AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
OUVERTURE DE LA VERSION 2 DU FORUM!
Tout se passe donc désormais ici -> http://karnevale-avenue2.forumactif.org !
(Si vous êtes membre d'ici et que vous n'avez pas encore pensé à votre fiche, etc,
ne vous faites pas de soucis, vous pouvez vous inscrire
et on pourra tout arranger après !)

 

 L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 27 Oct - 12:31

Seulement là où les anges meurent de froid,
Je peux te ressentir.
Seulement si mon sang gèle dans mes veines,
Je me sens mal.

J’ai traversé l’enfer
De tes froides marées
Et perdu tout espoir.

Elle avait voulu sortir. Pour une fois dans sa vie, elle avait voulu sortir. Connaissait-elle seulement le climat de Sphéra, si longtemps enfermée dans sa maison de poupées ?
Et lui, pouvait-il seulement s'en rappeler, si longtemps enfermé dans sa chambre blanche ? Il était entré à l'hôpital par une belle matinée d'Août, d'après les dires des infirmières qui l'avaient pris en main.

Son bras avait été dévoré par les vautours ; il lui était donc impossible de le récupérer. Afin qu'il ne soit pas handicapé le restant de sa vie pour conserver son travail de chasseur du désert, Siam, à défaut d'un membre d'ivoire, s'était vu fabriquer un bras mécanique. Les scientifiques d'Alzen avait opéré le Karnevalien de telle façon que les circuits de son nouveau bras soient reliés aux circuits de chair de son corps, puisque les messages envoyés par le cerveau humain demeuraient électriques.

Le membre était de taille humaine, recouvert de particules imitant la peau du jeune homme. Pendant quelques temps, ses gestes seraient moins habiles, moins précis.
Malheureusement, jusqu'à ce qu'il maîtrise complètement ce membre comme partie intègre de lui-même, la transformation était impossible.
Siam demeurait désormais sans la possession du moindre Karnevale.

Il avait rassemblé ce matin, dans un sac de toile, les quelques affaires que lui avaient apportées ses compagnons de chasse. Il s'était rendu à l'accueil, départi de sa perfusion, avant de s'extirper de la carcasse de l'hôpital.
Lorsqu'il posa un pied en dehors du bâtiment, il crut se trouver dans un autre monde. Un autre temps. Il comprit alors pourquoi l'un de ses collègues lui avait fourni un manteau en peau de tigre des sables...

Il neigeait à Alzen.
Il connaissait Sphéra depuis un certain temps et n'aurait pourtant jamais cru que cette ville connaîtrait ce climat hivernal, comme pouvait le connaître Amenthalys. D'après la pendule accrochée à l'accueil, il était neuf heures du matin. Mais le ciel, entièrement recouvert de nuages blancs qui grignotaient les gratte ciel, arrachait la ville à la moindre temporalité. Tout demeurait de gris ou de blanc. Pire encore : il n'y avait pas un bruit.

Un léger vent soufflait sur la ville, portant dans ses bras fantomatiques des gros flocons blancs. Le froid glaçait le sang de Siam. La circulation des aéronefs avait du être déconseillée sinon interdite et les Alzéniens ne devaient certainement pas aimer ce climat.
Le manteau qui recouvrait la ville lui arrivait jusqu'aux genoux. Sans doute aucune infrastructure n'était passée par ici pour libérer les routes de cette nouvelle entrave glacée.

Il devait retrouver Lawena et Morgane dans un parc, quelque part dans la futurist town. Cependant, Alzen n'étant plus elle-même, il se demandait comment il allait pouvoir les retrouver.
Il s'équipa du matériel fourni par ses compagnons, inspira un grand coup, et s'enfonça dans cet enfer blanc, dénué de bruit, dénué de chaleur, dénué de lumière.
Dénué de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 27 Oct - 14:38

«This day I fight!»

Elle se laissa plonger et tomber dans cette poussière blanche. Une guimauve sucrée comme elle en rêvait tous les jours avec passion. Une couverture glacée qui l'enchaînait en même temps à ces images palpables, pour lui rappeler avec une morsure douloureuse sa mission du moment. Car oui, au milieu de toutes ces friandises fondantes on avait besoin d'elle. C'était unique et inespérée mais elle avait cette subtile occasion de s'intégrer dans un Monde étranger. Petite poupée dans son manteau écarlate qui tombait sur ses genoux nus, comme tellement décalée qu'elle en devenait insensible au réel climat, qu'elle en oubliait que ce n'était pas de la framboise mais bien de la neige dans laquelle elle jouait à l'ange, elle rouvrit les yeux vers un ciel immaculé et brillant qui l'aveugla. Comme une illumination elle rangea dans le petit sac de ses pensées son envie de rester ici à s'amuser avec ses ombres imaginaires afin de se concentrer sur ce qu'elle devait réellement faire. Se dessina dans sa tête l'esquisse de retrouvailles en-dehors de ces chambres oppressantes dont elle rêvait depuis de longs mois. Exaspérante et exaspérée, elle avait dû être sujette à bien des malédictions dans ce lieu du repos. Tant pis.

Elle se releva, petit ange blond aux yeux infernaux, au milieu de ce profond silence que l'on aurait pu croire songeur voir nocturne. Un paysage sans tâche aucune, sans erreur jamais. Ah! Qu'il était beau le monde lorsqu'il était déchiré par l'inéluctable, l'imprévisible. Au milieu de sa rage, la beauté du néant. Une blanche colère comme l'on en voudrait plus souvent tant l'air y est épicé d'un arôme d'existence. Électrique. Bzz. Bzz. C'est des petites étincelles qui courent et qui dansent parce que c'est comme ça. Une vapeur opaque qui s'échappe d'entre ses lèvres rouges, juste pour dire qu'elle est vivante au milieu de ces discussions neuronales. Des pas qui dévorent le sol et s'y enfoncent goulument avec l'envie d'avaler les distances. Elle aurait pu courir mais c'est une perte de temps au milieu de cette plénitude utopique. Une technologie crépitante qui rêve de s'éveiller et de hurler. Mais pas aujourd'hui.

Aujourd'hui je sors.

Ses élé_gants rouges se posèrent sur les yeux de son compagnon, comme pour que son esprit aveuglé devine le moment présent. Une peinture paradoxale d'une enfance jamais perdue qui s'élève d'une taille adulte. Quelques centimètres mais une vie d'écart.


«Bouuuuuuh !»

Un rire cristallin qui épouse un sourire creusé dans cette porcelaine glacée. C'était l'émerveillement d'un être lâché au milieu des fauves, si beaux dans leur aura inconnue. L'euphorie maladive d'une presque trop grande naïveté, pour une fois. Comme si l'on pouvait tout contrôler sans en connaître le mode d'emploi.

Elle enlaça ses doigts des siens, vrais, faux, sans s'en soucier. C'était elle qui savait, qui guidait. Pour une fois, une seule fois. Un saut dans la confiance aveugle et terrifiante. Entre folie, courage et naïveté édulcorée, un plein de colorants écœurants comme une piste sur laquelle il faut tenir en équilibre.

Au milieu de la neige alzenienne, un pied devant l'autre parce qu'il ne faut pas tomber. Ce serait idiot.

Un lapin de peluche dans une main.


«Ça faisait longtemps...»

Un lapin de sang dans l'autre.

«...Que j'avais pas vu de neige.»

Tous unis par une poupée qui savait presque où aller au milieu de ce rien.






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 27 Oct - 21:34

La neige tombait sur Alzen, et, pour la première fois depuis toutes ces années où elle y avait vécue, cela rendait Lawena nostalgique. L'année dernière, quand il neigeait, elle faisait ses courses de Noël, se demandant quels cadeaux elle pourrait offrir à ses amis. L'année dernière, quand il neigeait, elle avait fait escale dans un café pour palier au vide de son thermos, s'était fait une amie qui lui avait permis de vivre une soirée de princesse, robe splendide et concert à l'appui. L'année dernière, quand il neigeait, elle était insouciante, riait de tout. L'année dernière, quand il neigeait, elle n'avait pas encore ouvert les yeux sur la réalité de ce que Raziel faisait vivre aux karnevaliens, aux gens comme elle. L'année dernière, quand il neigeait, elle n'avait pas encore été forcée de surveiller les interrogatoires de prétendus rebelles juste sous prétexte qu'elle était capable de détecter les moments où ils mentaient. L'année dernière, quand il neigeait, Czes et Kiukirilya ne faisaient pas partie des prétendus rebelles en question. L'année dernière, quand il neigeait, elle ne vidait pas un paquet d'aspirine par jour, entre les mensonges qu'on extorquait aux détenus, ceux de la hiérarchie, et ceux qu'elle prononçait pour adoucir le sort de ceux qu'elle savait innocents. Qu'est-ce qu'elle aurait voulu y retourner, à l'année dernière, quand il neigeait.

Et elle songeait à tout ça, en observant les flocons qui tombaient, appuyée contre sa fenêtre, une tasse de café brûlant à la main. Douce époque à laquelle il lui arrivait encore de songer parfois, parce qu'au fond elle n'était pas si lointaine. Dehors, des enfants jouaient, s'envoyait des boules de neige, s'émerveillaient de ce tapis blanc qu'ils redécouvraient chaque année avec un enthousiasme toujours renouvelé. Les arbres du parc en dessous de chez elle laissaient parfois tomber les paquets que leurs branches retenaient avec peine, ensevelissant l'un ou l'autre des garnements, ce qui faisait redoubler les rires des autres. Avant, elle aurait souri de les voir faire, avant d'aller se préparer pour partir au travail, se remémorant une époque où elle faisait partie de ce genre de petite bande et s'amusait à traîner dehors son batracien de meilleur ami afin qu'il joue lui aussi avec tout ce coton blanc qui recouvrait le sol plutôt que de rester chez lui à s'amuser avec un tournevis. Aujourd'hui, elle les enviait juste de pouvoir jouer ainsi, de ne pas savoir tout ce qui se cachait derrière ces membres de l'autorité à qui ils faisaient des pieds de nez quand ils leur tournaient le dos, et surtout de ne pas connaître le sort que l'on réservait au plus âgés qui faisaient la même chose. Avec un haussement d'épaules, elle se détacha de l'encadrement de la fenêtre, puis passa déposer sa tasse dans l'évier avant de se préparer. Après tout, elle aussi avait encore droit à ses moments d'insouciance. Bien sûr, ils étaient moins nombreux qu'avant, elle pouvait compter sur les doigts de la main ceux dont elle avait profité depuis qu'elle était revenue d'Opale, ce jour-là, et bien sûr, il ne se passait jamais vraiment longtemps avant que quelque chose ne vienne lui rappeler que maintenant, il lui était difficile de vraiment s'amuser. Mais aujourd'hui, par exemple, elle allait peut-être y avoir droit. Parce qu'aujourd'hui, elle devait retrouver Morgane dans ce parc où elles s'étaient vues tant de fois. Petit bout d'innocence, son amie ne manquait jamais de lui apporter un petit bout de fraîcheur, avec son ingénuité, sa naïveté, son infantilité, alors qu'elles avaient sensiblement le même âge. Mais après tout, quelque soit le nombre d'année que compte une petite fille, il est toujours agréable de lui raconter des histoires…

La bibliovore avait donc revêtu sa panoplie d'hiver. Gros pull de laine, collant sous le pantalon, chaussettes épaisse, gants et écharpes étaient au rendez-vous, ainsi que son éternel sac, rempli de toutes les babioles qui ne la quittaient jamais, et elle descendait les escaliers d'un pas un peu plus léger que d'habitude, comme si la simple perspective de revoir l'amenthalysienne écartait ses soucis, pour quelques heures au moins. Et après tout, se disait-elle en esquivant une boule de neige lancée par un des gamins, bientôt suivi par toute la bande, c'était bien un peu le cas. L'espace d'un après-midi, elle éloignerait ses problèmes afin d'inventer de nouvelles histoires dont les intrigues étaient bien souvent des mélanges des derniers livres qu'elle avait lus. Quoique, peut-être qu'aujourd'hui elle n'aurait pas à raconter d'histoire, puisque, si elle avait bien compris, une troisième personne se joindrait à elles, le prince charmant de Morgane à l'entendre en parler, qui avait besoin de distractions. Qu'à cela ne tienne, s'il le fallait elle se prêterait aux jeux de son amie, elle aussi avait bien besoin de se distraire, après tout. Et voilà qu'au détour d'un sentier elle entendait un rire, celui d'une enfant à qui on aurait donné une voix d'adulte, qu'elle aurait reconnu entre mille. Gagné, son amie était là, accompagnée d'un homme dont la silhouette paraissait familière à l'Alzénienne. N'y prêtant pas réellement attention sur le coup, elle franchit les derniers mètres qui la séparait du couple, s'adressant à son amie :

    - Morgane, ça me fait plaisir de te voir ! Mais tu es folle d'être habillée aussi légèrement, tu vas attraper froid comme ça…


Son ton était chaleureux, l'absence de mensonge dans sa propre voix lui fit du bien, déjà un sourire se dessinait sur son visage. Elle déchanta bien vite quand le prince charmant de son amie se retourna, et qu'elle le reconnut.

    - … Siam. Quelle… Surprise.


Une impression de déjà-vu la saisit, quelques mois plus tôt, un café, trois personnes autour d'une table, une autre amie, plus proche encore, et lui. Le sourire qui s'ébauchait resta figé sur ses lèvres tendit qu'elle prenait conscience du fait que, pour la deuxième fois, on lui présentait le même prince charmant. L'après-midi risquait d'être sympathique.




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 27 Oct - 22:02

Il n'y avait pas cru, lorsqu'elle avait surgit comme un fantôme dans le dédale des rues, courant dans la neige. Il pensait l'avoir confondue avec quelqu'un. Mais son rire. Sa voix. Cette voix qui peuplait ses rêves, ses pensées depuis qu'il l'avait quittée, quelques mois auparavant. Lorsqu'elle se jeta presque sur lui, il comprit à quel point elle lui avait manqué.
Leurs regards se rencontrèrent, se foudroyèrent avec l'intensité du sentiment terriblement ambigu qu'ils partageaient depuis le début de leur union.

Pour une fois. Elle le touchait. Sans son impulsion, elle l'avait presque serré contre sa poitrine. A peine se retournait-il qu'elle l'embrassait d'un regard électrique, saisissant sa main droite dans son gant de sang. Il renferma à grand peine ses os métalliques sur la paume de la demoiselle, essayant de ne pas lui faire mal avec la force qu'il ne contrôlait pas encore. Elle souriait. C'était presque un miracle...Il lui semblait ne pas avoir la même personne devant lui.
Mais il ne l'aima que plus encore.

La Karnevalienne l'entraîna avec elle et le jeune homme reconnu dans ses mouvements qu'elle avait pris Mister Rabbit avec elle. Comme le rappel d'un pacte qu'ils avaient passé tous les deux, il y avait de cela quelques mois.


-Fais attention de ne pas le perdre ! Il y a beaucoup de neige, on pourrait ne pas le retrouver !

Lui-même soulevait à grand peine son sac de toile afin de ne pas l'échouer dans la neige qui l'engloutirait bientôt dans sa gueule gelée-blanche. Morgane n'avait effectivement pas vu de neige depuis très longtemps ; jamais il ne l'avait vu si heureuse.
Leur compagne du jour remarqua en même temps que lui la nudité des jambes de Morgane. Il allait répliquer avec un sourire...relevant la tête...
Oh merde. Pitié. Pas elle.

Ses yeux la lorgnèrent de haut en bas. Jamais il n'aurait pu oublier ses cheveux verts, son Karnevale intuitif. La saloperie trop vertueuse que Morgane était trop heureuse de voir, sans doute même la raison de son si grand bonheur.
Mon Dieu.
Une jalousie sans nom crispa ses viscères et lui donna envie de vomir. Lui qui l'avait fait déprimer, hurler et pleurer. Elle qui la faisait sourire comme jamais, le choix n'était pas difficile. Comme pour s'assurer qu'il était bel et bien l'élu du cœur de Morgane, Siam serra davantage ses doigts autour de ceux de sa compagne.


-En même temps, regarde-toi,
lança-t-il à l'adresse de Lawena. Tu es habillée en cosmonaute.

Un sourire forcé se dessina sur son visage tandis qu'il balançait son sac par dessus son épaule afin que le déluge de neige ne mouille pas ses précieuses affaires. Décidément, l'après-midi allait être gé-niale...De gros délires se dessinaient dans l'horizon blanc.
Tous deux semblaient attendre la réaction de la poupée de leur cœur qui, en l'espace de quelques instants, était devenue une véritable créatrice d'ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 27 Oct - 23:25

«In My Darkest Hour»

Clac. Dans ses yeux embrumés par l'euphorie compulsive d'une journée d'Hiver, elle ne l'avait pas remarqué, lui. Fourbe, dans un coin de la toile, il attendait ce moment depuis le début. Celui où lui, mécanisme atroce, il allait pouvoir se mettre en marche pour pouvoir, subtilement, dévorer tout son bonheur de ses griffes empoisonnées. De son venin irrespirable. Elle ne l'avait pas remarqué, tout ce qu'elle ressentait comme courant, c'était celui qui, électrique, traversait son corps. Et pourtant. Si seulement. Si elle le pouvait, elle l'aurait fait, elle aurait tout fait. Elle aurait tout arrangé, orchestré, de ses doigts fins, de ses mains pâles. Comme une grande. Mais c'était un odieux acharnement sur sa frêle personne. Si elle savait, elle tremblerait sous tout ce poids. Parce qu'elle est décidément bien maudite, cette petite.

Elle laissa ses doigts échapper ceux de son compagnon pour mieux enlacer son bras des siens, comme pour faire mine de se réchauffer, bien que bouillonnante d'une joviale électricité statique. Un large sourire découpant son visage au nez rosé par le climat ambiant, ses mèches blondes se teintant presque de blanc alors qu'elles masquaient toujours son œil aveugle, elle semblait méconnaissable au milieu de sa mission délicate. La bataille faisait rage au creux de sa poitrine,qu'on se le dise. Il était difficile pour son cœur abîmé de respirer une glaciale joie de vivre. Et même de faire comme si. Elle avait l'habitude de jouer, mais pas à des jeux d'adultes. Pas pour de vrai, pas avec des vrais. Elle fourra son menton dans la fourrure de sa peluche parsemée de flocons.


«Noooon, j'ai pas froiiiid ! Parce que j'ai deux lapins juste pour moiiii...!»

Des paroles amusées rythmées d'un rire agréable au milieu de ce froid qui étaient pourtant désespérantes de sincérité. Le geste vint joindre la parole, et elle colla un peu plus son manteau contre la silhouette de Siam. Des petits instants desquels elle n'aurait jamais pensé pouvoir retirer un tel bonheur singulier. C'en était presque agréable, au milieu de ses atroces conflits internes. Si seulement. Si seulement.

Son hyperactivité naturelle ne pouvait pas lui permettre bien longtemps de rester immobile, d'autant plus que la neige semblait l'appeler, comme la ville toute entière qui lui demandait de venir la rejoindre dans son calme étrange et reposant. Elle se retourna, tirant toujours Siam du bout des doigts, comme pour qu'il ne puisse pas s'enfuir. Comme pour s'assurer, une fois de plus, qu'il ne s'agissait pas d'un triste rêve.


«Lawena elle raconte bien les histoires ! Mais là je lui ai dit de venir parce que moi je connais pas Alzen, alors elle peut nous aider à trouver des endroits amusants.

Son regard brillant d'une impatience nouvelle nourrie de la perspective d'agréables découvertes s'était progressivement baladé de Siam à Lawena avant de se poser de nouveau sur le visage de l'homme qu'elle pouvait encore voir en costume de lapin.


«Et puis c'est surtout parce que je veux que tu ailles bien, alors je me disais que ce serait bien si on pouvait sortir...»

Elle avait baissé les yeux dans sa voix plaintive et légèrement attristée. Douce et généreuse mélancolie. Elle secoua ses belles mèches blondes pour relever la tête dans une nouvelle expression d'une maladive bonne humeur.

«Alors, on y va ?!»






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Ven 28 Oct - 0:20

Sans même s'en rendre compte, Lawena n'arrivait pas à détacher ses yeux de ceux de Siam. Comment donc avait-elle pu ne pas le reconnaître ? Bien sûr que c'était lui, un prince charmant apparaissant ainsi à l'horizon, ça ne pouvait être que lui. Alors comme ça Scarlet ne lui suffisait plus, il avait fallu qu'il se trouve une nouvelle victime à qui mentir joyeusement sur les sentiments qu'il éprouvait pour elle afin de mieux la garder sous sa coupe ? Manque de bol, il avait de nouveau pioché dans les amies de Lawena. Drôle de coïncidence tout de même, qui les rassemblait de nouveau dans les mêmes circonstances. Et bien entendu, les premiers mots qu'il lui adressa résonnèrent, comme un signe futur de la manière dont l'après-midi allait se dérouler. Bien sûr, elle savait bien qu'il ne s'agissait pas réellement d'un mensonge, plutôt d'une exagération, une expression qui nécessitait un léger déguisement de la vérité. Bien sûr, elle était bien consciente qu'aucune manipulation ne se dissimulait derrière ces paroles. Un rictus ironique se dessina sur les lèvres de l'Alzienne, parfait écho de celui qui ornait le visage de Siam.

    - Chacun sa technique, tu ressembles à un grizzli, je préfère avoir la tête dans les étoiles. Le résultat est le même, n'est-ce pas ?


Elle-même était impressionnée par la vitesse à laquelle elle basculait dans l'ironie en sa présence. Impressionnée de voir qu'il existait au moins une personne au monde capable de l'énerver par sa seule présence, elle qui habituellement appréciait d'instinct toute personne croisant son chemin. Bien sûr, ces derniers temps, les nouvelles rencontres s'étaient faites plus rares, comme si le simple fait d'avoir ouvert les yeux sur la situation de Sphéra avait suffi à la rendre plus méfiante. Mais son antipathie à l'égard de Siam était bien antérieure, et c'était bien ce qui l'étonnait le plus, quand bien même elle en connaissait les raisons sur le bout des doigts, les ayant ressassées à chaque fois que Scarlet mentionnait son nom.

Aussi, alors qu'un flot de fiel se préparait déjà au creux de sa langue pour le cas où l'Opalien serait passé à l'attaque, la diversion apportée inconsciemment par Morgane fut aussi bienvenue que l'aurait été un courant d'air chaud dans cette étendue de neige. Bien sûr qu'elle ne se rendait pas compte du passé commun qu'avaient ses deux amis, comment aurait-elle pu ? Mais sa joie de vivre détendit quelque peu Lawena, tout comme elle apprécia d'entendre une voix amicale et purement sincère. Du moins, jusqu'au moment où sa sincérité se tourna vers Siam, et que l'Alzienne put saisir dans cette absence totale de mensonge jusqu'où Siam en était déjà allé avec sa nouvelle poupée. Evidemment, elle voulait qu'il aille bien. Que lui avait-il promis pour se l'attacher ainsi ? Quels compliments mielleux étaient sortis de son esprit tordu, quels faux aveux d'attachement et promesses de rester à ses côtés pour toujours ? Combien de mensonges, enfin ? Tant bien que mal, la bibliovore retint une grimace de dégoût. Bien entendu, une fois qu'il s'était attaché ses proies, quoi de plus facile que d'obtenir d'elle une soumission totale en leur faisant croire à une malaise passager, un malheur dont il faudrait le distraire, afin qu'elles se plient en quatre pour sa personne… Il la dégoutait, la répugnait. Et dire qu'elle devait être celle qui l'aiderait à aller mieux, quel comble. Et pourtant, elle allait le faire, mais pas pour lui. Non, si elle acceptait de passer l'après-midi avec eux, de jouer à la guide touristique dans cette ville qu'elle connaissait si bien, ce ne serait que pour Morgane, uniquement pour ne pas la décevoir, comme n'importe quelle amie se devait de le faire. Il serait bien temps de l'éloigner de cette ordure plus tard, en douceur. Parce que révéler ainsi à une amie que celui qu'elle considérait comme un prince charmant n'était qu'un imposteur qui jouait avec ses sentiments n'était pas une bonne idée, dans certains cas la franchise pouvait être dévastatrice. Qu'à cela ne tienne, elle jouerait le jeu, quitte à s'en sortir avec une migraine une fois le soir venu, elle était habituée ces derniers temps, après tout. Un instant, elle ferma les yeux, inspira l'air glacial, tenta d'oublier la présence de Siam et de se concentrer sur la joie qu'elle avait ressentie le matin même à l'idée de voir son amie et surtout sur celle qu'elle entendait dans la voix de Morgane.

    - On y va, on y va, je veux bien qu'on y aille, mais par où est-ce que tu veux commencer ? Il y a tellement de choses à faire, tu sais ! Par exemple, j'ai repéré une boutique où ils vendaient des peluches de lapins absolument adorables, pas loin du tout. Ou sinon…


Pendant qu'elle parlait, un sourire sincère s'était redessiné sur son visage tandis que ses mains, cachées derrière son dos, raclaient la neige au-dessus d'un buisson, modelant une boule parfaite trahissant des années d'expérience. Une fois celle-ci terminée, elle la ramena devant elle, la faisant sauter au creux de sa paume.

    - Ou sinon, on pourrait commencer par une petite bataille de boule de neige, qu'est-ce que tu en dis ? Les enfants à l'entrée du parc ont ravivé des vieux souvenirs, ça m'a donné envie…


Bien sûr, pour garder la chaleur que sa voix avait fini par retrouver, elle évitait de regarder Siam, se contentant de sourire à son amie. Bien sûr, elle savait qu'il allait surement trouver de quoi se moquer dans sa proposition. Mais quand bien même il le ferait, elle trouverait bien le moyen de lui signifier que le marché qu'ils avaient passé, il y a longtemps de cela, à propos de Scarlet, était aussi valable pour Morgane. Pour son bien, autant faire semblant de s'entendre. Pour l'instant.




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Ven 28 Oct - 13:12

Le jeune Opalien crut rêver lorsque Morgane se serra contre lui, par affection, ou peut-être pour se réchauffer. Un frisson sidérant le traversa et il était bien conscient qu'il n'était pas du au froid. Ni à l'amour. Il éprouva quelque malaise devant cette surprise, lui-même n'étant pas habitué à prodiguer quelque tendresse, que ce soit envers Morgane ou qui que ce soit d'autre.
Un sentiment nouveau le submergea. Entre feu et glace, entre dérangement et bien être. La dernière phrase, d'une sincérité diaboliquement amoureuse, le cloua sur place. Il se retint de la regarder avec de grands yeux ahuris. Était-ce vraiment Morgane Elizabeth Adams qui serrait son bras embryon ?

Sa compagne avait malheureusement été témoin de l'enfer qu'il avait pu vivre après le combat qu'il avait mené contre la Traqueuse Lou Lockart. De celui, bien pire encore, qu'il avait du endurer alors qu'on tentait de lui intégrer un bras. Pélops, le fils de Tantale, avait-il autant souffert lorsque les Dieux avaient remplacé son épaule osseuse par une épaule d'ivoire ? Il aurait bien fait endurer mille supplices à son bourreau pour se venger de cette perte et espérait de tout cœur que la blessure qu'il lui avait infligée avant de défaillir l'avait fait souffrir sinon mourir.

Il n'eut pas le temps de répondre à la remarque sarcastique de Lawena parce que Morgane s'impatientait. Il ne put s'empêcher, par la réponse de l'Alzénienne à son jeu moqueur, d'éprouver un brin de sympathie à son égard. C'était avant de se demander si, avec un tel don, elle n'avait pas été engagée comme Traqueuse.
Peut-être même essayait-elle de le coincer, masquant sa traque derrière une banale promenade en neige Alzénienne. Ce n'était pas le territoire de Siam, il ne saurait pas où se cacher, il n'avait plus de Karnevale pour se défendre ; la cible idéale.
Mais étant donné le caractère de Morgane, si l'un faisait du mal à l'autre, elle piquerait une crise monumentale et ils la perdraient tous les deux. Ni l'un, ni l'autre, aussi haineux fussent-ils, n'étaient assez idiots pour se jeter dans ce piège là.

La dernière fois que Siam avait foulé le sol d'Alzen, il avait été attaqué en compagnie de son amant de l'époque par une Karnevalienne vengeresse qui n'avait pas hésité à leur plomber les muscles. Pour une fois, il laisserait Lawena les guider, même si c'était pour le capturer, tant que ça pouvait faire plaisir à Morgane.
Les activités proposées par Lawena ne pouvaient plaire qu'à des gonzesses pré-pubères mais il se contenta de hausser poliment les épaules sans faire de commentaires, levant les yeux – car il était plus petit qu'elle – sur le visage de Morgane afin d'observer sa réaction.

A voir la lumière qui scintillait comme un feu éternel dans son unique œil, elle aurait pu accepter n'importe quoi, tant que c'était proposé par l'une des deux autres personnes ici présentes. La boule de neige sautillant dans la main de Lawena n'offrait pas d'autre solution. Siam déposa son sac de toile sur un banc proche, espérant que la neige ne le recouvrerait pas pendant leurs puériles activités. Sa dernière bataille de boules de neige remontait à au moins quinze ans en arrière, entre Lear, Lust et lui, à l'orphelinat où ils avaient passé le plus clair de leur enfance.

Il avait perdu la main mais son expérience de chasseur lui avait appris à viser. Ce fut une perle baroque d'une blancheur immaculée, de la taille d'une balle de tennis, qui alla se fracasser contre l'épaule de l'Alzénienne.

Il s'éloigna très vite avec l'agilité que lui permettaient sa taille et son poids plume. Sautant sur le dossier du banc, il prépara ses munitions suivantes avant de mettre Morgane dans sa ligne de tir.


-Chacun pour soi, ma chérie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Ven 28 Oct - 15:39

«Holy Wars»

Un éclair d'une sombre lucidité traversa cet œil valide alors qu'elle fronçait les sourcils sous sa masse blonde, invisible et discrète. Comme quelqu'un qui sent quelque chose dans l'air mais qui ne dit rien, juste pour ne pas écraser ses propres espérances. Sombre à l'intérieur, elle sursauta, étrangement silencieuse depuis un instant, alors qu'une bise glaciale vint la ramener à la réalité. Son regard balaya un instant la scène alors que ses bras s'étonnaient à étreindre un vide soudain. Sa peluche contre elle, une décharge infantile lui gagna de nouveau le cerveau alors que ses lèvres s'ouvraient sur un joyeux affolement. Le réflexe de la survie.


«Eyyyyh... Mais... Non... Eyyyyyh, attendeeeeez !»

Vive, ou du moins autant qu'elle le pouvait au milieu de cette épaisse masse cotonneuse, elle tenta du bout des doigts de faire sienne un peu de cette brillante poudre. Mais elle filait, elle filait, sous ses doigts, s'évaporant comme des larmes erronées dans cette froide illusion. Elle se figea un instant dans son geste, son souffle déréglé se matérialisant, vaporeux, dans l'air. Elle secoua sa tête décoiffée et humidifiée par les sphères sucrées qui descendaient des étoiles blanches. N'arrivant toujours pas à se satisfaire d'elle-même elle persistait à s'attrister d'une bien désespérante manière. Comme un être à jamais handicapé face à tout un inconnu qui semblait si simple pour un humain normal. Se promener, pousser la porte d'un magasin, s'assoir sur un banc, lire un livre après avoir commandé une gaufre chaude. Ça semblait tellement simple. Alors pourquoi tout filait entre ses doigts ? Fichue destructrice.


«Attendeeeeez...»

Accroupie et tremblante, non pas de froid mais d'une certaine frustration, elle essayait tant bien que mal d'utiliser sa main droite pour récolter assez de neige. Serré précieusement contre elle, Mr. Rabbit était tenu par sa main gauche, de fait trop occupée pour venir aider sa sœur. Des choses si simples pourtant d'une aberrante difficulté pour cette petite fille blonde, de la taille d'une jeune femme, qui, fatalement, retournait à l'école, en ce moment. Tant d'intelligence pourtant tellement ignorante, à vrai dire. C'en était profondément triste, tant elle en avait à apprendre.

Dans une chaleureuse habitude, comme pour se protéger, se recroqueviller sur elle-même, se réchauffer d'un peu de son propre monde, elle enfouit jusqu'à son nez dans la fourrure à la glace de sa tendre peluche, plissant les yeux pour essayer d'un peu plus se concentrer. Mais tout ce blanc, ça faisait mal. Ça faisait mal. Et c'était flou. C'était flou.

C'est surtout dans sa tête, que ça faisait mal, mal. Un cerveau qui se tord et s'enroule pour essayer d'ingurgiter, de reproduire et de réussir. Pour faire comme tout le monde, pour faire comme les autres, pour se dire qu'on est comme eux et qu'on peut tout réussir comme eux. Juste pour ça, une petite lettre qui vous dit que vous êtes acceptés dans la normalité. Dans une profonde lassitude, elle fixa sa paume rouge de tissu, recouverte d'une fine couche de poussière blanche et fraiche. Ça restait là, mais c'est tout. Ça ne faisait rien d'autre. Elle aurait bien voulu que Mr. Rabbit l'aide mais il était fatigué et il n'aimait pas trop ça le froid, derrière la petite écharpe qui était délicieusement nouée autour de son petit cou.

Dans un soupir elle se sentit basculer légèrement, se retrouvant désormais en train de marquer un peu plus le sol nuageux, assise comme une petite fille perdue. Perdue dans toute sa bonne volonté peut-être, sûrement. Très probablement. Et puis elle leva les bras, en prenant grand soin de ne pas lâcher son compagnon imaginaire, pour signifier qu'elle demandait paix et asile politique, pauvre victime neutre qui espérait trouver le salut. Les yeux plissés et douloureux -tout du moins l'un d'eux- tournés vers le Ciel. Marmonnant une prière, un peu pour personne.


«Ah... Je... Pardon...»






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Sam 29 Oct - 3:03

La première pensée qui vint à Lawena en voyant Siam s’éloigner sans mot dire suite à sa proposition fut qu’il avait compris. D’une certaine manière, cela ne l’étonnait même pas, si elle, qui brillait si peu dans l’élaboration de stratégies, au point qu’elle s’en retrouvait désormais forcée d’effectuer une tâche qui lui répugnait pour le compte de l’empereur si elle espérait pouvoir s’en sortir sans trop de dommage, avait saisi l’importance du renouvellement silencieux de ce pacte de non-agression, lui, en fin stratège et manipulateur accompli, devait l’avoir eu à l’esprit bien avant elle. La preuve en était qu’il prenait l’initiative, lançait l’offensive, sous la forme d’une boule immaculée qui vint la frapper à l’épaule. Qu’il était facile de faire semblant dans une bataille comme celle-ci, quand le moindre projectile lancé un peu trop fort pouvait aisément passer pour une simple maladresse, un dosage de la force trop dépréciatif, peut-être après tout qu’elle avait eu une bonne idée. Si ce jeu était loin d’être suffisant pour régler tous les problèmes entre eux, et en particulier ceux qui concernaient Morgane, il aurait au moins comme avantage de leur permettre de ne pas accumuler trop de frustration face à cette entente cordiale qu’ils devaient simuler.

Comme pour donner une preuve de ce trop-plein, son bras se détendit, la sphère qui s’était jusque-là contentée de reposer au creux de sa main s’envola en une gracieuse courbe au milieu des flocons, avant de terminer sa course à quelque pas de sa victime supposée. Quelques années depuis qu’elle était trop vieille pour les batailles avaient usé sa science, pour peu qu’elle en ait eu une un jour, et sans vraiment qu’elle sache trop comment, ce nouveau fossé entre Siam et elle rajouta encore une couche de rancœur par-dessus tout ce qu’elle éprouvait déjà à son égard. Non seulement il manipulait ses amies et pouvait les briser à tout moment, mais en plus il se complaisait à démontrer toute la supériorité qu’il pouvait avoir sur elle, qui ne parvenait même pas à l’éloigner des personnes qui lui étaient chère, quand bien même cette supériorité serait aussi futile que la précision d’un tir de boule de neige. Et face à cette nouvelle vague de colère, elle se baissait déjà pour préparer de nouvelles munitions quand les paroles de Siam la frappèrent de plein fouet, peut-être plus fort encore que tous les projectiles qu’il aurait pu lui lancer. Ma chérie ? Il osait l’appeler ma chérie, osait utiliser ce terme de tendresse, d’affection, pour son simple plaisir personnel ? Il osait prononcer ces deux mots avec sa voix si raisonnante, si pleine de mensonges ? Il n’y avait vraiment aucune limite à sa perversion, il semblait capable de tout. Sauf que… Sauf qu’un doute la saisit, alors même qu’une semi-quinte de toux masquait sa répulsion. Sauf que dans la voix de l’Opalien, aucun écho ne s’était fait sentir alors qu’il prononçait ces mots doux. Comme si, comme si… Comme s’il était sincère, comme s’il était possible que lui, ce manipulateur, ce menteur, puisse être sincère, comme s’il pouvait éprouver des sentiments réels. Non. Impossible. La seule explication que Lawena voyait à tout ça, c’était un problème avec son Karnevale, ou alors elle n’avait pas bien écouté, il était purement impensable que Siam ressente réellement quelque chose pour qui que ce soit.

Mais elle n’avait pas le temps de réfléchir à cette absurdité, cette contradiction de l’ordre des choses. Parce qu’en se retournant, une nouvelle boule à la main, prête cette fois à ne pas manquer sa cible, elle avait remarqué Morgane, qui tentait en vain d’en former une d’une seule main, l’autre trop occupé à serrer son lapin contre elle. Et voilà que soudain elle abandonnait, s’asseyait dans la neige. Comme une enfant qui aurait grandi trop vite et qu’on aurait privée des apprentissages fondamentaux de la vie. Alors comme un réflexe, celui de la fille unique trop longtemps seule qui s’improvise grande sœur le temps d’un instant, Lawena s’agenouilla à ses côtés, sans se soucier du fait que la neige allait traverser son pantalon et la tremper. Qu’à cela ne tienne, elle voulait que son amie continue à sourire, pour avoir encore quelques raisons d’espérer dans la folie ambiante.

    - Attends, je vais t’aider. Regarde, déjà, si tu avais tes deux mains, ça irait mieux, et je suis sûre que Mr Rabbit sera mieux bien au chaud dans ton manteau, le pauvre, il tremble de froid.


Tout en parlant, elle avait commencé à rassembler une petite quantité de neige et à la tasser entre ses mains, préparant une nouvelle boule en expliquant chacun de ses gestes.

    - Ensuite, tu prends une grosse poignée de neige, comme ça, et tu la tasses bien fort dans tes mains pour qu’elle devienne dure. Après, il ne reste plus qu’à lui donner une forme de boule, tu peux en rajouter un peu si tu veux qu’elle soit plus grosse, mais le plus important, c’est de bien tasser.


Avec un sourire encourageant, elle posa la munition nouvellement préparée devant son amie, avant de lui chuchoter, prête à tout pour que revienne la joie qui brillait dans ses yeux tout à l’heure :

    - Si tu veux, on peut faire équipe, à nous deux contre Siam, il n’a aucune chance, même s’il vise bien…





Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Sam 29 Oct - 15:21

Elle était tellement mignonne, poupée de cire insouciante, que la neige dévorait déjà, à essayer de contrôler cet élément dévastateur. Morgane semblait presque pouvoir se briser à l'instant, désespérée par son inculture. Mais au moins, elle essayait, et Siam ne put qu'en sourire. Alors même que Lawena se baissa afin de lui apprendre l'art juvénile des boules de neige, le jeune homme se pencha à son tour et saisit délicatement Mr Rabbit, afin que Morgane pût avoir les mains libres pour former ses munitions.
Siam allait poser le lapin sur son sac de toile afin qu'il ne soit pas perdu lorsqu'il eut une idée des plus stupides mais qui pourrait surement faire sourire sa compagne. Il tendit le lapin au niveau de son visage et sembla lui chuchoter quelques chose. Puis il exerça une pression sur la « nuque » de la peluche afin de lui faire hocher la tête. Enfin, il reporta son attention sur Morgane.


-Mister Rabbit aimerait bien faire équipe avec moi, j'espère que tu ne lui en voudras pas !


Aussi étonnant que cela puisse paraître, il adressa un clin d'oeil à Morgane avant de reculer en direction du banc qu'il avait d'ores et déjà désigné comme sa tranchée de guerre.
Aucun des protagonistes de cette activité, sauf peut-être Lawena, ne pouvait se douter que ce jeu adolescent était une métaphore de la guerre sanglante qui allait bientôt terrifier Sphéra tout entier. Aucun d'eux, sauf peut-être l'Alzénienne ne pouvait se douter que les boules de neige d'aujourd'hui seraient les missiles de demain, que les manteaux de ce matin seraient les armures de ce soir et que la colère de Siam et Lawena serait la haine des Impérialistes contre les rebelles.

Si j'y pense moi-même ce n'est pas le cas de Siam car après bien des péripéties il préfère se détendre car il sait depuis cette expérience et celle de l'Internat d'Amenthalys qu'il peut mourir demain. Je sais que désormais il ne veut plus perdre de temps à manipuler Morgane parce qu'elle s'est chargée de lui voler son cœur, et qu'il ne peut maintenant lutter contre Lawena qu'avec des boules de neige.
Si jamais elle venait à révéler à Morgane qui il avait pu être, il était certain qu'il ne se passerait pas grand chose. Elle l'avait connu comme étant une enflure, elle n'avait vécu comme étant une ordure et désormais son énergie ne lui permettait plus de faire physiquement ou moralement du mal à quelqu'un. En revanche, si la demoiselle gâtée venait à apprendre que les deux personnes qu'elles aimait le plus au monde ne pouvaient réellement pas se voir en peinture...
Il ne préférait pas imaginer.

Le jeune homme retira ses gants et plongea ses mains encore roses de chaleur dans le manteau blanc et gelé de la neige. Il retrouva le plaisir de creuser un petit bac et d'y jeter les munitions plus ou moins grosses et dures qu'il fabriquait. Il conversait tout seul, donnant l'impression de répondre au lapin de Morgane.
Il brassait les flocons blancs comme il brassait des particules de son enfance et toute sa vie à l'orphelinat lui revint en mémoire. Il se souvint de son ancienne famille, il se souvint de Lear, il se souvint de Lust.

Sous le choc, il brisa la grosse boule de neige qu'il était en train de faire. Afin de ne plus se concentrer sur de telles pensées, il saisit un élastique dans sa poche et s'en servit pour attacher ses longs cheveux devenus sombres et plats, comme les tiges tristes des fleurs fanées.
Ses propres pétales de chair et de métal devenaient déjà bleus de froids et sa main gauche devint bientôt aussi insensible que la droite.

Et il s'affairait, soudain déconnecté du monde.
Dans le ciel, un unique aéronef traversa les nuages, avant de disparaître dans les vapeurs de l'enfer blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Sam 29 Oct - 18:40

«Peace Sells»

Elle laissa avec la singulière attention de la coquille vide en manque de re/connaissance ses oreilles glacées se gorger du souffle chaud de la jeune femme. Son seul regard fixé sur les perceptibles mouvements qui dansaient près d'elle, elle s'imprégnait de tous ces gestes comme une vieille cassette vidéo presque abîmée. Ses petits rubis écarlates dont des larmes humides s'étaient formées au bord de son œil valide suivaient, malgré leur grande difficulté, ce cours avec grande passion et attention. D'un revers de sa manche couleur cerise, elle essuya son regard embrumé et l'aida à y voir plus clair. Comme une volonté de se rattraper toute seule à ce bord fondu.

Elle laissa son compagnon s'échapper sans trop broncher, hésitante toutefois. C'était un peu comme enlever le filet sous ses jambes tremblantes. Dans une profonde inspiration qui traversa ses lèvres pâles et lui déchira les poumons, elle effleura le sol du bout d'un index incertain. Et puis elle le transperça, comme un bourreau qui vous transperce le cœur. Ça palpite entre ses doigts, ou peut-être que ce sont eux. Elle se remémore, au milieu de ses innombrables et désagréables souvenirs, ce qu'il faut faire. C'est la recette de toute une vie, c'est peut-être l'un des ingrédients. Ne pas le perdre, ne rien gâcher. Elle ne sait pas, mais elle s'applique. C'est une habitude d'un autre côté, un peu caché, qu'elle ne peut pas éviter, clairement. C'est ce besoin d'une perfection au milieu de ce vide où plus rien ne peut pourtant se créer. Mais c'est comme ça, il y a des propriétés physiques qu'il vaut mieux pleinement respecter, et une sphère se doit d'être lisse et bien faite. C'est comme ça.

Elle grava dans la face de la boule de neige un large sourire ponctué de deux yeux au regard malin avant de se lever d'un bond, son travail artisanal précieusement déposé au centre de ses paumes. Un pas devant l'autre, doucement, doucement, parce que ce serait bête de tout refaire. Comme une existence. Louchant sur sa création avec un large sourire, elle arrêta sa marche afin de poser avec soin ses genoux un peu rouges sur la neige qui recouvrait le banc derrière lequel s'était réfugié Siam. Elle se pencha doucement, portant son arme inoffensive du bout des doigts, l'agitant devant les yeux de son compagnon. Côté sourire. Elle laissa un peu plus son corps trop grand partir en avant. Son buste dépassait les épaules de son compagnon alors qu'elle posait avec délicatesse sa boule de neige, le bras tendu, au milieu de toutes celles qu'il avait déjà confectionnées. Si elles en avaient été capable, ses douces lèvres auraient très bien pu déchirer ses joues jusqu'à ses oreilles.

Puis, dans son mouvement pour se redresser, elle piégea son compagnon à fourrure dans ses bras chaleureux, avec envie, avec gourmandise. Et elle le serrait. Fort. Fort. Fort.

Comme d'un passé dont on ne peut définitivement pas se passer.


«Ah noooooon ! Non, non, non. Il reste avec moiiiii.»

Elle ponctua ses paroles d'un rire de cristal qu'on aurait pu représenter par une de ces si belles formes géométriques qui constituent les doux flocons. Avec prudence, elle décida de s'assoir en équilibre sur le dos du banc enneigé avant de s'étirer, bras tendus vers le ciel. Comme un surplus d'énergie qu'on essaie d'évacuer un peu. Son attention se balada entre Lawena qu'elle voyait un peu plus loin, et Siam qu'elle pouvait regarder de haut.

«J'en referai, mais tout-à-l'heure. Dis Lawenaaaaa, on peut faire autre chose maintenaaant ? Moi je veux être contre personne, c'est pour ça.»

La gaieté et l'impatience de celle qui souhaite s'essayer au Monde entier. Juste pour voir si tout lui convient et si tout lui va. Les bons sentiments de celle qui essaie de se dire qu'il ne faut pas risquer de perdre ceux qui lui tendent la main.

En faisant quelque chose de travers.

Inconsciemment, elle serra un peu plus Mr. Rabbit contre elle.






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Dim 30 Oct - 0:30

Lawena était déboussolée par ses propres réactions, et c’était bien la première fois que ça lui arrivait. A l’instant, quand Siam avait récupéré Mr Rabbit dans le but évident de permettre à Morgane d’avoir les mains libres, alors qu’elle venait de le conseiller à son ami, elle avait failli adresser à l’Opalien un sourire complice, pour lui signifier qu’ils œuvraient dans le même but et qu’elle le remerciait de son geste. Elle avait bien failli, elle tournait déjà son visage vers lui, quand elle s’était souvenue de qui il était, de ce qu’il avait déjà fait, de ce qu’il projetait sans doute de faire de nouveau. Et alors le sourire s’était crispé, le mouvement s’était stoppé, et la tentative de complicité avait avorté, laissant Lawena perplexe. Jusque-là, jamais elle n’avait eu la moindre hésitation sur ce qu’elle faisait, sur ce qu’elle devait faire. Mais aujourd’hui, elle avait une impression étrange, comme si quelque chose clochait, comme si elle-même n’était plus sûre de ce qu’elle devait penser. Et puis, et puis, et puis. Et puis zut, elle avait beau regarder ça sous tous les angles, Siam lui paraissait différent, il semblait n’être plus le même que lors de leur première rencontre. Bien sûr, elle aussi avait changé, si du moins on pouvait appeler ainsi le fait qu’elle ait ouvert les yeux sur l’un des aspects de Sphéra, mais lui… Lui semblait presque sincère. Pendant les rares moments où elle l’avait regardé dans les yeux, avant de détourner le regard pour éviter une nouvelle bouffée de colère, elle n’avait pas vu la moindre lueur malsaine et amusée comme celle qui l’avait tellement mise mal à l’aise avec Scarlet. Alors se pourrait-il que… ? Non, c’était impossible. Purement impossible. Et cette absence de mensonges, depuis tout à l’heure… Elle ne pouvait pas y croire. Elle réfléchissait trop ces derniers temps, ça lui montait au cerveau, et elle croyait voir l’inverse de ce qu’elle savait partout. Troublée, elle secoua légèrement la tête pour chasser ces idées étranges, et se concentra sur les progrès de Morgane dans le façonnage de boules de neige.

Et elle en avait fait, des progrès. Tout à l’heure à peine capable de retenir la poudreuse entre ses doigts, voilà que les mains gantées de son amie venaient de donner naissance sous ses yeux à une sphère parfaite, compacte, le genre qui demandait habituellement des années et des années d’entraînement, avec des hivers suffisamment longs pour que l’on ne perde pas trop la main de l’un à l’autre. De quoi rendre l’Alzienne fière de ses talents en tant qu’enseignant, ou plutôt de quoi la rassurer sur les talents de son élève. Avec de telles munitions dans leur camp, nul doute qu’elles allaient pouvoir terrasser Siam de toute la puissance dont elles disposaient, quand bien même il aurait un allié aussi puissant que Mr Rabbit. Oui, sauf que. Sauf que sitôt son projectile, Morgane, comme un papillon, s’envolait jusqu’à son prince charmant, impatiente de lui montrer le visage souriant qu’elle avait créé de ses propres mains, récupérant au passage la peluche qui l’attendait sagement sur le banc. Et voilà qu’elle s’asseyait, ses mollets rougis par le froid se mêlant à son manteau, toute de rouge vêtue, avec les flocons qui se perdaient dans ses cheveux, on aurait dit un Mère Noël un peu trop pressée d’aider son mari dans sa tournée. Mais surtout, elle riait de nouveau, leur union, pour contradictoire qu’elle soit, avait porté ses fruits. Et alors que Lawena se relevait, prête à entamer cette bataille d’anthologie qui, bien qu’elle n’en soit pas réellement bien consciente, risquait d’être la dernière guerre pacifique que connaîtrai la ville, voilà que le petit chaperon rouge reprenait la parole du haut de son trône, voilà qu’elle se disait lassée de ce jeu, qu’elle réclamait de nouvelles distractions.

Le projectile qu’elle s’apprêtait à lancer s’envola dans son dos alors qu’elle le jetait par-dessus son épaule, pendant qu’elle regardait autour d’elle à la recherche d’une nouvelle activité à même d’amuser son amie. Après tout, Alzen était sa ville, c’était à elle qu’on avait demandé un changement de programme, et malgré tous les doutes qui l’assaillaient depuis tout à l’heure, elle se doutait bien que Siam ne lui viendrait pas en aide. Vite, trouver quelque chose, et surtout, que ce quelque chose ne mette personne en concurrence, Morgane l’avait dit, elle ne voulait pas être contre eux, même si ce n’était qu’un jeu. C’est alors que le regard de Lawena se posa sur Mr Rabbit que Morgane tenait toujours serré contre elle, et qu’une idée lui vint. Son sourire s’agrandit encore un peu alors qu’elle demandait à son amie, d’une voix soudain chargée de mystère :

    - Dis-moi, Morgane, je ne t’ai jamais parlé du lapin blanc de l’hiver ? On raconte qu’il n’apparaît que lorsqu’il neige tellement que les aéronefs ne peuvent plus voler, comme aujourd’hui, et qu’il peut exaucer quatre vœux, n’importe lesquels. Mais pour ça, il faut d’abord trouver sa tanière, qui est cachée quelque part dans Alzen, et elle est très bien cachée, parce que tous les hivers, des tas de gens essayent de le trouver, mais personne n’a jamais réussi… Qu’est-ce que tu en dis, on part à sa recherche, toi, Siam, Mr Rabbit et moi ? Ça tombe bien, on est pile quatre, ça nous fait un vœu chacun !


Bien sûr, entendre sa propre voix résonner n’avait rien d’agréable, mais c’était là un prix facile à payer pour l’invention d’une légende urbaine et la perspective d’amuser son amie…




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Dim 30 Oct - 1:21

Ce n'était pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, c'était qu'en toutes circonstances, Mr Rabbit demeurait un repère sur lequel elle pouvait s'appuyer, même et surtout quand elle se trouvait dans un endroit qu'elle ne connaissait pas. Siam ne l'empêcha pas de récupérer cette peluche à qui elle tenait temps. Cette peluche qui était constamment présente afin de lui rappeler le pacte qu'il avait fait avec Morgane, la raison de son attirance pour cette jeune fille. Les sentiments qui en résultaient devaient d'ailleurs grandement étonner Lawena car il n'avait pas proféré un seul mensonge.

Morgane demeurait un idéal de paix et de sérénité humaine. Elle refusait la guerre et la compétition extérieure, semblant vouloir créer une journée amicale.
Peut-être parce qu'elle était déjà assez en lutte contre elle-même sans avoir besoin de se buter contre les autres. Ce caractère nouveau plaisait à Siam. Il lui semblait chaque seconde rencontrer une nouvelle fois Morgane. Mais même si la personne n'était jamais la même par rapport à ses idées, ses souvenirs, il en tombait amoureux à chaque instant. Il demeurait un élément dans chacune des multiples personnalités de Morgane. Un élément qui changeait tout, qui lui permettait de reconnaître en chaque rôle l'âme de celle qu'il aimait.
Elle était éperdue d'une tendre violence.

Aujourd'hui, pour la première fois depuis des années, il lui sembla s'éveiller d'un long rêve. Comme s'il n'avait vu de Morgane que la surface.

Lawena lui inventa une délicieuse comptine à l'entente de laquelle il se surprit à sourire. A l'orphelinat, on leur racontait beaucoup de comptes de ce genre, pour les intimer à garder espoir ou au contraire afin de les dresser pour qu'ils ne fassent pas de bêtises.
Peut-être que les rêves et l'imagination nous faisaient plus grandir qu'on le croyait ? Peut-être que Morgane avait tout compris depuis le début ?
Soit, il voulait grandir, lui aussi.

Aussi naturellement que si les deux jeunes demoiselles avaient été ses sœurs, il se fraya un chemin entre elles deux, la bandoulière de son sac passée en travers de son corps, puis saisit une main pour chacune d'elles. Il faisait sombre. Il faisait, gris, blanc et noir à la fois, car dans son cœur tout semblait s'éclaircir le temps d'un conte.
Siam n'avait pourtant jamais eu un aussi bon sens de l'orientation.

Il s'avança dans une route prise au hasard de son intuition, d'un hasard qu'il devinerait peut-être calculé, plus tard. Il se fraya un chemin dans la mer immobile, neigeuse et glaciale. Il la perçait avec la facilité d'une lame parce qu'il n'y faisait pas attention. Il était dans son monde, le monde de Lawy, le monde de Morgane. Il était au carrefour de leurs imagination et il décidait maintenant de poursuivre leurs histoires.
Le temps d'une giboulée de neige.


-Ce qu'on oublie de raconter, c'est que chacun possède son propre lapin blanc et, qu'à notre manière propre, nous sommes tous une tanière plus ou moins ouverte sur le monde. Il suffit de choisir d'accueillir ce lapin et de croire très fort en ce que nous voulons.

Je crois surtout que nous ne devons pas chercher le même lapin. Nous devons chercher chacun un espoir différent et lui ouvrir notre cœur afin qu'il puisse avoir des chances de se réaliser. Et si nous lui offrons un environnement propice, je crois que des milliers de vœux peuvent se réaliser.


Un rayon de soleil traversa les nuages.
Il s'était arrêté de neiger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Dim 30 Oct - 12:52

«My Creation»
Elle se laissa capturer et entraîner au milieu de ces vapeurs glaciales mais tellement tendres et agréables. Comme dans un rêve. Comme dans un joli conte qu'ils essayaient tous d'écrire juste pour elle. Juste pour qu'elle se sente bien. Pour la réparer finalement et définitivement. Elle se laissait faire, petite princesse écarlate, son visage de porcelaine illuminé de toute cette attention qui était tellement palpable. Partout dans l'air. Partout dans son cœur. Elle ferma un instant les yeux, pour le plaisir de visualiser leur course plutôt que de l'observer avec son regard flou. Pour le plaisir d'imaginer comment elle se faisait guider, profitant de cette main qui tenait la sienne. Ça ne semblait pas grand chose, mais c'était puissant d'une profonde symbolique pour ce petit être. C'était ce lien dont elle avait tant rêvé. C'était cette clé qui ouvrait enfin cette porte qui riait et la narguait depuis tant et tant d'années. Ça grinçait un peu, au début, mais au moins, ça s'ouvre. Et c'est déjà ça.

Elle se nourrissait de tous les mots qui lui étaient destinée, comme une belle rose fanée qui se veut ressuscitée en se gorgeant d'un Soleil brillant et souriant. Pour ce cœur qui avait l'habitude d'être tant affolé et déréglé, c'était une paisible bouffée d'air qui l'assistait et l'aidait à aller mieux. À se raccommoder. Des jolis fils transparents qui ne faisaient même pas mal. Pas comme une piqûre. Un soupir silencieux témoin d'une profonde satisfaction intérieure fila entre ses lèvres, simplement symbolisé par cette brume amicale d'une blancheur empreinte d'une si douce quiétude.

Sans un son, elle les intima de s'arrêter, au milieu de ce vide. Les percées du disque qui rayonnait dans le ciel commençaient à faire un peu plus briller la surface de la poudreuse, alors que le calme régnait toujours en absolu maître au milieu des rues désertes. Elle glissa sa peluche sous son haut, laissant sa petite tête dépasser de son col et ses grandes oreilles lui effleurer les joues. Puis, ce fût à son tour de prendre leurs mains, se tenant droite entre eux deux, ses yeux pourpres levés vers le Ciel.


«Moi, je pense que...»

Elle ferma un instant ses paupières sur une profonde inspiration avant de les rouvrir vivement.

«Je pense que j'ai déjà eu la chance de trouver tout ça. En fait, c'est comme si tout avait toujours été là, mais parfois il manque juste quelque chose.»

La petite princesse cachée, d'habitude tellement colérique dans le petit coin qui lui est réservée, loin, loin au fond de tout son cœur. Elle aussi elle a eu la chance d'avoir son propre environnement. De le découvrir et de le créer.

«Mon vœu à moi, il a longtemps été mort. Parce que je ne peux pas l'arroser moi-même et que personne d'autre ne le voulait. En fait je l'avais oublié. Il était perdu au fond de sa tanière. De sa tombe que j'avais creusée avec l'aide de tous ceux qui me regardaient de loin.»

Elle baissa la tête, laissant de nouveau ses yeux clos alors qu'elle resserrait l'étreinte qu'elle exerçait sur la main de Siam et celle de Lawena. Perdue dans la douce fourrure de sa peluche, elle respira un instant son agréable odeur de rêveries.

«Et puis on m'a aidée à le chercher et à le retrouver. Et maintenant j'essaie de m'aider aussi, moi-même. Je ne l'oublie pas et je l'entretiens. Et puis maintenant je me dis qu'il va peut-être se réaliser...»

Elle laissa leurs mains voguer vers la liberté alors qu'elle reprenait entre ses doigts Mr. Rabbit, le levant au niveau de ses yeux.


«Parce que maintenant on est plus tous seuls, hein Mr. Rabbit ? Il y a des gens pour nous tenir compagnie.»

Elle le serra contre elle. De nouveau. Mais cette fois, c'était comme tous les serrer contre son cœur.






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Dim 30 Oct - 15:03

Les rayons qu’un timide soleil tentait de faire passer à travers les nuages se reflétaient sur la neige, sur les surfaces de verre des immeubles, sans fin. Autour d’eux trois, tout scintillait dans un silence absolu, on n’entendait plus les cris des enfants et, à cet instant précis, Lawena aurait pu croire à un autre monde, qui n’appartiendrait qu’à eux trois, où les tensions entre Karnevalien et l’empire n’existeraient pas, où personne ne serait en prison pour des raisons futiles, où tout ne serait que paix et beauté. Une utopie, condamnée à ne vivre que dans leurs imaginations, que dans cet instant paisible où, comme des grands enfants, ils partaient à la recherche de ce lapin qui exauçaient les vœux.

Et elle les suivait dans cette marche folle dans la neige, se laissait guider par la main de Siam, par ses mots, oubliant même qui il était, pourquoi elle ne pouvait penser à lui sans se mettre en colère. Pour l’instant, il n’était qu’un guide, le troisième membre d’un trio fondateur d’un monde de paix, ou peut-être le premier, le deuxième, qu’importe, ils étaient à égalité, mais il était le premier à avoir entrouvert la porte qui y menait, et tant qu’elle ne se serait pas refermée, alors peut-être que l’entente entre eux ne serait pas que factice. Et puis surtout, il y avait ses paroles, qui lui parlaient tellement, à elle qui à peine quelques semaines avant se contentait de vivre sans se douter de ce qui l’entourait, toute occupée à son petit quotidien, à ce qu’elle allait manger le soir-même, à la prochaine sortie avec ses amis… Maintenant, ses priorités s’étaient bousculées, elle ne savait même plus de quoi serait fait le lendemain, si elle allait tenir encore longtemps à surveiller ces interrogatoires alors qu’elle savait ces supposés rebelles innocents mais que rien de ce qu’elle disait n’y changeait quoi que ce soit, elle ne savait plus, et rêvait de revenir en arrière, avant ce jour où elle était descendue à Opale.

Puis voilà qu’ils s’arrêtaient, que Morgane, en lui prenant la main, refermait le cercle, les rassemblait dans cette bulle qu’ils avaient créée, le temps d’une quête, le temps de la recherche de ce lapin, de ces lapins, de tous les lapins. De tous les espoirs. Et pendant qu’elle parlait, Lawena, elle, avait du mal à reconnaître la voix de son amie dans ces paroles au ton si grave, et pourtant tellement emplies d’espoir, du souhait de trouver enfin ce vœu et de le réaliser. Et pendant que les doigts de son amie lâchaient les siens, Lawena se sentit frissonner, pas vraiment de froid, mais plutôt de peur de s’élancer dans tout ça, et à son tour elle laissa celle de Siam retomber, pendant que ses bras s’enroulaient autour de son torse, comme pour se réchauffer, se redonner du courage. Parfois, la paix pouvait faire plus peur que la guerre.

    - En fait… Ce qui compte, ce n’est pas vraiment de trouver le lapin. Le plus difficile, c’est surtout de savoir lequel on veut chercher, de savoir ce que l’on désire vraiment. Et ensuite, ce qui est vraiment important, ce n’est pas le moment où on le trouve, c’est ce jusqu’où on est prêts à aller pour l’avoir.


Un instant, elle leva les yeux au ciel, observant la lente victoire de l’azur qui, tout autour du soleil, grignotait les nuages, lentement, tout doucement, avec une patience infinie, comme un message pour leur dire que tout n’était pas perdu, que le bonheur pouvait toujours gagner.

    - Par exemple, certains auront pour but d’être riche, puissants, et pour ça ils seront prêts à tout, même à sacrifier des vies, parce que tout ce qui compte pour eux c’est leur but, le chemin ne les intéresse pas. Pourtant, quand ils auront réussi, quand ils auront l’argent et le pouvoir, ils seront malheureux. Alors ils penseront qu’ils n’en ont pas assez, en voudront toujours plus, et seront toujours plus tristes. Mais si ils s’étaient arrêtés en chemin, si ils avaient réfléchi, si ils avaient fait attention aux autres, alors peut-être qu’ils se seraient rendus compte qu’il fallait qu’ils stoppent ça, qu’ils cherchent autre chose, que leur bonheur n’était pas là. Et maintenant c’est trop tard…


Elle avait baissé la tête, comme si au fur et à mesure, ses paroles s’appliquaient à des situations réelles, comme si elle se rendait compte de la vérité de ce qu’elle avait pris comme une situation extrême. Pourtant, alors que ses bras se resserraient encore, une dernière phrase lui échappa, tout bas, comme un dernier aveu.

    - J’aimerai bien savoir lequel c’est, mon lapin à moi…





Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Mar 1 Nov - 22:57

Jamais Siam n'aurait imaginé que, en proposant sa propre vision d'une simple légende inventée de toutes pièces par Lawena, il aurait déclenché une sorte de débat philosophique. Et dire que pour une fois, c'était l'empathe qui racontait des fables ! Siam ne put que lui jeter un regard amusé mais son sourire s'effaça lorsqu'elle désespéra de trouver ce fameux vœu qu'ils avaient personnifié d'un lapin. Il soupira, laissant s'échapper d'entre ses lèvres un filet de vapeur qui s'évanouit dans un rayon de soleil naissant.

-C'est bizarre, que vous parliez de désir. En art, le lapin est le symbole du désir. Le lapin est coquin, sournois. Et il file si on ne sait pas saisir l'occasion de l'attraper.


Comme lui-même, dans sa quête de lapin mauve, s'était enfui parce que Morgane à l'époque, n'avait pas voulu de lui.

-Je pense que le Lapin est comme toute chose perdue. On la trouve quand on ne la cherche pas, elle nous tombe dessus quand nous nous y attendons le moins. Je crois qu'avoir un désir est suffisamment important. Ensuite il suffit d'attendre car il est possible que si nous souhaitons avoir quelque chose trop vite, nous nous battions jusqu'à l'essoufflement alors qu'il suffisait simplement d'attendre qu'elle intervienne par elle même dans notre vie.


En expliquant ceci comme on donne une leçon à des enfants à l'école, il s'inspirait de sa propre expérience avec Morgane. Lui était tombée vite amoureux d'elle mais ne le savait pas encore. Et il cherchait jour et nuit quelque chose pour lui tirer de sa déprime et lui donner envie de vivre. Il avait choisi Lust, qu'il avait cherché partout, dans tout Sphéra, suant sang et eau, essuyant de multiples défaites. Alors que Morgane était là et qu'elle l'attendait...


-On n'a pas de Lapin inné. Il change tout le temps car nous auront toujours des désirs différents. Cependant, ils constituent un but lui même inaccessible. Car si nous avons une raison de vivre et qu'elle est atteinte, pourquoi ne pas mourir puisqu'on a plus rien à accomplir ?

Ne pas trouver son Lapin c'est justement s'assurer de rester en vie, de toujours nourrir une passion pour quelque chose sans jamais l'atteindre, attisant notre désir au fil des années. C'est humain, quand on désire quelque chose avec ardeur, et qu'on l'obtient, elle perd aussitôt tout intérêt.


Ne pouvant atteindre la main de Morgane, il posa une main sur son épaule qu'il serra furtivement d'une main cadavérique, n'ayant pas remis ses gants. Ah tiens, il les avait oubliés sur le banc !

-Cela ne veut pas dire qu'on éprouve plus d'intérêt pour une personne qu'on aime une fois qu'on s'est saisi de son cœur. Aimer quelqu'un, c'est le reconquérir chaque jour, toujours vouloir en savoir plus sur lui et s'attaquer au fur et à mesure à des informations et réactions de plus en plus difficiles à obtenir. Afin que la passion ne s'éteigne pas.

Il ferma quelques instants les yeux alors qu'ils tournaient au coin de la rue, débouchant sur une grande place au centre de laquelle des enfants Alzéniens faisaient un bonhomme de neige.

-C'est pour cette raison que je pense que notre véritable Lapin c'est notre âme sœur. Un but sournois que l'on croit toujours avoir atteint mais qui ne fait que nous cacher des surprises encore plus grandes.


Il déposa de ses lèvres gelées un baiser glacé sur la joue de Morgane avant de sursauter sous l'effet d'un spasme parcourant sa main valide.


-Ah ! J'ai oublié mes gants sur le banc, je reviens !


Il tourna aussitôt les talons et disparut au coin de la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Mer 2 Nov - 0:25

«Loved to Death»

Elle resta un instant proche d'une fausse éternité à le regarder invisible dans le vide, comme un mirage qui passe et qui s'efface lentement, pour mieux briller dans son absence, dans sa présence désirée. Comme une peinture figée dans sa béatitude. Comme une figure abstraite à laquelle on aurait pour la première fois accordé une quelconque attention. Une lumineuse attention. Rayonnante dans son désespoir, presque illusoire maintenant. Une main tendue vers un joli rien, comme pour effleurer les dernières vapeurs qui restaient du passage de ces lèvres. Un soupir, juste en silence.

Et elle s'élance. Comme dans un nouveau Monde qu'elle dessine entre chaque pas, au milieu de chaque rayon de Soleil pâle. Un petit univers qui se dessine au milieu des traces qu'elle fait dans la neige. De nouvelles rêveries sucrées au bout d'un horizon doré. Comme une belle et agréable révélation. Un réveil idéal après une bien trop longue nuit. Juste un peu de bonheur en réalité. Une réalité où elle court, elle court comme elle le peut, comme elle en est capable malgré son corps fatigué. Comme vers un but à atteindre pour sa survie, par tous les moyens possibles d'un imaginaire désabusé. Une course juste pour un être qui n'était, il y a de cela quelques temps, qu'une simple ombre inexistante au milieu d'une inexistence.

Et elle était là cette ombre. Elle était toute proche la belle ombre. Elle l'atteignait, la douce ombre, du bout de son bras tendu. Elle la piégeait, l'ombre, juste pour elle, juste pour elle. Une capture dans les règles, dans un sursaut d'un égoïsme prématurément adulte. Le soubresaut d'un besoin obscur. Obscur. Comme l'ombre lumineuse qui lui faisait face. Et qui n'avait d'ombre que le lointain souvenir d'un costume mauve. Elle pensait sûrement, au fond d'elle-même, avoir l'air un peu idiote. Ridicule. Comme toujours, comme tout le temps depuis longtemps. Comme un droit interdit qu'on viole, les joues rougies.

Son cœur fût déconnecté le temps d'un battement raté alors que ses lèvres goût glace à la fraise se posaient sur celles, pleines de mystères, de Siam.

Un baiser d'une chaleur glacée qui aurait pu rester ainsi figé. Il le resta, peut-être un long moment, cela ne dépendait plus entièrement d'elle. Et puis elle se recula et le fixa un instant, du haut de son seul œil valide et visible entre ses mèches qui imitaient le Soleil. Un large sourire en guise de rayon.

Elle enroula les doigts gantés de sa main qui n'était pas occupée à tenir près d'elle l'autre élu pelucheux de son cœur autour de la seule main de son compagnon qu'elle pouvait piéger, comme pour lui offrir une moitié de chaleur dans sa longue quête pour la retrouver. C'était un magnifique vide qui résonnait dans sa tête et organisait ses pensées chaotiques. Comme une logique qu'on essayait de tisser pour expliquer l'irréalité d'une réaction. Réelle.


«Je suis contente d'avoir pu trouver un lapin pour me guider.»

Plutôt que de s'enfuir dans un nouveau revirement, elle resta accrochée à lui, comme si elle pouvait mourir immédiatement, sans cela. Une corde qui s'était nouée autour de son cou avec charme et tendresse, pour la pousser vers le bonheur. Sans pouvoir s'en détacher, fatalement.

C'était regard pour regard.

Avec une note enfantine qui sonnait bon l'habitude.


«Bon ! Moi et Mr. Rabbit on a pas froid, mais après avoir récupéré tes gants, on aimerait bien pouvoir boire quelque chose de chauuuud...»

Elle se tourna vers des mèches d'émeraude familières.

«Heiiin, oui, dis, Lawenaaaa, on peut aller quelque part comme çaaaa ? Juste un peuuuu !»






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Jeu 3 Nov - 17:43

Ils étaient partis. Presque aussi insaisissables que ce lapin à la recherche duquel ils étaient, Siam et Morgane s’étaient éloignés, l’un après l’autre, l’une sur les traces du premier, comme s’il lui était vital d’être toujours près de lui, comme si ce qu’elle ressentait avait dépassé la simple admiration mêlée d’une affection sans borne de Scarlet à l’époque. Alors oui, peut-être que Siam avait vraiment changé, peut-être qu’il y avait une véritable sincérité dans cette absence d’écho, et non un simple disfonctionnement ou une absence d’écoute. Non, celui qu’elle avait rencontré ce jour-là n’aurait pas pu prononcer des mots comme ceux de tout à l’heure sans virer au sarcasme, à partir duquel le mensonge n’était qu’à un pas, il n’aurait pas pu déposer avec tant de naturel un baiser sur la joue de Morgane, il n’aurait pas pu supporter sa présence, et elle n’aurait pas pu supporter la sienne. A l’époque, ils avaient passé l’après-midi à s’envoyer des regards assassins, à communiquer par des phrases en apparence anodines mais qui n’en cachaient pas moins de vraies déclarations de guerre. Alors qu’aujourd’hui, rien. Bien sûr, elle avait ressenti une vague de haine en le découvrant aux côtés de Morgane. Bien sûr, elle avait compris que c’était réciproque en voyant ses yeux, en entendant ses paroles railleuses sur sa tenue, en saisissant du coin de l’œil sa réaction lorsqu’elle avait proposé la bataille de boules de neige. Mais depuis, plus rien. Et elle ne comprenait pas ce qui se passait, comment cette opinion arrêtée des mois auparavant et ressassée pendant si longtemps avait pu changer ainsi du tout au tout en moins de vingt minutes. C’était impossible, incroyable, quelque chose devait clocher, il n’y avait pas d’autre solution. Des philosophes ayant vécu des siècles auparavant auraient parlé de perpétuelle remise en question des idées, de quête éternelle de la vérité, mais ils avaient vécu des siècles auparavant, et leur existence avait été rayée, plus rien ne subsistait d’eux, à peine peut-être une trace furtive dans l’inconscient collectif, pas assez en tout cas pour que Lawena ait la moindre idée de ces hypothèses. Mais elle réfléchissait tout de même, s’interrogeant sur ce soudain revirement de ses sentiments, qui perdurait alors même que l’impression de féerie ressentie quelques instants auparavant de dissipait lentement au fur et à mesure que les alzéniens, constatant que la chute de neige avait cessé, sortait prudemment le nez de chez eux. Pas à pas, le nez enfoncé dans son écharpe, elle suivait les empreintes que Morgane avait laissées, avançant doucement dans ce chemin qu’ils avaient déjà tracé à l’aller. Et puis soudain, au détour du bosquet qui cachait le banc sur lequel Siam avait, selon ses dires, oublié ses gants, une apparition. Le genre de scène que personne n’interrompt jamais, quand bien même l'un des acteurs serait son pire ennemi.

Parce qu’ils étaient beaux, tous les deux, caressés par un rayon de soleil, l’ange blond qui se penchait pour embrasser son homologue sombre, comme un cadeau, un message qui signifierait bien plus que ce que l’on voulait croire. Comme un de ces tableaux devant lesquels on retient son souffle, conscients de voir quelque chose qui nous dépasse, d’être sur le point de comprendre quelque chose qui nous échappe, une vérité qui nous révèlerait le sens de notre vie, mais qu’on laisse s’échapper, sur la pointe des pieds, parce qu’elle fait encore trop peur.
Et puis le charme se rompit, l’ange blond sépara les lèvres, et redevint Morgane, tout simplement, avec ses sourires d’enfants, et sa voix ramena Lawena à l’intérieur du trio, alors même que la scène dont l’alzienne venait d’être témoin l’avait éloigné d’eux. Un sourire se dessina sur ses lèvres en entendant la question de son amie.

    - J’allais justement le proposer ! Vous avez une préférence pour un endroit en particulier, tous les trois ? Il y a plein de petits cafés et salons de thé sympas par ici. Enfin, il y en a au moins un qu’il faut qu’on évite, je crois qu’ils ne seraient pas très heureux de nous voir arriver, Siam et moi…


Une nouvelle fois, son sourire se crispa. Elle venait… De sourire de cette après-midi. C’était tout sauf logique, et pourtant elle l’avait fait, et surtout, ne le regrettait même pas. Quelque chose clochait vraiment ce jour-là, mais impossible de trouver quoi. Enfin, vite, passer à autre chose, avant de se mettre à trop réfléchir.

    - Oh, je crois que je sais ! Il y a un nouveau établissement qui a ouvert il n’y a pas longtemps, je voulais y aller justement, pour voir un peu, c’est pas loin du tout. Un salon de thé un peu ″à l’ancienne″, comme il y en avait à l’époque d’Aziel à Amenthalys, avec des thés à tous les goûts possibles et imaginables, ça vous tente ?





Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Sam 5 Nov - 20:23

[Je me suis permise d'avancer concernant le prochain lieu qu'ils visitent, afin qu'on puisse rebondir toutes les trois plutôt que de faire des longues descriptions dans le vide. J'espère que cela vous conviendra.]

Le temps avait été suspendu l'espace de quelques secondes émouvantes et pourtant vides. Il n'y avait pas cru et lorsque les lèvres de Morgane se détachaient des siennes, comme la disparition d'un mirage, il n'y croyait toujours pas.
Il resta quelques instants abasourdi, regardant Morgane repartir en direction de Lawena aussi rapidement qu'elle avait accouru dans sa direction. La petite poupée sautillait dans la neige avec une telle habileté qu'il eût cru à un rêve bondissant, évanescent.

Pourtant, alors qu'il tournait les talons en direction du banc sur lequel il avait abandonné ses gants, la saveur de fraise glacée demeurait sur ses lèvres.
Morgane commençait-elle à prendre conscience de son humanité ? De leur amour ? Commençait-elle à se rendre compte que Siam comptait pour elle jusqu'à prendre soin de son corps ?

L'Opalien récupéra ses gants recouverts de neige mais ses mains se gonflaient tant et si bien qu'il ne put les enfiler de nouveau. Il les épousseta de leur poussière argentée avant de les fourrer dans son sac de toile. Puis il laissa derrière lui un gouffre de boules de neige et des traces qui déjà commençaient à se noyer dans la mer blanche.

Les deux jeunes filles, contre toute attente concernant Lawena, l'attendaient encore lorsqu'il reparut sur la grande place enneigée. Les enfants joueurs avaient disparus dans le froid éclairci, laissant derrière eux un bonhomme de neige qui semblait surveiller les alentours. Au dessus de leurs têtes, le ciel étendait sa propre mer d'un bleu azur sur le fond duquel se détachait une broche solaire illuminant la ville volante de son halo timide.

Le jeune homme saisit Morgane par la taille étant donné qu'elle était légèrement plus grande que lui et l'incita à partir d'un côté de la place, regardant Lawena du coin de l'oeil.


-Je pense que Morgane serait ravie d'y aller, c'est tout à fait son genre, pas vrai Morgane ? Par contre, il faudra faire gaffe avec elle, quand elle commence à manger, elle ne s'arrête plus !


Il s'avança d'avantage sur le chemin que leur présentait Lawena.

-Bon alors, on y va ?


Guidés par la demoiselle aux cheveux vert grenouille, les deux amants parcoururent les rues d'Alzen en direction du lieu recherché. Siam était certain d'avoir foulé quelques fois ces rues là ne serait-ce qu'en compagnie de son ancien amant, Sven, mais la neige, comme la nuit, lui donnait une tout autre vision de la ville volante.

Quelques minutes plus tard, ils débouchèrent dans une rue très étroite qu'il était certain de n'avoir jamais vue. Il lui sembla qu'ils avaient changé de ville.
Les voitures ne volaient pas. Les murs n'étaient pas d'acier. La route, recouverte de neige, semblait molle sous leurs pas.

Les magasins aux allures baroques n'étaient plus du tout les mêmes, comme s'ils avaient brusquement remonté le temps.
Et ils auraient peut-être du.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgane E. Adams
♠ Scarlet Psychopathy

♦ Inscription le : 07/05/2010
♦ Mes messages : 391
♦ Etoiles ★ : 201
♠ Humeur : Humeur glacée à la framboise.
♠ Emploi(s) : Rêveuse totale.
♠ Nationalité : Amenthalysien
♠ Karnevale : Maîtrise de l'Électricité -> Utilisation des charges électriques à disposition pour créer et manipuler l'électricité sous ses différentes formes.
♠ Sexualité & Statut : Sexualité totalement inconnue - Amoureuse rêveuse de Siam Pain.
♠ Mon rêve : Briser ce Monde de mes rêves.
♪ Fiche : ♥️Contradiction...
♪ RP(s) en cours : ♥️Mutilation...
♪ Relationships : ♥️Population...

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Dim 13 Nov - 17:00

«Set me Free»


Elle se laissa guider par les mèches émeraudes de Lawena, par sa chaleur et celle de Siam, au milieu de ce joyeux parcours enneigé. Effleurant du bout de ses doigts gantés une atmosphère bouillonnante dans sa jolie fraicheur. Son cœur battait la mélodie d'une heureuse sérénité retrouvée au milieu de vieux décombres, de morceaux déchirés d'une guimauve au rose délavé. Puis elle se retrouva un peu dans son monde. Celui qu'elle connaissait depuis si longtemps, comme depuis toujours à vrai dire. Une peinture qu'elle avait améliorée pour elle-même dans son être tout entier. Pour que cela lui ressemble un peu plus, toujours un peu plus. Et c'était ça, au détour de deux gigantesques immeubles d'acier aux murs recouverts d'une vaste couche technologique. Au détour d'une rue pavée de pierres presque virtuelles, un petit univers amenthalysien au milieu de cet océan alzenien.

Un large sourire se dessina sur le visage de la demoiselle, alors que son œil couleur rubis brillait d'un éclat merveilleux entre deux mèches d'un blond pâle. Elle fût la première à prendre les devants. Serrant contre elle son compagnon pelucheux, aristocratique animal amenthalysien, elle poussa la porte du salon de thé qui attirait de ses subtiles parures sont regard impatient. Un air qu'on aurait dit importé de la capitale l'ensorcela alors que ses chaussures enneigées foulaient le sol de l'établissement. Elle ferma un instant les yeux pour mieux s'en imprégner, avant de les rouvrir pour pouvoir déguster du regard ce lieu. Et, les conditions météorologiques étant ce qu'elles sont, elle remarqua avec le plus grand plaisir qu'ils y seraient, à l'instant, les seuls clients. Comme un univers qu'on leur offrait tout entier. Encore une fois.

Avec la juvénile précipitation qui la caractérisait pour le moment, elle se dirigea en sautillant vers ce que son esprit avait décidé être la plus belle table. Celle dont les riches boiseries se trouvaient au fond de la grande salle, et dont les chaises avaient laissé place, côté mur, à une magnifique bordure de velours. Un banc de doux luxe sur lequel elle s'empressa de s'assoir, sa peluche sur ses genoux, alors qu'elle déposait à côté d'elle ses gants et déboutonnait son manteau sur une robe de dentelles roses.

Se frottant ses mains pâles, autant d'excitation et d'impatience que pour les réchauffer quelque peu, elle laissa le temps à ses compagnons de la rejoindre avant de très vite entreprendre d'appeler l'un des serveurs. Elle découvrait seulement cet endroit, mais elle avait déjà l'impression d'être un peu comme chez-elle. Aussi, les rituels allaient-ils être les mêmes. Méthodiques. Elle commanda un thé à la rose pour elle, et un second pour sa peluche, ainsi qu'un gros bocal de sucres. Elle avait également remarqué avec grande satisfaction que, en bon salon de thé, ils avaient un large choix de pâtisseries. Aussi demanda-t-elle un peu de tout.

Et puis son regard se tourna vers ses compagnons du moment, alors qu'elle tirait de la poche de son manteau un porte-feuilles couleur lilas, qu'elle ouvrit pour s'assurer que ses beaux billets étaient encore dedans. Et grand Dieu qu'il y en avait. Un large sourire illumina son visage d'ange.


«Bon, moi et Mr. Rabbit on a décidé qu'on allait tout payer, alors vous pouvez prendre tout ce que vous voulez heiiiiin ! Ça nous fait plaisir.»

Les gens avaient tendance à oublier que, malgré tout, elle restait une aristocrate. La richesse qui allait avec en prime. Ce n'était pas vraiment amusant de gérer tout ça, mais elle savait l'utiliser pour se faire plaisir. Et là, elle voulait également faire plaisir aux autres.

En attendant qu'ils fassent leur choix et qu'ils soient tous servis, elle reporta son attention sur sa fière peluche, tenant le riche lapin par la taille, balançant elle-même sa tête blonde de gauche à droite, dans un rythme jovial qu'elle se récitait à elle-même.


«C'est une bonne journée, hein Mr. Rabbit ?»






Spoiler:
 

Autres comptes: Arabelle O'Malley, Roxanne d'Essling, Lou A. Lockhart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Lun 5 Déc - 13:45

Lawena devait bien le reconnaître, l'endroit, à l'opposé des cafés qu'elle avait l'habitude de fréquenter quand son thermos était vide et que le manque de caféine commençait à se faire ressentir, était splendide. Avec un petit sourire, elle se dit qu'il s'agissait du genre d'endroit dans lequel Arabelle aurait pu l'emmener quand elles se voyaient, que ce soit dans la capitale où sur la ville volante. D'ailleurs, peut-être qu'elle devrait l'y emmener, la prochaine fois que l'aristocrate monterait… Oui, cela lui plairait sûrement, il y avait ici un charme distingué, un discret parfum d'élégance qui convenait parfaitement à l'image que l'Alzénienne avait de son amie musicienne. Sauf qu'un léger détail, se rappelant à son bon souvenir, interrompit brusquement ces beaux projets. A priori, elle ne reverrait pas son amie avant que ces chères forces de l'Empire ne la laissent tranquille, autant pour ne pas lui attirer d'ennuis que parce qu'on ne la laisserait jamais quitter Alzen. Bien triste réalité qui écrasait même les plus insouciants projets, et qu'elle aurait préféré pouvoir oublier un peu plus souvent. Le sourire sur les lèvres de la jeune fille se fana un peu, mais elle se reprit bien vite. Pour le moment, elle avait droit à un moment de répit, l'un des rares instants où elle pouvait simplement profiter du temps qui passait sans se demander sans arrêt combien d'innocent on allait encore interroger pendant des heures sous ses yeux en attendant qu'on lui demande si ils disaient la vérité ou non. Même la présence de Siam ne la dérangeait plus, elle avait décidé de l'accepter, pour cette journée, juste pour pouvoir savourer la bouffée d'innocence que Morgane lui apportait.

Aussi s'installa-t-elle dans un énorme fauteuil qui semblait n'attendre qu'elle pour lui offrir la douceur moelleuse de ses coussins, de l'autre côté de la table qu'avait choisie son amie. Amie qui d'ailleurs passait une commande pour le moins surprenante, celle d'une enfant trop gourmande aurait-on pu dire, mais qui au moins avait les moyens d'assumer sa gourmandise, comme le montrait l'argent que l'on apercevait dans le porte-monnaie alors qu'elle invitait les deux autres membres du trio à ne pas se gêner et à faire de même. Et puis après tout, pourquoi pas ? Pour la première fois, Lawena réalisait qu'au fond, elle ne savait pas grand-chose de son amie, si ce n'était qu'elle aimait les histoires lorsqu'elles étaient bien racontées, qu'elle ne quittait jamais sa peluche, qu'elle venait d'Amenthalys, et qu'elle semblait parfois vivre dans un monde à part, plus enfantin, détaché des réalités de Sphéra. Et au fond, cela convenait à l'Alzénienne. Elle n'avait jamais eu besoin de plus pour apprécier la jeune fille, pourquoi cela changerait-il ? Parce que sa vision des choses avait changé, parce qu'elle avait ouvert les yeux sur ce qu'était réellement l'Empire ? Et alors ? Morgane n'avait pas changé, elle. Et dans une amitié, c'était bien ce qui comptait. Accepter l'autre tel qu'il était. Ce qui était d'autant plus facile pour Lawena qu'elle connaissait la parfaite sincérité de son amie, et que cela lui suffisait.

Le serveur apporta une carte qu'elle parcourut attentivement. Ici, pas question de commander un simple café, venir dans un salon de thé pour cela aurait été parfaitement stupide, pour ne pas dire déplacé. Les choix étaient multiples, pour ne pas dire infini si l'on considérait le fait que, pour chaque thé commandé, une pâtisserie était servie, et Lawena ne connaissait pas la plupart des noms élégamment imprimés sur le papier glacés. Sans doute s'agissait-il d'épices opaliennes trop raffinées pour être parvenues jusqu'à elle, de saveurs distinguées qui en général étaient réservées aux classes plus hautes que son bas prolétariat. Dans un premier temps, elle fut tentée de se rabattre sur les dénominations qui lui évoquaient quelque chose, comme par exemple cette tisane à la poire caramélisée, puis, finalement, décida de se lancer à l'aventure dans l'inconnu. Quitte à avoir à sa disposition des goûts inconnus, autant les essayer. Qui sait, elle aurait peut-être une bonne surprise. Un choix au hasard, un sourire au serveur, et elle passa commande.

    - Pour moi, ce sera une… Tisane Pomolone, c’est bien ça ? Et un éclair au café.


Elle voulait bien essayer, mais qu’on ne lui refuse pas trop sa drogue, quand bien même des spécialistes auraient montré que la théine est aussi efficace que la caféine. Elle se tourna ensuite vers son amie, heureuse de voir son insouciance et sa joie de vivre qui la distrayaient un peu de ses soucis du moment.

    - Si Mr Rabbit s’amuse autant que moi, alors il doit passer une vraiment bonne journée ! Qu’est-ce que tu en penses, Siam ?


Sans cette journée, peut-être qu’elle n’aurait jamais pu parler à l’Opalien aussi naturellement. D’ailleurs, peut-être même que si elle le recroisait le lendemain, leur animosité mutuelle serait réapparue. Mais le pouvoir de la neige, associé à une joie de vivre presque enfantine, pouvait beaucoup pour améliorer les relations.




Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Mar 27 Déc - 22:31

Si l'endroit satisfaisait ses congénères, il ne plaisait guère à Siam, même si celui-ci ne le montrait pas ; il ne voulait pas froisser une Morgane qui semblait si heureuse. Pour une fois qu'il était sincère avec une femme et qu'il ne pensait pas qu'à lui faire du mal ou à lui dérober quelques diamants !
Tout à coup, son cœur se serra. Il repensa à sa petite poupée préférée, aux rubans violets et aux yeux parme, scintillants d'une admiration inégalée envers lui. Cette admiration qui avait tant débecté Lawena quand elle avait enfin découvert qui il était. Cette admiration qui s'était éteinte un soir d'avril.

Le carton que lui présenta le serveur l'arracha à sa nostalgie morbide. Il faillit le laisser tomber mais reprit vite contenance pour ne rien laisser paraître.
La contemplation de tous les breuvages les plus immondes qui puissent exister chassa ses tristes pensées pour une émotion tout aussi forte que fut celle du dégoût. Il détestait cet univers d'apparences et se demandait encore comment il avait fait pour y appartenir, avant son séjour à l'hôpital psychiatrique d'Amenthalys.
D'ailleurs, il n'avait jamais vraiment aimé l'univers plastique dans lequel Morgane était enfermée vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Il commanda un thé dont il avait déjà oublié le nom lorsqu'il rendit la carte au serveur. C'était juste pour faire plaisir à Morgane afin qu'elle ne se froisse pas. En revanche, il savait qu'il ne pourrait rien manger tant l'ambiance actuelle le mettait mal à l'aise.
Que Lawena le veuille ou non, il voulait tirer les choses au clair avec elle et cela même si Morgane le foudroierait par la suite ; elle l'aimait de toute façon trop pour vouloir le tuer.


-Oui,
assura-t-il, cette journée se passe bien mieux que je ne l'aurais cru.

Il se demandait pourquoi Morgane avait voulu les traîner dans cet espèce de maison de poupées alors qu'elle pouvait tout aussi bien s'adonner à la prise d'une tasse de thé chez elle et ce, sans débourser le moindre centime. Peut-être était-ce sa manière à elle de leur faire plaisir, puisqu'elle avait encore trop de mal à exprimer ses sentiments. Il n'oserait la blâmer tant il connaissait cette conduite...

Le serveur vint une nouvelle fois perturber ses pensées avec une telle brutalité qu'il faillit répliquer mais tenta de se contenir alors qu'il lui glissait quelques mots à l'oreille. Passé un certain seuil de consommation dans le salon, les clients pouvaient avoir droit à une animation gratuite. Le serveur voyait cela comme une excellente idée de séduction de ces demoiselles tandis que Siam eut soudain une idée pour se retrouver seul avec Lawena.
Il ne suffirait que de quelques secondes.

Siam se leva en acquiesçant et s'approcha de Morgane sur l'épaule de laquelle il posa une main douce avant de se pencher dans sa direction pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille.


-Ma chérie, je te laisse quelques secondes avec Mademoiselle Poupinette, c'est une Lapine très gentille qui va prendre soin de toi le temps que je dise un secret à Lawena pour ton cadeau de Noël, d'accord ?


Il lui adressa un clin d'œil avant de se redresser. Il avait plus ou moins menti mais il ne pouvait pas dire devant elle qu'il voulait évoquer avec Lawena les obsèques d'une défunte qu'elle n'avait pas connu. Elle ne pourrait pas comprendre.
Il espérait en revanche que Lawena ne se formaliserait pas.

-Lawena, si tu peux me suivre s'il te plaît, il faudrait que je te parle en privé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Lun 30 Jan - 13:45

Il avait suffi d’un rien, d’une phrase, d’un groupe de mots résonnant de manière incongrue pour que la petite bulle d’insouciance dans laquelle Lawena avait réussi à s’entourer depuis le début de la matinée éclate comme une bulle de savon qu’en enfant aurait touchée du doigt. Elle aurait dû s’en douter, pourtant, que cela ne pouvait pas durer, que par les temps qui couraient, il était difficile d’écarter longtemps la réalité, de dire à ses problèmes de s’éloigner, qu’on reviendrait les chercher plus tard, après avoir fait le plein de bonheur. Ils se rappelaient toujours à votre bon souvenir plus rapidement que ce que l’on aurait souhaité, démontrant s’il en était encore besoin qu’ils étaient plus fort que vous. Mais surtout, il ne fallait pas qu’ils vous le rappellent d’une manière agréable. Non, la redescente sur Sphéra devait se faire de la manière la moins plaisante possible, pour bien vous rappeler leur supériorité.

Pour Lawena, ils avaient choisi Siam comme vecteur. Siam qu’elle commençait à supporter à défaut de pouvoir vraiment l’apprécier, Siam dont elle saluait en silence la sincérité envers Morgane, si opposée à l’hypocrisie mielleuse dont il avait abreuvée Scarlet lors de leur première rencontre, Siam qui venait de se faire s’effondrer tout cela en faisant résonner de nouveau sa voix d’un mensonge. Alors bien sûr, elle comprenait. Sans aucun doute, le sujet dont Siam souhaitait l’entretenir était à ne pas évoquer devant Morgane, quand bien même il ne s’agissait pas de son cadeau de Noël, l’Opalien avait proféré ce léger mensonge afin d’éviter de longues explications, ou peut-être parce qu’elle ne devait pas connaître la véritable raison de cette aparté. Bien sûr qu’elle pouvait comprendre cela, toute vérité n’était pas forcément bonne à dire. Et pourtant, tout en se levant pour le suivre, elle ne put retenir une grimace. Parce que même si elle comprenait les raisons de certains mensonges, même si elle en usait parfois elle-même quand il le fallait vraiment, rien ne pouvait l’horripiler plus que d’entendre une voix résonner. Comme un réflexe donné par trop d’années à saisir à quel point le monde était rempli de menteurs.
Le serveur, au sourire professionnel collé sur les lèvres, leur ouvrit la porte d’une salle privée, dans laquelle ils pourraient, selon ses dires, discuter sans crainte, la salle étant insonorisée. De plus, s’ils avaient besoin de quoi que ce soit, il leur suffirait d’appuyer sur la petite sonnette juste ici, à côté de la porte, et il viendrait aussitôt à leur service. Il se retira ensuite, refermant le battant en douceur afin qu’il n’émette pas le moindre bruit. Sitôt qu’il fut sorti, Lawena s’installa sur l’immense canapé de velours rouge, les bras croisés, puis planta son regard dans celui de Siam.

    - Tu avais quelque chose à me dire ? J’espère pour toi que cela valait le coup de mentir.


Sa voix était assurée, mais quelque part au fond d’elle, une petite voix lui disait que c’était l’occasion ou jamais de lui dire tout ce qu’elle pensait, ce qu’elle n’avait pu révéler ce jour-là au café, avec Scarlet, d’avoir enfin cette conversation qu’elle n’avait pas eu la force de lancer le jour de l’enterrement, quand elle l’avait aperçu au milieu de la foule venue dire au revoir à son amie. Mais d’abord, l’écouter, elle aviserait ensuite. Il avait quelque chose à lui dire ? Qu’il parle, alors.

[Je. Désolée du retard, et en plus c'est pas génial mais bon, euh, je. J'ai pas d'excuses en plus.]



Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siam Pain
❤ Co Administratrice, même pas peur!

♦ Inscription le : 16/04/2010
♦ Mes messages : 794
♦ Etoiles ★ : 1363
♠ Humeur : Provocateur
♠ Emploi(s) : Chasseur du Désert
♠ Nationalité : Opalien
♠ Karnevale : Semi Transformation en Guépard
♠ Sexualité & Statut : Indécise - Victime de Morgane E. Adams
♠ Mon rêve : Venger ma soeur
♪ Fiche : ICI
♪ RP(s) en cours : ♥️
♪ Relationships : Un câlin ?

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Ven 10 Fév - 21:24

Le jeune homme saisit sa veste lorsqu'il vit Lawena amorcer un geste pour se lever. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit si coopérative ; son espoir se fit plus lourd lorsqu'elle reprit la parole avec le ton habituel qu'elle utilisait avec lui.
Jamais elle ne lui aurait pardonné ce qu'il s'était passé avec Scarlet. L'Opalien agrafa son manteau avant de répondre. Il s'appuya contre la vitrine et enfonça ses mains dans ses poches. Une brise s'était levée, faisant voleter ses longs cheveux violets, la couleur préférée de son ancienne amante
.

-Tu es aussi hypocrite aujourd'hui que je l'ai été autrefois.

Ses doigts cherchèrent la pipe qui reposait dans sa poche et il la coinça entre ses dents avec une nonchalance habituelle. Quelques secondes plus tard, une fumée parme teintait les flocons de neige qui tombaient autour de lui. Siam expira, tentant de prendre contenance.

-Morgane aurait pu comprendre, parce que malgré son caractère gamin, elle n'est pas idiote. Mais son regard est toujours teinté de mort et de souffrance. Je ne veux pas évoquer ce sujet alors que tout semble si bien se passer.


Il leva les yeux et planta un regard sincère dans ceux de Lawena.

-Car elle, je ne voudrais la blesser pour rien au monde.


Un léger silence suivit ce qui était peut-être la première vérité qu'il évoquait devant l'enquêteuse des mensonges. Désirant aller à l'essentiel, même s'il s'agissait d'un sujet difficile, il reprit sur un ton lourd.

-Scarlet est décédée depuis désormais un an. Depuis sa mort, ses parents entretiennent un système très cher pour conserver son corps. Leur boutique ayant récemment fait faillite, ils possèdent de moins en moins d'argent pour vivre. Dans trois mois, il ne pourront plus payer le système qui conserve le corps de leur fille.

Ses mots se gorgèrent de larmes qu'il réprima en avalant une nouvelle bouffée de drogue.

-Je ne pourrai jamais effacer le comportement que j'ai eu avec elle : c'est du passé. Je ne peux rien y changer. Je pense donc que lui offrir une sépulture convenable est la seule chose que je peux lui offrir. Ca ne rachètera en rien tout ce que j'ai fait, ni ma culpabilité. Mais au moins...

Il préféra ne pas s'expliquer davantage.


-Je possède l'argent nécessaire afin de lui offrir une sépulture digne dans la forêt d'Orphée. Les Alzéniens conservent les corps et je ne peux plus me rendre à Amenthalys car j'y suis recherchée depuis mon évasion de prison. Je voulais savoir si tu comptais...lui rendre un dernier hommage avec moi.


Sa pipe s'éteignit et il chercha une allumette afin de la rallumer.

-Je ne compte pas sur ça pour que ça change quelque chose entre nous. Tu es la seule personne que je savais si proche d'elle. Et je pense qu'elle aurait aimé que tu lui dises au revoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lawena Harvent
✔ I'm gonna help you...

♦ Inscription le : 22/04/2010
♦ Mes messages : 834
♦ Etoiles ★ : 937
♠ Humeur : Nyappy !
♠ Emploi(s) : Techniquement, libraire à Alzen, mais en ce moment les traqueurs ont décidé qu'elle bossait pour eux.
♠ Nationalité : Alzen
♠ Karnevale : Détecteur de mensonges ambulant, Lawena entend les voix des gens résonner quand ils se prennent pour Pinocchio. Alors pas la peine d'essayer de l'arnaquer, OKAY ?
♠ Sexualité & Statut : Hétérosexuelle, célibataire, amoureuse sans espoir.
♪ Fiche : Si vous voulez tout savoir sur moi, c'est juste ici!
♪ RP(s) en cours : Si vous voulez savoir ce que je fais dans ma laïfe, venez voir ici !
♪ Relationships : Je vous aime ou je vous aime pas ? La réponse ici !

MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   Lun 27 Fév - 17:53

Pour le coup, Lawena était surprise. Elle ne savait pas vraiment à quoi elle s’attendait quand Siam avait dit vouloir lui parler, mais certainement pas à ça. Pas à autant de sincérité. Pas à de tels sujets. Pas à cette voix si dénuée de toute résonnance. Pas à une telle douleur dans les paroles de l’Opalien. Patiemment, elle attendit qu’il ait fini de parler, son expression s’adoucissant au fur et à mesure. Et puis, quand il fut sûr qu’il avait terminé, elle prit la parole à son tour, le regard perdu dans les tourbillons de neige qui dansaient autour d’eux, une douceur nouvelle dans la voix.

    - Oui, je crois que tu as raison… C’est fou ce que les gens peuvent changer, tu es devenu sincère pendant que j’apprenais à mentir, et crois-moi, c’est quelque chose qui me répugne toujours autant… Mais que veux-tu, c’est l’époque qui fait ça.


Un instant, elle se tut, puis prit une grande inspiration, avant de se tourner vers lui.

    - Mais il est évident que je viendrais avec toi, si tu en as envie. Ça lui aurait sans doute fait plaisir de nous voir réconciliés, elle avait énormément d’affection pour toi. C’est plutôt à ses amies et ses sœurs que tu faisais peur, tu sais, elle n’était pas consciente du mal que tu aurais pu lui faire si tu l’avais voulu, nous si, mais au final, tu ne l’as pas fait… Peut-être parce que tu n’en as pas eu le temps, ou que tu ne voulais pas, je n’en sais rien, et, au final, je m’en fiche un peu, c’est trop tard maintenant.


Un sourire triste étirait ses lèvres, parfaitement différent de celui, enjoué, qu’elle offrait un peu plus tôt à Morgane. Parce qu’en effet, depuis leur dernière rencontre, les évènements avaient laissé leurs marques, elle avait perdu une amie, d’autres avaient été emprisonnés sans raison valable, sans qu’elle puisse rien pour eux, et maintenant on la forçait à assister aux interrogatoires d’innocents que personne ne croyait, il y avait de quoi entamer un moral d’habitude au beau fixe.

    - Quant à Morgane… Je suis heureuse de te voir aussi sincère. Vraiment. Tu sais, quand je t’ai vu avec elle, j’ai vraiment cru que ça allait recommencer, comme cet après-midi là… Mais si tu en es à ce point là, alors c’est bien. Je n’ai pas arrêté d’être surprise, à chaque fois que tu lui parlais, d’entendre que tu ne mentais pas, mais si c’est le cas… C’est bien.


De nouveau, elle se tut, laissa passer un instant, dix secondes, trente, une minute peut-être. Elle ne relèverait pas l’évocation de l’évasion de prison de Siam, elle ne voulait pas savoir, ne voulait pas fouiller dans sa vie. Chacun ses secrets, elle en avait elle aussi, il pouvait garder les siens. Elle avait décidé de l’accepter, ça ne signifiait pas pour autant qu’elle souhaitait être particulièrement proche de lui. Ses certitudes s’ébranlaient l’une après l’autre, celle que son monde était tranquille et n’était pas concerné par toutes ces histoires entre Raziel et les rebelles quelques mois auparavant, Siam aujourd’hui… Elle n’était plus sûre de rien. Un soupir, et elle se tourna de nouveau vers lui.

    - Enfin, nous nous verrons donc, juste pour elle… Préviens-moi juste avec un peu d’avance, mon emploi du temps est quelque peu… Chargé, en ce moment. D’accord ?


Une grimace, fugace, déforma son visage. C’est qu’elle s’en serait bien passé, de cette charge sur son emploi du temps, de cet emploi forcé qu’on lui infligeait à cause de son Karnevale. Elle se reprit cependant rapidement.

    - D’ailleurs, je vais devoir y aller. Je vais vous laisser tous les deux, je ne pense pas que ça dérangera vraiment Morgane… Et toi encore moins, je me trompe ?


Un bref signe de tête, voilà qu’elle rentrait déjà, plaquant un sourire enjoué sur ses lèvres alors qu’elle rejoignait son amie et récupérait son sac, puis plaquait un baiser sonore sur la joue de la blonde.

    - Il faut que j’y aille, j’ai du travail… J’ai été vraiment contente de te voir, Morgane, on refait ça quand tu veux, d’accord ? Allez, je te laisse, fais attention à toi, et ne serre pas trop Mr Rabbit, sinon il va s’étouffer.


Un dernier signe de la main et elle s’éloignait, prenant la direction de la prison avec autant d’entrain qu’un condamné partant pour l’échafaud. La minute de bonheur était terminée…

[Hum. Je pense que pour moi c'est fini. Après, s'il y a un souci, je peux modifier, hein. Mais voilà. Je vous aime ♥ Et encore désolée pour les multiples retards ><]



Spoiler:
 

I LOVE ANDY ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Enfer Blanc [PV : Lawena & Morgane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARNEVALE AVENUE ♫ ::  :: the futurist town-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit