AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 This is The Painkiller[LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Warren X. Zähringen
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 30/08/2011
♦ Mes messages : 14
♦ Etoiles ★ : 120

MessageSujet: This is The Painkiller[LIBRE]   Mar 25 Oct - 12:57

Il n'y avait personne dans les rues, à cette heure-ci et encore moins sur les toits. Une belle solitude nocturne à en faire frissonner les fêtards. Une bonne noblesse bien grasse qui se couche bien tôt et qui laisse tranquille les promeneurs du soir. Quelques gardes se promènent le long les boulevards onéreux afin de faussement veiller au calme terriblement humain qui régnait se soir là.

Le firmament orgueilleux avait revêtu sa broche de lune et l'exposait comme un nouveau jour succédant au règne du soleil. Celui-ci avait terminé son agonie vermeille derrière les montagnes quelques dizaines de minutes auparavant ; la fraîcheur nocturne n'avait pas eu le temps de d'abattre son voile automnal sur Amenthalys.
C'était de ce moment que profitait Warren.

Il avait quitté Opale quelques jours auparavant pour une mission Karnevalienne et n'avait laissé son ranch qu'à contrecœur et ce parce qu'une généreuse bourse l'attendait au bout du chemin. Désormais, il savourait son répit, assis sur le toit d'une grande demeure de la pretty downtown. La fumée qui s'échappait de sa pipe, coincée entre ses dents, formait de léger volutes d'une couleur parme qui se tortillaient sensuellement avant de disparaître dans la nuit.

Attaché à côté du perron de la demeure, Schweigen l'attendait patiemment, dans un demi sommeil, savourant le silence bienvenue au même titre que son maître.
Il embrassait depuis quelques minutes, d'un regard rêveur, cet horizon encore teinté de parme qui noircissait doucement au fil d'un temps que l'Empereur ne contrôlait plus désormais.

Dans ses pensées désabusées, il le savait, comme tous les Traqueurs. Mais il resterait fidèle à l'Empereur autant de temps que celui-ci pouvait le payer. Après tout il avait besoin d'argent et ces temps-ci, les affaires du ranch n'étaient pas très bonnes.
Il espérait qu'Angelika pourrait le tenir avec brio durant son absence mais il n'en doutait que peu. Il connaissait son talent d'oratrice commerciale mieux que quiconque, même sa foutue mère.

L'homme se laissait tendrement bercer par le silence de cette nuit nouvelle qui succédait à une journée des plus audacieuses.
Malheureusement, le silence fut bientôt bercé par des bruits de pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
R. Gaelig Le Hir
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 26/10/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 70
♠ Humeur : Musicale. Normal, ouais, ouais !
♠ Emploi(s) : Chanteuse, musicienne et danseuse.
♠ Nationalité : Karnevalienne
♠ Karnevale : Le chant tyrannique. Un pouvoir qui me donne la capacité de modifier le son et le volume de ma voix tant que je veux... Avec des petites limites, mais rien ne m'arrête (Teuheuheuh !).
♠ Sexualité & Statut : Lesbienne en quète d'amour.
♠ Mon rêve : Si je vous dis « Marcher sur l'eau. », vous me dites ... ?
♪ Fiche : À celui qui veut en savoir plus sur Gaelig, sur sa beauté, sur sa gentillesse, sur sa perfection : LET'S BANG !
♪ RP(s) en cours : Pour l'amour de ma belle ▬ Aurore Lenaïs Moore
This is The Painkiller ▬ Warren Xaver Zähringen
MORE ?

♪ Relationships : Un petit lien avec Gaelig ? Quelque chose chez elle vous intrigue ? Par là : BABA-O-RHUM

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Sam 29 Oct - 13:18

Une fois de plus, je frissonnais. Non pas à cause de la fraicheur, mais plutôt à cause de la peur qui, peu à peu, m'avait enveloppée. Je haïssais fermement la solitude, tout comme le noir, d'ailleurs. Ma guitare me semblait bien trop lourde pour que je puisse la supporter plus longtemps, mais il me fallait trouver un abris pour la nuit. Quelle idée, aussi, de quitter Sioul et Benoît pour leur préférer jouer et chanter dans les rues. Je n'avais pas remporté grand chose, mais j'avais réussis à caser une de mes compositions dans mon numéro, ce qui me suffisait amplement. J'avais aussi joué une chanson de Grand-Père, un truc qui datait d'avant le cataclysme. Je redressais mon chapeau pour regarder la rue, elle était semblable à toutes celles que j'avais traversées en quelques heures, si ce n'est que le noir s'en était emparée. Je plaignais les habitants de ce quartier, les maisons ne me plaisaient pas. Je regardais le ciel et cherchais la grande-ours, depuis Karnevale Avenue je la trouvais plus facilement.

Je m'étais arrêtée pour respirer, mais la toux m'avait reprise. Je toussais une fois, deux fois, puis allais m'appuyer contre un lampadaire pour recracher un filet de sang. Ma guitare était tombée et ma main se crispait sur ma poitrine, comme si ça pouvait améliorer les choses. J'en avais mare de ce Karnevale. Je l'avais utilisé trop longtemps, j'avais trop chanté, une fois de plus. Dire que ça ne s'arrêtait jamais. Peuh. Je m'essayais à quelques mots : ma voix se faisait fluette et je me trouvais incapable d'hausser le ton. Je me rendis compte un peu tard du sang qui s'était dispersé au mauvais endroit. J'en avais qui dégoulinait sur le menton jusque dans mon sweat. Et je n'avais ni mouchoirs ni gourde. Je levais les yeux vers le ciel, il me semblait que la lune se moquait de moi, avec sa blancheur et son éclat, ce qui me fit grincer des dents. Je cherchais ensuite une quelconque chose qui pourrait m'aider, il me fallut plisser les yeux pour distinguer la silhouette qui se tenait dans l'ombre, sur un toit. Je me redressais et levais le bras dans l'espoir d'attirer son attention, m’agitant un peu. Dans un dernier effort, je réussissais à hausser le ton pour demander d'une voix audible :
« Excusez-moi, vous n'auriez pas un mouchoir ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Warren X. Zähringen
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 30/08/2011
♦ Mes messages : 14
♦ Etoiles ★ : 120

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Sam 29 Oct - 14:26

L'homme se redressa, la pipe à la main, ayant entendu une petite voix fluette le héler dans la nuit. Une chose était certaine, il ne s'agissait pas d'un noble : ils dormaient tous et ne lui auraient pas parlé de cette manière. Le cow-boy se glissa, sa pipe entre les dents, lestement jusqu'à la gouttière. Il laissa pendre ses jambes dans le vide, tout en profitant de cette position pour regarder qui l'avait ainsi apostrophé par cette calme soirée d'automne.

Il s'agissait d'une jeune fille aux allures de ménestrel qui possédait un instrument de musique – sûrement une guitare – et qui avait l'air sérieusement mal en point. Un liquide d'une couleur foncée s'échappait de ses lèvres et dessinait des sillons sur son cou. Elle devait avoir une vingtaine d'année et pourtant semblait aussi malade qu'une vieille loque. Il eut pitié d'elle lorsqu'elle quémanda un mouchoir.
L'homme plongea aussitôt sa main dans l'une des poches intérieures de sa veste, avant d'en ressortir un morceau de tissu d'une couleur oscillant entre le vert et le marron, tout à fait propre puisqu'il ne s'en servait jamais.

Il le lança en l'air et, dans les dernières secondes où sa peau était en contact avec le tissu, utilisa son Karnevale de Répulsion. Le mouchoir fusa en direction de la jeune fille avec autant de vitesse que s'il avait contenu une pierre.
Warren se pencha davantage afin de voir si l'objet était bien arrivé à destination. Voyant que c'était le cas, il laissa la jeune fille l'utiliser avant de hausser les sourcils.


-Tu me sembles bien mal en point mon petit, l'hopital n'est pas par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
R. Gaelig Le Hir
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 26/10/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 70
♠ Humeur : Musicale. Normal, ouais, ouais !
♠ Emploi(s) : Chanteuse, musicienne et danseuse.
♠ Nationalité : Karnevalienne
♠ Karnevale : Le chant tyrannique. Un pouvoir qui me donne la capacité de modifier le son et le volume de ma voix tant que je veux... Avec des petites limites, mais rien ne m'arrête (Teuheuheuh !).
♠ Sexualité & Statut : Lesbienne en quète d'amour.
♠ Mon rêve : Si je vous dis « Marcher sur l'eau. », vous me dites ... ?
♪ Fiche : À celui qui veut en savoir plus sur Gaelig, sur sa beauté, sur sa gentillesse, sur sa perfection : LET'S BANG !
♪ RP(s) en cours : Pour l'amour de ma belle ▬ Aurore Lenaïs Moore
This is The Painkiller ▬ Warren Xaver Zähringen
MORE ?

♪ Relationships : Un petit lien avec Gaelig ? Quelque chose chez elle vous intrigue ? Par là : BABA-O-RHUM

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Sam 29 Oct - 14:46

Je fus plus que surprise de voir qu'il avait un Karnevale, surtout un Karnevale dans ce genre, mais je n'en fis rien, j'attrapais juste le mouchoir au vol. J'essayais de voir à quoi mon "sauveur" pouvait bien ressembler, mais je n'y arrivais pas, il faisait trop noir et ma myopie me bloquait d'autant plus. Je haussais les épaules avant d'essuyer tant bien que mal le sang qui dégoulinait. Je me débarrassais de la plus grande partie, mais mon sweat n'en restait pas intact et une partie avait séché. Je grommelais encore.
« Tu me sembles bien mal en point mon petit, l'hopital n'est pas par ici ! »
Je sursautais presque, mais me reprenait vite. J'oubliais presque de quoi je peux avoir l'air quand je toussais. J'étais sûre d'avoir laissé s'échapper toute trace de beauté. Le voir s’apitoyer ainsi devant mon état me rabaissait grandement, mais je restais droite, je n'allais tout de même pas lui demander le chemin de l’hôpital. Pourquoi y irais-je, de toute façon ? Pour moi, il était sûr que si j'expliquais que c'était la faute de mon Karnevale, j'étais mal. Et puis l'homme ne m'inspirait pas confiance. Je lui tendis son bout de tissus, un peu amoché, avec le plus beau sourire que je puisse offrir dans ses conditions.
« Je n'ai pas besoin d'aller à l’hôpital, ce n'est que passager. J'ai trop hurlé sur mon ami. »
Mensonge bidon, je frottais le bout de mon nez. Je frissonnais une nouvelle fois, et m'en étonnais, je n'étais pourtant plus seule. Je jetais un coup d’œil au ciel, il n'avait pas changé, tout comme la température.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Warren X. Zähringen
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 30/08/2011
♦ Mes messages : 14
♦ Etoiles ★ : 120

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Sam 29 Oct - 15:35

La jeune fille lui tendit son mouchoir, à son grand désespoir. L'homme saisit sa pipe et la retira quelques secondes de sa bouche afin de lui adresser la parole.

-Garde-le, il ne me sert pas à grand chose.

Il pourrait toujours en racheter un au marché ; ce genre de pacotille ne coûtait pas bien cher et un simple mouchoir à sueur n'allait pas lui manquer. Warren ne s'attachait pas vraiment aux objets. Il apprenait à comprendre qu'ils allaient tôt ou tard disparaître. Autant qu'ils servent à quelqu'un qui en avait besoin.
Angelika lui hurlerait certainement dessus lorsqu'elle ferait la lessive si jamais elle s'apercevait des auréoles vermeilles qui tâchaient le mouchoir de son père. Il se devait s'entretenir son mythe et son silence. Ne laisser aucune trace. La jeune fille ne garderait de toute façon qu'un vague souvenir de sa détestable personne.

L'homme haussa les sourcils. Les vapeurs de sa pipe se tordirent sous une expiration soudaine.


-Eh bien, pour avoir la gorge irritée comme ça, t'as du drôôôlement lui gueuler dessus. J'aurais pas aimé être à sa place.


Un rire graveleux s'échappa de sa gorge malade et encrassée, suivit de près par une toux qui supposait la longueur de son expérience dans la fumette abusive. Son cheval leva la tête dans sa direction, hennissant d'un ton réprobateur. Warren lui intima de se taire ; Schweigen lui tourna le dos en signe de bouderie. Son caractère se révélait aussi mauvais que celui de son maître.
La jeune fille leva les yeux et Warren suivit son regard. Ses yeux sombres se perdirent dans l'océan d'étoiles qui naissaient à chaque seconde.


-Qu'est-ce que tu regardes ? Tu dis bonjour à tes ancêtres ?


Il rit lui-même de la pauvreté humoristique d'une telle boutade. Schweigen soupira, de dépit certainement. Pauvre de lui, peut-être comprenait-il son langage, depuis le temps. Ce n'était pas comme si Warren était particulièrement intellectuel.
Un rayon de lune se détacha d'un nuage pour venir se poser sur l'acier de sa fourche de paysan, lui donnant des allures de démon aux ailes dépouillées.


-Qu'est-ce que tu amènes donc avec toi, dis-moi ? demanda-t-il en désigna l'étui abandonné à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
R. Gaelig Le Hir
♥ Dream of Freedom...

♦ Inscription le : 26/10/2011
♦ Mes messages : 19
♦ Etoiles ★ : 70
♠ Humeur : Musicale. Normal, ouais, ouais !
♠ Emploi(s) : Chanteuse, musicienne et danseuse.
♠ Nationalité : Karnevalienne
♠ Karnevale : Le chant tyrannique. Un pouvoir qui me donne la capacité de modifier le son et le volume de ma voix tant que je veux... Avec des petites limites, mais rien ne m'arrête (Teuheuheuh !).
♠ Sexualité & Statut : Lesbienne en quète d'amour.
♠ Mon rêve : Si je vous dis « Marcher sur l'eau. », vous me dites ... ?
♪ Fiche : À celui qui veut en savoir plus sur Gaelig, sur sa beauté, sur sa gentillesse, sur sa perfection : LET'S BANG !
♪ RP(s) en cours : Pour l'amour de ma belle ▬ Aurore Lenaïs Moore
This is The Painkiller ▬ Warren Xaver Zähringen
MORE ?

♪ Relationships : Un petit lien avec Gaelig ? Quelque chose chez elle vous intrigue ? Par là : BABA-O-RHUM

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Dim 13 Nov - 1:21

Je rangeais piteusement le mouchoir dans ma poche. Après tout, quel tord avait-il de refuser un bout de tissus ainsi souillé de mon sang ? J'affichais quelques secondes une mine stupide. Mais il ne m'en fallut pas plus pour lâcher un rire un peu trop sec, sur lequel je m'arrêtais par surprise. Je n'avais pas à rétorquer, il ne devait pas chercher de réponse, enfin je l’espérait. Je aperçu qu'il était aussi abimé que moi, mais pas pour la même raison, décidément, je périssais bien vite. Je me disais que, pour une personne qui semblait si "jolie", j'étais bien piètre de l'intérieur, je me demandais bien pourquoi je ne ressemblais pas à une vieille femme, d'ailleurs.

Sa réflexion me fit légèrement défaillir et je posais sur l'homme un regard vide, ma bouche s'entrouvrit d'elle même et je lâchais tout bêtement que je cherchais mon grand-père. Ma peur s'était dissipée, je me sentais plus ailleurs qu'autre chose, un peu perdue, à la rigueur. Je ne détaillais même pas l'homme, je regardais à droite, à gauche, j'ouvrais un peu trop bêtement ma bouche.

Je m'étais toujours dit que j'aurais aimé naitre niaise, et bien là, j'avais un aperçu de la vie que j'aurais put avoir. Ce coup-ci, je sursautais en comprenant ce que mon interlocuteur me disait. Il ne fallait qu'une seconde pour me mettre à genou, saisir l'étui de ma guitare et l'ouvrir pour vérifier que l'instrument était en bon état. Je l'étudiais puis en tirait quelques notes qui me semblaient assez bonnes.

Je me relevais pour présenter mon "bijou" à mon nouvel ami. Je le hissais à sa hauteur.
« Voici ma guitare. Je l'appelle Ding, faute de sottise. En fait, je suis musicienne itinérante. » Je jetais un coup d’œil vers l'homme et ajoutais plus bas mais sur un ton mesquin : « D'où ma si bonne résistance phonique... » Je toussais un peu et reposais ma guitare. « Et vous ? Que faites-vous dans un quartier comme celui-ci ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Warren X. Zähringen
✝ Tu ne t'attendais pas à me voir?

♦ Inscription le : 30/08/2011
♦ Mes messages : 14
♦ Etoiles ★ : 120

MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   Dim 20 Nov - 13:54

Comme il s'en doutait, le petit personnage androgyne était musicien et il avait apporté avec lui une guitare. Qu'est-ce qu'une musicienne – ah, c'était une fille – itinérante venait-elle donc faire dans les quartiers aisés ? Un client farouche avait-il été séduit par son physique ? Ce ne pouvait être par sa musique, les nobles d'Amenthalys se pressaient tout simplement au théâtre lorsqu'ils voulaient entendre une ode digne des oreilles de l'Empereur.
Warren émit un toussotement sarcastique ; désormais, la valeur de l'Empereur était une pauvre chose. Les volutes de la fumée se tordirent.

Il souffla une longue traînée violette et saisit sa fourche qu'il tendit en direction de la jeune fille, avec l'innocence d'un enfant qui jouait avec une épée en bois.


-Moi ? Je m'appelle Warren Zähringen, je suis un Traqueur.


Il reposa sa fourche à ses pieds, appuyant la semelle d'une solide botte sur le manche afin qu'elle ne tombe pas et tue accidentellement un passant, ou son cheval.

-Et je vais te manger.

Un rire graveleux suivit cette réplique pleine de bon sens. Nul être, même lui-même, n'aurait pu déterminer s'il plaisantait ou non. Warren était un être si complexe qu'il ne pouvait comprendre son propre esprit, son humour foireux encore moins.
Il faudrait qu'il pense à dialoguer avec son inconscient.


-Je t'aurais bien demandé de pousser la chansonnette mais on dirait bien que t'es pas en état. Si tu me jouais un truc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: This is The Painkiller[LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

This is The Painkiller[LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: pretty downtown :: quartiers aisés;-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit