en scène un type avec les mêmes capacités que moi » non. Impossible, après tout, tu avais été élevé avec un programme scolaire conforme aux souhaits de l’empereur (Un monde avant Sphéra ? Fariboles !) et dans une société qui avait été éduquée de même.
    Et puis, pour le moment, il y avait deux points qui risquaient fort de bloquer ce plan si suicidaire. Premièrement, ton karnevale était, bien que tu ne t’en rendes pas compte, annulé par l’hommasse bourrée. Deuxièmement, tu étais si couard, et cette idée semblait si dangereuse qu’à peine celle-ci apparue dans ton pauvre encéphale, elle était rayée de la carte. Tu n’avais pas la prétention de te dire courageux. Tu n’étais pas de ceux qui veulent tenter le diable, tu ne voulais pas être au centre de l’attention et surtout tu ne voulais surtout pas risquer ta vie. Alors tu seras escorté par Clope-au-bec jusqu’au pa… Attendez. Au palais ? Sérieusement ? Toi, pauvre prolétaire, tu allais être emmené dans ce grand truc qui fait de pierre, de chaux et d’or, symbolisant tout le pouvoir, la magnificence même de l’empire ?! Ha, tu avais déjà vu ce château, mais de loin, en touriste, tu étais du mauvais côté des grilles. Là, tu allais fouler de tes pieds les dalles de marbre, voir de tes yeux les tapisseries. Y aurait-il audience avec l’empereur en personne ? Mais ta tenue de prolétaire risquait de jouer en ta défaveur, pensez-vous, une salopette, fut elle verte et brodée du nom de ton magasin, était loin d’être portable en présence du seigneur O’Connor… D’ailleurs ne risquait-il pas d’être irrité d’avoir à juger des innocents ? S’il se mettait en colère, tu risquais d’être toi aussi puni…

      « -Mais, vous n’allez pas déranger Sa Majesté pour… Pour des gens comme nous quand même ! Surtout que nous n’avons rien fait… Enfin, Nous deux… »


    Le truc que tu n’avais pas compris, Czeslaw, c’était que l’on allait sûrement pas demander à l’empereur d’écouter les jérémiades des condamnés, d’ailleurs, tu ne verrais sans doutes pas l’ombre d’une tapisserie, et tes pieds ne toucherons sans doutes que des pavés disjoints et mal taillés. Le marbre est bien rare en prison.
    Mais tu commençais à réfléchir, c’est bien, continue donc ta réflexion… On t’accusait d’avoir commit cet horrible crime que celui d’avoir un Karnevale, le genre de truc que l’on ne contrôle pas… Et le bras armé de cette condamnation possédait un Karnevale. Cela te paraissait assez peu logique, surtout quand on prenait en compte le facteur « je ne risque pas de me rebeller. C’est mauvais pour le commerce. »… Mais tu ne savais pas que si l’empereur n’aimait pas ces dons, c’était car il en voulait l’exclusivité, en ce cas, examens ou pas, cela semblait étrange qu’il laisse ses traqueurs profiter de leurs pouvoirs…

      « -D’ailleurs, ce serait sans doute plus efficace d’aller à Karnevale Avenue si vous cherchez des dotés, vous avez de la chance qu’on soit gentil, si ça se trouve, il y a des terroristes qui se sont échappé et qui comptent faire un attentat bientôt… C’est une question de rentabilité, vous trouverez plus de karnevaliens anti-impérialistes là-bas que dans un aéroport ou vous risquez de provoquer des infarctus aux personnes âgées… »


    Oui, enfin, techniquement, il était dur d’accéder à la mystérieuse ville puisqu’elle était sensée se dévoiler à ceux qui avaient besoin de s’y rendre. C’était cette capacité à disparaître aux yeux des armées impériales qui lui avaient permis de perdurer. Mais n’ayant jamais eu trop de mal à accéder à la citée, et ayant potentiellement le cerveau un peu gelé par la terreur, il te paraissait étrange que l’on ai jamais envoyé des hordes de traqueurs sanguinaires s’occuper de tout ça. Après tout, au pire, ils n’avaient qu’à faire chanter quelqu’un, ou bien à se trouver un guide.
    Oui, il faut bien dire que tu étais perplexe, un état facilement devinable quand on voyait la cocasse façon dont tu passais le poids de ton corps d’un pied à l’autre, mal à l’aise… Après tout, dans ta tête, tu allais être emmené dans la salle du trône, cela te paraissait être le plus grand des privilèges, mais décidément, être vêtu de ta tenue de travail râpée, cela te semblait peu approprié… Tu aurais bien demandé à ce cher Fumer-tue-tout-le-monde-sauf-moi si vous auriez l’occasion de vous changer, mais tu craignais à juste titre qu’il se remette en colère. D’ailleurs, tu n’aurais pas du tout aimé être à la place de l’hommasse eutrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kiukirilya Whitehill
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 29/04/2010
♦ Mes messages : 424
♦ Etoiles ★ : 311
♠ Humeur : Neutre
♠ Emploi(s) : Travail à mi-temps chez Holystone électroménager
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Contrôle du papier
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle & célibataire
♠ Mon rêve : faire quelque chose de bien...
♪ Fiche : I hate book
♪ Relationships : Kiu's link

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Jeu 1 Sep - 15:38

Il fallait se rendre à l'évidence, Kiukirilya n'arriverait pas à s'échapper de cette situation foireuse où elle avait réussi à se mettre. Bravo Cuicui, maintenant on allait te cataloguer dans les « rebelles » alors que c'était la dernière de tes envies de faire partie de cette bande d'écervelés. Tout cela était injuste, on ne décidait pas à la naissance si l'on aurait un karnevale ou non. D'ailleurs l'albinos s'en serait bien passé. Donc là elle trouvait tout cela franchement stupide, paranoïaque et ridicule. D'habitude elle n'était pas du genre à critiquer les décisions de l'empereur mais là, ça devenait pathétique. Ce Traqueur perdait son temps en les arrêtant et il le savait surement. Certes ils avaient des karnevales, mais il y avait beaucoup plus dangereux dans la nature qu'eux. Mais c'était ainsi, Kiu ne pouvait pas faire grand chose contre tout cela, après tout elle était quand même dans l'inégalité avec ce karnevale. Elle ne voyait pas trop comment échapper à la situation sans y perdre la vie. Donc elle écouterait ce Traqueur. Elle n'avait pas le choix et puis coopérer était surement mieux dans ses intérêts.

Maintenant la seule chose qu'elle pouvait souhaiter, c'était que l'autre débile aux cheveux verts ne fassent pas trop de bêtises. Elle n'avait pas vraiment envie de voir les murs repeins avec son cerveau. Kiu n'avait jamais été une fan des scènes de violences, donc elle aimerait éviter que le Traqueur père son câble tout de suite. Elle laissa donc échapper un soupir de soulagement lorsque la chose verte coupa son karnevale débile d'annulation. Quelques secondes après, le traqueur l'attrapa elle et son patron et les poussa vers l'autre bourré pour les rassembler et éviter qu'ils ne s'échappent supposa Kiukirilya. Son visage devint livide, s'il pouvait devenir plus pâle qu'il ne l'était déjà, lorsqu'elle entendit le mot « Palais » sortir de la bouche du futur cancéreux. Ça, cela voulait dire qu'ils allaient prendre les transports... C'était bien la dernière des envies que Kiukiu pouvait avoir. Sa peur de la vitesse la rendait malade en transport. Très malade. Le traqueur allait faire le garde-malade si Kiu mettait un pied dans l'un des aéronefs. En plus, n'ayant pas prévu de quitter Alzen aujourd'hui -normale en même temps,elle n'avait pas prévu de tomber sur un traqueur qui l'arrêterait-, elle n'avait aucun de ses médicaments qui pouvaient atténuer les effets de son mal des transports.

    « Vous savez... c'est pas que j'ai pas envie de coopérer, au contraire d'ailleurs, mais je vous préviens j'ai le mal des transports. Si on pouvait passer par chez moi ne serait-ce que pour aller chercher mes médicaments... Je sais que vous allez dire non, mais je vous aurai prévenu au moins. »


A présent Kiukirilya appréhendait un peu ce voyage en direction de la capitale, elle espérait qu'elle allait survivre. Ceci dit si l'autre drogué s'énervait après elle pendant le voyage, il ne pourra pas dire qu'elle ne l'avait pas prévenu. Et puis elle s'était retenue de lui proposer d'y aller à pied. Il pouvait s'estimer heureux... Ou elle pouvait s'estimer heureuse d'avoir tenu sa langue. En tout cas aller à Amenthalys ne l'enchantait pas du tout, outre sa boutique de pomme qu'elle aimait tant, Kiu détestait cette ville. Oh mais s'il acceptait de faire un détour par chez elle, elle pourrait récupérer son sac à pomme et... Non te fait pas trop d'illusion Kiukirilya, c'est mauvais pour ta santé. Ceci dit, voir l'Empereur serait une chose intéressante, mais allait-il vraiment les recevoir comme Czeslaw semblait le penser? Kiu n'avait pas la moindre idée de comment marchait les procès des possesseurs de karnevale. C'est un sujet auquel elle aurait dû se renseigner pourtant.

    « Oui c'est vrai nous n'avons rien. Nous ne faisons que vendre des aspirateurs et autres produits électroménagers. Nous n'avons jamais comploté dans le dos de sa Majesté... Le déranger pour cela est complètement inutile. De plus mon Patron a raison, vous feriez mieux d'arrêter les vrais rebelles, ceux qui font de véritables attentats et troublent réellement l'ordre public. »


Il y avait plus un sentiment de reproche que de colère dans le discours de Kiukirilya, bien qu'en fait son air inexpressif donnait à sa défense une pointe de bizarrerie. C'était bien la dernière protestation qu'elle pouvait faire et elle était incapable d'y mettre les bons sentiments dans sa parole. Au moins elle avait dit ce qu'elle pensait. Après tout elle était innocente! Okay elle avait un karnevale, mais elle ne s'en était jamais servie contre l'État. Aller en prison pour une telle raison était complètement stupide et dénuée de sens. Elle avait presque envie de se rebeller pour ne pas être traitée de rebelle, quelle ironie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Traqueur
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 22/07/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 230

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 4 Sep - 16:17




Karnevale: manipulation de la fumée
Joué par: Morgane E. Adams
❝Jack Travis – 37 ans


.

La plénitude que ressentait Jack au moment où il constatait qu'il pouvait de nouveau faire noircir la fumée de sa cigarette à loisir s'effaça bien vite lorsque les deux autres ouvrèrent la bouche. Même si en vérité, le discours du petit rossignol ne fût dans son crâne bouillonnant que des murmures incompréhensibles. Avec force et rage, le coup était parti. Le traqueur saturait et il fallait bien que ça explose. Le poing tremblant de colère de Jack venait de violemment entrer en contact avec le visage blancheur totale de l'homme grenouille amoureux des aspirateurs. Avant que celui-ci n'ait le temps de tomber au sol, il l'attrapa par le col et approcha son visage rougeoyant de douleur du sien, plongeant son regard enragé dans celui du vendeur d'électroménager qui était un peu trop dans son délire.

«Tu te crois malin ? HEIN ?»

Après avoir passé plusieurs secondes à le fixer avec insistance, dans un effort de contrôle et de contenance, il relâcha sa prise, jetant sa victime avec presque un certain dégoût. Jack était un gars plutôt tranquille, il fallait pas croire. Il était pas comme un de ses collègues, Aaron. Mais quand même, il fallait pas trop le gaver. Normal. Si son karnevale avait été de pouvoir démolir des gens d'un simple regard, alors les trois sur lesquels il venait de poser ses yeux furieux l'un après l'autre seraient probablement déjà désintégrés.

Ses épaules se soulevèrent, rythmant le rire nerveux qui venait d'empoisonner son corps.


«Vous croyez que ça m'éclate de perdre mon temps avec des abrutis pendant que les autres s'éclatent à Karnevale Avenue ? Parce que ouais, première info pour vous, c'est bon, on l'a, Karnevale Avenue. Et on va la saigner.»

Il se débarrassa de sa cigarette. Celle-ci se consuma en une nouvelle explosion, comme lors de son arrivée, avant de toucher le sol.

«Alors maintenant, au lieu de la ramener, vous fermez tous votre gueule, sinon ça va être très vite réglé.»

Dans un geste menaçant et accompagnant ses paroles, une nouvelle cigarette allumée vint rejoindre sa bouche. Il leva les yeux vers les panneaux digitaux de l'aéroport dont les informations qui apparaissaient et disparaissaient presque immédiatement tenaient informés en temps réel du trajet aérien. Il reporta son attention sur Kiukirilya, dont les paroles qu'il avait inconsciemment entendues lui revinrent.

«Tu feras avec. Au pire t'auras qu'à gerber sur ton pote, c'est pas mon problème.»

À l'instant où il termina de prononcer ces mots, la voix robotique, automatisée et caractéristique de l'aéroport d'Alzen résonna, indiquant qu'un aéronef privé à l'intention de Jack Travis venait de se poser. Avec un sourire de satisfaction, il intima au petit groupe d'avancer en direction du point d'embarquement où ils allaient tous s'envoler direction Amenthalys.

«Allez, on y va. Et vous en faites pas, on va pas déranger l'Empereur. Pour vous ce sera entrée par la petite porte avec accès direct sur les cellules du Palais. Vous allez voir, ce sera génial.»

Dans un ricanement aux consonances sadiques, il s'adressa ensuite à l'algue verte bourrée.

«Au fait, t'en fais pas la plante verte, si tu continues d'être bien sage, je ferai peut-être un geste. Du genre, tu seras pas foutue au milieu de tous les mecs en manque de la prison. Évidemment, pour vous autres, je promets rien.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Terek "Alazeïa" Vöronov
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 01/05/2010
♦ Mes messages : 672
♦ Etoiles ★ : 676
♠ Humeur : Paumé.
♠ Emploi(s) : Au chômage à partir de l'event, youpi. C'est super. ET CA TE FAIT RIRE ???
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Tout Karnevale est rendu inutilisable dans un rayon de trente mètre environ. Un Amenthalysien ne peut rien contre. Un Alzenien puissant peut attraper des migraines, mais aussi en donner. Ne peut bloquer qu'un Opalien à la fois mais la cible ressent des douleurs dans les parties du corps affectées par son propore Karnevale. Toujours activé en temps normal HAHA bien fait.
♠ Sexualité & Statut : Homosexuel/hétérosexuelle selon ta vision des choses, frigide et blasé.
♠ Mon rêve : Que les oiseaux et les Karnevaliens disparaissent de Sphera, mais en fait on s'en fout.
♪ Fiche : Bah...
♪ RP(s) en cours : Oui.
♪ Relationships : Hein ?

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Lun 5 Sep - 22:59

Parmi les prochains départs affichés en direction d'Amenthalys aucun des vols habituels n'avait l'air déprogrammé. Terek ne fit pas le lien entre le Jack Travis affiché à côté d'un très prochain vol pour la capitale et le type qui avait mis un pain à l'autre débile. Ce type-là il avait surtout envie de l'embrasser pour avoir enfin fait taire le gamin et ses délires qui lui avaient donné encore plus mal au crâne que possible et qu'il avait du mal à ignorer, contrairement à l'albinos et son histoire de mal des transports. Mais quelque chose lui disait que le traqueur ne le prendrait pas avec humour et répondrait à ça avec son flingue. Trop occupé à se marrer tout seul en imaginant la scène, l'Alzenien ne saisit pas le début de ce que dit le traqueur.

- ...c'est bon, on l'a, Karnevale Avenue. Et on va la saigner. Oui, ça voulait dire qu'après eux allaient arriver des Karnevaliens par centaines à l'internat psychiatrique, et s'il n'y avait plus de place l'empire ne se ferait certainement pas chier et procèderaient aux exécutions... mais cette idée lui sortit de la tête aussi vite qu'elle y était passée. Si ce qui l'avait bu n'était pas parvenu à lui faire oublier qu'il était licencié, les questionnements qui pouvaient venir sur sa future maison -à savoir la taule- n'y aidaient pas plus. Alors cette fois le lien il le fit : on ne voulait plus rien avoir à voir avec les mutants donc on les jartait des postes trop proches du Palais Impérial. Ben c'était du joli...

- Qu-hein ?! C'est pas trop tôt les mecs. Alors c'est pour çaaa qu'vous avez viré des ouv-... Son cerveau le conjura de s'arrêter deux secondes pour demander un truc. Pourquoi est-ce qu'il avait sa main libre sur le visage en fait ? Pourquoi est-ce qu'il avait eu ce vieux réflexe de la glisser vers ses cheveux afin de dégager sa vue qui n'était même pas obstruée par quoi que ce soit d'autre que le dérèglement chimique de ses sens ? Pas de réponse à cette question, mais ça avait l'avantage de répondre à celle de la trainée de mascara sur son gant, trainée dont la texture mate contrastait avec celle du latex à l'éclairage de la salle. Bon certes il se maquillait rarement pour faire distingué, alors qu'est-ce qu'elle pourrait bien changer la grosse trace noire qu'il avait probablement jusque dans les cheveux ? Tout, à priori. … oh putain. Oooh putain. Mais quelle conne. Ça ne s'adressait à personne d'autre qu'à lui, il n'y avait juste plus de place dans sa tête alors il pensait à voix haute, c'est tout. Le traqueur qui leur commanda de fermer leurs gueules l'empêcha de penser plus loin.

Il observa de ses yeux vitreux l'homme en face d'eux s'en allumer une autre. Ça lui donnait presque envie tiens, s'il avait été en position de lui en taxer une... Terek se mordit la lèvre inférieure en se disant que celle qu'il n'avait pas fumée en sortant du ministère aurait pu être sa dernière car maintenant il n'allait pas la chercher au fond de sa mallette et au milieu des armes à feu l'air de rien. Il aurait tout aussi bien pu tabasser l'un des deux gosses pour en avoir une mais non. Il se doutait qu'ils n'en avaient pas sur eux, une intuition comme ça. Sûr que ça ne le rendrait pas plus supportable pendant le voyage, au contraire. Pas la peine de chercher à savoir combien il les ferait chier, après tout le faire repasser non loin de ses ex-lieux de travail relevait tout autant du pur sadisme. Cependant, lorsque Terek se reconnut à l'appel d'une certaine plante verte par le traqueur, il dut changer d'avis, ou en tout cas il comprit qu'il lui faudrait ne serait-ce qu'essayer. Ce mec lisait dans ses pensées ou quoi ? C'était peut-être du bluff histoire d'avoir la paix, mais assez troublant pour que l'Alzenien se dise qu'il aurait tout intérêt à ne pas jouer à qui serait le plus lourd avec les deux autres finalement, pour le salut de son cul quoi.

- Ahah... hum. Au-delà de ses préoccupations les plus nobles, son pied gauche commençait à lui faire sentir qu'il rendait l'âme. Pour Terek qui ne voulait même pas savoir où et quand il se l'était fait broyer comme ça, la douleur devenait envahissante... décidément pour ça l'alcool était son seul ami. Ne disposant plus de suffisamment d'attention pour se concentrer sur ces deux choses à la fois, il accorda tout ce qui lui restait au traqueur mais son ton était si blasé qu'on aurait pu le croire sobre. Trop aimable... pauv' con. Terek s'était permis ces deux derniers mots, pas trop fort non plus mais bon, le traqueur ne lui avait pas non plus demandé de lui lécher le cul et il n'allait pas perdre son temps à lui en coller une alors qu'on venait d'annoncer l'arrivée de son vaisseau réservé. Il fallait d'ailleurs qu'ils bougent et l'Alzenien préférait se trainer jusque là-bas à être achevé sur place, il y perdait de toute façon. Terek fit mine d'aller en direction de la salle d'embarquement, et manqua de se viander lorsqu'il tenta d'avancer son pied démoli. Vu ce que le vendeur s'était pris, c'est à l'épaule de l'albinos qu'il se rattrapa. Dans sa frustration il releva la tête pour dévisager la jeune fille, pas vraiment pour s'excuser.

- Et, au fait si tu dégueules, j'te fais tout ravaler pétasse. Disons que c'était son instinct d'ancien pilote pour qui il n'était pas envisageable de repeindre l'intérieur d'un appareil avec du contenu gastrique qui avait parlé. Terek se redressa, et reprit son chemin d'un air résigné et non sans difficulté mais sans vraiment ralentir tellement il s'en branlait de la difficulté ; puisqu'il savait qu'il crèverait là-bas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Czeslaw A. Holystone
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 21/04/2010
♦ Mes messages : 699
♦ Etoiles ★ : 303
♠ Humeur : ...8D
♠ Emploi(s) : Vendeur d'électroménager.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Czeslaw ? Et bien... Il passe à travers les murs... À travers n'importe quelle matière en fait... Très pratique, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que, vivant à Alzen, son pire cauchemar est de passer à travers le plancher de la ville et de faire un jolis tartare à la surface de Sphéra. Bon appétit.
♠ Sexualité & Statut : Pansexuel et... Possédé ?
♠ Mon rêve : Déposer le brevet d'un super-aspirateur et empocher des millions.
♪ Fiche : Les grenouilles règnent sur le monde.
♪ RP(s) en cours : Alzen ~ Owen
♪ Relationships : Here

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Mar 13 Sep - 14:16

    Enfant d’un type alcoolique, tu avais longtemps évité le pire. Les coups, les jets d objets. Non Czes, ton père avait l’alcool triste et il ne lui fallais pas grand chose pour qu’il se mette à raconter sa lamentable vie, cultivant l’hyperbole et développant moult détails sans importances. Ainsi tu avais eu droit au récit de tous ses Noëls depuis qu’il était en âge de s’en souvenir, à la description de sa valise quand il avait décollé pour Alzen, à toutes les métaphores possibles et imaginables applicables à la douce Elena qui l’avait plaqué pour un autre. Tu étais incollable sur la vie de ton père (ce qui ôtait du mythe, on aime bien s’imaginer que le paternel n’a pas toujours été une épave…) mais au moins, tu n’avais jamais eu à déplorer de coups sur ton pauvre visage. Pas depuis la maternelle en fait et avant de devenir le bouc émissaire de la classe, tu t’étais retrouvé protégé par une furie aux cheveux verts qui faisait assez peur aux gros bras pour t’éviter tout souci physique.
    Te rends-tu seulement compte de ta chance ?

    Elevé dans un cocon relativement douillet, tu ne connaissais rien à la douleur, ce poing qui s’était écrasé sur ton visage te semblait donc être le début de ton agonie.
    Certes, d’un point de vue objectif, tu n’aurait qu’un cocard disgracieux et ton nez ne saignait pas tant que ça, mais loin d’être objectif, pauvre enfant, tu pensais voir là une plaie irrémédiable qui, si elle ne te menait pas tout droit dans ton urne funéraire, allait te faire souffrir durant toute ton existence tout en te défigurant à vie car tu n’aurait jamais assez d’argent pour t’offrir une chirurgie plastique apte à remettre ton pauvre appendice nasal d’aplomb.
    Mais ces préoccupations esthétiques furent bien vite chassées de ton esprit par une prise de conscience : un représentant de la loi venait de te frapper, ce qui en toute logique te transformait en un criminel ?! Car, oui, en ton esprit, l'autorité ne peut se scléroser, ne peut être mauvaise pour le peuple... Ainsi, si ce poing s'était abattu sur ton visage, c'était sans doutes que tu avais fait quelque chose de mal, ou que cet homme n'était pas réellement ce qu'il disait, soit un honnête représentant de la justice.
    Une telle remise en question de ton petit monde douillet te donnais le vertige : cet homme ne pouvait œuvrer pou le bien commun, ou cela voudrait dire que l'empire était mal fait, ce qui était fort contradictoire avec tout ce que l'on t'enseignait depuis ton enfance.
    Cette trop subite remise en question, les paroles des uns et des autres, tout cela de donnait le vertige. Il fallait que tu t'appuie sur quelque chose. Que tu boive un verre d'eau, que ce type se mette soudain un nez rouge en criant « SURPRISE LES MECS c'était une blaaaague ohoh laule èmdéhère » voilà, sans doutes était-ce une émission de caméra cachée, ou un truc dans le genre.

    Inconsciemment, tandis que, plus pâle que jamais, l'air choqué, tu titubais, tu recula d'un pas. Rien de grave, rien d'extraordinaire, tu restais dans le cercle de curieux qui observaient la scène. Sauf que le pire qui pouvait arriver dans une situation telle que celle-ci arriva. Ton pied s'enfonça dans le sol comme s'il eut été fait de jelly à la framboise. Trop déboussolé, tu traversais le sol.
    Tout se déroula assez rapidement, trop pour que tu ne puisse comprendre les conséquences de tes actes. Alors que tu sentais le sol se dérober sous tes pieds, tu t'agrippa à la première chose vivante capable de t'éviter la chute. En l'occurrence un un enfant. Un pauvre enfant trop curieux qui s'était trop approché de la scène. Malheureusement, le pauvre gosse était d'un poids et d'un volume trop faible pour enrayer ta course, si bien que tu l'entraina avec toi, ses cris se mêlant aux tiens.
    Tu haïssait ce don qui te mettait chaque jour en péril, tu haïssait l'attraction terrestre, la nature, les aéronefs et les choux de Bruxelles. Tu haïssais tout ce qui risquait d'attenter à ta vie bien ordonnée. Pauvre, pauvre enfant. Tu eus vaguement conscience de traverser un étage, tu espérais qu'une fois arrivé au rez-de-chaussée, tu cesserais de tomber. Hélas non. Ta frayeur redoubla d'intensité, tes cris de volume.
    Tu allais mourir, tu allais traverser Alzen, comme dans tes pires cauchemars. C'en était finit de toi. Tu regrettais d'avoir chassé les oiseaux de devant la boutique, tu regrettais d'avoir été cupide, tu regrettais d'avoir entraîné avec toi ce pauvre enfant qui ne devait pas avoir plus de 5 ans et dont tu broyait la cheville entre tes doigts.
    Puis le choc. Le coup que tu avais reçut t'avait fait souffrir, mais tu n'étais pas au bout de tes peines. Tu avais atterris sur une surface dure et, vu la désagréable sensation que tu éprouvait, tu étais bloqué dans... Quelque chose. Oh et puis le pauvre gamin qui te servait de compagnon de chute venait aussi, accessoirement, de te tomber dessus. Tu jurais que si tu te sortais de ce merdier, tu écrirais un essai sur l'absurdité totale des pratiques sado-masochistes et de la recherche de la douleur.

    Tu n'étais hélas pas en condition de te redresser pour regarder autours de toi. Mais apprends donc que tu avais atterris aux sous-sols, dans une salle réservée au traitement des bagages, d'ailleurs, tu étais tombé en plein dedans. Oui cher Czeslaw, tu étais en ce moment même bloqué dans une grosse valise, tous ton dos était pris dans un enchevêtrement de tissus d'où seuls ressortaient tes membres tordus qui semblaient animés d'une vie propre, bougeant de façon désordonnée. Oui, en fait, on aurait dit une grosse tortue renversée sur le dos, assez ridicule en fait. Sans compter que, si tu étais tremblant et gémissant, le gosse qui t'écrasait de tout son poids hurlait à s'en arracher la trachée.
    Mais que pouvais-tu faire d'autre que d'articuler de pénibles appels au secours en espérant que l'on t'entende ? Avec un peu de chance, la fidèle Kiukirilya mettrait les secours sur ta piste, après tout, elle était habituée à te voir traverser les murs... Quoique, que l'on dise à ce Travis où tu était était sans doutes une mauvaise chose. Dans cette situation, tu passerais sans doutes pour un terroriste ayant tenté de fuir, pire, tu avais un otage avec toi. Restait à espérer que ta ridicule position de tortue puisse faire comprendre au supposé traqueur que tu étais loin d'être dangereux. Mais cela semblait ardu, le monsieur n'avait pas l'air d'être très bien disposé.


(CDI WINS EUKAY ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kiukirilya Whitehill
❧ Le monde des sciences infinies...

♦ Inscription le : 29/04/2010
♦ Mes messages : 424
♦ Etoiles ★ : 311
♠ Humeur : Neutre
♠ Emploi(s) : Travail à mi-temps chez Holystone électroménager
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Contrôle du papier
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle & célibataire
♠ Mon rêve : faire quelque chose de bien...
♪ Fiche : I hate book
♪ Relationships : Kiu's link

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 2 Oct - 15:18

Plus le temps passait et plus la situation empirait. Ignorant l'Algue qui s'appuya sur son épaule et sa remarque. Elle s'éloigna de lui le plus possible car l'odeur de l'alcool la dégoûtait. La seule chose qui inquiétait Kiukirilya maintenant c'était Czeslaw. Il venait, une fois de plus, de perdre le contrôle de son karnevale et avait disparu sous le sol. Stupide Traqueur ! C'était de sa faute, de quel droit osait-il frapper un honnête citoyen comme son Patron. Donnez un peu de pouvoir à quelques brutes épaisses et voilà ils en abusaient. Il est vrai que l'albinos n'était pas une habituée de la violence. Elle l'évite toujours, c'est quelque chose qu'elle n'approuve pas du tout. De plus, bien qu'ayant une famille brisée, elle avait plutôt vécu dans un environnement sans histoire. Kiukiu n'était donc pas habituée à l'usage de la violence. Elle n'en avait jamais eu besoin son air impassible et son albinisme effrayait la plupart des personnes et ils lui fichaient la paix. Actuellement elle ne paraissait d'ailleurs pas plus effrayée qu'étonnée, cependant la jeune assistante était inquiète, inquiète car son Patron avait très bien pu traverser tout Alzen dans sa longueur et s'être aplati comme une crêpe au sol... Par ailleurs il était plus que probable que le Traqueur se mette à penser qu'il venait de s'échapper. Le manque de surprise sur le visage de Kiukiu pouvait cependant dénier une telle théorie. Czeslaw n'était pas du tout du genre fuyard... Il ne l'aurait pas laissé elle derrière lui. N'est-ce pas ? C'était un accident. Elle se devait de l'expliquer peut-être.

    « Ce n'est pas ce que vous croyez. C'est un accident. Si vous ne l'aviez pas frappé ainsi, il n'aurait pas perdu le contrôle de son karnevale. Vous en avez un aussi, vous comprenez. N'est-ce pas? »


Elle pria pour qu'il n'arrive rien à l'enfant qu'il avait malencontreusement attrapé dans sa chute... Sa mère n'arrêtait dans de hurler au kidnapping et au meurtre... Czeslaw avait vraiment le chic pour se mettre dans des situations improbables et catastrophiques. Le défendre allait être difficile et Kiu ne savait pas trop quoi faire. La première idée qui frôla son esprit fut de ne rien faire... laissant ainsi une chance à Czeslaw de s'évader peut-être. Ceci dit vu le regard meurtrier que le Traqueur lançait, Kiu se dit qu'elle ferait mieux de le trouver en première pour le défendre, sinon il allait se faire exploser. Au sens strict du terme. S'éclaircissant la voix, elle devança le drogué :

    « Il est passé à travers le sol, il ne voulait pas. Ne lui faites pas de mal s'il vous plaît. Je sais comment le trouver, je vais le chercher. Faites moi confiance s'il vous plaît. »


Tout cela avec ton si neutre que Kiukiu craignit qu'il ne la prenne pas au sérieux. Pourtant elle l'était. Elle maudit un instant son manque cruel de capacité à exprimer ses sentiments. Tout le monde se trompaient à cause de cela. Elle partit en faisant bien attention... histoire d'être certaine que le Traquer n'allait pas la faire exploser... Oui parce que maintenant que le Traqueur s'était montré violent, Kiu commençait à le craindre et à craindre la moindre de ses réactions. Elle qui pensait que les représentant d'un état se devait d'être calme et impassible devant toutes situations. Son image très tolérante de l'Empire et de son fonctionnement se ternissait. Oh elle savait que tout n'était pas parfait, mais vous savez tant qu'on lui fichait la paix, Kiu n'était pas du genre à tenter de se faire résistance pour le bien d'inconnu si cela signifiait mettre en danger ceux qu'elle connaissait. Encore moins sa famille.

    « Je vais dans la salle de sécurité. Si vous n'avez pas confiance. »


Elle ne dit pas tous les détails de son plan, de peur que le Traqueur ne retrouve Czeslaw avant elle et devienne violent. Car oui Kiu avait un plan, un super plan même. Il avait une probabilité de 90% au moins de réussite. Voyez vous, lorsqu'on avait un chapeau de grenouille énorme sur la tête, il n'était pas bien difficile de le remarquer sur les vidéos de surveillances. Elle trouva rapidement la porte de la salle, fermé, il n'y avait surement personne, le Traqueur avec son explosion avait dû faire rassembler les gardiens. Parfait. Elle arracha la page 63 du livre qu'elle avait « emprunter » et mit la feuille dans la serrure, lui faisant épouser la forme de cette dernière. Tournant cette nouvelle clé, Kiukiu pu pénétrer dans la salle. On y voyait les différents écrans de surveillances de l'aéroport. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour trouver où son Patron était tombé. Son chapeau étant d'une discrétion remarquable sur l'écran de droite tout en haut. Il était tombé dans une des salles de traitement des bagages. Kiu eut un soupir de soulagement bien que son visage resta neutre. Sachant très bien que le Traqueur pouvait bien la tuer pour s'être montrée si... entreprenante. Elle se dit que c'était peut-être une bonne idée de l'attendre et de partager ses informations. Elle n'était pas dupe, il allait surement se montrer un peu violant. Mais la jeune albinos avait un peu agit sur un coup de tête. Elle avait été très inquiète pour son Patron et pour son salaire. Elle savait que son karnevale pouvait le tuer à tout moment car il vivait dans le ciel. Il était si regrettable de devoir se cacher lorsqu'on possédait un tel pouvoir. Le gouvernement devrait apprendre à la population touchée comment s'en servir. C'est en laissant ainsi dans la nature les possesseurs de karnevale que des catastrophes pouvaient arriver. Heureusement pour elle, Kiu préférait nettement les ordinateurs aux livres, chose qui lui avait surement épargner bon nombres d'accidents. Lorsque le Traqueur pénétra dans la salle, elle tendit le doigt vers l'écran sur lequel on apercevait Czeslaw et la valise. Kiukiu plaignit l'enfant qui était tombé avec lui en regardant l'image, non seulement il devait être terrorisé, mais en plus il n'allait surement pas être rassuré de voir un Traqueur, un homme-femme ivre et une albinos débarquer. Oui les enfants avaient toujours été effrayé par la jeune fille... La difficulté qu'elle éprouvait à sourire ne l'aidant pas beaucoup.

    « Il n'a rien je pense. Ne lui faites pas de mal. Ce n'est pas sa faute, il ne voulait pas. Je vous le promet... Par contre je ne pense pas qu'il puisse nous accompagner. »


Le « il » désignant l'autre ivre, qui malheureusement à cause d'elle avait du mal à marcher. En même temps au vu de ses talents de lanceuse... s'il avait été sobre, il aurait pu éviter l'oeuvre de ce cher Jean de Francia facilement.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Traqueur
✦ I'm just a PNJ ✦

♦ Inscription le : 22/07/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 230

MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   Dim 2 Oct - 19:47




Karnevale: manipulation de la fumée
Joué par: Morgane E. Adams
❝Jack Travis – 37 ans


.

«Vous commencez vraiment à m'emmerder.»

Des paroles qui trahissaient plus que jamais l'impatience du traqueur. Il en avait passablement assez de ces insupportables parasites. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que son cher karnevale allait lui être plus que jamais utile. Sans laisser à la jeune fille le temps de parler de nouveau ou de prendre une nouvelle initiative, le nuage de fumée qui s'échappait de la cigarette du traqueur sembla emplir l'air de la salle de sécurité.

«On va enfin en finir, hein.»

C'était comme une visite d'un marchand de sable fumant comme un pompier. À part que le sable était ici remplacé par une fumée opaque et difficilement respirable. Lui était immunisé, pas eux. En un éclair, la jeune fille et l'algue ivrogne perdirent connaissance. Rien de fatal, évidemment. Il devait les ramener assez en vie pour pouvoir être interrogés.

Repérant rapidement l'endroit où se trouvait le jeune homme fuyard -il se foutait bien que cela soit volontaire ou pas-, Jack alla aussi vite qu'il le pu à sa rencontre, permettant au passage au foutu gamin qu'il aurait bien étranglé d'aller retrouver sa mère hystérique. Le traitement fût le même pour l'homme grenouille. Si seulement il avait fait ça tout de suite, il aurait évité un atroce mal de crâne.

Trainant les trois coupables malgré eux comme un fardeau innommable, ce cher Travis se rendit jusqu'à l'aéronef qui l'attendait encore, bien heureux d'en avoir enfin terminé avec cette ville de dégénérés.

Il savoura plus que jamais le contact confortable du siège de l'appareil ainsi que le café dont il rêvait depuis des heures maintenant.

Bon, il était dans ses quotas, au moins.


«Ils ont intérêt à me filer une putain de prime, sérieux.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Event] Smoke on the Water.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event] Smoke on the Water.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: l'aéroport des abimes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Musique | Rock